Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

 

Accueil ] Remonter ] Contactez-nous ] Sommaire ] Recherche ]

Colloque Avril 96
Colloques  Oeuvre lPls add contentgislative TPls add contentmoignages Discours Discours_PB Biographie ThPls add contentses

 

  

"PIERRE BPls add contentRPls add contentGOVOY : UNE POLITIQUE Pls add contentCONOMIQUE"

Colloque du jeudi 25 avril 1996 au Conseil Pls add contentconomique et Social

Association des Anciens Membres de Cabinet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy

 

Ouverture du colloque par M. Jean MATTEOLI, PrPls add contentsident du Conseil Pls add contentconomique et Social

Lecture du message de M. Ryutaro Hashimoto, Premier Ministre du Japon, par M. Makoto Utsumi.

Lecture du message de M. Pierre Mauroy, ancien Premier Ministre, par M. O. Rousselle, PrPls add contentsident de lPls add contentAssociation des anciens membres du cabinet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

Discours introductif de M. Michel Rocard, ancien Premier Ministre, sur la politique Pls add contentconomique de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy

PrPls add contentsentation par MM. Alain Vernholes et Erik Izraelewicz, journalistes au journal "Le Monde"

Alain Vernholes

Erik Izraelewicz

Discours de M. Takeshita, ancien Premier Ministre du Japon.

Discours de M. Sid Ahmed Ghozali, ancien Premier Ministre dPls add contentAlgPls add contentrie.

Intervention de M. Pierre Sudreau, ancien ministre

Intervention de M. Bruno Durieux, ancien ministre

Intervention de M. Hans Tietmeyer, PrPls add contentsident de la Bundesbank.

Intervention de M. Nigel Lawson, ancien Chancelier de lPls add contentEchiquier britannique.

Intervention de M. Utsumi, ancien vice-ministre des Finances du Japon

Intervention de M. Mohamed Berrada, Ambassadeur du Maroc, ancien Ministre des Finances du Maroc

Lecture du message de M. Jacques de LarosiPls add contentre, PrPls add contentsident de la Banque EuropPls add contentenne pour la Reconstruction et le DPls add contentveloppement

Intervention de Mme FranPls add contentoise Crouigneau, rPls add contentdacteur en chef au journal "Les Echos"

Intervention de M. Edmond AlphandPls add contentry, ancien ministre de lPls add contentEconomie

Intervention de M. Michel Sapin, ancien Ministre de lPls add contentEconomie et des Finances.

Intervention de M. Jean-Claude Trichet, Gouverneur de la Banque de France

Intervention de M. Jacques Delors, ancien PrPls add contentsident de la Commission des CommunautPls add contents europPls add contentennes

 

Ouverture du colloque par M. Jean MATTEOLI, PrPls add contentsident du Conseil Pls add contentconomique et Social

 

Madame,

 

LPls add contentAssociation des anciens membres du Cabinet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a souhaitPls add content tenir Pls add content sa mPls add contentmoire, au Palais dPls add contentIPls add contentna, un colloque intitulPls add content "Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy : une politique Pls add contentconomique".

 

Le 1er mai 1993, il y a presque trois ans dPls add contentjPls add content, alors quPls add contentil avait Pls add contenttPls add content Premier Ministre de la France dPls add contentavril 1992 Pls add content mars 1993, aprPls add contents avoir Pls add contenttPls add content successivement Ministre des Affaires sociales et de la solidaritPls add content nationale de 1982 Pls add content 1984, Ministre de lPls add contentPls add contentconomie, des Finances et du Budget de 1984 Pls add content 1986, Ministre dPls add contentPls add contenttat, Ministre de lPls add contentPls add contentconomie, des Finances et du Budget de 1988 Pls add content 1992, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy se donnait la mort. Nous en avons Pls add contenttPls add content tous bouleversPls add contents.

 

De hautes personnalitPls add contents ont souhaitPls add content en ce jour rendre hommage Pls add content lPls add contenthomme et Pls add content son action politique.

 

Le PrPls add contentsident de la RPls add contentpublique, M. Jacques Chirac, a bien voulu se faire reprPls add contentsenter par le Directeur de son Cabinet, le PrPls add contentfet Bertrand Landrieu, qui est auprPls add contents de moi, Pls add content qui je demande dPls add contentPls add contenttre mon interprPls add contentte personnel et le vPls add contenttre, Mesdames et Messieurs, pour le tPls add contentmoignage quPls add contentil donne ainsi Pls add content la mPls add contentmoire de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

 

Le Premier Ministre, de son cPls add contenttPls add content, mPls add contenta demandPls add content de renouveler ici, devant vous, les regrets quPls add contentil a dPls add contentjPls add content exprimPls add contents Pls add content M. Olivier Rousselle, qui prPls add contentside lPls add contentAssociation des anciens membres du Cabinet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, de ne pouvoir Pls add contenttre prPls add contentsent Pls add content cette manifestation. Il mPls add contenta demandPls add content aussi de redire, ici, toute la sympathie quPls add contentil a Pls add contentprouvPls add contente pour lPls add contentinitiative qui a Pls add contenttPls add content prise par lPls add contentancienne Pls add contentquipe de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, et vous dire Pls add content toutes et Pls add content tous lPls add contentestime quPls add contentil porte Pls add content sa personne.

 

DPls add contentanciens Premiers Ministres devaient Pls add contenttre prPls add contentsents : MM. Pierre Mauroy, Laurent Fabius, aux Gouvernements desquels Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy avait appartenu, avant dPls add contentexercer lui-mPls add contentme les fonctions de Chef du Gouvernement. Pierre Mauroy et Laurent Fabius mPls add contentont priPls add content dPls add contentexprimer leurs regrets..

 

Sont en revanche parmi nous : M. Michel Rocard ; dPls add contentanciens ministres : MM. Jacques Delors, ancien PrPls add contentsident de la Commission des CommunautPls add contents europPls add contentennes, Edmond AlphandPls add contentry, ancien ministre de lPls add contentEconomie et des Finances et Michel Sapin, qui le fut aussi ; M. Jean-Claude Trichet, Gouverneur de la Banque de France ; de hautes personnalitPls add contents Pls add contenttrangPls add contentres : MM. Sid Ahmed Ghozali, Hans Tietmeyer, Nigel Lawson, Noboru Takeshita, Makoto Utsumi. MM. Maystadt et ThPls add contento Waigel, retenus Pls add content Washington, mPls add contentont priPls add content de les excuser. M. Ciampi, ancien PrPls add contentsident du Conseil italien, est, de son cPls add contenttPls add content, retenu Pls add content Rome du fait des Pls add contentlections italiennes. Enfin, M. Jean Arthuis, retenu Pls add contentgalement aux Pls add contenttats-Unis par une rPls add contentunion internationale, ne pouvait Pls add contenttre ici.

 

TroisiPls add contentme AssemblPls add contente Constitutionnelle avec lPls add contentAssemblPls add contente nationale et le SPls add contentnat, le Conseil Pls add contentconomique et Social eut lPls add contenthonneur de compter Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy parmi ses membres, du 1er septembre 1979 au 31 juillet 1981. Il siPls add contentgea Pls add content la Section des ProblPls add contentmes Pls add contentconomiques gPls add contentnPls add contentraux et de la Conjoncture, que je prPls add contentsidais alors, et il tPls add contentmoigna toujours par la suite dPls add contentun profond attachement Pls add content notre AssemblPls add contente. Celle-ci comptait et compte toujours un certain nombre de conseillers qui Pls add contenttaient de ses amis proches. Ils lPls add contentadmiraient pour ses qualitPls add contents de caractPls add contentre : loyautPls add content, volontPls add content, courage. Ils lPls add contentaimaient pour la modestie de ses origines, sa simplicitPls add content, sa tolPls add contentrance et sa courtoisie. Ils lPls add contentapprPls add contentciaient pour son intelligence pleine de bon sens.

Homme de cPls add contentur et de raison, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy mit son courage et ses convictions au service de la fidPls add contentlitPls add content Pls add content ses idPls add contentaux. Ses propos et ses actes Pls add contenttaient empreints dPls add contentune profonde intPls add contentgritPls add content et il savait manifester avec sympathie son respect dPls add contentautrui.

Pas plus quPls add contentun autre, il ne pouvait ignorer mes convictions personnelles. Comme a dit un jour le GPls add contentnPls add contentral de Gaulle, en un aphorisme connu que je mPls add contentapplique Pls add content moi-mPls add contentme : "JPls add contentai Pls add contenttPls add content, je suis et je resterai gaulliste". Pourtant, afin de marquer le souvenir quPls add contentil conservait de son ancien PrPls add contentsident de Section et aussi, bien sPls add contentr, pour tPls add contentmoigner de lPls add contentimportance quPls add contentil attachait Pls add content notre AssemblPls add contente, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, Pls add content peine nommPls add content Premier Ministre Pls add content cPls add contentPls add contenttait le lendemain Pls add content mPls add contentavait rendu, ici, une visite personnelle.

Il mPls add contentavait alors indiquPls add content que, pour avoir appartenu au Conseil Pls add contentconomique et Social puis Pls add content lPls add contentAssemblPls add contente nationale et, enfin, au Gouvernement, lPls add contentexpPls add contentrience qui Pls add contenttait la sienne le confortait dans sa conviction que les assemblPls add contentes consultatives reprPls add contentsentaient la tribune appropriPls add contente Pls add content la prPls add contentsentation des points de vue respectifs de toutes les organisations socioprofessionnelles qui, pour Pls add contentclairer le LPls add contentgislateur et lPls add contentExPls add contentcutif dans la recherche des solutions que requiert lPls add contentintPls add contentrPls add contentt gPls add contentnPls add contentral, pratiquent une fPls add contentconde et pacifique confrontation. LPls add contentoccasion nous avait Pls add contenttPls add content ainsi donnPls add contente Pls add content Pls add content lui bien sPls add contentr comme Pls add content moi-mPls add contentme Pls add content de souligner le caractPls add contentre permanent des enjeux qui se cachent derriPls add contentre lPls add contentexpression un peu Pls add contentnigmatique de Pls add content mission consultativePls add content : reflPls add contentter les aspirations du monde Pls add contentconomique et social, Pls add contentclairer la dPls add contentcision politique, enrichir lPls add contentidPls add contente de citoyennetPls add content.

Par cette manifestation, vous avez souhaitPls add content, Monsieur le PrPls add contentsident et tous vos collPls add contentgues, montrer que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a contribuPls add content Pls add content faire Pls add contentvoluer la rPls add contentflexion Pls add contentconomique. Il a attachPls add content son nom Pls add content la politique du "franc fort" et a su, en son temps, faire Pls add contentvoluer certaines mentalitPls add contents et, finalement, rPls add contentussir Pls add content convaincre que le temps des dPls add contentvaluations pPls add contentriodiques Pls add contenttait rPls add contentvolu.

Le "franc fort" Pls add contenttait sa fiertPls add content et il sPls add contentPls add contenttait donnPls add content pour mission de dPls add contentmontrer que la France Pls add contenttait bien gPls add contentrPls add contente : la stabilitPls add content de sa monnaie en Pls add contenttait la meilleure image. Il avait pour habitude de dire quPls add contentun franc doit Pls add contenttre reconnu comme suffisamment fort pour quPls add contenton nPls add contentPls add contentprouve pas le besoin de le soutenir coPls add contentteusement. A cet Pls add contentgard, il aurait pu faire sienne cette recommandation que le GPls add contentnPls add contentral de Gaulle faisait en 1959 : Pls add content Rendre au franc franPls add contentais, dont les pertes expriment nos Pls add contentpreuves, une substance respectablePls add content .

Parce quPls add contentil Pls add contenttait, je le rappelle, dPls add contentorigine modeste et se sentait alors plus responsable que dPls add contentautres, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a ressenti Pls add content un haut degrPls add content le paradoxe de lPls add contentaction politique qui ne fait pas toujours ce quPls add contentelle veut et qui ne veut pas toujours ce quPls add contentelle fait. La conscience et la rPls add contentgularitPls add content que mettait Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy dans ses faits et dans ses gestes rendent difficilement explicables, certes, les raisons qui lPls add contentont conduit Pls add content accomplir le 1er mai 1993 un geste fatal.

Par respect pour lui, nous devons simplement supposer quPls add contentil ait souhaitPls add content, par son suicide, retrouver une part de lui-mPls add contentme que la cruautPls add content des temps que nous vivons sPls add contentacharnait Pls add content lui dPls add contentrober.

Je vous demande un instant de silence Pls add content la mPls add contentmoire de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

Je vous remercie.

 

Olivier Rousselle

M. Makoto Utsumi va nous lire un message du Premier Ministre du Japon.

Lecture du message de M. Ryutaro Hashimoto, Premier Ministre du Japon, par M. Makoto Utsumi.

 

Monsieur le PrPls add contentsident MattPls add contentoli, MM. les Premiers Ministres,

MM. les Ministres, Mesdames et Messieurs,

Voici le message de M. Ryutaro Hashimoto, Premier Ministre, qui regrette beaucoup de ne pouvoir Pls add contenttre avec nous.

 

"Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, le Premier Ministre dPls add contentfunt, est pour moi une personne inoubliable. Pendant deux ans, il fut pour moi plus quPls add contentun collPls add contentgue Ministre des Finances au sein du Groupe des Sept. CPls add contentPls add contenttait plutPls add contentt un aPls add contentnPls add content dont les conseils prPls add contentcieux mPls add contentont aidPls add content Pls add content surmonter les phases difficiles. Un moment qui reste ancrPls add content dans ma mPls add contentmoire fut la rPls add contentunion du G7 du 7 avril 1990, prPls add contentsidPls add contente par M. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Ce qui sPls add contentest passPls add content lPls add content vous sera racontPls add content plus tard par Monsieur Utsumi, ancien vice-ministre des Finances.

M. BPls add contentrPls add contentgovoy s'est toujours distinguPls add content au sein des confPls add contentrences internationales telles que le G7, par sa sagesse et son sens profond de lPls add contentobservation, combinPls add contents Pls add content une richesse d'expression qui emportait la conviction.

A la rPls add contentunion du G7 dPls add contentoctobre 1991 de Bangkok, Monsieur BPls add contentrPls add contentgovoy et ses capacitPls add contents exceptionnelles mPls add contentont soutenu dans mon rPls add contentle de prPls add contentsident.

Je me souviens avec affection de sa classe exceptionnelle teintPls add contente dPls add contentune pointe dPls add contenthumour, ainsi que de son air imperturbable, fumant, si mes souvenirs sont corrects, des petits cigares.

Cependant, ce qui mPls add contenta paru le plus frappant chez cet homme remarquable Pls add contenttait son cPls add contentur chaleureux qui ne pouvait ignorer les personnes en difficultPls add content.

Perdre un leader aussi extraordinaire fut une perte incalculable non seulement pour la France mais pour le monde entier.

Je dPls add contentploie actuellement tous mes efforts afin de rPls add contenttablir la confiance et rPls add contentgPls add contentnPls add contentrer ainsi lPls add contentPls add contentconomie de notre pays. Et je suis heureux et reconnaissant dPls add contentavoir eu lPls add contentoccasion de tirer des lePls add contentons du professionnalisme, du sens de discernement et de lPls add contenthumanitPls add content de Monsieur BPls add contentrPls add contentgovoy. Et je pense que sans ce lien trPls add contents important avec le dPls add contentfunt, ma prise de conscience sur lPls add contentimportance des relations franco-japonaises se serait arrPls add contenttPls add contente Pls add content un niveau beaucoup plus primaire.

Le fait quPls add contentaujourdPls add contenthui une telle confPls add contentrence soit organisPls add contente, Pls add content lPls add contentinitiative des anciens membres du Cabinet BPls add contentrPls add contentgovoy, porte une signification trPls add contents profonde. Je terminerai mon message en espPls add contentrant que ce colloque puisse repositionner Pls add content juste titre lPls add contentaccomplissement du grand homme politique quPls add contentPls add contenttait Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy dans lPls add contenthistoire de lPls add contentPls add contentconomie mondiale.

 

Olivier Rousselle

Je voudrais maintenant vous lire un message de M. Pierre Mauroy, qui devait participer Pls add content cette manifestation mais qui a dPls add content rejoindre Tel-Aviv :

Lecture du message de M. Pierre Mauroy, ancien Premier Ministre, par M. O. Rousselle, PrPls add contentsident de lPls add contentAssociation des anciens membres du cabinet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

Chers amis,

Les responsables de lPls add contentAssociation des anciens membres du Cabinet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, mPls add contentavaient demandPls add content dPls add contentintervenir ce matin Pls add content lPls add contentoccasion de cette journPls add contente de rPls add contentflexion sur lPls add contentitinPls add contentraire politique de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Et cPls add contentest avec beaucoup de plaisir que jPls add contentavais acceptPls add content, comme chacun de vous, de mPls add contentassocier Pls add content ce qui est dPls add contentabord un hommage Pls add content un ami disparu dont la chaleur et lPls add contentattention nous manquent.

Mais lPls add contentactualitPls add content en a dPls add contentcidPls add content autrement, et je suis en ce moment mPls add contentme, au nom de lPls add contentInternationale Socialiste, Pls add content Tel-Aviv, auprPls add contents de nos amis travaillistes israPls add contentliens.

Je ne doute pas que ces heures consacrPls add contentes Pls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, trois ans aprPls add contents sa disparition, ne soient Pls add content la fois indispensables et empreintes dPls add contentespoir.

Indispensables, car lPls add contentitinPls add contentraire de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy reste encore incomplPls add contenttement perPls add contentu. Il est, certes, lPls add contenthomme dPls add contentune rigueur monPls add contenttaire exigeante, chacun le sait. Mais il est aussi celui qui, durant quarante annPls add contentes de militantisme, a consacrPls add content une passion non moins exigeante aux problPls add contentmes sociaux. Ce qui reste Pls add content expliquer de lPls add contentitinPls add contentraire de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, cPls add contentest peut-Pls add contenttre la faPls add contenton, trPls add contents symbolique de lPls add contenthistoire du socialisme franPls add contentais de 1981 Pls add content 1993, avec laquelle il a su concilier ces deux dPls add contentmarches.

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy avait apportPls add content aux dPls add contentbats du Parti Socialiste, forgPls add content autour de FranPls add contentois Mitterrand aprPls add contents 1971, toute la dimension sociale de son expPls add contentrience syndicale, et cPls add contentest assez naturellement quPls add contentil consacrera, dix ans plus tard, la part la plus intense de son activitPls add content aux affaires sociales, dPls add contentabord comme SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de lPls add contentPls add contentlysPls add contente, puis comme Ministre. Mais en 1984, lorsque aprPls add contents le dPls add contentpart pour la Commission de Jacques Delors, sPls add contentest trouvPls add contente posPls add contente la question dPls add contentun successeur, je me souviens de ma surprise lorsque Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy mPls add contenta dit : "Pierre, jPls add contentai demandPls add content Pls add content aller aux Finances. CPls add contentest lPls add content que se dPls add contentcide le changement."

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy est donc allPls add content aux Finances, et lPls add contenton sait ce quPls add contentil y a accompli. Puis il a connu cette expPls add contentrience si particuliPls add contentre de la fonction de Premier ministre, Pls add contentblouissante sans doute mais toujours difficile et parfois cruelle. Cet itinPls add contentraire-lPls add content, si divers et si complexe, mPls add contentritait bien quPls add contenton y consacre les heures de rPls add contentflexion que vous allez tenir.

Je veux donc mPls add contentassocier par la pensPls add contente Pls add content cette rPls add contentflexion et Pls add content cet hommage et je vous transmets Pls add content distance, hPls add contentlas, tous mes vPls add contentux pour ce travail passionnant et symbolique que vous engagez.

Pierre Mauroy.

 

Olivier Rousselle

Je voudrais, Pls add content cette occasion, saluer la prPls add contentsence ici de deux anciens ministres des Affaires sociales, RenPls add content Teulade et Claude Evin, qui illustrent dPls add contentune certaine maniPls add contentre la prPls add contentoccupation de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy pour l'action sociale. JPls add contentai aussi le trPls add contents grand plaisir dPls add contentaccueillir, comme lPls add contenta fait le PrPls add contentsident Jean MattPls add contentoli, Michel Rocard, qui fut son compagnon puis son Premier Ministre et je souhaite lui passer la parole maintenant.

Discours introductif de M. Michel Rocard, ancien Premier Ministre, sur la politique Pls add contentconomique de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy

 

Messieurs les PrPls add contentsidents, Madame, Excellences, Mesdames, Messieurs,

JPls add contentaime quPls add contentil soit rendu hommage Pls add content la mPls add contentmoire de mon ami Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, et je veux en remercier dPls add contentabord ceux qui ont pris lPls add contentinitiative de ce colloque, cPls add contentest-Pls add content-dire lPls add contentAssociation des anciens membres de son Cabinet. Cet homme dPls add contentEtat Pls add content qui le tragique du destin nPls add contenta pas laissPls add content le temps de donner toute sa mesure, a rendu dPls add contentassez grands services Pls add content la cause du socialisme dPls add contentmocratique et Pls add content son pays pour que nous nous sentions tous une dette Pls add content son Pls add contentgard et pour Pls add contentvaluer, non sans enthousiasme mais avec rigueur, son apport Pls add content notre vie politique et Pls add contentconomique contemporaine.

Au-delPls add content de sa vive intelligence, Pierre portait avec lui deux caractPls add contentristiques majeures, qui le dPls add contentfinissaient tout entier. CPls add contentPls add contenttait un homme du peuple et cPls add contentPls add contenttait un homme de convictions. Il nPls add contentPls add contentvoquait que rarement la modestie de ses origines et de ses premiers emplois, sans pour autant sPls add contenten cacher le moins du monde. Mais tout en lui respirait la plus constante fidPls add contentlitPls add content aux valeurs quPls add contentil tenait de sa jeunesse. LPls add contentauthenticitPls add content, la proximitPls add content des humbles, le constant souci de les Pls add contentcouter, et de ne les trahir ni dPls add contentcevoir en aucun cas Pls add contenttaient chez lui des attitudes permanentes.

Il Pls add contenttait aussi homme de convictions rigoureuses, et peut-Pls add contenttre tenait-il ce second trait du premier. Syndicaliste, et donc combattant du bien-Pls add contenttre et du progrPls add contents social, il sent trPls add contents vite que, pour Pls add contenttre absolument nPls add contentcessaire, ce combat nPls add contentest pas suffisant. DPls add contentemblPls add contente, il rPls add contentflPls add contentchit au niveau global, cPls add contentest-Pls add content-dire au niveau politique. Mais il le fait Pls add content sa maniPls add contentre : pour lui, les idPls add contentes passent avant les mandats. Et sPls add contentil adhPls add contentre Pls add content un grand parti, la SFIO, ce nPls add contentest pas dPls add contentemblPls add contente pour sPls add contenty construire un destin Pls add contentlectoral. Bien au contraire, il rejoint la petite mais chaleureuse Pls add contentquipe de Pierre MendPls add contents-France, vers 1956 ou 57 je crois.

DPls add contentemblPls add contente il y est Pls add content lPls add contentaise, en pleine cohPls add contentrence entre ses convictions dPls add contentjPls add content fortement Pls add contenttablies, les orientations du patron quPls add contentil sPls add contentest choisi, et les durs combats politiques que mPls add contentne ce petit groupe au sein de toute la gauche. Tout en affirmant fermement ses positions au sein de la SFIO, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy devient vite le principal animateur du CAD, Centre dPls add contentAction DPls add contentmocratique, car telle Pls add contenttait la dPls add contentsignation collective que sPls add contentPls add contenttaient choisie les amis de Pierre MendPls add contents-France.

Tout y est dPls add contentjPls add content : lPls add contentattachement farouche Pls add content la RPls add contentpublique, le refus de la guerre dPls add contentAlgPls add contentrie, cPls add contentest-Pls add content-dire une attitude dPls add contentPls add contentcoute et de comprPls add contenthension vis-Pls add content-vis du tiers-monde, une pratique inlassablement dPls add contentmocratique, le refus absolu, parfois presque caricatural, de toute forme de dPls add contentmagogie, le vif espoir Pls add content tout MendPls add contents est lPls add content, mais tout BPls add contentrPls add contentgovoy aussi Pls add content que le gouvernement des hommes pourra se faire selon les critPls add contentres de la raison, et bien sPls add contentr une totale intPls add contentgritPls add content.

Je pense avoir fait la connaissance personnelle, physique, de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content lPls add contentautomne 1957, voici donc 38 ans et demi maintenant. CPls add contentPls add contenttait dans le cadre de lPls add contentUnion des Forces DPls add contentmocratiques.

Cette institution Pls add contenttait le lieu de rencontre, Pls add content caractPls add contentre souplement confPls add contentdPls add contentral, de tous ceux qui dans la gauche franPls add contentaise dPls add contentsapprouvaient la politique algPls add contentrienne menPls add contente par Guy Mollet et Robert Lacoste, et tous ceux qui sentaient notre dPls add contentmocratie sPls add contentrieusement menacPls add contente. DPls add contentjPls add content solidement mendPls add contentsiste, je faisais partie dans cette enceinte-lPls add content de la dPls add contentlPls add contentgation de la minoritPls add content SFIO opposPls add contente Pls add content la guerre dPls add contentAlgPls add contentrie. Pierre reprPls add contentsentait le CAD et donc Pierre MendPls add contents-France. FranPls add contentois Mitterrand participa quelquefois aux rPls add contentunions de lPls add contentUnion des Forces DPls add contentmocratiques. Cette situation nous valut, Pls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy et Pls add content moi, de comploter beaucoup ensemble. Les Pls add contenttapes sont connues : dPls add contentfense ultime de la IVPls add contentme RPls add contentpublique mourante, meetings de Mai 58, fondation en septembre du Parti Socialiste Autonome par scission de la SFIO, adhPls add contentsion au printemps 1959 de Pierre MendPls add contents-France et du CAD au PSA, refus opposPls add content Pls add content la demande dPls add contentadhPls add contentsion de FranPls add contentois Mitterrand, naissance par fusion du Parti Socialiste UnifiPls add content en avril 1960. Tout cela est connu.

Pierre entre dans les instances dirigeantes de ce petit Parti dPls add contents lPls add contentorigine et ne les quittera quPls add contenten 1967, au moment oPls add content le Parti Socialiste UnifiPls add content refusera dPls add contentadhPls add contentrer Pls add content la FPls add contentdPls add contentration de la Gauche DPls add contentmocratique et Socialiste, conjointement crPls add contentPls add contente on sPls add contenten souvient par FranPls add contentois Mitterrand et Guy Mollet.

Pendant toute cette pPls add contentriode, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy doit Pls add content sa qualitPls add content de syndicaliste, aux combats quPls add contentil avait menPls add contents de ce fait, Pls add content la formation quPls add contentil en avait rePls add contentue et Pls add content lPls add contentexpPls add contentrience quPls add contentil en avait tirPls add contente, dPls add contentPls add contenttre de maniPls add contentre presque continue, pendant sept ans, le responsable national du PSU pour les affaires Pls add contentconomiques et sociales. DPls add contentjPls add content. Je le rejoins au niveau national vers 1964 pour prendre en charge la formation.

Mesdames et Messieurs, Pierre nPls add contenteut pas la tPls add contentche facile. Si la direction du PSU Pls add contenttait faite dPls add contenthommes et de femmes fort responsables et pour certains trPls add contents expPls add contentrimentPls add contents, notre base, qui avoisinait les dix mille adhPls add contentrents, manifestait Pls add content chaque occasion quPls add contentelle reprPls add contentsentait une gPls add contentnPls add contentration nouvelle en politique. Principalement motivPls add contente par le refus de la guerre dPls add contentAlgPls add contentrie, elle Pls add contentlargissait sa colPls add contentre aux institutions et aux partis qui avaient permis et conduit cette guerre. Elle avait une ardeur refondatrice qui se confondait ici ou lPls add content avec le gauchisme Pls add content convenons-en Pls add content et qui en tout cas retrouvait souvent les intransigeances, en matiPls add contentre de nationalisations par exemple, du socialisme des origines.

Je revois Pierre discutant pied Pls add content pied avec le Bureau National telle position ou tel communiquPls add content de presse, pour lui garder bien sPls add contentr un caractPls add contentre vigoureusement offensif, mais lui donner aussi la cohPls add contentrence et lPls add contentesprit de responsabilitPls add content qui, petit Pls add content petit, ont fait notre marque commune. Mon soutien naturellement ne lui a pas fait dPls add contentfaut dans ces batailles. Je me souviens notamment de lPls add contentPls add contentpoque, 1964 il me semble, oPls add content une Pls add contentquipe dPls add contentexperts dont jPls add contentPls add contenttais, vint lui proposer que le PSU Pls add contenttablisse un contre-plan prPls add contentcis et chiffrPls add content pour lPls add contentopposer au CinquiPls add contentme Plan du GPls add contentnPls add contentral de Gaulle. Il sPls add contentagissait de dire Pls add content lPls add contentopinion publique, de maniPls add contentre parfaitement concrPls add contentte et totalement responsable, que dPls add contentautres choix Pls add contentconomiques Pls add contenttaient possibles, qui rPls add contentpondraient mieux aux intPls add contentrPls add contentts des FranPls add contentais sans mettre en cause en quoi que ce soit la santPls add content Pls add contentconomique et financiPls add contentre du pays tout entier. LPls add contentidPls add contente lui plut beaucoup, Pls add content la vPls add contentritPls add content elle lui allait comme un gant. Il en fut un dPls add contentfenseur inlassable, en organisa la mise en oeuvre, et rPls add contentussit Pls add content en Pls add contenttre un prPls add contentsentateur tout Pls add content fait Pls add contentcoutPls add content. Le combat pour lPls add contentesprit de responsabilitPls add content dans la gestion Pls add contentconomique et financiPls add contentre de la gauche Pls add contenttait sPls add contentrieusement commencPls add content. Et cPls add contentest, dPls add contentailleurs, fort de cette partie-lPls add content de son histoire, que lPls add contentapport du PSU Pls add content la rPls add contentconciliation des socialistes, Pls add content lPls add contentPls add contentdification du PS, Pls add content la victoire de FranPls add contentois Mitterrand et Pls add content dix ans de gestion socialiste sera tout Pls add content fait significatif.

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy nPls add contentPls add contenttait pas un homme de calculs personnels et moins encore dPls add contentambitions Pls add contentgocentrPls add contentes. Refusant toute faction, refusant toute fidPls add contentlitPls add content clientPls add contentliste, il est profondPls add contentment lPls add contentgitimiste, fidPls add contentle Pls add content son organisation et Pls add content son chef dPls add contentment investi. Cette attitude lPls add contenta conduit parfois Pls add content refuser de prendre parti dans des conflits oPls add content le sPls add contentrieux de lPls add contentaffrontement sPls add contentaggravait de lPls add contentimportance des enjeux intellectuels. Car, aprPls add contents tout, il y avait tout de mPls add contentme une certaine vPls add contentritPls add content dans nos courants. Mais Pierre Pls add contenttait ainsi. Bref, au CongrPls add contents dPls add contentEpinay, en juin 1971, oPls add content se fonde le Parti Socialiste, Pierre, qui avait rejoint le "nouveau Parti Socialiste" conduit par Alain Savary quand le PSU avait refusPls add content dPls add contentadhPls add contentrer Pls add content la FGDS, se trouve aux cPls add contenttPls add contents dPls add contentAlain Savary, avec dignitPls add content et loyautPls add content. Mais il sent vite que lPls add contentaventure dPls add contentun vrai renouveau est de lPls add contentautre cPls add contenttPls add content, celui qui vient de gagner. Et FranPls add contentois Mitterrand discerne vite la haute conscience et les vertus de cet homme qui ne fit pourtant pas partie de son comitPls add content dPls add contentaccueil. Il se lPls add contentattache, et Pierre, heureux de voir enfin la renaissance du socialisme, la rPls add contentconciliation en marche entre les tribus, et sachant Pls add content qui on la doit, sPls add contentattachera vite Pls add content FranPls add contentois Mitterrand.

CPls add contentest donc trPls add contents tPls add contentt que naPls add contentt au sommet du Parti Socialiste cette grande confiance personnelle, qui conduira vite FranPls add contentois Mitterrand Pls add content faire de cet homme seul quPls add contentest Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy dPls add contentabord un collaborateur prPls add contentPls add contentminent, puis le SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de lPls add contentElysPls add contente et enfin un grand Ministre des Affaires Sociales puis des Finances, puis Premier Ministre.

Inutile de revenir sur les annPls add contentes 1981-83. DPls add contentautres parleront mieux que moi de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de la PrPls add contentsidence de la RPls add contentpublique, pour lPls add contenty avoir rencontrPls add content. Moi, guPls add contentre : en charge du Plan et de lPls add contentAmPls add contentnagement du Territoire, deux attributions sans crPls add contentdits, quasiment sans personnel, et en tout cas sans contreseing obligatoire donc sans rien Pls add content nPls add contentgocier avec les collPls add contentgues, je gPls add contentrais dans lPls add contentindiffPls add contentrence gPls add contentnPls add contentrale deux compPls add contenttences Pls add content caractPls add contentre rPls add contentsolument interministPls add contentriel, qui souffraient beaucoup dPls add contentPls add contenttre portPls add contentes par un ministre particulier contre les autres, au lieu de relever de lPls add contentarbitrage central. JPls add contentavais peu matiPls add contentre Pls add content rencontrer le SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de lPls add contentElysPls add contente, dont la route Pls add contenttait encombrPls add contente de tPls add contentches plus importantes. Nous arrivons presque en mPls add contentme temps lui et moi Pls add content des responsabilitPls add contents plus lourdes, le ministPls add contentre des Affaires Sociales pour lui, lPls add contentAgriculture pour moi. Notre relation sPls add contentaffine et se renforce devant les difficultPls add contents de la tPls add contentche collective, cependant que nos attributions ne nous rapprochent guPls add contentre techniquement.

Il est donc logique, Mesdames Messieurs, que vous mPls add contentattendiez Pls add content la derniPls add contentre sPls add contentquence, naturellement la plus nourrie de cet exposPls add content. Comment avons-nous, Pierre et moi, vPls add contentcu la relation de Premier Ministre Pls add content Ministre de lPls add contentPls add contentconomie et des Finances, sur le triple plan de lPls add contentaction politique, de la doctrine Pls add contentconomique, et de la pratique gouvernementale ?

Eh bien, fort bien. Je dirais mPls add contentme, puisque je sais mPls add contentadresser ici Pls add content un auditoire suffisamment informPls add content des affaires publiques pour savoir Pls add content lPls add contentPls add contentvidence quPls add contententre deux titulaires dPls add contentattributions de ce poids, qui ne sont pas des clones, des frictions importantes sont inPls add contentvitables ; je peux dPls add contents lors affirmer que nos relations furent des meilleures car, mPls add contentme lorsquPls add contentil y eut des dPls add contentsaccords Pls add content vous allez le voir Pls add content, elles demeuraient loyales et politiquement complices.

Cela commenPls add contenta pourtant durement. Chacun se souvient que FranPls add contentois Mitterrand, brillamment rPls add contentPls add contentlu PrPls add contentsident de la RPls add contentpublique le 8 mai 1988, avait gardPls add content un secret absolu sur lPls add contentidentitPls add content de son futur Premier Ministre. La presse donnait deux favoris et un outsider ; lPls add contentoutsider Pls add contenttait Jean-Louis Bianco, suffisamment informPls add content des handicaps lourds dans lPls add contentopinion ou surtout dans lPls add contentesprit du PrPls add contentsident de chacun des deux favoris, pour croire Pls add content sa chance. Les deux favoris Pls add contenttaient Pierre et moi. Cela crPls add contente des liens. Ce fut moi. Notre amitiPls add content y a survPls add contentcu. Pierre avait cette dimension.

LPls add contenthPls add contentritage avait de bons cPls add contenttPls add contents, mais pas seulement. Nous Pls add contenttions en pleine croissance, ce qui, pardonnez-moi, doit peu Pls add content M. Chirac, mais Pls add contenttait fort porteur. LPls add contentannPls add contente 1988 enregistrera plus de 4% de croissance du produit brut, chiffre quPls add contenton ne retrouvera plus. Mais lPls add contentinflation avait quelque peu repris en 1987, dPls add contentpassant 3% quand lPls add contentAllemagne obtenait moins de 1%. Le dPls add contentficit du budget votPls add content pour 1988, par nos prPls add contentdPls add contentcesseurs, Pls add contenttait de 135 milliards de francs, en lPls add contentgPls add contentre baisse sur 87 certes, donnons-en acte, mais tout de mPls add contentme inquiPls add contenttant ; et surtout, notre commerce extPls add contentrieur affiche en 1987 un dPls add contentficit de 50 milliards de francs, ce qui Pls add contenttait grave. Ces trois facteurs cumulPls add contents, dPls add contentficit budgPls add contenttaire, dPls add contentficit extPls add contentrieur et petite reprise de lPls add contentinflation, aggravPls add contents dPls add contentun diffPls add contentrentiel de taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt avec lPls add contentAllemagne largement supPls add contentrieur Pls add content 3 %, vont Pls add contenttre notre hantise. La situation nPls add contentest donc guPls add contentre confortable, et les Pls add contentlecteurs nous le rappellent fermement. Il vous souvient que les Pls add contentlections de juin 1988, qui suivent la dissolution, ne donnent au Parti Socialiste quPls add contentune majoritPls add content relative. Nous travaillerons, Mesdames Messieurs, Pls add content confiance limitPls add contente.

Je dois Pls add content la loyautPls add content devant lPls add contenthistoire de rappeler un souvenir, Pls add content ma connaissance non public jusquPls add contentici. Je ne suis mPls add contentme pas sPls add contentr quPls add contentOlivier Rousselle sache ce qui vient maintenant. Du bilan, dont je viens de rappeler les Pls add contentlPls add contentments essentiels, rPls add contentsultait une prioritPls add content absolue : les exportations.

Notre premiPls add contentre conversation en tPls add contentte Pls add content tPls add contentte se situe le lendemain de ma nomination, lorsque nous composons le gouvernement.

 

Moi : "Pls add contentcoute, Pierre, naturellement tu prends lPls add contentPls add contentconomie et les Finances. A cPls add contenttPls add content, il nous faut une structure puissante et dynamique. Je veux rPls add contentunir les ministPls add contentres de lPls add contentIndustrie et du Commerce ExtPls add contentrieur, et pour que le systPls add contentme de dPls add contentcision soit clair et efficace, ajouter Pls add content cet ensemble la Direction des Relations Pls add contentconomiques ExtPls add contentrieures et les prPls add contentts du TrPls add contentsor aux entreprises. Le MITI japonais Pls add content le prPls add contentsident Takeshita est mon ami Pls add content, Pls add contenta marche trPls add contents fort. Il nous faut lPls add contentPls add contentquivalent."

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy : "Michel, si tu fais cela, je nPls add contententre pas au gouvernement."

Je ne sais pas ce qui se serait passPls add content, sPls add contentil nPls add contenty avait pas en France un PrPls add contentsident de la RPls add contentpublique chef de lPls add contentExPls add contentcutif. Pierre est entrPls add content au gouvernement. Je ne suis pas totalement sPls add contentr pour autant que mon idPls add contente Pls add contenttait totalement stupide... Vous en jugerez.

Donc, Pls add contenta commence fort. Mais tout de suite la duretPls add content des temps et de la tPls add contentche nous lie. Car la date de lPls add contentPls add contentlection prPls add contentsidentielle, toujours fixPls add contente en fonction de la date du dPls add contentcPls add contents du PrPls add contentsident Pompidou, provoque ce rPls add contentsultat quPls add contentPls add content peine nommPls add content, tout gouvernement est dPls add contentjPls add content en retard pour tenir sa premiPls add contentre Pls add contentchPls add contentance, la prPls add contentparation du budget de lPls add contentannPls add contente suivante. CPls add contentest donc dPls add contents la premiPls add contentre semaine du gouvernement, en plein drame calPls add contentdonien, que nous arrPls add contenttons un calendrier draconien : faire passer le dPls add contentficit budgPls add contenttaire des 135 milliards de francs votPls add contents par la majoritPls add content prPls add contentcPls add contentdente Pls add content 115 pour 1989, 100 pour 1990, et 90 pour 1991. JPls add contententamerai mPls add contentme la prPls add contentparation de 1992 avec un objectif Pls add content 80, mais la rPls add contentcession va, lPls add content, frapper. Nous nous y tiendrons rigoureusement, et jusque dans lPls add contentexPls add contentcution qui sera presque toujours conforme Pls add content un ou deux milliards prPls add contents Pls add content il vous en souvient Pls add content et cela malgrPls add content le sensible ralentissement de conjoncture qui commence Pls add content se faire sentir dPls add contents 1989. Si lPls add contenton veut bien se souvenir de la conjoncture politique et Pls add contentlectorale de lPls add contentPls add contentpoque, et par consPls add contentquent imaginer les Pls add contentnormes rPls add contentponses budgPls add contenttaires quPls add contentelle appelait aux yeux de beaucoup de gens de gauche, et mPls add contentme de beaucoup de ministres, on conviendra que ce nPls add contentest pas lPls add content mince performance. La gestion des finances publiques de la France pendant mes trois ans de mandat fut incontestablement une de nos grandes fiertPls add contents communes, Pls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy et Pls add content moi-mPls add contentme.

Car il fallait de rudes tempPls add contentraments pour rPls add contentsister ne serait-ce quPls add contentPls add content la pression du groupe parlementaire (je me contenterai de cette seule Pls add contentvocation). Nous avons pu tenir essentiellement parce que, pour Pierre comme pour moi, ce nPls add contentPls add contenttait pas quPls add contentune affaire de bonne gestion, mais une affaire de conception dPls add contentensemble de lPls add contentPls add contentconomie et de la responsabilitPls add content publique. Malheureusement pour lPls add contentimage de Pierre, une violente rPls add contentcession a frappPls add content lPls add contentEurope et donc la France dPls add contents 1992, et ne lui a pas permis de parfaire cet assainissement quPls add contentil avait tant contribuPls add content Pls add content commencer. Permettez-moi : je me demande toujours ce quPls add contentaurait donnPls add content la gestion de cette rPls add contentcession par dPls add contentautres mains, et le moins que lPls add contenton puisse dire est que les performances dans ce domaine de son successeur M. Balladur nPls add contentont guPls add contentre Pls add contenttPls add content concluantes, excusez-moi.

De ces trois ans, nous tirons Pierre et moi dPls add contentautres fiertPls add contents : notre commerce extPls add contentrieur, dPls add contentficitaire en 87 de 50 milliards, retrouve lPls add contentPls add contentquilibre en 92 et devient structurellement excPls add contentdentaire depuis, et surtout notre rythme annuel de hausses de prix se ralentit au point de croiser celui de lPls add contentAllemagne et de tomber au-dessous de 2 %.

PlutPls add contentt que de parler de gestion, il faut revenir ici sur le faux dPls add contentbat dit du "franc fort". Il faut se souvenir dPls add contentabord des hPls add contentsitations graves qui ont prPls add contentcPls add contentdPls add content le choix dramatique fait par le PrPls add contentsident Mitterrand au printemps 1983. Toutes vos mPls add contentmoires sont en Pls add contentveil, je sais rappeler des choses connues. Ce choix Pls add contenttait simple, il consistait Pls add content refuser de tenter lPls add contentaventure dPls add contentune forte dPls add contentvalorisation du franc Pls add content travers un flottement acceptPls add content pour desserrer les contraintes dPls add contentcoulant dPls add contentun fort dPls add contentficit budgPls add contenttaire, dPls add contentune dette publique en croissance rapide et, Pls add content lPls add contentPls add contentpoque, dPls add contentun taux dPls add contentinflation Pls add content deux chiffres. La raison de cette dPls add contentcision est que si, naturellement, une relative euphorie temporaire aurait rPls add contentsultPls add content du choix inverse en matiPls add contentre de croissance, rien ne permettait dPls add contentespPls add contentrer que le renchPls add contentrissement de notre dette et de nos importations nPls add contentaggrave durablement notre taux dPls add contentinflation, notre dPls add contentficit extPls add contentrieur et mPls add contentme le dPls add contentficit de nos finances publiques. De ce choix dPls add contentcoulait en outre la possibilitPls add content pour la France de prPls add contentserver la bonne exPls add contentcution de tous ses engagements europPls add contentens, et dPls add contentabord ceux qui dPls add contentcoulaient de notre prPls add contentsence dans le SystPls add contentme MonPls add contenttaire EuropPls add contenten, le SME.

Une autre solution Pls add contenttait proposPls add contente au PrPls add contentsident de la RPls add contentpublique, solution que je viens dPls add contentPls add contentvoquer Pls add content demi-mot. Elle consistait Pls add content considPls add contentrer comme intenables les contraintes rPls add contentsultant de la stabilitPls add content monPls add contenttaire choisie Pls add content lPls add contentintPls add contentrieur du SME et Pls add content dPls add contentcider, aprPls add contents dPls add contentjPls add content deux dPls add contentvaluations, dPls add contenten faire une troisiPls add contentme non pas limitPls add contente parce que nPls add contentgociPls add contente mais combative, aboutissant Pls add content mettre le franc en congPls add content temporaire Pls add content ou voulu tel Pls add content du SME, et Pls add content profiter des avantages dPls add contentune monnaie flottante pour dynamiser la demande, favoriser par lPls add content la croissance et, par consPls add contentquent, lPls add contentPls add contentquilibre des finances publiques. Cette vision Pls add contenttait celle de certains socialistes, Pls add content la vPls add contentritPls add content peu soucieux de notre environnement international et notamment de nos engagements europPls add contentens, elle Pls add contenttait aussi et surtout celle de nombreux chefs dPls add contententreprise, dPls add contentsireux dPls add contentune bouffPls add contente dPls add contentoxygPls add contentne alors que commenPls add contentaient Pls add content se faire sentir les effets du premier plan de rigueur mis en oeuvre Pls add content lPls add contentautomne 1982.

Pierre, Pls add content lPls add contentPls add contentpoque SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de lPls add contentElysPls add contente, a beaucoup hPls add contentsitPls add content dans cette affaire, beaucoup. Il sPls add contentest finalement, rangPls add content, on le sait, du cPls add contenttPls add content de ceux que lPls add contenton appelait "les visiteurs du soir", cPls add contentest-Pls add content-dire les partisans de la flottaison du franc.

JPls add contentPls add contenttais dans lPls add contentautre camp, politiquement trop marginal pour peser sur la dPls add contentcision, mais intellectuellement parfaitement dPls add contentterminPls add content. Ce choix de Pierre a surpris, il a mPls add contentme dPls add contentPls add contentu certains de ses amis.

Je crois Pls add contenttre en Pls add contenttat de dPls add contentcrire ses motivations. Parfaitement informPls add content des enjeux Pls add contentconomiques, il se gardait bien de voir dans la solution du dPls add contentcrochage une panacPls add contente, et ne sous-estimait pas, pas du tout, les effets immPls add contentdiats quPls add contentelle aurait en matiPls add contentre de fuite des capitaux. Mais sa bonne connaissance des mPls add contentcanismes et des rigueurs de lPls add contentPls add contentconomie ne lui laissait aucun doute non plus sur les grandes difficultPls add contents qui nous attendaient sur lPls add contentautre voie, celle de la monnaie stable. Et surtout, cPls add contentPls add contenttait lPls add content pour lui lPls add contentessentiel, il Pls add contenttait trop fin politique pour supposer un instant quPls add contentil serait aisPls add content de faire accepter cette politique dPls add contentassainissement drastique par notre majoritPls add content et notre groupe parlementaire tels quPls add contentils Pls add contenttaient composPls add contents Pls add content lPls add contentPls add contentpoque. Il fit dPls add contentune certaine faPls add contenton le pari que le PrPls add contentsident irait dans ce sens et pour la mPls add contentme raison, et voulait garder sa confiance pour contribuer ensuite Pls add content la mise en oeuvre quPls add contentil savait devoir Pls add contenttre difficile aussi, de la politique de stabilisation nPls add contentcessaire aprPls add contents le grand dPls add contentcrochage.

CPls add contentest sous la forte pression conjointe de Pierre Mauroy et de Jacques Delors, et finalement de Laurent Fabius, appuyPls add contents par Jean-Louis Bianco, Christian Sautter et FranPls add contentois Stasse Pls add content lPls add contentElysPls add contente et par quelques ministres dont jPls add contentPls add contenttais, et devant lPls add contentPls add contentvaluation des consPls add contentquences possibles en matiPls add contentre de fuite des capitaux que faisait le Gouverneur de la Banque de France, que le PrPls add contentsident a pris finalement la dPls add contentcision que lPls add contenton connaPls add contentt. A la diffPls add contentrence de certains, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy lPls add contenta acceptPls add contente sans hPls add contentsitation ni murmure. Je soupPls add contentonne mPls add contentme quPls add contentelle a dPls add content le soulager, puisquPls add contentPls add content mon sens, je veux le rPls add contentpPls add contentter, il ne sPls add contentPls add contenttait ralliPls add content Pls add content lPls add contentopinion inverse que par crainte de voir la volontPls add content politique dPls add contentfaillir Pls add content assumer les consPls add contentquences du choix le plus difficile. La fermetPls add content absolue du PrPls add contentsident dans la maniPls add contentre de dPls add contentcider et de prendre lui-mPls add contentme en charge la responsabilitPls add content des suites, levait complPls add contenttement lPls add contentunique obstacle quPls add contentavait vu Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content une telle dPls add contentcision. Telle est du moins la lecture que jPls add contenten ai, je la crois vraie.

Ayant mieux que dPls add contentautres, beaucoup mieux que dPls add contentautres, prPls add contentvu la duretPls add content de la route Pls add content suivre, Pierre nPls add contentaura dPls add contents lors de difficultPls add content ni intellectuelle ni politique Pls add content se faire le gardien vigilant de cette route Pls add content suivre. Il le montre dPls add contentjPls add content dans son premier passage au MinistPls add contentre de lPls add contentPls add contentconomie et des Finances en 1984-86. Mais je le dPls add contentcouvrirai naturellement de plus prPls add contents quand il sera en charge de ce poste dans mon gouvernement, de mai 1988 Pls add content mai 1991.

Nous nPls add contentavions, je lPls add contentai dit, quPls add contentune majoritPls add content relative, mais nous disposions de cinq ans sans Pls add contentlections lPls add contentgislatives ou prPls add contentsidentielles prPls add contentvisibles Pls add content chance rare! Toutefois, le rythme de croissance, fort au dPls add contentbut, diminuait rapidement, et la situation Pls add contentlectorale, le baromPls add contenttre des cantonales partielles nous le rappelait mPls add contentchamment de dimanche en dimanche, restait fort menaPls add contentante. Bien sPls add contentr, le beau rPls add contentsultat des nPls add contentgociations calPls add contentdoniennes donna incontestablement un peu dPls add contentair au gouvernement, mais le redressement de nos grands Pls add contentquilibres dans une telle ambiance, exigeait un soin de tous les instants.

Aussi Pierre et moi avions dPls add contentcidPls add content de nous voir trois-quarts dPls add contentheure ou une heure, une fois par semaine, tantPls add contentt en tPls add contentte Pls add content tPls add contentte, tantPls add contentt avec mon directeur de Cabinet, Jean-Paul Huchon, avec lequel il sPls add contententendait fort bien.

Le tiers de tout ce temps fut probablement pris par les problPls add contentmes de nominations. Je tiens Pls add content dire ici que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy apprPls add contentciait mon vif souci de respecter et dPls add contenthonorer les talents et les compPls add contenttences professionnelles de la haute fonction publique franPls add contentaise et dPls add contentPls add contentviter autant que faire se pouvait les nominations partisanes ou clientPls add contentlistes non appuyPls add contentes sur des qualifications indiscutables. Mais tout le monde ne partageait pas ces convictions rPls add contentpublicaines, et lPls add contentenvironnement Pls add contenttait souvent pressant. Nous nPls add contentavons rPls add contentussi sur ce point quPls add contenten partie. LPls add contenthistoire en jugera.

LPls add contentessentiel de nos soucis Pls add contenttait bien sPls add contentr la rPls add contentgulation conjoncturelle. Nous partagions pour lPls add contentessentiel une conviction simple et robuste : tout dPls add contentsordre Pls add contentconomique se paie. LPls add contentinflation entraPls add contentne une dPls add contentvalorisation du travail national et par lPls add content lPls add contentaugmentation du chPls add contentmage. Le dPls add contentficit public compromet lPls add contentavenir, la dette est un report aggravPls add content dans le temps des charges des contribuables.

Monsieur le PrPls add contentsident, Mesdames Messieurs, jusquPls add contentaux deux mandats de FranPls add contentois Mitterrand, la gauche franPls add contentaise nPls add contentavait en ce siPls add contentcle jamais gouvernPls add content toute une lPls add contentgislature. Elle faisait au pouvoir des sauts de moins de deux ans, puis craquait sur une mauvaise gestion financiPls add contentre, ce qui lui avait permis de ne pas solder les comptes de ses audaces et de ses innovations. LPls add contenthistoire est connue. Tout cela avait laissPls add content des habitudes oPls add content la fonction tribunicienne le disputait Pls add content la facilitPls add content.

Le ciment de notre alliance et de notre confiante amitiPls add content, Pls add content Pierre et Pls add content moi, Pls add contenttait donc fait dPls add contentune culture fort nouvelle Pls add content gauche, culture qui Pls add contenttait loin dPls add contentPls add contenttre majoritaire dans notre Parti et dans notre groupe parlementaire sinon au gouvernement, culture en outre que le PrPls add contentsident observait en lPls add contentapprouvant dPls add contentun sourire amusPls add content tout en regimbant quelquefois devant les entraves que cette orientation mettait Pls add content quelques-unes de ses intentions.

Il nPls add contenty avait pour Pierre comme pour moi pas le moindre bPls add contentnPls add contentfice Pls add content attendre sur le front principal, celui du chPls add contentmage, dPls add contentune politique de facilitPls add content en matiPls add contentre de finances publiques ou de monnaie. Pas le moindre bPls add contentnPls add contentfice. CPls add contentest cet accord fondamental qui a fait notre heureuse cohabitation pendant trois ans.

amais ni lui ni moi nPls add contentavons pensPls add content en termes de franc fort. Et lPls add content, Monsieur le PrPls add contentsident, peut-Pls add contenttre ai-je une controverse avec vous ; on va voir et peut-Pls add contenttre quPls add contentil nous faudra des tiers. Je nPls add contentai pour ma part jamais employPls add content cette expression de "franc fort" que jPls add contentai toujours combattue, et je ne crois pas lPls add contentavoir beaucoup entendue dans la bouche de Pierre. Nous savions assez que la puissance dPls add contentune monnaie, sa force donc, tient largement Pls add content la masse et au dynamisme de lPls add contentPls add contentconomie qui lui sert de support, et aussi au volume des transactions libellPls add contentes dans la devise en cause. Le Produit IntPls add contentrieur Brut franPls add contentais valant 60% de lPls add contentallemand, le franc nPls add contentest pas le mark et nPls add contentest pas prPls add contents de lPls add contentPls add contenttre. Non seulement nous nPls add contentavions tous deux aucune illusion lPls add content-dessus, mais nous trouvions dangereux dPls add contenten avoir.

Ce qui nous intPls add contentressait Pls add contenttait la stabilitPls add content, affaire fort diffPls add contentrente, plus Pls add content notre portPls add contente, et plus indispensable Pls add content notre lutte contre le chPls add contentmage quPls add contenton ne sait quels coPls add contentteux rPls add contentves de grandeur. De cela dPls add contentcoulait que les marges de libertPls add content que nous ne voulions pas nous octroyer en matiPls add contentre monPls add contenttaire ou dans le solde des comptes publics, nous devions les rechercher dans le choix des dPls add contentpenses budgPls add contenttaires et dans les politiques sociales. Non sans quelques raisons parfois, Pierre incriminait beaucoup lPls add contentabsence dPls add contentaudace et dPls add contentimagination de nos politiques sociales ; le message de Pierre Mauroy nous rappelle que cPls add contentPls add contenttait aussi un champ sur lequel il Pls add contenttait fort expert, je lPls add contenty ai moins rencontrPls add content et jPls add contenten parle moins, mais il lPls add contentavait en tPls add contentte, et incriminait en effet le manque dPls add contentimagination quPls add contenton mettait lPls add content, faute de le trouver dans dPls add contenthypothPls add contenttiques marges financiPls add contentres. Il a dPls add contentailleurs, dans le mPls add contentme esprit, mis beaucoup de zPls add contentle Pls add content prendre sa part Pls add content lPls add contentPls add contentlaboration des plans de lutte contre le chPls add contentmage que jPls add contentarrPls add contenttais chaque mois de septembre, et qui enregistrPls add contentrent des rPls add contentsultats relativement significatifs bien quPls add contentinsuffisants.

LPls add contentPls add contenttrange dPls add contentbat sur le "franc fort" et non pas sur le "franc stable", comme nous le disions lui comme moi le plus souvent, a Pls add contenttPls add content ouvert par des gens en quPls add contentte de recette miracle, et qui faisaient porter Pls add content la politique financiPls add contentre et monPls add contenttaire des responsabilitPls add contents plus grandes qu'elles en avaient en rPls add contentalitPls add content. Incidemment, je me bats dPls add contentailleurs en ce moment mPls add contentme Pls add content propos du chPls add contentmage pour une idPls add contente que je crois trPls add contents forte et qui ne demande rien Pls add content la politique financiPls add contentre ou monPls add contenttaire, celle de moduler les cotisations sociales.

Bref, nous gPls add contentrions, et jPls add contentoserai dire avec immodestie que nous gPls add contentrions bien. Le front du redressement financier Pls add contenttait multiple : dPls add contentficit budgPls add contenttaire, rythme de hausses des prix et commerce extPls add contentrieur. Sur tous ces fronts, bien que le troisiPls add contentme dPls add contentpendit peu de lui, Pierre fut impitoyable. Il me proposa Pls add content plusieurs reprises, de codPls add contentcider avec lui ces rPls add contentgulations budgPls add contenttaires qui mettent un dPls add contentsordre grave dans la gestion de la plupart des dPls add contentpartements ministPls add contentriels.. Sur son ordre, son Directeur de Cabinet, mon ami HervPls add content Hannoun, affichait les souffrances de la crucifixion chaque fois que, dans les conversations internes, Pls add contenttait Pls add contentvoquPls add contente la perspective dPls add contentune dPls add contentpense nouvelle non gagPls add contente. On souriait de cette dramatisation mais on respectait. Pire, on faisait, cPls add contentest-Pls add content-dire quPls add contenton Pls add contentpongeait.

JPls add contenteus quelque mal, cependant, Pls add content faire avaler Pls add content Pierre lPls add contentaugmentation du budget de lPls add contentEducation Nationale, au-delPls add content de sa loi de croissance normale, dPls add contentune cinquantaine de milliards de francs en trois ans car telle Pls add contenttait notre prioritPls add content absolue, et la France se trouve bien aujourdPls add contenthui, je crois, dPls add contentavoir fait cet effort. Mais comme je me chargeais des amputations compensatrices, Pierre finit par suivre...et par fournir.

Il mPls add contentarriva de juger sa fermetPls add content excessive. QuPls add contenton en juge par lPls add contentexemple dPls add contentune controverse Pls add content elle aussi inconnue je pense Pls add content que nous ePls add contentmes en 1990. LPls add contentinflation se tassait, les performances allemandes dans ce domaine se dPls add contenttPls add contentrioraient, nous Pls add contenttions passPls add contents en-dessous du rythme allemand. La France, dix-neuf dPls add contentvaluations depuis 1945, une histoire monPls add contenttaire chaotique, et nous avions moins dPls add contentinflation que lPls add contentAllemagne et Pls add content un taux trPls add contents bas! Pour des raisons de commerce extPls add contentrieur, et nous en Pls add contenttions bien dPls add contentaccord Pierre et moi, nous avions besoin dPls add contentune hausse de prix dont le rythme ne dPls add contentpasse pas celui de lPls add contentAllemagne. Mais je jugeais que nous nPls add contentavions aucun besoin de nous acharner Pls add content faire sensiblement mieux que lPls add contentAllemagne, et comme nous venions de conquPls add contentrir une petite marge, je trouvai le moment opportun pour nous dPls add contentlester de quelques charges en les intPls add contentgrant dans le niveau gPls add contentnPls add contentral des prix quand il nPls add contentPls add contenttait pas menaPls add contentant. Pour des raisons de sociPls add contenttPls add content, je souhaitais depuis longtemps dPls add contentbarrasser lPls add contentaudiovisuel public de toute publicitPls add content pour le dPls add contentconnecter du funeste "audimat", mais il fallait pour cela doubler le niveau de la redevance pour la faire correspondre aux recettes de publicitPls add content perdues et aux versements budgPls add contenttaires complPls add contentmentaires dont je souhaitais me dPls add contentbarrasser. Pierre le refusa Pls add contentnergiquement pour des raisons de politique de lPls add contentindice... comprPls add contenthensible. NPls add contentanmoins, je regrette toujours dPls add contentavoir perdu cette bataille lPls add content.

JPls add contentai en revanche gagnPls add content, chacun le sait, notre derniPls add contentre et plus importante controverse : elle visait bien sPls add contentr, vous le savez tous, la Contribution Sociale GPls add contentnPls add contentralisPls add contente. Comment pourrais-je ne pas lPls add contentPls add contentvoquer... Il y a quelques doutes sur la naissance initiale de lPls add contentidPls add contente. Cela semble remonter aux annPls add contentes 1983-84, cela semble naPls add contenttre dans lPls add contentunivers des spPls add contentcialistes des questions sociales, et il nPls add contentest pas impossible, bien quPls add contenton nPls add contenten soit quPls add contentPls add content moitiPls add content sPls add contentrs, que le Ministre des Affaires Sociales de lPls add contentPls add contentpoque, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy justement, ait examinPls add content cette idPls add contente de prPls add contents, peut Pls add contenttre mPls add contentme contribuPls add content Pls add content sa mise en forme. En tout cas, elle nPls add contenteut pas de suite Pls add content ce moment. Peut-Pls add contenttre lPls add contentavait-il dPls add contentjPls add content enterrPls add contente.

Toujours est-il que lorsque je prends la responsabilitPls add content du gouvernement en 1988, le problPls add contentme de la SPls add contentcuritPls add content Sociale, de son Pls add contentquilibre, et des modalitPls add contents de son financement nPls add contentest toujours pas rPls add contentsolu. Claude Evin Pls add content ici prPls add contentsent Pls add content Ministre des Affaires Sociales, sPls add contenty attelle avec un courage quasi-suicidaire. Il est le premier Pls add content sPls add contentacharner Pls add content mettre en place une maPls add contenttrise concertPls add contente de la dPls add contentpense mPls add contentdicale, et notre commune crPls add contentation de lPls add contentAgence pour le dPls add contentveloppement de lPls add contentPls add contentvaluation mPls add contentdicale est lPls add contentoutil sans lequel le Premier Ministre M. JuppPls add content ne pourrait pas, aujourdPls add contenthui, engager une rPls add contentforme bien nPls add contentcessaire. Claude Evin est aussi convaincu de la malfaisance, du point de vue de lPls add contentemploi, du financement exclusivement assurPls add content par des cotisations assises sur les salaires. Et le ministre des Affaires Sociales se rallie donc trPls add contents vite et trPls add contents fortement Pls add content lPls add contentidPls add contente de la Contribution Sociale GPls add contentnPls add contentralisPls add contente.

Moi aussi, tout aussi vite. JPls add contentavais cette idPls add contente en tPls add contentte depuis longtemps et pas seulement, ce qui Pls add contenttait pourtant dPls add contentjPls add content important, pour donner Pls add content la SPls add contentcuritPls add content Sociale un financement plus sain et moins gPls add contentnPls add contentrateur de chPls add contentmage. Je trouvais essentiel en outre de traduire dans les faits une remarque trPls add contents souvent faite par Raymond Barre, mais Pls add content laquelle il nPls add contenta jamais donnPls add content de suite concrPls add contentte, Pls add content savoir que la modernisation et lPls add contentamPls add contentlioration de lPls add contentPls add contentquitPls add content de lPls add contentimpPls add contentt franPls add contentais sur le revenu des personnes physiques Pls add contenttaient pratiquement interdites parce que sa base Pls add contenttait trop Pls add contenttroite, puisquPls add contentil nPls add contentPls add contenttait payPls add content que par moins de la moitiPls add content des FranPls add contentais. CPls add contentest donc de lPls add contentamorce dPls add contentune trPls add contents ample rPls add contentforme fiscale quPls add contentil sPls add contentagissait, ce que tout le monde semble avoir enfin compris aujourdPls add contenthui. CPls add contentPls add contenttait moins clair Pls add content lPls add contentPls add contentpoque.

De plus, Pls add content lPls add contentPls add contentvidence, la mise en place dPls add contentune telle contribution conduirait Pls add content faire payer lPls add contentimpPls add contentt Pls add content des gens qui ne le payaient pas, et en amPls add contentnerait bien dPls add contentautres Pls add content en payer un peu plus quPls add contentils nPls add contenten payaient Pls add content lPls add contentPls add contentpoque, bien que notre montage visPls add contentt Pls add content ce que la situation se solde par une baisse nette de prPls add contentlPls add contentvement pour 70% des salariPls add contents (le taux de la CSG Pls add contenttant lPls add contentgPls add contentrement infPls add contentrieur, puisque son assiette est plus large, Pls add content celui des cotisations sociales supprimPls add contentes). Pierre jugeait cette proposition Pls add contentlectoralement suicidaire, et la suite a montrPls add content quPls add contentil nPls add contentavait pas tort. Mais je la jugeais pour ma part tellement importante sur le fond que je trouvais quPls add contentelle valait bien ce sacrifice. Bien gPls add contentrPls add content au demeurant Pls add content mais ce ne fut pas le cas Pls add content, ce sacrifice pouvait Pls add content mes yeux nPls add contentPls add contenttre que temporaire.

En outre, et on le comprendra mieux, Mesdames et Messieurs, il sPls add contentagissait bel et bien de crPls add contenter un impPls add contentt, mais partiellement prPls add contentlevPls add content par, et totalement affectPls add content aux organismes de SPls add contentcuritPls add content Sociale. LPls add contenthorreur hPls add contentrPls add contenttique Pls add contenttait Pls add content son comble, cPls add contentest lPls add contentirruption dPls add contentun monstre dans notre droit fiscal. Pierre rPls add contentsista tant quPls add contentil put. La presse se saisit de lPls add contentaffaire, les cabinets, cher Olivier, bavardPls add contentrent dans des sens contradictoires, la foire dPls add contentempoigne dura six mois et lPls add contenteffet en termes de popularitPls add content fut absolument dPls add contentvastateur. Allez donc imposer une rPls add contentforme fiscale Pls add content une administration qui nPls add contenten veut pas et son Ministre encore moins !

Ma tPls add contentnacitPls add content lPls add contentemporta, la CSG fut crPls add contentPls add contente, elle fit lPls add contentobjet dPls add contentune motion de censure Pls add content lPls add contentoccasion de laquelle le Parti Communiste, pour la premiPls add contentre et jusquPls add contentPls add content prPls add contentsent unique fois dans lPls add contenthistoire, joignit ses voix Pls add content celles de toute la droite. Je nPls add contenten rPls add contentchappai que par cinq voix, une ou deux dans chacune des grandes formations politiques...on soignait lPls add contentesthPls add contenttique ! La France a donc commencPls add content lPls add content une modernisation fiscale, dont jPls add contentespPls add contentre bien quPls add contentelle ne sPls add contentarrPls add contenttera pas lPls add content.

Beau joueur, Pierre ne mPls add contenten a guPls add contentre voulu. DPls add contents le lendemain du vote, nous recommencions notre incessante surveillance de la rPls add contentgulation conjoncturelle avec la mPls add contentme intention complice et les mPls add contentmes principaux critPls add contentres de rPls add contentfPls add contentrence. Et il se garda totalement de toute intervention dans la dPls add contentlicate et dPls add contentplaisante pPls add contentriode de rumeurs qui prPls add contentcPls add contentda ce que lPls add contenton peut par convention appeler ma dPls add contentmission. Je lui en suis toujours reconnaissant.

Mon tPls add contentmoignage, Mesdames et Messieurs, Monsieur le PrPls add contentsident, sPls add contentarrPls add contenttera lPls add content. Je nPls add contentaurai parlPls add content ni de lPls add contentEurope ni de la guerre du Golfe, affaires majeures, mais qui ne lPls add contentPls add contenttaient guPls add contentre dans nos relations puisque nous Pls add contenttions sur ces sujets, Pierre et moi, en plein accord.

Je nPls add contentaurai guPls add contentre non plus fait de thPls add contentorie Pls add contentconomique. La nature de la pPls add contentriode et, je crois, la cohPls add contentrence de la politique que nous suivions lPls add contentauraient permis. Mais Pierre Pls add contenttait plus un pragmatique rigoureux quPls add contentun thPls add contentoricien.

JPls add contentai simplement voulu rendre justice Pls add content un grand serviteur du socialisme dPls add contentmocratique et de lPls add contentPls add contenttat, vous laissant complPls add contenttement juges vous-mPls add contentmes des controverses que vous connaissiez mais quPls add contentil mPls add contenta bien fallu rappeler.

Pierre, Madame, Pls add contenttait de la race des grands seigneurs. Merci Pls add content vous de mPls add contentavoir donnPls add content lPls add contentoccasion de le souligner.

 

Olivier Rousselle

Je remercie beaucoup Michel Rocard pour la vPls add contentritPls add content et la sincPls add contentritPls add content de son propos, qui ne sont pas nouvelles. Je voudrais vous prPls add contentsenter deux observateurs privilPls add contentgiPls add contents de lPls add contentaction de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy dans ses derniPls add contentres annPls add contentes, qui sont deux journalistes : Alain Vernholes, par ailleurs PrPls add contentsident de lPls add contentAssociation des journalistes Pls add contentconomiques et financiers et Erik Izraelewicz. Ce sont deux Pls add contentminents reprPls add contentsentants de ce que la presse a pu dire au jour le jour, dans le domaine international ou dans le domaine intPls add contentrieur franPls add contentais, et notamment Pls add content lPls add contentoccasion des prPls add contentsentations des lois de Finances. Ils vont nous donner leur tPls add contentmoignage sur cette pPls add contentriode et sur la faPls add contenton dont ils ont perPls add contentu Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, ministre et Premier Ministre.

 

PrPls add contentsentation par MM. Alain Vernholes et Erik Izraelewicz, journalistes au journal "Le Monde"

Alain Vernholes

 

Messieurs les PrPls add contentsidents, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

 

 

Les organisateurs de cette rencontre, consacrPls add contente Pls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, Pls add content sa personnalitPls add content et Pls add content son oeuvre, nous ont demandPls add content dPls add contentintervenir au cours de la matinPls add contente. Ils nous ont laissPls add content entiPls add contentre libertPls add content quant aux sujets et Pls add content la forme, seul le temps imparti ayant Pls add contenttPls add content prPls add contentcisPls add content : une petite heure, je crois, que nous essaierons de ne pas trop dPls add contentpasser, Erik Izraelewicz et moi. Il est vrai que Michel Rocard a dPls add contentjPls add content dit beaucoup de choses mais je ne dirai pas tout Pls add content fait les mPls add contentmes choses.

 

Pour autant, cette libertPls add content du choix des sujets, de la forme de nos exposPls add contents et plus encore bien sPls add contentr, de leur contenu, nous ont posPls add content un problPls add contentme. Erik Izraelewicz et moi-mPls add contentme avions beaucoup cPls add contenttoyPls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy et pendant longtemps. Si je nPls add contentPls add contenttais pas moi-mPls add contentme en charge de la couverture de son ministPls add contentre quand il fut appelPls add content aux Affaires sociales et Pls add content la SolidaritPls add content en juin 1982, je lPls add contentavais en revanche continuellement Pls add content suiviPls add content comme ministre de lPls add contentEconomie, des Finances et du Budget de juillet 1984 Pls add content mars 1986, puis encore ensuite de mai 1988 Pls add content mars 1992.

 

En revanche, si nous avions gardPls add content des contacts pendant ces annPls add contentes au cours desquelles Edouard Balladur le remplaPls add contenta aux Finances (cPls add contentest-Pls add content-dire de mars 1986 au dPls add contentbut de mai 1988), jPls add contentavais commencPls add content Pls add content le perdre de vue quand il devint Premier Ministre au dPls add contentbut dPls add contentavril 1992. Quand je dis perdre de vue, je parle de lui au sens propre et non de sa politique que bien Pls add contentvidemment nous analysions au service Pls add contentconomique du Monde, notamment Pls add content travers les contacts que nous avions avec ses ministres, Michel Sapin, Michel Charasse, Dominique Strauss-Kahn. Et cPls add contentest tout naturellement que le service politique de notre journal sPls add contentPls add contenttait attachPls add content Pls add content le suivre dans ses Pls add contentminentes fonctions.

 

Il y avait bien sPls add contentr les confPls add contentrences de presse de Matignon mais le contact, pour nous journalistes Pls add contentconomiques, nPls add contentPls add contenttait plus le mPls add contentme. Ses prPls add contentoccupations de Premier Ministre dPls add contentpassaient largement le cadre vaste et pourtant insuffisant de lPls add contentPls add contentconomie et des finances. Il faut dire que la situation Pls add contentconomique ne sPls add contentamPls add contentliorait pas et il me sembla alors, pour parler franchement, quand je le revis rue de Varenne, que la vision trPls add contents claire qui lPls add contentavait guidPls add content pendant les annPls add contentes passPls add contentes Pls add content Rivoli et Pls add content Bercy avait fait place Pls add content des hPls add contentsitations et parfois, me semble-t-il, au doute. Le propos Pls add contenttait toujours ferme, mais plus souvent narquois ou impatientPls add content, et finalement moins convaincant. Durant cette pPls add contentriode, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy mPls add contentPls add contenttait apparu comme coincPls add content, et conscient de lPls add contentPls add contenttre, dans une situation aux donnPls add contentes inextricables, faite de dPls add contentficits publics et sociaux grandissants, de chPls add contentmage croissant, de taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt Pls add contentlevPls add contents. Le tout aggravPls add content par des critiques souvent acerbes portPls add contentes Pls add content sa politique et qui, Pls add content mon avis, lPls add contentaffectaient beaucoup.

 

Mais en commenPls add contentant Pls add content interprPls add contentter lPls add contentaction de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, jPls add contentanticipe sur la suite de mon propos. JPls add contentanticipe parce quPls add contentavant de commencer Pls add content parler de lPls add contenthomme et de son oeuvre, de lPls add contentenvironnement Pls add contentconomique et politique dans lequel il a agi, et qui est Pls add contentvidemment trPls add contents important, je voudrais vous dire pourquoi ce que je vais exposer mPls add contenta posPls add content plus de problPls add contentmes que sPls add contentil sPls add contentPls add contenttait agi dPls add contentun article de quotidien Pls add content Pls add contentcrire. Et lPls add contenthabitude nPls add contentest Pls add contentvidemment pas seule en cause. Il sPls add contentagit en effet de parler dPls add contentun homme de gouvernement, tragiquement disparu, qui exerPls add contenta des fonctions essentielles pendant une dizaine dPls add contentannPls add contentes. Il sPls add contentagit surtout de parler dPls add contentune action qui a profondPls add contentment marquPls add content le pays, son Pls add contentconomie, son systPls add contentme financier mais aussi tous les FranPls add contentais comme travailleurs, chPls add contentmeurs, retraitPls add contents, Pls add contentpargnants, chefs dPls add contententreprises, syndicalistes...Cette narration ne va pas de soi. Il faut interprPls add contentter, remettre en ordre pour rendre comprPls add contenthensibles des faits, des dPls add contentcisions, des Pls add contentvPls add contentnements. Quand on en arrive lPls add content, on peut se dire que la mort de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, il y a trois ans, impose une certaine rPls add contentserve, impose quPls add contenton Pls add contentvite lPls add contentanalyse dPls add contenttaillPls add contente dPls add contentun bilan incontestablement positif mais qui, comme tous les bilans, comporte des points faibles, des erreurs, des occasions ratPls add contentes. Et tout naturellement, un certain nombre de personnes qui se trouvent ici rPls add contentunies dans cette salle, peuvent penser que lPls add contentanalyse critique nPls add contentest pas de circonstance.

 

Nous avons pourtant choisi, Erik Izraelewicz et moi-mPls add contentme, cette voie, parce que nous sommes journalistes et que nous essayons de restituer les faits, dPls add contentexpliquer les intentions, dPls add contentanalyser les consPls add contentquences. Nous avons une conscience aiguPls add content de la difficultPls add content de notre tPls add contentche et de lPls add contentimperfection de nos prestations. De plus, ce que nous disons est toujours plus ou moins marquPls add content, empreint de subjectivitPls add content. Des dPls add contentfauts qui vous apparaPls add contenttront peut-Pls add contenttre moins acceptables aujourdPls add contenthui. Sachez tout de mPls add contentme quPls add contenten plus de nos expPls add contentriences personnelles, de nos souvenirs et de nos notes, pour rendre compte le plus exactement possible des faits et des annPls add contentes qui ont vu Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy souvent occuper le devant de la scPls add contentne, nous avons multipliPls add content les entretiens avec certains de ceux qui travaillPls add contentrent, de prPls add contents ou de loin, avec lui.

 

Et lPls add content jPls add contentajoute, car cPls add contentest pour moi trPls add contents important, quPls add contentPls add content chaque fois quPls add contentune telle dPls add contentmarche est tentPls add contente, il est rPls add contentconfortant de constater que, sur lPls add contentessentiel, il est possible de sPls add contententendre, dPls add contentavoir des jugements trPls add contents proches. Tel a Pls add contenttPls add content le cas des entretiens que jPls add contentai eus au sujet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Puisse cependant la libertPls add content de mes propos ne froisser personne.

 

Je disais tout Pls add content lPls add contentheure que lPls add contentaction et la personnalitPls add content de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy avaient profondPls add contentment marquPls add content le pays et son Pls add contentconomie. Ce qui est certain, cPls add contentest quPls add contententre le dPls add contentbut des annPls add contentes 80, cPls add contentest-Pls add content-dire le moment oPls add content la gauche arrive au pouvoir et le dPls add contentbut des annPls add contentes 90, la France et les FranPls add contentais, mais aussi la vie politique, les comportements et les idPls add contentes dominantes ne sont plus les mPls add contentmes. Difficile de dire dans quelle mesure ces changements ont Pls add contenttPls add content influencPls add contents ou seulement facilitPls add contents par lPls add contentaction de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy qui, bien sPls add contentr, sur de nombreux points, a prolongPls add content celle de Pierre Mauroy et de Jacques Delors. Un duo au pouvoir qui fit prendre Pls add content la gauche un tournant semble-t-il dPls add contentcisif dans le domaine Pls add contentconomique et financier, dans celui de la dPls add contentsinflation notamment. Mais une chose est certaine : dans ce mouvement gPls add contentnPls add contentral qui a vu la France se transformer, cPls add contentest la gauche et ses idPls add contentes qui ont le plus changPls add content. On peut donc a priori penser que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, lui-mPls add contentme converti Pls add content lPls add contentPls add contentconomie, a pesPls add content lourd dans cette Pls add contentvolution gPls add contentnPls add contentrale. Et nous verrons tout Pls add content lPls add contentheure de quelle faPls add contenton.

 

Mais tout dPls add contentabord, essayons de dPls add contentcrire comment la gauche a changPls add content, comment elle a abandonnPls add content certaines analyses Pls add contentconomiques pour en adopter dPls add contentautres. Ou plus exactement comment, Pls add content gauche, ceux que jPls add contentappellerais les Pls add content techniciens de lPls add contentPls add contentconomiePls add content ont, au fil des annPls add contentes et des coups durs, pris de plus en plus dPls add contentimportance sur les politiques, quand ce ne sont pas les politiques qui se sont convertis en techniciens de lPls add contentPls add contentconomie. Cette Pls add contentvolution reflPls add contentte assez exactement le parcours de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

 

 

Depuis le premier choc pPls add contenttrolier survenu fin 1973, la richesse nationale nPls add contentaugmentait plus trPls add contents vite, lentement mPls add contentme parfois, alors que le chPls add contentmage progressait. Souvenez-vous quPls add contenten septembre 75, le cap du million de demandeurs dPls add contentemplois avait Pls add contenttPls add content franchi et quPls add contenten septembre 80, cPls add contentPls add contenttait celui du million et demi. Raymond Barre, comme Premier Ministre de la seconde partie des annPls add contentes 70, prPls add contentchait la rigueur : rigueur des comptes publics et sociaux, rigueur des salaires, rigueur de la politique monPls add contenttaire qui doit donner Pls add content la France une monnaie forte. Son discours Pls add contenttait clair : les FranPls add contentais vivaient au-dessus de leurs moyens comme en tPls add contentmoignait la balance des paiements courants qui se dPls add contentgradait lentement et qui dPls add contentexcPls add contentdentaire allait devenir dPls add contentficitaire Pls add content partir de 1980.

 

Les FranPls add contentais doivent accepter pendant un temps de voir stagner leur pouvoir dPls add contentachat, rPls add contentpPls add contenttait Barre, pour permettre notamment Pls add content lPls add contentindustrie dPls add contentinvestir davantage et Pls add content la hausse des prix de se ralentir. Cela parce que le premier choc pPls add contenttrolier avait opPls add contentrPls add content un prPls add contentlPls add contentvement important sur la richesse nationale, un prPls add contentlPls add contentvement quPls add contentil fallait accepter de payer, dPls add contentune faPls add contenton ou dPls add contentune autre, en consommant moins. Faute de quoi lPls add contentinflation allait, en soldant ses comptes, sPls add contentaccPls add contentlPls add contentrer et affaiblir notre Pls add contentconomie.

 

Nous vendrons moins Pls add content lPls add contentPls add contenttranger parce que nous ne serons plus compPls add contenttitifs et le chPls add contentmage augmentera encore plus vite Le discours de Raymond Barre, rPls add contentsolument franc fort dans un pays habituPls add content aux facilitPls add contents des dPls add contentvaluations, nPls add contentPls add contenttait pas entendu : il agaPls add contentait mPls add contentme beaucoup et rendait le Premier Ministre impopulaire. DPls add contentune certaine faPls add contenton, les dPls add contentvaluations passPls add contentes avaient plutPls add contentt laissPls add content de bons souvenirs. La culture de la haute administration Pls add contenttait elle aussi plutPls add contentt dPls add contentvaluationniste.

 

En fait, une majoritPls add content de FranPls add contentais nPls add contentacceptait pas de payer le contrecoup des deux chocs pPls add contenttroliers qui avaient momentanPls add contentment appauvri le pays : une nouvelle et forte hausse des prix du brut, souvenez-vous, Pls add contenttait intervenue en juin 1980, en mPls add contentme temps que commenPls add contentait la guerre entre lPls add contentIrak et lPls add contentIran. Plusieurs gouvernements Pls add contenttrangers, instruits par lPls add contentexpPls add contentrience du premier choc de 1973-74, avaient Pls add content partir de 1980 serrPls add content les boulons, pour Pls add contentviter les dPls add contentrapages inflationnistes, ces dPls add contentrapages dont Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy rPls add contentpPls add contenttera souvent, parce quPls add contentil en Pls add contenttait convaincu, quPls add contentils sont toujours payPls add contents par les petites gens. Le tableau Pls add contenttait Pls add contentloquent : la hausse des prix de dPls add contenttail avait atteint 13,6% en France en 1980 contre seulement 5,5% en Allemagne, quelle diffPls add contentrence !

 

CPls add contentest dans ce contexte bien peu favorable que la gauche arriva au pouvoir en 1981. Les prix et les salaires augmentaient vite, les comptes extPls add contentrieurs commenPls add contentaient Pls add content se dPls add contentsPls add contentquilibrer, la croissance Pls add contentconomique avait fortement flPls add contentchi en 1980 (le PIB nPls add contentavait progressPls add content que de 1,6% aprPls add contents 3,2% en 1979). Et pour tout arranger, lPls add contentPls add contentconomie amPls add contentricaine Pls add contenttait en rPls add contentcession. Seuls les comptes publics et sociaux Pls add contenttaient Pls add content peu prPls add contents Pls add contentquilibrPls add contents et semblaient donner une petite marge de manoeuvre Pls add content la gauche.

 

Le nouveau prPls add contentsident de la RPls add contentpublique et les politiques qui le conseillaient Pls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, Pls add content lPls add contentPls add contentpoque SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de lPls add contentElysPls add contente, Pls add contenttait de ceux-lPls add content Pls add content avaient bPls add contentti leur stratPls add contentgie Pls add contentconomique et financiPls add contentre sur trois convictions :

 

La premiPls add contentre Pls add contenttait que la croissance Pls add contentconomique, qui faisait dPls add contentjPls add content si cruellement dPls add contentfaut, dPls add contentpendait de lPls add contentaction de lPls add contentEtat. Cette idPls add contente sPls add contentPls add contenttait dPls add contentveloppPls add contente dans le monde entier Pls add content partir des rPls add contentflexions inspirPls add contentes par la terrible crise Pls add contentconomique des annPls add contentes 30. Nourrie de keynPls add contentsianisme, elle Pls add contenttait la pensPls add contente dominante dans presque toute lPls add contentEurope occidentale au lendemain de la guerre. En France, on la retrouvait dans la charte du Conseil national de la RPls add contentsistance mais on la retrouvait aussi en NorvPls add contentge dans le programme gouvernemental de 1945.

Cette idPls add contente de la toute puissance de lPls add contentEtat, qui avait habitPls add content tant dPls add contenthommes politiques dans des pays tellement nombreux, avait commencPls add content Pls add content passer de mode Pls add content partir des annPls add contentes 70. DPls add contentabord au niveau de la thPls add contentorie, avec des hommes comme Lucas et ses anticipations rationnelles, ensuite au tout dPls add contentbut des annPls add contentes 80 avec Volcker, le directeur de la RPls add contentserve fPls add contentdPls add contentrale des Etats-Unis, puis avec le retour du monPls add contenttarisme, prolongPls add content sous Reagan par les politiques de lPls add contentoffre.

 

En France cependant, lPls add contentidPls add contentologie dominante, si lPls add contenton peut sPls add contentexprimer ainsi, restait fortement imprPls add contentgnPls add contente de keynPls add contentsianisme. On le constata au cours du dPls add contentbat tPls add contentlPls add contentvisPls add content qui, le 5 mai 1981, vit FranPls add contentois Mitterrand reprocher Pls add content ValPls add contentry Giscard dPls add contentEstaing dPls add contentavoir laissPls add content grandir le chPls add contentmage en ne faisant rien de sPls add contentrieux pour accPls add contentlPls add contentrer la croissance Pls add contentconomique. LPls add contentidPls add contente sous-jacente Pls add contenttait bien que les gouvernements de droite ne faisaient pas jouer son rPls add contentle de grand rPls add contentgulateur Pls add content lPls add contentEtat et acceptaient de fait un certain freinage de lPls add contentactivitPls add content pour entretenir un niveau de chPls add contentmage suffisant. Cela Pls add contenttait cohPls add contentrent pour peser sur les salaires et rPls add contentsister ainsi Pls add content la concurrence internationale. Telle Pls add contenttait du moins la croyance.

 

CPls add contentest donc tout naturellement que la gauche, qui arrive au pouvoir en 1981, va activer les feux en accroissant le dPls add contentficit budgPls add contenttaire. Celui-ci va rapidement tripler, passant de 30 milliards en 1980 Pls add content 81 milliards en 1981 et Pls add content 99 milliards en 1982. JPls add contentai relu lPls add contentexposPls add content du projet de loi de Finances pour 1982. Il y est dit, je cite, que Pls add content toute politique budgPls add contenttaire passive, ou se fixant pour objectif principal la rPls add contentduction du dPls add contentcouvert, est vouPls add contente Pls add content lPls add contentPls add contentchecPls add content . Les dPls add contentpenses publiques du budget de 1982 augmentent donc de 27,5% par rapport au budget initial de 1981. De plus, fidPls add contentle aux engagements Pls add contentlectoraux Pls add content et Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, de son poste de SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de lPls add contentElysPls add contente, est lPls add content pour les rappeler, notamment quand il dPls add contentfendra trPls add contents fort les 39 heures payPls add contentes 40 heures que certains proposent de diffPls add contentrer Pls add content, le gouvernement distribue ou fait distribuer beaucoup de revenus sous forme de hausses du SMIC, de prestations familiales, de minimum vieillesse.

 

On retrouve dans presque toutes ces mesures lPls add contentidPls add contente de la relance keynPls add contentsienne que les Allemands ont pratiquPls add contente une derniPls add contentre fois Pls add content la fin des annPls add contentes 70 pour entraPls add contentner la croissance en Europe. On parlait alors de thPls add contentorie des locomotives. Mais les rPls add contentsultats avaient Pls add contenttPls add content si mauvais, en matiPls add contentre dPls add contentinflation notamment, quPls add contenton avait jurPls add content Pls add content Bonn ne plus jamais recommencer.

 

La deuxiPls add contentme idPls add contente, me semble-t-il, qui anime la gauche arrivant au pouvoir, Pls add contenttait que les entreprises franPls add contentaises vivaient sous la coupe des multinationales et que le vPls add contentritable pouvoir Pls add contentconomique Pls add content notamment le pouvoir dPls add contentimplantation, dPls add contentembauche de licenciement Pls add content nPls add contentPls add contenttait plus en France mais se trouvait dissPls add contentminPls add content Pls add content lPls add contentPls add contenttranger, avec pour seul objectif de tout sacrifier au profit. DPls add contentoPls add content la dPls add contentcision de nationaliser les grands groupes industriels. DPls add contentoPls add content la tentation du protectionnisme pour quelques-uns et, pour les plus nombreux, la volontPls add content de reconquPls add contentrir le marchPls add content intPls add contentrieur en freinant le dPls add contentveloppement des Pls add contentchanges internationaux pour moins dPls add contentpendre du commerce extPls add contentrieur. LPls add contentidPls add contente lPls add content encore Pls add contenttait de maPls add contenttriser le pouvoir Pls add contentconomique en ramenant en France ses centres de dPls add contentcisions. Et, de ce point de vue, la construction europPls add contentenne apparaissait Pls add content certains gPls add contentnante et pouvait Pls add content la limite Pls add contenttre suspectPls add contente.

 

Enfin, la troisiPls add contentme idPls add contente de la gauche Pls add contenttait de se mPls add contentfier des banques et des banquiers qui appauvrissaient les entreprises, en fondant leurs interventions sur des critPls add contentres financiers Pls add content court terme. CPls add contentPls add contenttait dPls add contentune certaine faPls add contenton le grand capitalisme se nourrissant de la substance de l'industrie au lieu de favoriser les investissements. Non seulement lPls add contentidPls add contente Pls add contenttait lancPls add contente de limiter les salaires des dirigeants des banques mais, Pls add content partir de cette analyse, qui ne dPls add contenttonait pas en pays catholique, la gauche allait dPls add contentvelopper et justifier sa volontPls add content de nationaliser la plus grande partie du systPls add contentme bancaire. Les socialistes au pouvoir iront plus loin en avanPls add contentant lPls add contentidPls add contente, qui avortera, dPls add contentune banque nationale dPls add contentinvestissements, tandis quPls add contenten septembre 1982, le prPls add contentsident de la RPls add contentpublique Pls add contentvoquera la possibilitPls add content dPls add contentun moratoire pour les entreprises lourdement endettPls add contentes.

 

Dix ans plus tard, la vision des choses a beaucoup changPls add content. Elle a changPls add content pour les socialistes qui gouvernent et pour Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy en particulier, indispensable ministre de lPls add contentEconomie et des Finances, dont le rPls add contentle a Pls add contenttPls add content renouvelPls add content en mai 1988. Mais la vision des choses a changPls add content aussi pour lPls add contentopinion publique. En fait, le dPls add contentbat Pls add contentconomique qui a agitPls add content toute la gauche au dPls add contentbut des annPls add contentes 80 a largement Pls add contenttPls add content le dPls add contentbat de tous les FranPls add contentais.

 

Ce qui frappe le plus est peut-Pls add contenttre la rPls add contenthabilitation de lPls add contententreprise, de son rPls add contentle, de ses finalitPls add contents et Pls add content la limite des moyens quPls add contentelle met en oeuvre pour se battre dans un monde ouvert Pls add content la concurrence. Ce revirement a lieu dPls add contents 1982-83. FranPls add contentois Mitterrand dPls add contentclare alors que Pls add content lPls add contententreprise est une prioritPls add content qui commande toutes les autresPls add content . Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, qui Pls add contentcoute et comprend les entrepreneurs, sera complPls add contenttement sur cette ligne. Il faut dire que les comptes des entreprises et leurs ratios sont dans un Pls add contenttat lamentable Pls add content lPls add contentPls add contentpoque. Dans les deux plans de rigueur que la France va sPls add contentimposer, en 1982 et 1983, ce sont les FranPls add contentais comme consommateurs qui vont payer : leur pouvoir dPls add contentachat va baisser deux annPls add contentes de suite, en 1983 et 1984, ce qui ne sPls add contentPls add contenttait pas passPls add content depuis fort longtemps. Les entreprises, elles, vont bPls add contentnPls add contentficier de toutes les faveurs gouvernementales : allPls add contentgement de la taxe professionnelle, prPls add contentts bonifiPls add contents, amortissement accPls add contentlPls add contentrPls add content...JPls add contenten passe car la manne gouvernementale a pris bien des formes jusquPls add contentPls add content ces derniers mois, au point dPls add contentPls add contenttre maintenant remise en cause par certains grands patrons eux-mPls add contentmes qui mettent en doute leur efficacitPls add content.

 

LPls add contentimportant nPls add contentest pourtant pas lPls add content : il est quPls add contentPls add content partir de 1982-1983, progressivement, les entreprises nPls add contentapparaissent plus comme le lieu oPls add content sPls add contentaccumulent les profits indus ou excessifs mais comme lPls add contentendroit oPls add content doivent se crPls add contenter de la richesse et des emplois. Et, tout naturellement, la question se pose de savoir si le lieu du vPls add contentritable pouvoir Pls add contentconomique, le lieu oPls add content se dPls add contentcide la croissance, nPls add contentest pas dans les entreprises plutPls add contentt que dans les cabinets ministPls add contentriels. Ce dPls add contentbat va en entraPls add contentner dPls add contentautres sur la dPls add contentconcentration des pouvoirs, la dPls add contentcentralisation aussi, et finalement sur lPls add contentefficacitPls add content des politiques macro-Pls add contentconomiques par rapport aux politiques de rPls add contentformes...

 

Toujours est-il que le partage de la valeur ajoutPls add contente, trPls add contents favorable aux salariPls add contents durant les annPls add contentes 70, va basculer en faveur des entreprises au cours des annPls add contentes 80. Le profit nPls add contentest plus un mot tabou : la gauche au pouvoir en reconnaPls add contentt la nPls add contentcessitPls add content, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy en parle. CPls add contentest bien pour cela quPls add contentil commencera Pls add content rPls add contentduire le taux de lPls add contentimpPls add contentt sur les sociPls add contenttPls add contents durant lPls add contentPls add contenttPls add content 1985, mesure inscrite dans la loi de Finances pour 1986. Une action quPls add contentil poursuivra jusquPls add contentPls add content son terme dans le budget de 1992, cPls add contentest-Pls add content-dire jusquPls add contentPls add content ce que le taux de lPls add contentIS soit revenu Pls add content 34% puis lPls add contentannPls add contente suivante Pls add content 33,3%. Nous y sommes.

 

De mPls add contentme, lPls add contentPls add contentpargne, qui conditionne lPls add contentinvestissement des entreprises, est-elle favorisPls add contente, non seulement par des taux rPls add contentmunPls add contentrateurs allPls add contentchants (ces taux Pls add contenttaient souvent nPls add contentgatifs au cours des annPls add contentes 70, il ne faut pas lPls add contentoublier), mais encore par des mesures fiscales favorables, voire mPls add contentme trPls add contents favorables. Les taux dPls add contentimposition sont fortement rPls add contentduits par crainte dPls add contentune fuite massive des capitaux lors de la suppression du contrPls add contentle des changes prPls add contentvue pour 1990 : ainsi, en 1989, on passe dPls add contentun prPls add contentlPls add contentvement libPls add contentratoire de 25% Pls add content un taux de 15% sur les obligations (hors prPls add contentlPls add contentvement social). On en est maintenant Pls add content 20%, prPls add contentlPls add contentvements sociaux compris, ce qui est encore relativement modPls add contentrPls add content.

 

Du regain de confiance accordPls add content aux entreprises, ou plutPls add contentt de la reconnaissance de leur rPls add contentle majeur dans lPls add contentPls add contentconomie, vont dPls add contentcouler des consPls add contentquences innombrables et souvent dPls add contentcisives. Progressivement toutes les rPls add contentglementations vont Pls add contenttre supprimPls add contentes : les prix, dont la libPls add contentration avait commencPls add content avec Raymond Barre et RenPls add content Monory, seront libPls add contentrPls add contents au fil des mois, aprPls add contents la parenthPls add contentse du blocage dPls add contentcidPls add content pour quatre mois et demi en juin 1982 Pls add content lPls add contentoccasion du premier plan de rigueur. Le prix de lPls add contentessence par exemple sera libPls add contentrPls add content en janvier 1985 et Edouard Balladur nPls add contentaura quPls add contentPls add content apporter la touche finale au dPls add contentbut de 1987 pour parachever le tout. La suppression du contrPls add contentle du crPls add contentdit sera quant Pls add content elle vivement recommandPls add contente en 1985-1986 par lPls add contentPls add contentquipe qui entoure Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy aux Finances et sera effective dPls add contentbut 1987 avec la droite. Quant au contrPls add contentle des changes, il disparaPls add contenttra donc tout Pls add content fait le 1er janvier 1990, selon nos engagements europPls add contentens.

 

LPls add contentouverture de notre Pls add contentconomie sur lPls add contentextPls add contentrieur est acceptPls add contente et Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, homme moderne, Pls add content lPls add contentopposPls add content dPls add contentun homme protectionniste, trPls add contents soucieux de notre industrie et de ses performances, y a Pls add contenttPls add content pour beaucoup, convaincu quPls add contentil Pls add contenttait que les chemins de la prospPls add contentritPls add content nationale passaient par lPls add content, malgrPls add content certains coPls add contentts douloureux, et notamment, bien sPls add contentr, ceux du chPls add contentmage. Les signes Pls add contentvidents de cette ouverture se voient maintenant aux multiples liens tissPls add contents entre entreprises franPls add contentaises et grands groupes Pls add contenttrangers. Les multinationales ne font plus peur, elles sont mPls add contentme invitPls add contentes Pls add content investir en France. La construction europPls add contentenne, dont on craignait quPls add contentelle nous ouvre trop Pls add content lPls add contentPls add contenttranger, Pls add content ses capitaux et Pls add content ses pouvoirs, nPls add contentest plus vraiment discutPls add contente Pls add content gauche, ou si peu, depuis que fut confirmPls add content en mars 1983 lPls add contentattachement de la France au SystPls add contentme MonPls add contenttaire EuropPls add contenten et, au-delPls add content, Pls add content des relations Pls add contenttroites avec lPls add contentAllemagne. Michel Rocard, tout Pls add content lPls add contentheure, vous en a parlPls add content longuement.

 

On se souvient que certains proches de FranPls add contentois Mitterrand avaient alors conseillPls add content de sortir le franc du SME pour retrouver des marges de manoeuvre et mener une politique authentiquement nationale. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy qui, Pls add content mon avis, nPls add contentPls add contenttait pas un europPls add contenten de coeur comme le PrPls add contentsident de la RPls add contentpublique mais plutPls add contentt un europPls add contenten de raison, avait Pls add contenttPls add content de ceux qui voulaient sortir du SME. Le refus de FranPls add contentois Mitterrand a fait de lui, assez nationaliste jusque-lPls add content, le dPls add contentfenseur dPls add contentcomplexPls add content dPls add contentune politique Pls add contentconomique calquPls add contente sur celles des grands pays Pls add contenttrangers : rigueur monPls add contenttaire, rigueur budgPls add contenttaire, dPls add contentsinflation, modPls add contentration salariale... Avec un tel orfPls add contentvre, lPls add contentengagement europPls add contenten de la France put sPls add contentaffirmer au fil des ans, notamment lors du Conseil de Luxembourg de fin 1985 qui adopta lPls add contentActe unique, par lequel les douze sPls add contentengageaient Pls add content rPls add contentaliser avant la fin 1992 un espace sans frontiPls add contentres intPls add contentrieures.

 

A partir de 1991, les prix de dPls add contenttail augmentent moins vite en France quPls add contenten Allemagne Pls add content Michel Rocard lPls add contenta rappelPls add content tout Pls add content lPls add contentheure Pls add content et cPls add contentest en grande partie Pls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy que la France doit dPls add contentavoir pu discuter progressivement dPls add contentPls add contentgal Pls add content Pls add contentgal, ou presque, avec lPls add contentAllemagne dans toutes les grandes occasions, notamment lors de la conclusion du TraitPls add content de Maastricht. Pls add content Faites moi donc de bonnes finances et je vous ferai de bonnes politiques...Pls add content

 

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy fut un grand ministre de lPls add contentEconomie et des Finances, probablement lPls add contentun des meilleurs que la France ait eu depuis trPls add contents longtemps. CPls add contentest en tout cas mon opinion ou ma modeste opinion. Mais cPls add contentest aussi lPls add contentopinion de nombreux Pls add contentconomistes et de beaucoup de hauts fonctionnaires. Son action inspire Pls add content tous le respect mPls add contentme si elle reste discutPls add contente, parfois trPls add contents discutPls add contente, sur des points essentiels comme celui de lPls add contentancrage du franc au mark au dPls add contentbut des annPls add contentes 90, qui valut Pls add content notre Pls add contentconomie des taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt Pls add content court terme trPls add contents Pls add contentlevPls add contents, manifestement peu adaptPls add contents aux circonstances.

 

Peut-Pls add contenttre faut-il alors se demander pourquoi Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a Pls add contenttPls add content aussi bon dans ses fonctions ? Quelles que soient leurs qualitPls add contents propres, les hommes politiques doivent pour rPls add contentussir bPls add contentnPls add contentficier des circonstances, de ce que Machiavel appelait la Pls add content fortunePls add content . Ni Pierre MendPls add contents-France Pls add content gauche, que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy admirait tant, ni Jacques Chaban-Delmas Pls add content droite nPls add contenten bPls add contentnPls add contentficiPls add contentrent vraiment, laissant le souvenir dPls add contenthommes courageux mais qui, arrivPls add contents trop tPls add contentt ou trop tard, Pls add contentchouPls add contentrent en partie. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy arriva lui au bon moment, juste aprPls add contents Pierre Mauroy et Jacques Delors qui avaient si lPls add contenton peut dire dPls add contentblayPls add content le terrain et montrPls add content la voie. Mais il fallait poursuivre et nous nPls add contentavions en fait pas tellement dPls add contentautre choix que celui de la rigueur. CPls add contentest ce que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy fit avec ses qualitPls add contents : courage pour imposer sa ligne Pls add content la gauche (on se souvient de la grogne, pour ne pas dire plus, quPls add contentil souleva en baissant lPls add contentimpPls add contentt sur les sociPls add contenttPls add contents et les prPls add contentlPls add contentvements sur lPls add contentPls add contentpargne), tPls add contentnacitPls add content pour durer et ne pas changer de politique, mPls add contentme quand les vents devenaient mauvais, habiletPls add content en mPls add contentme temps que clairvoyance pour faire comprendre aux FranPls add contentais le bien-fondPls add content dPls add contentune action pas toujours populaire, en mPls add contentme temps que pour comprendre ce que lPls add contentopinion publique attendait de lui et la lui accorder au bon moment. On le vit par exemple lorsquPls add contentil prPls add contentcipita la suppression du prPls add contentlPls add contentvement de 1% sur le revenu, instituPls add content en mars 1983, Pls add content lPls add contentoccasion du deuxiPls add contentme plan de rigueur Mauroy-Delors, pour financer le dPls add contentficit de la SPls add contentcuritPls add content Sociale.

Mais les Pls add contentlections de 1986 approchaient...

 

La tPls add contentnacitPls add content lui a donnPls add content la durPls add contente et cPls add contentest ce qui explique ses succPls add contents spectaculaires en matiPls add contentre dPls add contentinflation, dans un pays habituPls add content Pls add content de fortes hausses de prix. On peut dire que, sPls add contentadossant Pls add content la dPls add contentsindexation des salaires introduite par lPls add contentPls add contentquipe Mauroy-Delors, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a rPls add contentussi Pls add content complPls add contenttement modifier les comportements des chefs dPls add contententreprise et des mPls add contentnages, et cela a Pls add contenttPls add content essentiel. Si la France nPls add contentest plus un pays dPls add contentinflation, elle le doit Pls add content celui que lPls add contenton appelait entre nous journalistes Pls add content M. Bons indicesPls add content et qui a eu le rare mPls add contentrite de ne jamais changer de cap. La durPls add contente a Pls add contenttPls add content la clPls add content de son succPls add contents.

 

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy fit preuve des mPls add contentmes qualitPls add contents de tPls add contentnacitPls add content dans la politique du franc fort quPls add contentil mena sans faiblir aussi longtemps quPls add contentil fut ministre de lPls add contentEconomie et des Finances. La tentation quPls add contentil eut de voir sortir le franc du S.M.E. en 1983 sPls add contentexplique aussi Pls add content mon avis beaucoup par la rPls add contentpugnance que lui inspiraient les nPls add contentgociations avec les partenaires europPls add contentens, avec les Allemands en particulier, pour obtenir le droit de dPls add contentvaluer et de dPls add contentcider du montant de ces dPls add contentvaluations. Il dPls add contenttestait quPls add contentmander, il dPls add contenttestait cela quand il le voyait faire. CPls add contentPls add contenttait pour lui sPls add contentabaisser. La meilleure faPls add contenton de ne pas se trouver en pareille situation fut, aprPls add contents que FranPls add contentois Mitterrand eut dPls add contentcidPls add content de rester dans le SME, de ne jamais dPls add contentvaluer. Et cPls add contentest ce quPls add contentil fit puisquPls add contentil restera dans nos mPls add contentmoires comme le ministre qui nPls add contenta jamais dPls add contentvaluPls add content.

 

La clairvoyance fut celle dPls add contentun homme qui comprit trPls add contents vite que les FranPls add contentais nPls add contentaccepteraient pas de voir les impPls add contentts et les charges sociales augmenter. DPls add contentoPls add content lPls add contentextrPls add contentme attention quPls add contentil manifesta Pls add content lPls add contentPls add contentvolution des prPls add contentlPls add contentvements obligatoires, dPls add contentoPls add content aussi lPls add contentallant quPls add contentil manifesta pour rPls add contentduire la TVA, malgrPls add content les mises en garde prPls add contentmonitoires de Michel Rocard, Premier Ministre, qui avait dPls add contentnoncPls add content les risques de paupPls add contentrisation de lPls add contentEtat. CPls add contentest aussi comme cela que sPls add contentexpliquent ses rPls add contentticences, pour ne pas dire plus, vis-Pls add content-vis dPls add contentune CSG (Contribution Sociale GPls add contentnPls add contentralisPls add contente) voulue par Michel Rocard, qui malgrPls add content son modernisme, lui apparaissait comme un impPls add contentt nouveau, et donc dPls add contenttestable. On lPls add contentavait dPls add contentjPls add content vu lorsquPls add contentil sPls add contentPls add contenttait montrPls add content dPls add contentfavorable Pls add content un prPls add contentlPls add contentvement sur lPls add contentensemble des revenus, conseillPls add content dPls add contents 1981 par le Commissariat au Plan et que Jacques Delors voulait instituer en 1983.

 

Dans lPls add contentensemble, les choix de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy furent bons : la France avait besoin de rPls add contenttablir les comptes de ses entreprises, ses comptes publics et sociaux, ses comptes extPls add contentrieurs aussi, en mPls add contentme temps que de combattre lPls add contentinflation. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy sPls add contenty employa avec une Pls add contentnergie qui frisait souvent la brutalitPls add content. Cela fut vrai pour la SPls add contentcuritPls add content Sociale comme pour les finances publiques dont le dPls add contentficit, qui nPls add contentavait cessPls add content de grossir de 1981 Pls add content 1985, passant de 80,9 milliards de francs Pls add content 153,3 milliards de francs, commenPls add contentait Pls add content diminuer lorsque la gauche perdit les Pls add contentlections de 1986. En 1984, 1985, 1986, le dPls add contentficit de lPls add contentensemble des administrations publiques redescendit sous la barre des 3% du PIB Pls add content cPls add contentest maintenant le critPls add contentre voulu par Maastricht Pls add content aprPls add contents avoir grimpPls add content jusquPls add contentPls add content 3,2%, mais Pls add content partir dPls add contentune situation de strict Pls add contentquilibre en 1980. MalgrPls add content des artifices de prPls add contentsentation, des dPls add contentbudgPls add contenttisations, dPls add contentailleurs dPls add contentnoncPls add contents par la Cour des Comptes et mPls add contentme par le rapporteur socialiste du budget Pls add content lPls add contentAssemblPls add contente nationale, Christian Pierret, la gestion budgPls add contenttaire Pls add contenttait trPls add contents sPls add contentrieuse. Pls add content Nous vivions debout sur les freinsPls add content racontent les budgPls add contenttaires de lPls add contentPls add contentpoque. Cela fut un peu moins vrai par la suite Pls add content Michel Rocard mPls add contentexcusera de ne pas partager son avis Pls add content, notamment en 1988 oPls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy pensait peut-Pls add contenttre Pls add content Matignon...

 

MPls add contentmes mesures carrPls add contentes mais probablement nPls add contentcessaires avec la rPls add contentforme de lPls add contentUNEDIC de janvier 1984, qui posait le principe dPls add contentun double systPls add contentme : ce qui relevait de lPls add contentassurance-chPls add contentmage, gPls add contentrPls add contente par les partenaires sociaux et alimentPls add contente par les cotisations, pour ceux qui travaillaient ; ce qui relevait de la solidaritPls add content, financPls add content par lPls add contentEtat, pour ceux qui nPls add contentavaient pas encore travaillPls add content, les jeunes, ou qui arrivaient en fin de droit. LPls add contentUNEDIC, dPls add contentficitaire de 1981 Pls add content 1983, rPls add contentPls add contentquilibrera ses comptes en 1984 et cela pour sept ans. Les allocations chPls add contentmage, Pls add contentvidemment, ont diminuPls add content, alors que les durPls add contentes dPls add contentindemnisation se raccourcissaient. Et le sPls add contentrieux a toujours un prix, mais il sera payPls add content encore beaucoup plus cher dix ans plus tard avec les importants accords de juillet 1992 et de juillet 1993 que vous nPls add contentavez pas oubliPls add contents, qui relevPls add contentrent les cotisations UNEDIC portPls add contentes Pls add content 5,70 puis Pls add content 6,60% et introduisirent surtout une forte dose de dPls add contentgressivitPls add content dans le versement des prestations, en contrepartie de lPls add contentengagement de lPls add contentEtat de fournir beaucoup dPls add contentargent. Il en a Pls add contenttPls add content de mPls add contentme pendant un temps lorsque, ministre des Affaires Sociales, il gPls add contentra de trPls add contents prPls add contents les budgets des hPls add contentpitaux : ce fut le budget global succPls add contentdant au prix Pls add content la journPls add contente ; ce fut aussi la volontPls add content de placer comme un vrai gestionnaire de fonds la trPls add contentsorerie de la SPls add contentcuritPls add content Sociale en mPls add contentme temps quPls add contentil imposait une cotisation maladie de 5,5% aux prPls add contentretraitPls add contents, ce qui lui valut bien des critiques et bien des dPls add contentsagrPls add contentments.

 

Je vais mPls add contentarrPls add contentter lPls add content, conscient dPls add contentavoir dPls add contentjPls add content beaucoup parlPls add content, mais lPls add contenthomme et son oeuvre en valent la peine. On en reparlera souvent puisque la France tente maintenant la grande aventure de la monnaie unique. Notre pays est, il faut le dire, plutPls add contentt mal en point actuellement : beaucoup trop de chPls add contentmage et dPls add contentinPls add contentgalitPls add contents, pas assez de croissance. La politique de franc stable au sein dPls add contentun S.M.E. respectPls add content par tous justifiait en grande partie les choix et les croyances de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. LPls add contentPls add contentclatement du systPls add contentme en 1992, avec la sortie de deux grandes monnaies, la mauvaise volontPls add content Pls add contentvidente du partenaire britannique, les libertPls add contents que se sont donnPls add contentes les Italiens Pls add contenttaient prPls add contentvisibles car le SME a Pls add contenttPls add content, faut-il le rappeler, mal gPls add contentrPls add content au dPls add contentbut des annPls add contentes 90, avec des monnaies manifestement surPls add contentvaluPls add contentes. Donc, les difficultPls add contents et les consPls add contentquences de la rPls add contentunification allemande ont aggravPls add content les choses et ont Pls add contenttPls add content Pls add content mon avis trPls add contents mal apprPls add contentciPls add contentes. Il nPls add contentempPls add contentche. LPls add contentPls add contenttat actuel des choses nPls add contentest pas satisfaisant. Et cPls add contentest probablement ce que pressentait dPls add contentjPls add content en 1992 Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, installPls add content Pls add content Matignon, qui allait essuyer les terribles tempPls add contenttes monPls add contenttaires de lPls add contentPls add contenttPls add content 1992 et se poser bien des questions.

 

Je vous remercie de mPls add contentavoir Pls add contentcoutPls add content.

 

Erik Izraelewicz

 

Je voudrais Pls add content mon tour remercier lPls add contentAssociation des anciens membres du Cabinet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy de nous avoir invitPls add contents Pls add content prendre la parole ce matin et je voudrais remercier tout particuliPls add contentrement cette association de nous avoir autorisPls add contents et mPls add contentme incitPls add contents Pls add content nous exprimer avec la plus grande libertPls add content. Pour ce qui me concerne, et pour complPls add contentter la prPls add contentsentation quPls add contenta faite Alain Vernholes Pls add content lPls add contentinstant, je voudrais vous dire la dPls add contentmarche que jPls add contentai eue.

 

Au dPls add contentpart, j'ai constatPls add content que l'expression "bPls add contentrPls add contentgovysme" n'existait pas et j'ai donc eu du mal Pls add content approfondir dans cette direction. J'ai ensuite consultPls add content les dossiers que nous avons au journal, et jPls add contentai constatPls add content quPls add contenton ne manquait pas d'expressions pour qualifier Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, ministre de lPls add contentEconomie puis Premier Ministre : "Monsieur Franc fort", "Pinay de gauche", "PPls add contentre la rigueur prPls add contents de ses sous", "Monsieur Bons Indices", "PPls add contentrigovoy" (pour ceux qui se le rappellent, M. PPls add contentrigot Pls add contenttait Pls add content lPls add contentPls add contentpoque le PrPls add contentsident du CNPF), "autodidacte tombPls add content sous le charme des marchPls add contents", "socialiste libPls add contentral-monPls add contenttariste", ou enfin "pragmatique social-dPls add contentmocrate".

 

Vous lPls add contentavez entendu, ils ne sont pas tous ni plaisants, ni complaisants. Ils ne sont pas toujours pertinents non plus. Mais ils traduisent je crois, en tout cas, la trPls add contents forte influence quPls add contenta exercPls add contente Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy sur la vie Pls add contentconomique et politique franPls add contentaise, une influence aux facettes multiples.

 

LPls add contentexpression ou le qualificatif que jPls add contentai retenu personnellement pour mon exposPls add content nPls add contentest pas dans la liste que je viens de vous donner : il me semble que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a Pls add contenttPls add content, avant tout, un "modernisateur du capitalisme franPls add contentais". Certains y verront un compliment, un hommage Pls add content lPls add contenthomme dPls add contentEtat. DPls add contentautres ressentiront plutPls add contentt lPls add contentexpression comme une critique, une mPls add contentchancetPls add content Pls add content lPls add contentPls add contentgard dPls add contentun dirigeant socialiste. LPls add content nPls add contentest pas mon propos, je veux essayer de vous montrer en quoi, Pls add content mes yeux, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a contribuPls add content au cours de ces dix annPls add contentes de responsabilitPls add content dans lPls add contentPls add contentconomie franPls add contentaise, Pls add content la modernisation du capitalisme franPls add contentais.

 

Pour cela, et pour complPls add contentter lPls add contentapport dPls add contentAlain Vernholes, je veux uniquement mPls add contentintPls add contentresser Pls add content une dimension importante de son action, celle que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a consacrPls add contente, Pls add content partir de 1984 Pls add content mais dPls add contentune certaine maniPls add contentre dPls add contentjPls add content quand il Pls add contenttait aux Affaires sociales avec la gestion de la trPls add contentsorerie de la SPls add contentcuritPls add content Sociale Pls add content et jusquPls add contentPls add content la fin, Pls add content la transformation du systPls add contentme financier franPls add contentais.

 

Je crois que si Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a menPls add content une rPls add contentvolution, incontestablement, cPls add contentest celle du systPls add contentme financier franPls add contentais. Je crois qu' aujourdPls add contenthui, tout le monde doit lui reconnaPls add contenttre cette paternitPls add content : il a changPls add content, il a rPls add contentvolutionnPls add content la finance franPls add contentaise. Et je voudrais mPls add contentattarder sur trois aspects. Je crois que la rPls add contentvolution quPls add contentil a engagPls add contente Pls add contenttait nPls add contentcessaire au capitalisme franPls add contentais. Je pense que, pour un socialiste, elle Pls add contenttait difficile Pls add content mener. Et je crois enfin quPls add contentelle est restPls add contente inachevPls add contente.

 

Cette rPls add contentvolution du systPls add contentme financier Pls add contenttait nPls add contentcessaire. Je vous rappelle trPls add contents succinctement que la France avait, au dPls add contentbut des annPls add contentes 80, un systPls add contentme financier, des circuits de financement trPls add contents particuliers, archaPls add contentques Pls add content bien des Pls add contentgards. CPls add contentPls add contenttait le systPls add contentme dPls add contentune Pls add contentconomie dPls add contentendettement, dPls add contentune Pls add contentconomie dPls add contentinflation, dPls add contentun capitalisme sans capital.

 

Je crois que la droite franPls add contentaise avait une lourde responsabilitPls add content dans les archaPls add contentsmes du systPls add contentme financier ; elle nPls add contentavait jamais osPls add content sPls add contenty attaquer. CPls add contentPls add contenttait donc un systPls add contentme trPls add contents centralisPls add content, dans lequel lPls add contentEtat en particulier jouait un rPls add contentle essentiel. CPls add contentPls add contenttait un systPls add contentme qui, incontestablement, avait Pls add contenttPls add content efficace durant la pPls add contentriode de reconstruction mais qui sPls add contentavPls add contentrait un peu dPls add contentpassPls add content. CPls add contentPls add contenttait un jardin Pls add content la franPls add contentaise, un systPls add contentme trPls add contents organisPls add content, avec de multiples circuits de financement hyper-spPls add contentcialisPls add contents. CPls add contentPls add contenttait enfin un systPls add contentme oPls add content la finance intermPls add contentdiPls add contente Pls add content le crPls add contentdit bancaire Pls add content occupait une place dominante face Pls add content la finance directe, marginalisPls add contente en rPls add contentalitPls add content. CPls add contentPls add contenttait enfin et surtout un systPls add contentme oPls add content les rentes et les monopoles Pls add contenttaient, si vous me permettez lPls add contentexpression, monnaie courante.

 

A partir de 1984, et peut-Pls add contenttre ne lPls add contentattendait-on pas lPls add content, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, de la rue de Rivoli puis de Bercy, a engagPls add content, dans ce domaine, des rPls add contentformes tous azimuts. Je ne vais pas les Pls add contentnumPls add contentrer toutes ici. JPls add contenten rappelle quelques-unes : il a participPls add content Pls add content la rPls add contentforme bancaire, il a Pls add contenttPls add content trPls add contents actif pour la suppression de lPls add contentencadrement du crPls add contentdit et pour la suppression des taux bonifiPls add contents, il a participPls add content activement par diffPls add contentrentes lois Pls add content la rPls add contentforme de la Bourse, Pls add content la disparition de la corbeille et des agents de change, Pls add content la libPls add contentralisation des commissions, Pls add content la crPls add contentation de nouveaux compartiments boursiers, au dPls add contentveloppement de nouveaux marchPls add contents Pls add content terme, Pls add content la professionnalisation de la gestion de la dette publique, Pls add content lPls add contentinstauration de la concurrence dans les mPls add contenttiers de la finance, Pls add content la crPls add contentation de la COB, aux lois sur la moralisation des marchPls add contents... jPls add contentarrPls add contentte lPls add content cette Pls add contentnumPls add contentration.

 

Je crois que, pour le capitalisme franPls add contentais, il y a eu lPls add content une transformation profonde qui Pls add contenttait nPls add contentcessaire. Elle Pls add contenttait nPls add contentcessaire car nous Pls add contenttions au dPls add contentbut des annPls add contentes 80 dans une pPls add contentriode de mutation du systPls add contentme financier mondial. Une vague gPls add contentnPls add contentrale de dPls add contentrPls add contentglementation dPls add contentferlait un peu partout sur les marchPls add contents de lPls add contentargent en, cPls add contentPls add contenttait, comme on lPls add contenta beaucoup dit, les "annPls add contentes-fric". CPls add contentPls add contenttait aussi une pPls add contentriode aux taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt Pls add contentlevPls add contents. CPls add contentPls add contenttait les annPls add contentes du reagano-tchatchPls add contentrisme dominant, idPls add contentologiquement, aux dPls add contentbuts des annPls add contentes 80. CPls add contentPls add contenttait ensuite une nPls add contentcessitPls add content pour des raisons technologiques : la gPls add contentnPls add contentralisation du tPls add contentlPls add contentphone et de l'ordinateur, et aujourd'hui leur mariage, les circuits dPls add contentinformation 24 heures sur 24 imposaient Pls add contentgalement des transformations systPls add contentmiques. La France, dans ce cadre, souffrait de lourds handicaps. Il fallait rPls add contentintroduire des circuits directs entre lPls add contentPls add contentpargnant et lPls add contentemprunteur, il fallait rPls add contentintroduire des mPls add contentcanismes de marchPls add content, de la concurrence. Cela s'est fait sous la pression de certains membres de son Cabinet certes, mais cPls add contentest incontestablement une action essentielle engagPls add contente par Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content partir de 1984.

 

Je crois que si elle Pls add contenttait, Pls add content mon sens, indispensable, cette transformation du systPls add contentme financier franPls add contentais Pls add contenttait difficile Pls add content mener pour Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, et jPls add contenty vois lPls add content deux raisons.

 

La premiPls add contentre, cPls add contentest que, comme toute rPls add contentvolution, celle-ci sPls add contentest heurtPls add contente Pls add content dPls add contentextraordinaires rPls add contentsistances. Ce nPls add contentest pas un hasard Pls add content je le disais prPls add contentcPls add contentdemment Pls add content si la droite ne sPls add contentPls add contenttait pas attaquPls add contente Pls add content rPls add contentformer le systPls add contentme financier et avait laissPls add content subsister des institutions parfois vieilles de plus dPls add contentun siPls add contentcle. La droite, Pls add content cette Pls add contentpoque, nPls add contentavait pas eu le courage de sPls add contentattaquer aux puissants lobbies dPls add contentfenseurs de ce systPls add contentme. Je crois, et cPls add contentest un appel que je lance Pls add content lPls add contentAssociation des anciens membres du Cabinet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, quPls add contentil serait trPls add contents intPls add contentressant quPls add contentun jour ils nous racontent, dans le dPls add contenttail, toutes les rPls add contentsistances auxquelles ils ont dPls add content faire face dans cette profonde transformation. Car, journalistes et mPls add contentme journalistes avertis, beaucoup de choses nous ont Pls add contentchappPls add content...

 

La seconde raison est plus politique : je crois que cPls add contentest une Pls add contentvidence, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy et les socialistes nPls add contentavaient pas Pls add contenttPls add content Pls add contentlus pour dPls add contentvelopper les marchPls add contents financiers en France. Ces rPls add contentformes allaient mPls add contentme Pls add content lPls add contentencontre des idPls add contentologies de lPls add contentPls add contentpoque, de lPls add contentidPls add contentologie keynPls add contentsienne, de lPls add contentidPls add contentologie socialiste de lPls add contentPls add contentpoque. Sur le systPls add contentme financier, Pls add content ma connaissance, en 1981, la rPls add contentflexion des socialistes Pls add contenttait extrPls add contentmement limitPls add contente. On sait, Alain Vernholes lPls add contenta rappelPls add content, que les socialistes militaient pour une nationalisation complPls add contentte du systPls add contentme de crPls add contentdit, pour une utilisation active du systPls add contentme bancaire au service de lPls add contentindustrie. Ils dPls add contentbattaient aussi dPls add contentun projet de crPls add contentation dPls add contentune banque nationale dPls add contentinvestissement, qui aurait Pls add contenttPls add content lPls add contentinstrument public au service de prioritPls add contents nationales. CPls add contentest en fait une approche radicalement diffPls add contentrente qui a Pls add contenttPls add content engagPls add contente Pls add content lPls add contentoccasion des rPls add contentformes des annPls add contentes 80. LPls add content, trPls add contents clairement, la philosophie centrale de ces rPls add contentformes, cPls add contentest lPls add contentidPls add contente selon laquelle le marchPls add content est le meilleur moyen dPls add contentallocation des ressources, quPls add contentil sPls add contentagisse du marchPls add content de lPls add contentargent ou des marchPls add contents de marchandises. Et, pour finir sur cet aspect, je crois quPls add contentPls add contentvidemment Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a beaucoup souffert, dans son image, dans son image politique, de lPls add contentimage de cette action. Il est vrai que les gains formidables rPls add contentalisPls add contents par les possesseurs de capitaux, pendant tout ce quPls add contenton a appelPls add content "les annPls add contentes BPls add contentrPls add content", lui seront largement imputPls add contents et affecteront son image au sein de lPls add contentPls add contentlectorat populaire et chez beaucoup de ses camarades socialistes. Il est certain que, pendant les annPls add contentes 80, les rentiers se sont enrichis, mais il me semble que ce ne sont pas les rPls add contentformes et ce nPls add contentest pas la transformation du systPls add contentme financier qui ont contribuPls add content Pls add content cet enrichissement des riches et des rentiers ; je crois que la position privilPls add contentgiPls add contente des rentiers dans les annPls add contentes 80 est liPls add contente Pls add content une constellation de taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt au niveau mondial, Pls add content une relation entre lPls add contentPls add contentpargne et lPls add contentinvestissement au niveau mondial, beaucoup plus quPls add contentau systPls add contentme financier.

 

Donc une rPls add contentvolution, un ensemble de rPls add contentformes indispensables, difficiles pour Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, mais quPls add contentil a menPls add contentes activement. Je crois nPls add contentanmoins quPls add contentil ne les a pas menPls add contentes Pls add content leur terme. Cette rPls add contentvolution des circuits financiers franPls add contentais, me semble-t-il, est restPls add contente inachevPls add contente. LPls add content encore, je voudrais avancer deux explications :

 

la premiPls add contentre est liPls add contente Pls add content la nature du capitalisme franPls add contentais. La rPls add contentsistance aux rPls add contentformes a Pls add contenttPls add content extraordinairement puissante. Elle a rPls add contentussi Pls add content Pls add contentviter, pour lPls add contentinstant, une amPls add contentricanisation totale du systPls add contentme financier franPls add contentais. Les institutions Pls add content le TrPls add contentsor et lPls add contentinspection des finances, les groupes capitalistes, les banques et les corporations diverses...Pls add content, tous ont freinPls add content dPls add contentune maniPls add contentre ou dPls add contentune autre le mouvement et empPls add contentchPls add content un basculement vers un capitalisme financier Pls add content l'anglo-saxonne ;

la seconde raison, cPls add contentest Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Je crois, et Pls add content mon sens cPls add contentest important, que sa conversion au marchPls add content dont on a beaucoup parlPls add content nPls add contentPls add contenttait en fait pas aussi dPls add contentterminPls add contente quPls add contenton lPls add contenta souvent dit. Je crois quPls add contentil continuait toujours Pls add content Pls add contenttre convaincu de la nPls add contentcessitPls add content dPls add contentun Etat fort face Pls add content des marchPls add contents vivants. Et, Pls add content ce sujet, je voudrais Pls add contentvoquer le cas des nationalisations. CPls add contentest vrai que, par exemple, sur les nationalisations, comme lPls add contentensemble des socialistes et finalement comme lPls add contentopinion publique, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a beaucoup Pls add contentvoluPls add content. Au dPls add contentbut des annPls add contentes 80, il Pls add contenttait un partisan rPls add contentsolu et actif dPls add contentun programme de nationalisations larges et, je crois, Pls add content 100%. Au dPls add contentbut des annPls add contentes 90, on sait quPls add contentil avouait, en privPls add content, son souhait : cPls add contentPls add contenttait des privatisations Pls add content 100% . Il nPls add contentPls add contenttait pas cependant question dPls add contenten faire trop ni de trop en parler ; il y avait alors, on sPls add contenten rappelle, le tabou du "ni-ni". MalgrPls add content cela, je crois quPls add contentil conservait, avec une certaine permanence, la conviction de la nPls add contentcessitPls add content, pour les marchPls add contents de lPls add contentargent comme pour tous les marchPls add contents, dPls add contentune intervention politique dans lPls add contentPls add contentconomie.

Un exemple : il avait abandonnPls add content toute rPls add contentflexion et toute idPls add contente de crPls add contenter une BNI, une Banque Nationale dPls add contentInvestissement. Il me semble personnellement que cette idPls add contente continuait profondPls add contentment Pls add content le travailler jusquPls add contentPls add content la fin. Certains ici me dPls add contentsapprouveront, mais je crois que deux exemples le montrent : ce sont ceux de la SociPls add contenttPls add content GPls add contentnPls add contentrale et du CrPls add contentdit Lyonnais. Je crois que, en organisant et en participant Pls add content lPls add contentorganisation du raid sur la SociPls add contenttPls add content GPls add contentnPls add contentrale en 1988, lPls add contentidPls add contente sous-jacente Pls add contenttait que, finalement, le secteur bancaire, le secteur financier, Pls add contenttaient un lieu et un mode d'intervention au service des projets politiques, et que la politique devait donc continuer Pls add content y jouer un rPls add contentle. De la mPls add contentme maniPls add contentre, il me semble quPls add contenten soutenant lPls add contentaction de Jean-Yves Haberer Pls add content la tPls add contentte du CrPls add contentdit Lyonnais, au dPls add contentbut des annPls add contentes 90, cPls add contentest la mPls add contentme idPls add contente, cPls add contentest lPls add contentidPls add contente que lPls add contentEtat a des instruments Pls add content sa disposition, et la banque en fait partie, et quPls add contentil faut dPls add contentvelopper par lPls add contentintermPls add contentdiaire de la banque une intervention dans lPls add contentPls add contentconomie.

 

VoilPls add content donc ce que je voulais dire. Il me semble que la rPls add contentvolution quPls add contenta menPls add contente Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy dans les circuits financiers franPls add contentais montre que, comme il le disait lui-mPls add contentme, il nPls add contentPls add contenttait pas un libPls add contentral. Il nPls add contentaimait pas, tout le monde le sait ici, ce qualificatif. Il corrigeait systPls add contentmatiquement en expliquant quPls add contentil Pls add contenttait dPls add contentabord un partisan dPls add contentune Pls add contentconomie de libertPls add content. Il sPls add contentPls add contenttait, je crois, avec la pratique, avec lPls add contentexercice du pouvoir, forgPls add content une conception du marchPls add content qui me semble en rPls add contentalitPls add content profondPls add contentment social-dPls add contentmocrate. Je voudrais finir sur une citation de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, une citation qui rPls add contentsume la philosophie quPls add contentil avait faite sienne et quPls add contentil avait appliquPls add contente, notamment mais pas exclusivement au systPls add contentme financier : Pls add content Le marchPls add content, cruel, est irremplaPls add contentable. Il ne peut fonctionner sans rPls add contentgles, sans un Etat qui corrige ses excPls add contentsPls add content .

 

Merci.

 

 

Olivier Rousselle

Je voudrais remercier M. Vernholes et M. Izraelewicz et vous dire le grand plaisir que nous avons dPls add contentaccueillir M. Takeshita, ancien Premier Ministre du Japon, venu spPls add contentcialement de Tokyo pour notre manifestation. Ayant connu Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy dans ses fonctions, il a acceptPls add content de venir tPls add contentmoigner ici de lPls add contentamitiPls add content profonde quPls add contentil avait pour lui.

 

 

Discours de M. Takeshita, ancien Premier Ministre du Japon.

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

Vous vous Pls add contenttes rPls add contentunis pour Pls add contentvoquer le souvenir de M. BPls add contentrPls add contentgovoy, votre ancien Premier Ministre, et Pls add contentgalement pour Pls add contentvoquer son oeuvre politique. Je suis extrPls add contentmement sensible Pls add content votre invitation et cPls add contentest avec un trPls add contents grand plaisir que je prends la parole, en vous remerciant de lPls add contenthonneur que vous me faites.

 

JPls add contentai connu M. BPls add contentrPls add contentgovoy en tant qu'homologue des diffPls add contentrentes rPls add contentunions internationales, en particulier celles du G5 et du G7. C'est donc de sa contribution Pls add content la politique monPls add contenttaire internationale que je vous parlerai. Ce fut aprPls add contents ma deuxiPls add contentme nomination au poste de ministre des Finances, en novembre 1982, que M. BPls add contentrPls add contentgovoy fut nommPls add content grand argentier de la France en juillet 1984 ; je pourrais donc dire qu'en tant que ministre des Finances, jPls add contentPls add contenttais son aPls add contentnPls add content. Mais, en retraPls add contentant nos carriPls add contentres politiques respectives, nous nous sommes trouvPls add contents, M. BPls add contentrPls add contentgovoy et moi-mPls add contentme, plusieurs points communs. M. BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait tout dPls add contentabord SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de lPls add contentElysPls add contente au moment oPls add content M. Mitterrand a accPls add contentdPls add content Pls add content la PrPls add contentsidence de la RPls add contentpublique. Moi-mPls add contentme, jPls add contentai occupPls add content une position similaire, auprPls add contents de deux Premiers Ministres japonais, M. Sato et M. Tanaka. Donc nous savions tous les deux quPls add contentil Pls add contenttait quelquefois difficile de concilier des opinions divergentes au sein du gouvernement, de se concerter avec le Parlement ou de coordonner les diffPls add contentrentes politiques ; cPls add contentest sans doute pour cela que nous sympathisPls add contentmes, M. BPls add contentrPls add contentgovoy et moi-mPls add contentme, dPls add contents notre premiPls add contentre rencontre.

 

Nous avions un autre point commun, cPls add contentest que nous nPls add contentavions, pour ainsi dire, pas dPls add contentexpPls add contentrience en matiPls add contentre de finance internationale et de politique Pls add contentconomique internationale avant dPls add contentPls add contenttre nommPls add contents ministre des Finances. A ce propos, je crois que lPls add contenton peut dire que les hommes politiques comprennent en gPls add contentnPls add contentral assez mal ce qui se passe sur les marchPls add contents des changes ou sur les marchPls add contents financiers. Je me souviens par exemple dPls add contentune conversation que jPls add contentai eue avec un collPls add contentgue japonais : cPls add contentPls add contenttait Pls add content lPls add contentPls add contentpoque oPls add content lPls add contenton venait de mettre fin au systPls add contentme de Bretton-Woods, on venait dPls add contentabandonner la paritPls add content fixe de 1 dollar pour 360 yens, et le yen progressait trPls add contents rapidement ; Pls add content la confPls add contentrence de Smithsonian, on a fixPls add content une nouvelle paritPls add content de 1 dollar pour 308 yens, mais cette paritPls add content n'a pas tenu non plus bien longtemps, et le yen recommenPls add contentait Pls add content grimper. A cette Pls add contentpoque, cette personne m'a demandPls add content quand le yen atteindrait le niveau de 1 dollar pour 1000 yens. Il croyait, le brave homme, que la hausse du yen signifiait quPls add contentil fallait payer plus de yens contre un dollar!

 

Je vous disais donc que M. BPls add contentrPls add contentgovoy et moi-mPls add contentme, nous Pls add contenttions jusque lPls add content consacrPls add contents Pls add content la politique intPls add contentrieure et que nous avions lPls add contentun et lPls add contentautre Pls add contenttPls add content tout Pls add content coup propulsPls add contents sur la scPls add contentne politique monPls add contenttaire internationale. Et, lorsque je lPls add contentai rencontrPls add content pour la premiPls add contentre fois lors dPls add contentune rPls add contentunion du G5, M. BPls add contentrPls add contentgovoy mPls add contenta dit, en plaisantant :
"M. Takeshita, vous ne semblez pas Pls add contenttre un habituPls add content des rPls add contentunions internationales vous non plus, mais vous avez un peu plus dPls add contentexpPls add contentrience que moi en tant que ministre des Finances. Prenez donc la parole le premier, moi je me contenterai de dire oui Pls add content ce que vous dites".

 

De toutes mes rPls add contentunions internationales avec M. BPls add contentrPls add contentgovoy et mes autres collPls add contentgues du groupe des Cinq, une rPls add contentunion particuliPls add contentrement reste gravPls add contente dans ma mPls add contentmoire : celle du 22 septembre 1985 Pls add content New York, Pls add content lPls add contenthPls add contenttel Plaza, et qui permit d'aboutir Pls add content lPls add contentaccord dit du Plaza. Je crois que lPls add contenton peut attacher Pls add content cette rPls add contentunion des significations historiques Pls add content plusieurs titres.

 

PremiPls add contentrement, le constat que dans un rPls add contentgime de paritPls add contents fluctuantes, il arrive quelquefois, et pendant des durPls add contentes assez longues, que le marchPls add content Pls add contentvolue sans tenir compte des donnPls add contentes Pls add contentconomiques fondamentales. CPls add contentest la premiPls add contentre fois que les ministres des Finances et les gouverneurs de banque centrale du G5 lPls add contentont reconnu.

 

Le deuxiPls add contentme constat qui sPls add contentest dPls add contentgagPls add content, cPls add contentest quPls add contentil fallait diriger ce marchPls add content des changes de sorte quPls add contentil reflPls add contentte les donnPls add contentes Pls add contentconomiques fondamentales des principaux pays et que ces derniers devaient coopPls add contentrer pour cela.

 

TroisiPls add contentmement, pour atteindre cet objectif, il fallait Pls add content la fois une coordination macro-Pls add contentconomique et des interventions concertPls add contentes des principaux pays sur le marchPls add content des changes, ces deux volets Pls add contenttant insPls add contentparables comme les deux roues dPls add contentun mPls add contentme char.

 

Ce que je voudrais souligner surtout ici, cPls add contentest que ces trois constats Pls add contentmanaient de la philosophie de M. BPls add contentrPls add contentgovoy. Et je peux en tPls add contentmoigner. En effet la rPls add contentunion du Plaza fut prPls add contentcPls add contentdPls add contente par une rPls add contentunion du groupe des Dix, qui sPls add contentPls add contenttait tenue au Japon le 24 juin 1985, et M. BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait venu me voir au ministPls add contentre des Finances. Il mPls add contentavait dit en substance quPls add contenton ne pouvait pas nier le rPls add contentle du marchPls add content, mais que si on le laissait agir, on ne pourrait pas assurer la stabilitPls add content des changes. De plus, la hausse du dollar que lPls add contenton constatait alors, impliquait le risque que les Etats-Unis prissent des mesures protectionnistes. Il fallait donc une baisse graduelle du dollar et, dPls add contentautre part, il fallait quPls add contenton exerPls add contentPls add contentt une surveillance multilatPls add contentrale afin dPls add contentharmoniser les performances Pls add contentconomiques des diffPls add contentrents pays. Pour cela, il fallait que les autoritPls add contents monPls add contenttaires coopPls add contentrassent pour contrer les mouvements spPls add contentculatifs des marchPls add contents des changes et intervenir si besoin Pls add contenttait. JPls add contentPls add contenttais tout Pls add content fait dPls add contentaccord avec le point de vue de M. BPls add contentrPls add contentgovoy. A lPls add contentPls add contentpoque, la France prPls add contentconisait une zone cible mais, Pls add content ce propos, M. BPls add contentrPls add contentgovoy avait dit quPls add contentil nPls add contentallait pas adopter lPls add contentattitude du tout ou rien. CPls add contentest grPls add contentce Pls add content de telles approches pragmatiques que M. BPls add contentrPls add contentgovoy a pu jouer un grand rPls add contentle dans lPls add contentPls add contentlaboration de lPls add contentaccord du Plaza.

 

Par ailleurs, M. BPls add contentrPls add contentgovoy avait dPls add contentjPls add content une vision juste du systPls add contentme monPls add contenttaire international, qui se fondait sur trois pPls add contentles monPls add contenttaires : le dollar, la monnaie europPls add contentenne et le yen. Il insistait sur la nPls add contentcessitPls add content de continuer Pls add content Pls add contenttudier les modalitPls add contents qui permettraient dPls add contentassurer la stabilitPls add content des changes entre ces trois zones monPls add contenttaires. CPls add contentest une question qui reste dPls add contentactualitPls add content et que nous devons encore rPls add contentsoudre.

 

Des annPls add contentes se sont Pls add contentcoulPls add contentes depuis lPls add contentAccord du Plaza et, entre temps, je fus nommPls add content Premier Ministre du Japon. Ma prPls add contentoccupation dPls add contentalors Pls add contenttait le vieillissement de la population et l'adaptation de la fiscalitPls add content en tenant compte de cette Pls add contentvolution de la sociPls add contenttPls add content japonaise. JPls add contentai donc dPls add contentcidPls add content lPls add contentintroduction de la TVA, dont la France dPls add contenttient le brevet dPls add contentinvention. La consPls add contentquence logique de cette dPls add contentcision fut la chute de ma popularitPls add content et, lorsque M. BPls add contentrPls add contentgovoy vint au Japon pour la derniPls add contentre fois, en fPls add contentvrier 1992, je venais de dPls add contentmissionner de ma fonction de Premier Ministre. A cette occasion, avec deux de mes amis, M. Hashimoto Pls add content qui venait de dPls add contentmissionner du poste de ministre des Finances Pls add content et M. Hata, qui lui a succPls add contentdPls add content, jPls add contentai organisPls add content un dPls add contentner en lPls add contenthonneur de M. BPls add contentrPls add contentgovoy. Depuis lors, M. Hata fut nommPls add content Premier Ministre du Japon et M. Hashimoto, comme vous le savez, est le Premier Ministre actuel. Vous savez peut-Pls add contenttre que se construit actuellement la Maison de la Culture du Japon, pas trPls add contents loin dPls add contentici, et je suis passPls add content devant le chantier ce matin. LPls add contentoctroi du terrain sur lequel cette Maison se construit a Pls add contenttPls add content dPls add contentcidPls add content par M. BPls add contentrPls add contentgovoy, tout de suite aprPls add contents sa nomination Pls add content Matignon. Cette Maison de la Culture du Japon deviendra un centre dPls add contentPls add contentchanges culturels franco-japonais. On peut donc dire que cette Maison est fondPls add contente sur une dPls add contentcision de M. BPls add contentrPls add contentgovoy.

 

Nous avons Pls add contenttPls add content consternPls add contents lorsque nous avons appris la fin tragique de M. BPls add contentrPls add contentgovoy. Il a quittPls add content ce monde d'une maniPls add contentre qui me fait penser Pls add content celle des SamouraPls add contents dPls add contentantan. Mais cela ne fut pas la fin de sa politique du franc fort et il a mis en place une politique macro-Pls add contentconomique saine, une monnaie stable et la monnaie unique. Et lorsque je vois que la France continue Pls add content poursuivre cette ligne politique, je ne puis mPls add contentempPls add contentcher de dire que M. BPls add contentrPls add contentgovoy est bien vivant.

 

Merci de votre attention.

 

 

Olivier Rousselle

M. Sid Ahmed Ghozali, ancien Premier Ministre dPls add contentAlgPls add contentrie, aprPls add contents avoir Pls add contenttPls add content ministre des Finances et ministre des Affaires EtrangPls add contentres de la RPls add contentpublique dPls add contentAlgPls add contentrie, va nous apporter son tPls add contentmoignage sur les relations entre les deux pays et sur ses relations personnelles avec Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

 

Discours de M. Sid Ahmed Ghozali, ancien Premier Ministre dPls add contentAlgPls add contentrie.

 

Monsieur le PrPls add contentsident, Madame, Mesdames et Messieurs,

 

Je remercie le PrPls add contentsident de lPls add contentAssociation des anciens collaborateurs de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy de mPls add contentavoir associPls add content Pls add content cet hommage rendu Pls add content un homme dPls add contentEtat que jPls add contentai eu le privilPls add contentge de connaPls add contenttre non seulement en tant quPls add contentalgPls add contentrien Pls add content et comme vous le savez les algPls add contentriens suivent la politique franPls add contentaise un peu comme ils suivent la politique intPls add contentrieure Pls add content mais surtout parce que les hasards de la politique et de la responsabilitPls add content mPls add contentont conduit Pls add content travailler avec lui de 1988 Pls add content 1993 : lui en sa qualitPls add content de ministre dPls add contentEtat chargPls add content de lPls add contentEconomie dans le gouvernement de Michel Rocard, moi en tant que ministre des Finances puis ministre des Affaires EtrangPls add contentres, enfin Premier Ministre. Durant les six derniers mois du gouvernement socialiste, entre 1992 et 1993, je l'ai cPls add contenttoyPls add content en tant quPls add contentambassadeur d'AlgPls add contentrie Pls add content Paris.

 

Je voudrais dPls add contentabord saluer Madame BPls add contentrPls add contentgovoy, ses enfants, les amis de M. BPls add contentrPls add contentgovoy et donner un tPls add contentmoignage modeste certes mais qui repose sur le travail en commun, sur lPls add contentattachement Pls add content des idPls add contentaux communs, sur nos coopPls add contentrations qui Pls add contenttaient possibles et restent toujours possibles entre des hommes chargPls add contents dPls add contentintPls add contentrPls add contentts diffPls add contentrents, parfois contradictoires, mais qui peuvent, grPls add contentce Pls add content lPls add contentexistence dPls add contenthommes et de responsables comme Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, tPls add contentmoigner de ce quPls add contentils ont vPls add contentcu. CPls add contentest un tPls add contentmoignage basPls add content sur le vPls add contentcu et cPls add contentest un tPls add contentmoignage trPls add contents sincPls add contentre.

 

Je salue la mPls add contentmoire de cet homme dPls add contentEtat que jPls add contentai personnellement perPls add contentu Pls add content la fois comme un homme de trPls add contents fortes convictions mais aussi de dialogue, cPls add contentest-Pls add content-dire un homme capable Pls add content qualitPls add content trPls add contents rare chez les hommes politiques Pls add content de se remettre en question et de sacrifier toujours, en fin de compte, Pls add content lPls add contentidPls add contental. CPls add contentPls add contenttait aussi, dans ma propre perception de sa personnalitPls add content, un homme dPls add contentun grand professionnalisme associPls add content Pls add content une trPls add contents grande humanitPls add content. Et enfin, il incarnait Pls add content mes yeux ce socle sur lequel reposait toute sa personnalitPls add content, cPls add contentest-Pls add content-dire un homme profondPls add contentment intPls add contentgre.

 

Il Pls add contenttait ministre dPls add contentEtat chargPls add content des Finances, depuis Pls add content peine quelques mois au dPls add contentbut de lPls add contentautomne 88, quand jPls add contentPls add contenttais moi-mPls add contentme rappelPls add content au gouvernement en tant que ministre des Finances, au lendemain de circonstances politiques tragiques en AlgPls add contentrie. CPls add contentPls add contenttait au lendemain des Pls add contentvPls add contentnements sanglants de lPls add contentautomne 88. JPls add contentavais hPls add contentritPls add content Pls add content et M. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy aussi Pls add content dPls add contentun dossier algPls add contentro-franPls add contentais particuliPls add contentrement compliquPls add content. Je ne mPls add contentattarderai pas sur la dynamique qui avait conduit Pls add content cette situation dPls add contentalors, sauf pour la caractPls add contentriser comme une situation bloquPls add contente oPls add content se cPls add contenttoyaient des dizaines et des dizaines de contentieux, oPls add content les administrations Pls add contenttant ce quPls add contentelles sont, toutes les choses des plus petites aux plus grandes Pls add contenttaient liPls add contentes lPls add contentune Pls add content lPls add contentautre, et se neutralisaient. On en Pls add contenttait arrivPls add content Pls add content une situation oPls add content plus rien nPls add contentavanPls add contentait et oPls add content nos relations sPls add contentenlisaient. Je lPls add contentai connu aussi dans dPls add contentautres situations qui Pls add contenttaient autant dPls add contentPls add contentpreuves de vPls add contentritPls add content ; car, comme jPls add contentPls add contenttais ministre des Affaires EtrangPls add contentres, jPls add contentai continuPls add content Pls add content entretenir des relations avec lui, Pls add content la fois dPls add contentamitiPls add content et de travail, et ce fut durant cette pPls add contentriode que survinrent la crise puis la guerre du Golfe.

 

Ce fut la premiPls add contentre personnalitPls add content Pls add contenttrangPls add contentre que je rencontrai aprPls add contents ma nomination en tant que Premier Ministre. En ce qui concerne la premiPls add contentre pPls add contentriode, je dois reconnaPls add contenttre que si nous avions rPls add contentussi Pls add content dPls add contentbloquer en moins d'un an cette situation inextricable dont nous avions hPls add contentrPls add contenttPls add content, lui comme moi, ce n'est pas seulement parce que de son cPls add contenttPls add content il avait le soutien du PrPls add contentsident de la RPls add contentpublique et celui du Chef du Gouvernement, mais surtout parce que la force de sa volontPls add content lui a permis de surmonter lPls add contentobstacle souvent infranchissable des pesanteurs administratives.

 

Par ailleurs, en tant que Premier Ministre, jPls add contentai Pls add contenttPls add content tPls add contentmoin de son action en ce qui concerne le grand problPls add contentme de lPls add contentendettement international.

 

LPls add contentAlgPls add contentrie se trouvait elle aussi dans une situation dPls add contentendettement qui commenPls add contentait Pls add content entraver sPls add contentrieusement son dPls add contentveloppement. Nous connaissions Pls add content lPls add contentPls add contentpoque la position de la direction du TrPls add contentsor, qui Pls add contenttait une position trPls add contents orthodoxe, consistant Pls add content pousser lPls add contentAlgPls add contentrie au rPls add contentPls add contentchelonnement. Je nPls add contentavais pas eu beaucoup de peine Pls add content convaincre Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, dont je connaissais lPls add contentaction, au niveau notamment du G7, en faveur dPls add contentune initiative de la part des pays industrialisPls add contents vis-Pls add content-vis de ce grand problPls add contentme, que lPls add contentAlgPls add contentrie avait les moyens dPls add contentPls add contentviter de passer par les inconvPls add contentnients du rPls add contentPls add contentchelonnement.

 

A ce titre, je sais quPls add contentil est lui-mPls add contentme intervenu, pour ce qui concerne lPls add contentAlgPls add contentrie, tant auprPls add contents de ses partenaires japonais, amPls add contentricains, quPls add contentauprPls add contents des dirigeants du Fonds MonPls add contenttaire International, pour trouver une solution appropriPls add contente au cas de lPls add contentAlgPls add contentrie.

 

Enfin, jPls add contentai assistPls add content, en tant quPls add contentambassadeur de la RPls add contentpublique algPls add contentrienne Pls add content Paris, Pls add content la fin du gouvernement BPls add contentrPls add contentgovoy, de septembre 92 Pls add content mars 93. Sa disparition fut, jPls add contenten fus tPls add contentmoin, accueillie par lPls add contentopinion algPls add contentrienne presque de la mPls add contentme maniPls add contentre quPls add contentelle fut accueillie par lPls add contentopinion franPls add contentaise. Et c'est pour moi, une illustration de la qualitPls add content de cet homme dPls add contentEtat qui, dans ma propre perception, Pls add contenttait un peu Pls add content la politique et Pls add content lPls add contentEtat, ce que vous appelez vous le "Meilleur ouvrier de France". Je salue sa mPls add contentmoire et je vous remercie de lPls add contentinitiative que vous avez prise et qui est tout Pls add content votre honneur dPls add contenthonorer et de rappeler lPls add contentaction dPls add contentun homme qui a tant donnPls add content Pls add content son pays, mais pas seulement Pls add content son pays, mais aussi aux partenaires internationaux de la France.

 

JPls add contentai dit tout Pls add content lPls add contentheure que cPls add contentPls add contenttait un homme de convictions qui savait, pour le service de son idPls add contental, se dPls add contentmarquer de la pensPls add contente unique ; il en Pls add contenttait ainsi, on lPls add contenta entendu tout Pls add content lPls add contentheure, sur le plan de la politique intPls add contentrieure franPls add contentaise. Je peux tPls add contentmoigner quPls add contentil en Pls add contenttait ainsi Pls add contentgalement sur le plan des relations Pls add contentconomiques internationales car cPls add contentPls add contenttait un homme qui, tout en estimant que les lois du marchPls add content Pls add content cPls add contentest-Pls add content-dire la concurrence Pls add content Pls add contenttaient incontournables, pensait aussi que ces lois, si lPls add contenton voulait travailler sPls add contentrieusement Pls add content la paix, Pls add content la sPls add contentcuritPls add content et au dPls add contentveloppement dans le monde, avaient besoin dPls add contentun complPls add contentment indispensable, cPls add contentest-Pls add content-dire dPls add contentune approche morale et dPls add contentune approche de solidaritPls add content.

 

Je vous remercie.

 

 

Olivier Rousselle

Nous attendons M. Tietmeyer qui est en route mais nous pensions, si M. Israelewicz accepte de mener cet exercice, dialoguer avec vous quelques minutes et Pls add contentcouter vos interventions ou vos interpellations. Je passe donc la parole Pls add content Erik Israelewicz.

 

Erik Israelewicz

Ce sera pour la repasser Pls add content la salle et pour demander si quelquPls add contentun souhaite intervenir Pls add content la suite des diffPls add contentrentes prPls add contentsentations qui ont Pls add contenttPls add content faites ce matin. Ma curiositPls add content personnelle mPls add contentincite Pls add content poser une question Pls add content M. Takeshita, s'il en est dPls add contentaccord, Pls add content la suite de son intervention. Vous avez Pls add contentvoquPls add content un dPls add contentner oPls add content vous vous Pls add contenttiez retrouvPls add contents avec dPls add contentautres ministres des Finances et futurs Premiers Ministres du Japon et avec Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy en 1992 ; jPls add contentaurais aimPls add content savoir si vous aviez parlPls add content des avantages et des inconvPls add contentnients dPls add contentune monnaie forte pour une Pls add contentconomie, Pls add content lPls add contentoccasion de ce dPls add contentner. Est-ce quPls add contentil vous arrivait de dPls add contentbattre de ce type de sujet ?

 

M. Takeshita

La conversation Pls add content ce dPls add contentner fut surtout consacrPls add contente Pls add content la concertation nippo-franPls add contentaise entre ministres des Finances. Notre idPls add contente Pls add contenttait de mettre en place un systPls add contentme de concertation pPls add contentriodique. Mais cPls add contentest vrai que nous avons aussi Pls add contentvoquPls add content la question que vous venez de poser. Notre conclusion fut que cela pouvait Pls add contenttre bon, mais poser Pls add contentgalement des problPls add contentmes. Je ne pense pas que nous ePls add contentmes une conclusion tranchPls add contente sur cette question.

 

 

Olivier Rousselle

Je crois que M. Pierre Sudreau, qui est ancien ministre du GPls add contentnPls add contentral de Gaulle, souhaitait Pls add contentgalement dire un mot.

 

Intervention de M. Pierre Sudreau, ancien ministre

Ce nPls add contentest pas tout Pls add content fait cela. Je nPls add contentai rien sollicitPls add content. Mais on me demande de prendre la parole, et je le fais trPls add contents volontiers en saluant Madame BPls add contentrPls add contentgovoy et ses enfants. Il sPls add contentagit simplement dPls add contentun tPls add contentmoignage personnel. Puisque nous nous trouvons ici, au Conseil, je tiens Pls add content vous dire aux uns et aux autres que le PrPls add contentsident MattPls add contentoli qui nous rePls add contentoit aujourdPls add contenthui et moi-mPls add contentme avons Pls add contenttPls add content accueillis par Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy au dPls add contentbut de lPls add contentannPls add contente 1993, Pls add content propos de la Fondation de la RPls add contentsistance,

 

M. MattPls add contentoli, qui est PrPls add contentsident de cette fondation, et Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy nous ont accueillis pour nous aider, pour nous encourager ; Pls add content cette occasion, il y eut un Pls add contentchange de vues sur la RPls add contentsistance en gPls add contentnPls add contentral et jPls add contentappris, et Pls add contenta mPls add contenta beaucoup Pls add contentmu, que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy sPls add contentPls add contenttait engagPls add content trPls add contents tPls add contentt, notamment dans la RPls add contentsistance Fer. Pardonnez-moi dPls add contentPls add contentvoquer un souvenir personnel. Pendant la guerre, jPls add contentai Pls add contenttPls add content trPls add contents liPls add content Pls add content Louis Armand, et jPls add contentai la faiblesse de penser que cet homme, et je le dis devant un certain nombre de nos amis Pls add contenttrangers a, avec ce quPls add contenton a appelPls add content la Bataille du Rail, grandement participPls add content Pls add content la rPls add contentussite du dPls add contentbarquement en juin 1944. Si les cheminots, dont Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content la RPls add contentsistance Fer et Louis Armand nPls add contentavaient pas retardPls add content considPls add contentrablement la venue de deux ou trois grandes divisions blindPls add contentes allemandes, Pls add content un contre dix, les Allemands avaient la possibilitPls add content de rejeter une premiPls add contentre fois les jeunes AmPls add contentricains qui, courageusement, venaient dPls add contentbarquer. Vous imaginez les consPls add contentquences. Et, Pls add content travers la RPls add contentsistance Fer, je tiens Pls add content remercier justement tous ceux qui, avec Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, ont rPls add contentussi Pls add content Pls add contentcrire cette grande page. Et je regrette que, lors des cPls add contentrPls add contentmonies de 1994 pour le CinquantiPls add contentme anniversaire du dPls add contentbarquement, on nPls add contentait pas Pls add contentvoquPls add content cette question. Bien sPls add contentr, la toute puissance amPls add contentricaine Pls add contenttait lPls add content. NPls add contentanmoins, beaucoup de gens se sont sacrifiPls add contents en France, pour retarder justement les dPls add contentplacements allemands. Rappelez-vous ce qui sPls add contentest passPls add content avec la contre-attaque de Von Rundstedt, fin 1944, et ce qui aurait pu se passer. CPls add contentest donc ce premier point que je voulais Pls add contentvoquer en souvenir de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, aprPls add contents tout ce qui a Pls add contenttPls add content dit ce matin sur sa gestion, sa situation politique, son courage Pls add contentconomique, monPls add contenttaire, financier.

 

Je voudrais maintenant, trPls add contents briPls add contentvement et sur la pointe des pieds, dire qu'avec cet homme jPls add contentai toujours eu un contact privilPls add contentgiPls add content. Je me sentais totalement en confiance avec Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Et jPls add contentai eu avec lui beaucoup de discussions, dPls add contentexplications sur les problPls add contentmes notamment du commerce extPls add contentrieur. Son suicide a Pls add contenttPls add content pour moi un vPls add contentritable choc. Comme si Pls add content je mPls add contentexcuse, Madame, de le dire Pls add content cPls add contentPls add contenttait un membre de ma famille qui disparaissait. Et, autour de moi, je nPls add contentai cessPls add content de donner cette explication, Pls add content travers une Pls add contentpreuve personnelle, et pardonnez-moi de lPls add contentPls add contentvoquer.

 

Dans la RPls add contentsistance, la vie clandestine provoquait une Pls add contentnorme tension nerveuse de chaque instant. Et, lorsque jPls add contentai Pls add contenttPls add content arrPls add contenttPls add content, pour moi, lPls add contentaction continuait, avec les interrogatoires. Mais, lorsque je me suis retrouvPls add content seul, enfermPls add content au secret, sans pouvoir parler, alors je me serais suicidPls add content par dPls add contentpression si un membre de la Gestapo astucieux nPls add contentavait pas trouvPls add content la pilule, et beaucoup dPls add contenthommes de la RPls add contentsistance, on ne le dit pas assez, se sont suicidPls add contents au moment de leur arrestation.

 

Si jPls add contentPls add contentvoque ce souvenir personnel, cPls add contentest parce que aujourdPls add contenthui, aprPls add contents lPls add contenthommage solennel qui est rendu Pls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, on ne dit peut-Pls add contenttre pas assez que cet homme, avec beaucoup de courage, a gravi ce quPls add contenton a appelPls add content les Pls add contentchelons de la sociPls add contenttPls add content et de la responsabilitPls add content collective. Cela fut au fond un effort de toute sa vie. Et puis, brusquement, avec les Pls add contentlections, cPls add contentest le silence qui sPls add contentest abattu. Et indirectement, mPls add contentme si on ne le lui a pas dit, il a senti quPls add contentun certain nombre de ses amis le rendaient responsable de lPls add contentPls add contentchec de la gauche. Et il sPls add contentest passPls add content pour Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy ce qui sPls add contentest passPls add content pour un certain nombre dPls add contenthommes dans la clandestinitPls add content. Et je tenais Pls add content donner cette explication, car il a fait face, toujours, mais cPls add contentest par le souci de sa responsabilitPls add content avec sa trPls add contents grande sensibilitPls add content quPls add contentil est allPls add content jusquPls add contentau bout de sa vie. Et je tenais Pls add content lui rendre aujourdPls add contenthui hommage.

 

 

Intervention de M. Bruno Durieux, ancien ministre

 

Je nPls add contentavais pas prPls add contentvu dPls add contentintervenir et je ne voudrais pas improviser sur un sujet qui mPls add contentest aussi cher, personnel, puisque jPls add contentai eu la chance de travailler avec Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy ; je dirais simplement que jPls add contentai admirPls add content lPls add contenthomme dPls add contentEtat, celui qui a menPls add content une politique, alors que jPls add contentPls add contenttais moi dans une situation politique dPls add contentopposant, et quPls add contentau bout dPls add contentun certain temps il mPls add contentest apparu impossible de la contester dans la mesure oPls add content cPls add contentPls add contenttait une politique qui servait profondPls add contentment les intPls add contentrPls add contentts du pays. JPls add contentaperPls add contentois Michel Rocard, qui sait bien que je suis rentrPls add content, lorsquPls add contentil Pls add contenttait Premier Ministre, dans son gouvernement ; et je dois dire que lorsque jPls add contentai pris ma dPls add contentcision, outre la personnalitPls add content de Michel Rocard, il y avait cette politique que menait Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, qui nPls add contentPls add contenttait pas facile Pls add content mener, mais qui correspondait profondPls add contentment aux intPls add contentrPls add contentts supPls add contentrieurs du pays et jPls add contentai pris le risque de ce quPls add contenton pourrait appeler une transgression, au sens le plus ancien, dPls add contentune transgression politique, pour soutenir ce qui, je crois, servait le bien du pays.

 

Et ce qui me frappait dans cette politique, cPls add contentest quPls add contentelle reposait sur des principes de stabilitPls add content, de dPls add contentveloppement, de modernisation dont on a besoin de sPls add contentinspirer en permanence et qui restent la ligne qui a Pls add contenttPls add content ouverte en fait Pls add content partir de 1983, et dont aucun gouvernement, quelles que soient les Pls add contenttiquettes politiques, ne sPls add contentest vraiment Pls add contentcartPls add content depuis. Donc il a fixPls add content des principes qui, pour moi, sont les plus respectables et les plus Pls add contentminents pour un homme politique, engagPls add content dans la vie politique, des principes qui Pls add contenttaient exclusivement tendus, centrPls add contents, sur ce qui Pls add contenttait lPls add contentintPls add contentrPls add contentt supPls add contentrieur du pays, quelles que soient ses propres tendances, ses propres inclinations et son propre itinPls add contentraire personnel. Et jPls add contentai eu moi-mPls add contentme beaucoup de plaisir Pls add content travailler avec lui mPls add contentme si nous n'avons pas toujours Pls add contenttPls add content d'accord sur tout. Je voyais avant tout le courage de lPls add contenthomme, sa volontPls add content de servir et cette capacitPls add content Pls add content tenir longtemps, dans la durPls add contente, en dPls add contentpit dPls add contentobstacles, de difficultPls add contents politiques de son propre camp, du camp adverse, et c'est ce qui mPls add contenta pour ma part dPls add contentcidPls add content Pls add content rejoindre lPls add contentPls add contentquipe de Michel Rocard, dans laquelle il tenait Pls add content lPls add contentPls add contentpoque les fonctions de ministre de lPls add contentEconomie et des Finances.

 

Non seulement je n'en ai aucun regret mais je garde de cette expPls add contentrience un vPls add contentritable enrichissement sur ce que doit Pls add contenttre un comportement politique. Savoir prendre des risques Pls add content jPls add contentai pris personnellement de petits risques, mais lui en prenait de plus importants Pls add contentet on conPls add contentoit effectivement quPls add contentil avait sur les Pls add contentpaules une forte, profonde responsabilitPls add content qui faisait que non seulement on avait envie de soutenir la politique quPls add contentil menait parce quPls add contentelle Pls add contenttait ce quPls add contentelle Pls add contenttait, et quPls add contenten plus de cela on admirait lPls add contenthomme et quPls add contenton Pls add contenttait heureux de le soutenir. VoilPls add content ce que je dirais comme Pls add contenta, trPls add contents simplement et en improvisant.

 

Erik Israelewicz

Peut-Pls add contenttre, en mPls add contentadressant Pls add content M. Durieux, Pls add content M. Rocard ou Pls add content dPls add contentautres, il y a maintenant sur le bilan des dix annPls add contentes de politique Pls add contentconomique un dPls add contentbat sur 1990-91, cPls add contentest-Pls add content-dire sur la question de savoir si en 1991, la France nPls add contentaurait pas dPls add content accepter ou solliciter Pls add content le terme est Pls add content dPls add contentbattre Pls add contentlPls add contentidPls add contente de dPls add contentconnecter le franc du mark et de tirer parti de marges supplPls add contentmentaires, Pls add contenttant entendu que la situation avec la rPls add contentunification de lPls add contentAllemagne avait Pls add contenttPls add content profondPls add contentment modifiPls add contente. Est-ce que vous souhaitez intervenir ?

 

M. Michel Rocard

En effet, il y eut ce dPls add contentbat, je crois que vous avez raison de poser la question. Je peux faire une rPls add contentponse oPls add content je mPls add contentengage, moi, trPls add contents clairement et trPls add contents fermement. Je pense parler Pls add contentgalement au nom de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content Olivier Rousselle est ici comme tPls add contentmoin Pls add content puisque nous fPls add contentmes dPls add contentaccord, mais jPls add contenten suis un peu moins sPls add contentr. Les Pls add contenttats dPls add contentPls add contentme et lPls add contentintPls add contentriorisation... La France est un pays difficile Pls add content gouverner et qui a en plus vPls add contentcu une TroisiPls add contentme et une QuatriPls add contentme RPls add contentpublique, avec des AssemblPls add contentes partagPls add contentes et des gouvernements extrPls add contentmement fragiles Pls add content faible longPls add contentvitPls add content. Et tout cela a eu sur notre histoire monPls add contenttaire des consPls add contentquences absolument dPls add contentvastatrices. La culture monPls add contenttaire de base des FranPls add contentais, jusquPls add contentPls add content il y a peu de temps, Pls add contenttait dangereusement mauvaise et prPls add contentte Pls add content toute inflation. La rPls add contentputation monPls add contenttaire dPls add contentun pays, la crPls add contentdibilitPls add content de sa monnaie, lPls add contentenracinement de comportements dPls add contententrepreneurs, de comportements de syndicalistes et de comportements de consommateurs, associPls add contents Pls add content une monnaie stable, est une affaire de dPls add contentcennies. Et il nPls add contentPls add contenttait pas question, sPls add contentrement pas dans lPls add contentesprit de Pierre et en tout cas pas dans le mien, dPls add contentavoir avec cela la moindre facilitPls add content. De plus, dans le mPls add contentme sens jouait notre vision de lPls add contentaffaire europPls add contentenne. Nous savions trPls add contents bien que la coalition nPls add contentcessaire pour donner plus de force et dPls add contentampleur Pls add content lPls add contentPls add contentdification europPls add contentenne supposait un ensemble dPls add contentalliances sur la scPls add contentne europPls add contentenne faites de dPls add contentmocrates-chrPls add contenttiens, de sociaux-dPls add contentmocrates et aussi dPls add contentautres forces non nationalistes, avec une dominante conservatrice. Nous Pls add contenttions donc embarquPls add contents sur le plan europPls add contenten dans lPls add contentacceptation de la construction constitutionnelle dPls add contentun outil pour gPls add contentrer, dont nous savions que les coalitions conservatrices qui y Pls add contenttaient majoritaires ne faisaient pas le plein emploi que nous voulions en termes de politique sociale et de justice sociale, mais dont la construction Pls add contenttait nPls add contentcessaire pour que ceci devPls add contentnt un jour possible grPls add contentce au suffrage universel. Et, dans ces conditions, mPls add contentme au prix de tensions conjoncturelles, monPls add contenttaires aggravPls add contentes, il nPls add contentPls add contenttait dans mon esprit Pls add content dans son esprit je ne le pense pas, mais je demanderais volontiers le tPls add contentmoignage dPls add contentOlivier Rousselle qui le suivait et le rencontrait plus quotidiennement encore que moi Pls add content absolument pas question de la moindre facilitPls add content sur ce plan-lPls add content, quitte Pls add content ce que les choses nous soient rendues plus difficiles. CPls add contentest bien clair, cPls add contentest une idPls add contente qui ne mPls add contenta pas traversPls add content la cervelle un instant, et jamais Pls add content je quitte mes fonctions le 15 mai 1991, le dPls add contentbat va continuer Pls add content jamais en tout cas Pierre ne mPls add contenten a parlPls add content dans ce sens. Nous avons toujours confirmPls add content tous les deux notre Pls add contentpretPls add content Pls add content tenir cette ligne. Elle fut coPls add contentteuse, y compris Pls add contentlectoralement, mais je pense quPls add contentelle authentifie le choix europPls add contenten de la France.

 

AndrPls add content Gauron

Je voudrais confirmer ce que vient de dire Michel Rocard concernant le problPls add contentme du franc et de lPls add contentunification allemande. Je crois quPls add contentPls add content aucun moment Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy n'a eu lPls add contentidPls add contente quPls add contenton pourrait, comme cela a parfois Pls add contenttPls add content dit, sortir Pls add content ce moment-lPls add content du SME. Il faut se rappeler les circonstances de lPls add contentPls add contentpoque ; on est Pls add content un moment oPls add content les taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt sont dPls add contentjPls add content relativement Pls add contentlevPls add contents et oPls add content personne, au niveau europPls add contenten, nPls add contenta anticipPls add content que les Allemands, pour mener Pls add content bien leur rPls add contentunification, allaient les porter Pls add content un niveau encore plus Pls add contentlevPls add content que celui oPls add content ils sont Pls add content la veille de la rPls add contentunification, c'est-Pls add content-dire autour de 6%. Donc, la question va se poser bien plus tard, avec les autres ministres des Finances europPls add contentens : comment peut-on Pls add contentchapper Pls add content la montPls add contente des taux, quand ceux-ci sont dPls add contentjPls add content autour de 8-9%? Je crois que si Michel Sapin Pls add contenttait ici, il dirait que, dans les rares nPls add contentgociations ou discussions qui ont pu avoir lieu avec les Pays-Bas ou le Danemark qui avaient aussi des monnaies trPls add contents liPls add contentes au Deutschemark, ces pays ne souhaitant pas avoir une politique qui se distingue de la politique allemande, il nPls add contentPls add contenttait pas possible, au sein du SME, dPls add contentouvrir un dPls add contentbat avec les Allemands sur la politique de leurs taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt.

 

JPls add contentajouterai une autre remarque pour rPls add contentpondre peut-Pls add contenttre Pls add content la question dPls add contentErik Israelewicz sur la modernisation des marchPls add contents financiers. Je voudrais rappeler le succPls add contents de cette politique, qui tient aussi Pls add content lPls add contentextraordinaire intelligence dans la nPls add contentgociation de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Je crois que ce qui a fait le succPls add contents de cette politique de modernisation, cPls add contentest le fait que plutPls add contentt que de faire faire le Pls add contentniPls add contentme rapport sur la modernisation des marchPls add contents financiers franPls add contentais, il a procPls add contentdPls add content par Pls add contenttapes, avec une vision qui avait Pls add contenttPls add content dPls add contentfinie par Jean-Charles Naouri et Claude Rubinowicz, il a ensuite non pas essayPls add content dPls add contentaffronter tous les lobbies en mPls add contentme temps, mais il a su comprendre quPls add contentil fallait dPls add contentcouper le problPls add contentme ; et, en dPls add contentcoupant le problPls add contentme, on sPls add contentest aperPls add contentu que ces lobbies, dont tu disais quPls add contentils avaient fait une pression extraordinaire, en fait, se sont relativement effondrPls add contents. Donc, la coalition des intPls add contentrPls add contentts contradictoires sPls add contentest dPls add contentfaite, finalement, assez rapidement et, je dirais qu'au bout de six mois dPls add contentune dPls add contentmarche progressive, on a senti dans les milieux financiers, et trPls add contents rapidement au TrPls add contentsor, une volontPls add content dPls add contentaller de lPls add contentavant et de rejoindre les pays les plus en pointe dans cette modernisation.

 

Olivier Rousselle

Je remercie AndrPls add content Gauron. Je salue l'arrivPls add contente de M. Hans Tietmeyer, PrPls add contentsident de la Bundesbank, que je remercie, ainsi que M. Takeshita dPls add contentavoir fait ce dPls add contentplacement pour apporter son tPls add contentmoignage sur les relations trPls add contents intimes, trPls add contents personnelles et en mPls add contentme temps de nPls add contentgociateur quPls add contentil a pu avoir avec Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

 

Intervention de M. Hans Tietmeyer, PrPls add contentsident de la Bundesbank.

 

Mesdames et Messieurs,

 

A cause dPls add contentun certain nombre de rendez-vous, je nPls add contentai pu arriver que maintenant, mais je tenais Pls add content venir ici rendre hommage au grand engagement personnel de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, qui a oeuvrPls add content tant quPls add contentil a pu pour amPls add contentliorer le monde dans lequel nous vivons, le monde Pls add contentconomique. Je tenais Pls add contentgalement Pls add content venir ici rendre hommage Pls add content un grand FranPls add contentais, Pls add content un grand EuropPls add contenten.

 

Bien au-delPls add content de la France, le rayonnement de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy est grand. Et, sur le plan historique, son empreinte restera. Nous, les Allemands, savons tout particuliPls add contentrement quPls add contentil nous faut rendre hommage Pls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. M. Stoltenberg et M. Waigel regrettent profondPls add contentment de nPls add contentavoir pu se rendre ici aujourdPls add contenthui ; ce sont tous deux des ministres des Finances qui ont collaborPls add content Pls add contenttroitement avec Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy et qui mPls add contentont demandPls add content de vous transmettre leur profonde Pls add contentmotion en ce jour de commPls add contentmoration et de vous dire Pls add contentgalement combien ils ont apprPls add contentciPls add content lPls add contenthomme.

 

Moi-mPls add contentme, dans mes fonctions prPls add contentcPls add contentdentes, en tant que secrPls add contenttaire dPls add contentEtat au ministPls add contentre des Finances Pls add content Bonn, jPls add contentai eu de nombreuses occasions de rencontrer Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Et, au cours de toutes ces annPls add contentes, jPls add contentai pu apprPls add contentcier son travail, son engagement et surtout la faPls add contenton quPls add contentil avait de bien juger les choses, de bien Pls add contentquilibrer le pour et le contre. JPls add contentai eu lPls add contentoccasion de mPls add contenten rendre compte lors de nombreuses conversations et lors de rencontres franco-allemandes. Je me souviens trPls add contents bien de notre premiPls add contentre rencontre ; jPls add contentai eu lPls add contenthonneur dPls add contentaller le chercher Pls add content lPls add contentaPls add contentroport et nous avons pu avoir notre premier entretien en tPls add contentte-Pls add content-tPls add contentte. Plus tard, chaque annPls add contente, nous avons eu lPls add contentoccasion de nous retrouver Pls add content plusieurs reprises, tantPls add contentt en France, tantPls add contentt en Allemagne, dPls add contentabord bien sPls add contentr dans le cadre des consultations rPls add contentguliPls add contentres franco-allemandes, ensuite un peu plus tard dans le cadre du Conseil Economique et Social franco-allemand et, lors de tous ces entretiens, au cours desquels nous Pls add contentvoquions des questions parfois Pls add contentpineuses, difficiles, jPls add contentai toujours pu voir Pls add content quel point Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy restait pragmatique, clair, raisonnable et raisonnPls add content, et toujours ouvert Pls add content toute argumentation.

 

LorsquPls add contentil raisonnait, il raisonnait toujours droit et son raisonnement Pls add contenttait fiable ; lorsquPls add contentil avait dit quelque chose, on pouvait sPls add contenty fier. Et, Pls add content titre personnel, jPls add contentai Pls add contentgalement eu lPls add contentoccasion de rencontrer Pls add content plusieurs reprises Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content Bruxelles, lors de rPls add contentunions du Conseil, je mPls add contententretenais avec lui rPls add contentguliPls add contentrement, nous avions Pls add contentgalement des rencontres informelles dans le cadre dPls add contentEcofin ; vous savez quPls add contentil y a eu Pls add content peu prPls add contents dans cette pPls add contentriode 25 rencontres du Conseil, et chaque fois je le retrouvais et nous parlions ensemble.

 

A cette occasion, nous avons toujours pu constater quPls add contententre lPls add contentAllemagne et la France il y avait de nombreuses convergences de points de vue et dPls add contentopinions. Par exemple, il a toujours Pls add contenttPls add content partisan de la discipline budgPls add contenttaire et, lorsque dans les annPls add contentes 80, lPls add contentAllemagne Pls add contenttait critiquPls add contente par les AmPls add contentricains, Pls add content cause dPls add contentune politique monPls add contenttaire et financiPls add contentre trop restrictive, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a toujours appuyPls add content lPls add contentAllemagne, il a toujours Pls add contenttPls add content aux cPls add contenttPls add contents de lPls add contentAllemagne ; et il lPls add contenta fait non seulement parce quPls add contentil apprPls add contentciait beaucoup lPls add contentalliance et l'amitiPls add content franco-allemandes, mais aussi parce quPls add contentil Pls add contenttait profondPls add contentment convaincu que la santPls add content des finances publiques Pls add contenttait la base de la santPls add content mPls add contentme de lPls add contentEtat.

 

Dans toutes nos rPls add contentunions Ecofin, Pls add content Bruxelles ou ailleurs, nous avons eu bien sPls add contentr Pls add contentgalement des moments de divergence. Par exemple, nous nPls add contentPls add contenttions pas dPls add contentaccord au dPls add contentpart sur la nPls add contentcessitPls add content de la libPls add contentralisation du marchPls add content des capitaux. Mais, au fur et Pls add content mesure des discussions, nos points de vue se sont rapprochPls add contents jusquPls add contentau moment oPls add content nous avons finalement partagPls add content un point de vue commun.

 

Dans un autre domaine encore, celui de lPls add contentharmonisation fiscale, qui est vous le savez un sujet des plus redoutables en Europe, un sujet qui divise les pays de lPls add contentUnion europPls add contentenne, parce que lPls add contenton voit sPls add contentexprimer lPls add content des traditions nationales diffPls add contentrentes, nous avons eu lPls add contentoccasion dPls add contentavoir de trPls add contents nombreuses discussions. Nous ne nous sommes certes pas toujours mis dPls add contentaccord, mais bien souvent nous sommes quand mPls add contentme arrivPls add contents Pls add content un point de vue commun comme par exemple sur le systPls add contentme de TVA provisoire europPls add contenten.

 

Je l'ai Pls add contentgalement cPls add contenttoyPls add content dans de nombreuses instances internationales, comme par exemple le G5, qui est devenu par la suite le G7, le G10, ou le Fonds MonPls add contenttaire International... Et je me souviens trPls add contents bien, et dPls add contentailleurs je suis ravi de voir M. Takeshita ici, de notre collaboration lors de la rencontre du Plaza en 1985. Bien sPls add contentr, cette rPls add contentunion avait Pls add contenttPls add content prPls add contentparPls add contente par nos reprPls add contentsentants, sans que la presse en ait Pls add contenttPls add content informPls add contente, et cPls add contentest quelque chose dont je suis terriblement fier, je dois dire. Pas un journaliste ne le savait. Cela a dPls add contentailleurs Pls add contenttPls add content la cause profonde de l'effet trPls add contents positif de la dPls add contentclaration du Plaza le dimanche lorsque nous avons pu proclamer nos positions communes. Bien sPls add contentr, je ne souhaite pas, je ne le ferai pas dPls add contentailleurs, entrer dans tous les dPls add contenttails de la prPls add contentparation du Plaza, de tout ce qui sPls add contentest passPls add content avant, de ce qui a menPls add content Pls add content ce rPls add contentsultat. Tout ce que je dirai, cPls add contentest quPls add contenten fait la rPls add contentalitPls add content a parfois Pls add contenttPls add content trPls add contents diffPls add contentrente de ce quPls add contenton a pu Pls add contentcrire Pls add content lPls add contentPls add contentpoque dans la presse ou de ce quPls add contenton retrouve aujourdPls add contenthui dans les publications qui paraissent sur ce thPls add contentme. Je me suis souvent demandPls add content en fait ce que feront les historiens, un jour, avec toutes ces demi-vPls add contentritPls add contents quPls add contenton leur propose, ces vPls add contentritPls add contents partielles qui sont consignPls add contentes dans des livres, et je plains sincPls add contentrement ces historiens qui devront un jour essayer de retracer objectivement lPls add contenthistoire. Mais cPls add contentest sans doute ainsi que se sont passPls add contentes les choses, de tout temps. Dans une certaine situation, on prPls add contentsente toujours un certain point de vue, un certain angle de vue, et puis mPls add contentme dans les mPls add contentmoires, les gens ne prPls add contentsentent toujours quPls add contentune partie seulement de la vPls add contentritPls add content.

 

LPls add contentAllemagne et la France, dans le domaine international aussi Pls add content je parle en particulier du domaine de la politique monPls add contenttaire internationale Pls add content nPls add contentPls add contenttaient pas toujours dPls add contentaccord, mais, et je tiens Pls add content le souligner ici, il y avait toujours entre nous un dPls add contentbat franc et ouvert. Nous avons toujours Pls add contentchangPls add content amicalement nos arguments pour et contre, de tous cPls add contenttPls add contents et pas seulement entre lPls add contentAllemagne et la France Pls add content et je vois ici lPls add contentancien Chancelier de lPls add contentEchiquier Nigel Lawson. Nous avons Pls add contentgalement fait tout ce qui Pls add contenttait en notre pouvoir pour que dans le cercle des diffPls add contentrentes administrations ou lors des rencontres entre les diffPls add contentrentes nations, on arrive Pls add content dPls add contentgager des points de vue communs. Et, je crois que, dans lPls add contentensemble, au cours de ces annPls add contentes 80, et en dPls add contentpit des nombreux problPls add contentmes qui ont surgi et en dPls add contentpit de certains Pls add contentchecs, nous avons globalement rPls add contentussi.

 

LPls add contenthistoire de la politique monPls add contenttaire europPls add contentenne me prPls add contentoccupe depuis la deuxiPls add contentme moitiPls add content des annPls add contentes 60. JPls add contentPls add contenttais Pls add content lPls add contentPls add contentpoque, dPls add contentjPls add content, collaborateur de celui qui Pls add contenttait le Ministre des Finances allemand, Karl Schiller, et je travaillais Pls add content essayer de rPls add contentsoudre les consPls add contentquences des perturbations monPls add contenttaires de lPls add contentPls add contentpoque. AprPls add contents ces turbulences, en 1968-69, dans le cadre des Pls add contentlections en Allemagne Pls add content cette Pls add contentpoque, lors du sommet de La Haye en 1969, on dPls add contentcida dPls add contentPls add contenttudier les possibilitPls add contents et les voies qui permettraient dPls add contentarriver Pls add content une union monPls add contenttaire. Un mandat fut donc donnPls add content Pls add content un groupe de travail prPls add contentsidPls add content par le luxembourgeois Werner, au sein duquel j'ai collaborPls add content en tant que reprPls add contentsentant de la dPls add contentlPls add contentgation allemande. A lPls add contentPls add contentpoque, nous pensions quPls add contentau cours des dix voire vingt ans Pls add content venir, il y aurait vraiment la possibilitPls add content de crPls add contenter une union Pls add contentconomique et monPls add contenttaire en Europe. Et, je le dirai sans dPls add contenttours, nous pensions que cPls add contentPls add contenttait possible parce que nous croyions que, aprPls add contents le retrait de de Gaulle, il y aurait la possibilitPls add content de faire Pls add contentvoluer lPls add contentEurope vers une entitPls add content supranationale. Au sein de ce groupe Werner, nous avions des points de vue trPls add contents diffPls add contentrents et de nombreux points de litige. Il y avait dPls add contentun cPls add contenttPls add content ceux qui pensaient quPls add contentil fallait lier les taux de change et que cPls add contentest ainsi que lPls add contenton arriverait Pls add content une Union, cPls add contentPls add contenttait donc une attitude trPls add contents monPls add contenttariste ; et puis, de lPls add contentautre cPls add contenttPls add content, il y avait ceux qui pensaient que la convergence Pls add contentconomique Pls add contenttait une nPls add contentcessitPls add content premiPls add contentre et que ce n'est que lorsquPls add contentelle serait rPls add contentalisPls add contente que lPls add contenton arriverait trPls add contents progressivement Pls add content Pls add contentvoluer vers une intPls add contentgration monPls add contenttaire qui culminerait avec une union monPls add contenttaire, une banque centrale europPls add contentenne et de grandes directives en matiPls add contentre de politique Pls add contentconomique et monPls add contenttaire, communes Pls add content tous les pays dPls add contentEurope. JPls add contentai personnellement toujours Pls add contenttPls add content dans ce dernier camp, et aujourd'hui encore, je reste dPls add contentavis que cPls add contentest lPls add content une position fondamentale toujours valide.

 

Ensuite, au sein de ce groupe, nous nous sommes mis dPls add contentaccord aprPls add contents des dPls add contentbats extrPls add contentmement longs pour procPls add contentder de faPls add contenton parallPls add contentle, en essayant de parvenir simultanPls add contentment Pls add content la convergence Pls add contentconomique et Pls add content lPls add contentintPls add contentgration monPls add contenttaire et ce, au sein de structures politiques. Malheureusement, ce concept fondamental pour le groupe Werner fut rejetPls add content par Ecofin, qui Pls add contenttait Pls add content lPls add contentPls add contentpoque lPls add contentinstance politique. Nous pPls add contentmes toutefois nous mettre dPls add contentaccord sur une premiPls add contentre Pls add contenttape : cPls add contentPls add contenttait ce quPls add contenton a appelPls add content la construction du serpent monPls add contenttaire, un systPls add contentme unifiPls add content Pls add content lPls add contentextPls add contentrieur, avec des marges de fluctuation internes.

 

A lPls add contentPls add contentpoque, on nPls add contenta pas pu se mettre dPls add contentaccord sur le contenu de la deuxiPls add contentme Pls add contenttape qui consistait Pls add content mettre en place des structures supranationales, car au cours des annPls add contentes 70, le monde politique nPls add contentPls add contenttait pas encore suffisamment mPls add contentr.

 

Bien au contraire, mPls add contentme la solution du serpent monPls add contenttaire, dans le contexte des chocs pPls add contenttroliers des annPls add contentes 70, sPls add contentest avPls add contentrPls add contente intenable et, Pls add content lPls add contentPls add contentchelle de la planPls add contentte, on a fini non seulement par avoir un systPls add contentme de flottaison, mais le serpent monPls add contenttaire a rPls add contenttrPls add contentci lui aussi parce quPls add contentil y avait de plus en plus de pays europPls add contentens qui ne pouvaient pas suivre cette voie. Et en 1978-79, Helmut Schmidt et ValPls add contentry Giscard dPls add contentEstaing ont relancPls add content lPls add contententreprise ; Pls add content ce moment lPls add content, ils ont Pls add contenttabli ce quPls add contenton a appelPls add content le SystPls add contentme MonPls add contenttaire EuropPls add contenten. Mais, et je tiens Pls add content le dire ici clairement, la conception premiPls add contentre de ce SystPls add contentme MonPls add contenttaire EuropPls add contenten a Pls add contenttPls add content modifiPls add contente au cours des nPls add contentgociations ; cPls add contentest-Pls add content-dire que le systPls add contentme quPls add contenton avait au dPls add contentpart voulu mettre en place prPls add contentvoyait que le systPls add contentme de taux de change serait adaptPls add content aux valeurs moyennes de lPls add contentEcu. Cette orientation sur la moyenne des paritPls add contents nPls add contentPls add contenttait pas acceptable pour la partie allemande et je me souviens encore trPls add contents bien dPls add contentun entretien franco-allemand Pls add content Aix-la-Chapelle, au cours duquel on sPls add contentest mis Pls add content lPls add contentPls add contentpoque dPls add contentaccord sur ce quPls add contenton a appelPls add content un systPls add contentme de "parity grade". Ce systPls add contentme de "parity grade" ayant Pls add contenttPls add content considPls add contentrPls add content comme une base par les autres partenaires, on a donc dPls add contentcidPls add content de sPls add contentaligner sur la monnaie du pays qui avait les meilleurs performances au plan international.

 

LPls add contentPls add contenttablissement de ce nouveau systPls add contentme a entraPls add contentnPls add content des tensions considPls add contentrables au cours des annPls add contentes qui suivirent parce que les pays europPls add contentens qui participaient Pls add content ce systPls add contentme nPls add contentavaient pas des politiques suffisamment convergentes et il y a donc eu toute une sPls add contentrie de rPls add contentalignements et de dPls add contentvaluations. En France, en 1982-83, on a assistPls add content Pls add content une rPls add contentorientation complPls add contentte, Pls add content une rPls add contentorientation fondamentale du point de vue allemand ; et je me souviens trPls add contents bien de nombreuses discussions que nous ePls add contentmes Pls add content lPls add contentPls add contentpoque avec Jacques Delors Pls add content je me souviens encore dPls add contentune sPls add contentance de nuit Pls add content la Celle Saint-Cloud en mars 1983, cPls add contentPls add contenttait avant un week-end de rPls add contentunion Pls add content Bruxelles. Je crois quPls add contentPls add content lPls add contentPls add contentpoque on a en fait posPls add content la pierre angulaire de la politique franPls add contentaise, de ce quPls add contenton a appelPls add content ensuite la politique du franc stable ou du franc fort.

 

A cette Pls add contentpoque, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy nPls add contentPls add contenttait pas encore ministre des Finances, il nPls add contentPls add contenttait pas encore directement impliquPls add content dans toutes ces questions, mais jPls add contentai eu lPls add contentoccasion par la suite de reparler avec lui de tout cela et je sais qu'il Pls add contenttait encore plutPls add contentt de lPls add contentautre cPls add contenttPls add content, cPls add contentest-Pls add content-dire quPls add contentil Pls add contenttait encore extrPls add contentmement rPls add contentservPls add content. Il hPls add contentsitait Pls add content avancer dans cette voie nouvelle que nous tracions. LorsquPls add contentil sPls add contentest ensuite retrouvPls add content ministre des Finances, et cPls add contentest lPls add content quelque chose de tout Pls add content fait typique de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, il sPls add contentest fait de plus en plus lPls add contentavocat de la discipline budgPls add contenttaire interne et de la stabilitPls add content intPls add contentrieure, une stabilitPls add content qui allait dans le sens du franc fort. Et je crois que cPls add contentest Pls add content cette Pls add contentpoque, en 1983 et dans les annPls add contentes qui suivirent, que lPls add contenton a jetPls add content les bases de lPls add contentPls add contentvolution qui allait suivre, une Pls add contentvolution qui allait dans le sens dPls add contentune union Pls add contentconomique et monPls add contenttaire.

 

Certes, en 1986-87, au cours des annPls add contentes de la cohabitation, on a connu deux petites dPls add contentvaluations, mais la politique de stabilisation du franc a nPls add contentanmoins Pls add contenttPls add content poursuivie et elle se poursuit encore aujourdPls add contenthui mPls add contentme. Bien sPls add contentr, Pls add content lPls add contentPls add contentpoque, on entendait un certain nombre de critiques en France, y compris contre la position allemande, Pls add content cause de ce quPls add contenton appelait lPls add contentasymPls add contenttrie du SystPls add contentme MonPls add contenttaire EuropPls add contenten. De facto, le mark Pls add contenttait devenu la monnaie la plus forte et Pls add contenttait devenu un peu le point dPls add contentancrage du SystPls add contentme MonPls add contenttaire EuropPls add contenten. Je peux effectivement comprendre ces critiques, mais je reste persuadPls add content que lPls add contentorientation vers la stabilitPls add content monPls add contenttaire a Pls add contenttPls add content profondPls add contentment marquPls add contente par, justement, cette possibilitPls add content dPls add contentancrage sur le mark. Mais je suis prPls add contentt Pls add content accepter toutes les critiques potentielles. En effet, dans un tel systPls add contentme, le pays qui sert de point dPls add contentancrage a Pls add contentgalement un certain nombre dPls add contentengagements Pls add content assumer : il doit, par exemple, parvenir Pls add content dPls add contentterminer le bon "policy mix", cPls add contentest-Pls add content-dire le bon dosage entre la politique budgPls add contenttaire et la politique monPls add contenttaire. Et lPls add content, je dois reconnaPls add contenttre la justesse des critiques qui visent lPls add contentAllemagne au cours des annPls add contentes 82-83, et que cela a parfois rendu la situation un peu difficile pour nos partenaires.

 

En 1988, Pls add content Hanovre, il y eut une relance de la discussion sur la base de la question suivante : peut-on en rester au SystPls add contentme MonPls add contenttaire EuropPls add contenten, ou ne faut-il pas faire un pas de plus qui nous mPls add contentnerait vers une Union Pls add contentconomique et monPls add contenttaire? Vous savez quPls add contentPls add content lPls add contentPls add contentpoque, Pls add content Hanovre, on avait donnPls add content mandat Pls add content un groupe, rPls add contentuni sous la prPls add contentsidence de Jacques Delors, et qui comprenait les prPls add contentsidents de banques centrales, de dPls add contentvelopper une conception, un projet qui permettrait de rPls add contentaliser une union Pls add contentconomique et monPls add contenttaire. Je ne vous dirai rien bien entendu des travaux de ce groupe, je rappellerai simplement un dPls add contenttail, un dPls add contenttail qui nPls add contenta pas Pls add contenttPls add content discutPls add content au sein du groupe mais seulement de faPls add contenton informelle au cours dPls add contentEcofin Pls add content Kiel Pls add content et je mPls add contenten souviens trPls add contents bien, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait le reprPls add contentsentant de la France : il sPls add contentagissait de savoir si oui ou non on libPls add contentralisait le marchPls add content des capitaux en Europe. Je dois dire que je me rPls add contentjouis, quPls add contentaprPls add contents de longues tergiversations, nous soyions arrivPls add contents Pls add content un rPls add contentsultat. Nous avions compris en effet quPls add contentavant de pouvoir continuer Pls add content parler dPls add contentunion Pls add contentconomique et monPls add contenttaire, il fallait commencer par libPls add contentraliser le marchPls add content des capitaux parce que les pays devaient dPls add contentabord Pls add contenttre capables de rPls add contentsister Pls add content lPls add contentPls add contentpreuve des marchPls add contents, faute de pouvoir un jour connaPls add contenttre une stabilitPls add content durable.

 

Au cours de lPls add contentannPls add contente 1988, on est donc passPls add content de Balladur Pls add content BPls add contentrPls add contentgovoy, et Pls add content Bonn, de Stoltenberg Pls add content Theo Waigel et, je tiens Pls add content dire, en passant, que jPls add contentai un souvenir particuliPls add contentrement agrPls add contentable dPls add contentune rPls add contentunion Pls add content Eggen, en BaviPls add contentre, au cours de laquelle il y eut une premiPls add contentre rencontre, trPls add contents importante, entre Waigel et BPls add contentrPls add contentgovoy, dans un contexte de folklore bavarois. Le cadre Pls add contenttait magnifique et je pense qu'il a contribuPls add content Pls add content insuffler de l'amitiPls add content dans lPls add contentesprit des participants.

 

LorsquPls add contentau cours de lPls add contentannPls add contente 1989, parut le rapport Delors, fait par ce groupe placPls add content sous la prPls add contentsidence de Jacques Delors et qui regroupait les prPls add contentsidents des banques centrales, une question sPls add contentest posPls add contente : quand et comment allait-on pouvoir entreprendre les premiers pas vers une union Pls add contentconomique et monPls add contenttaire ?

Le climat politique Pls add contenttait bien sPls add contentr trPls add contents diffPls add contentrent de celui quPls add contenton avait connu en 1970-71. Tout dPls add contentabord, la CommunautPls add content europPls add contentenne ne comptait plus seulement six membres, elle en comptait douze. De plus, il y avait des divergences d'analyse assez considPls add contentrables. DPls add contentautre part, et je crois que du point de vue historique cPls add contentest une Pls add contentvolution dont il faut tenir compte, dPls add contents 1989 on a vu se manifester les premiers signes de lPls add contentouverture Pls add content lPls add contentEst, avec bien entendu la chute du Mur de Berlin. On a vu que les anciennes frontiPls add contentres au coeur mPls add contentme de lPls add contentEurope devenaient permPls add contentables, personne ne pouvait dire Pls add content quelle vitesse le phPls add contentnomPls add contentne allait se poursuivre, mais lPls add contentouverture se faisait et, avec elle, on voyait sPls add contentamorcer un processus qui Pls add contenttait capital non seulement pour lPls add contentAllemagne mais pour lPls add contentEurope toute entiPls add contentre : cPls add contentPls add contenttait le processus de la rPls add contentunification de lPls add contentAllemagne. Bien entendu, ce nPls add contentest pas mon rPls add contentle dPls add contentPls add contentvaluer ici les dPls add contentcisions et les dPls add contentclarations politiques qui ont Pls add contenttPls add content faites ou non Pls add content cette Pls add contentpoque, et je crois que les historiens reviendront longtemps sur ce sujet. Tout ce que je peux dire cPls add contentest que, pour le Chancelier allemand Helmut Kohl, il y avait une thPls add contentse qui est toujours valable : nous voulons, disait-il, lPls add contentunification de lPls add contentAllemagne mais nous voulons Pls add contentgalement faire avancer le processus dPls add contentintPls add contentgration europPls add contentenne, et nous voulons que ce processus soit solide. Le Chancelier Kohl disait toujours que ces deux aspects Pls add content unification de lPls add contentAllemagne et intPls add contentgration europPls add contentenne Pls add content Pls add contenttaient les deux cPls add contenttPls add contents dPls add contentune mPls add contentme mPls add contentdaille. Vous savez tous quPls add contenten 1991-92, aprPls add contents de nombreuses difficultPls add contents, nous avons rPls add contentussi Pls add content signer le TraitPls add content de Maastricht. LPls add contentUnion Pls add contentconomique et monPls add contenttaire, telle quPls add contentelle est prPls add contentvue dans ce TraitPls add content de Maastricht est, sans aucun doute, un objectif trPls add contents important pour lPls add contentEurope, mais cPls add contentest en mPls add contentme temps un grand dPls add contentfi, un objectif capital au plan Pls add contentconomique, dans le cadre du parachPls add contentvement du marchPls add content unique, grPls add contentce Pls add content une monnaie unique et stable ; un grand objectif Pls add contentgalement au plan politique puisquPls add contenton comprenait quPls add contentil ne fallait pas confier lPls add contentintPls add contentgration aux seules rPls add contentgles du marchPls add content mais quPls add contentil fallait de plus en plus un cadre politique. Je sais que, sur ce point, les opinions en Europe sont parfois trPls add contents divergentes, mais le TraitPls add content a Pls add contenttPls add content signPls add content, il a Pls add contenttPls add content ratifiPls add content et donc il est et reste une orientation fondamentale pour nous tous.

 

Je me souviens trPls add contents bien dPls add contentun certain nombre de discussions que nous ePls add contentmes Pls add content lPls add contentPls add contentpoque : Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy qui Pls add contenttait entre temps devenu Premier Ministre en avril 92, savait bien que cPls add contentPls add contenttait lPls add content notre objectif, il connaissait les orientations fondamentales et il en Pls add contenttait pleinement solidaire; il savait que lPls add contentunion monPls add contenttaire ne pourrait rPls add contentussir que si elle reposait sur des bases Pls add contentconomiques solides. CPls add contentPls add contenttait un homme trop rPls add contentaliste pour se contenter de croire quPls add contentil suffisait dPls add contentPls add contentcrire des dPls add contentclarations dPls add contentintention. CPls add contentPls add contenttait un homme qui aimait formuler des idPls add contentes et des objectifs, qui considPls add contentrait que cPls add contentPls add contenttait important, mais cPls add contentPls add contenttait aussi un homme qui tenait toujours Pls add content ancrer ses idPls add contentes et ses conceptions dans la rPls add contentalitPls add content. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy savait que passer Pls add content lPls add contentunion monPls add contenttaire, consistait Pls add content faire bien plus quPls add contentune simple prouesse technique et que ce nPls add contentPls add contenttait pas seulement une dPls add contentcision de plus en matiPls add contentre de politique monPls add contenttaire. Il savait que lPls add contentunion monPls add contenttaire signifiait que les pays europPls add contentens alliaient dPls add contentfinitivement les unes aux autres leurs politiques monPls add contenttaires et que, par lPls add content mPls add contentme, ils acceptaient de renoncer Pls add content une certaine partie de leur souverainetPls add content nationale, quPls add contentil y avait donc un transfert de souverainetPls add content au niveau de lPls add contentUnion europPls add contentenne. Et cela, pas seulement au niveau de la politique monPls add contenttaire mais Pls add contentgalement, par exemple, dans le domaine de lPls add contentPls add contenttablissement dPls add contentune discipline budgPls add contenttaire durable.

 

Peu aprPls add contents la signature de Maastricht, il y eut effectivement des difficultPls add contents monPls add contenttaires importantes Pls add content vous vous souvenez des turbulences monPls add contenttaires graves que le systPls add contentme monPls add contenttaire a connues Pls add content lPls add contentPls add contentpoque. Je crois qu'elles Pls add contenttaient dues Pls add content deux causes principales : premiPls add contentrement, on nPls add contentavait pas rPls add contentalignPls add content un certain nombre de paritPls add contents en temps voulu et, dPls add contentautre part, le fameux "policy mix" nPls add contentPls add contenttait pas respectPls add content, il nPls add contenty avait pas un Pls add contentquilibre correct. Certains historiens, certains mPls add contentmoires ne prPls add contentsentent quPls add contentun aspect des choses et je dois vous dire que je suis pour ma part trPls add contents rPls add contentservPls add content vis-Pls add content-vis de cette faPls add contenton de prPls add contentsenter la rPls add contentalitPls add content. Mais permettez-moi de revenir sur ce point : lPls add contentAllemagne et la France, Pls add content cette Pls add contentpoque-lPls add content, ont connu des pPls add contentriodes trPls add contents difficiles. Mais, en fin de compte, nous avons rPls add contentussi Pls add content faire face ensemble Pls add content toutes ces difficultPls add contents et je me rPls add contentjouis que la France ait pu aujourdPls add contenthui rPls add contentaliser des progrPls add contents considPls add contentrables depuis cette crise monPls add contenttaire. La Banque de France est devenue indPls add contentpendante, je suis convaincu que cPls add contentPls add contenttait une dPls add contentcision juste et je suis convaincu que cette dPls add contentcision va contribuer Pls add content la soliditPls add content de la politique monPls add contenttaire. Les marchPls add contents financiers l'ont bien compris : le diffPls add contentrentiel des taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt entre la France et lPls add contentAllemagne sPls add contentest considPls add contentrablement rPls add contentduit au cours de ces derniPls add contentres annPls add contentes et cela aussi est dPls add content au fait quPls add contentil y a eu une augmentation sensible de la crPls add contentdibilitPls add content de la politique monPls add contenttaire franPls add contentaise.

 

Mais, Mesdames et Messieurs, je ne vous cacherai pas que les deux pays, lPls add contentAllemagne comme la France, sont encore confrontPls add contents Pls add content des problPls add contentmes considPls add contentrables. Nous ne pouvons pas continuer Pls add content supporter un taux de chPls add contentmage aussi important. Il faut crPls add contenter les conditions dPls add contentune croissance durable, il faut trouver les moyens de rPls add contentduire le chPls add contentmage. Il faut arriver Pls add content rPls add contentsoudre les problPls add contentmes structurels, les problPls add contentmes sociaux qui se posent dans nos pays si nous voulons rester compPls add contenttitifs dans les annPls add contentes Pls add content venir, si nous voulons avoir la possibilitPls add content de crPls add contenter de nouveaux emplois et de gPls add contentnPls add contentrer une nouvelle croissance. En Allemagne, il est clair que nous avons des charges fiscales et sociales trop Pls add contentlevPls add contentes et jPls add contentespPls add contentre donc que les efforts qui sont entrepris actuellement seront couronnPls add contents de succPls add contents. J'espPls add contentre aussi bien entendu que la voie sur laquelle la France s'est engagPls add contente mPls add contentnera au succPls add contents. JPls add contentespPls add contentre que nous retrouverons bientPls add contentt le chemin de la croissance et que les deux pays seront Pls add content mPls add contentme de juguler leurs dPls add contentficits publics et de les ramener Pls add content moins de 3% dPls add contentici 1997, cPls add contentest du moins lPls add contentambition de lPls add contentAllemagne, et jPls add contentespPls add contentre que cPls add contentest aussi celle de la France. JPls add contentespPls add contentre Pls add contentgalement que la rPls add contentforme de lPls add contentEtat social rPls add contentussira dans nos deux pays. Car sans la France et lPls add contentAllemagne, je crois que ce grand projet quPls add contentest lPls add contentUnion Pls add contentconomique et monPls add contenttaire ne pourra pas rPls add contentussir, quPls add contentil ne pourra pas commencer en temps voulu. Et donc, les deux pays, au-delPls add content de leurs responsabilitPls add contents nationales, ont une responsabilitPls add content plus large.

 

Je voudrais faire encore quelques remarques sur la politique internationale. LPls add contentEurope est certes trPls add contents importante mais nous ne devons pas oublier la mondialisation croissante de lPls add contentPls add contentconomie. Il nPls add contenty aura bientPls add contentt plus dPls add contentobstacles aux Pls add contentchanges ; que nous le voulions ou non, les marchPls add contents financiers sont aujourdPls add contenthui dPls add contentjPls add content des marchPls add contents mondiaux qui travaillent Pls add content lPls add contentPls add contentchelle planPls add contenttaire. Il nPls add contenty plus dPls add contentobstacles, il nPls add contenty a plus rien qui fasse opposition aux Pls add contentchanges financiers et je crois quPls add contentil en ira de mPls add contentme pour les Pls add contentchanges commerciaux. Bien sPls add contentr, il y eut et il y a encore, ici ou lPls add content, des divergences. Cela arrive encore par exemple entre la France et lPls add contentAllemagne mais je constate avec plaisir que lPls add contenton voit se dessiner de plus en plus une convergence sur les questions fondamentales.

 

Je crois quPls add contentil faut nous souvenir que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a contribuPls add content Pls add content lPls add contentesquisse de cette convergence. CPls add contentest lui qui a permis de faire en sorte que lPls add contenton ne courre pas aprPls add contents des illusions, qui a compris le premier quPls add contentil fallait faire une politique Pls add content lPls add contentPls add contentchelle planPls add contenttaire et qui a permis Pls add contentgalement que tout le monde comprenne mieux que les forces du marchPls add content nPls add contentPls add contenttaient pas forcPls add contentment quelque chose de nPls add contentgatif ; quPls add contentau contraire elles Pls add contenttaient positives et quPls add contentil fallait simplement savoir les utiliser correctement, les canaliser dans la bonne direction.

 

Sous son Pls add contentgide, il y eut au cours des annPls add contentes 80 des progrPls add contents considPls add contentrables ; jPls add contentai parlPls add content de la coopPls add contentration au cours du G5 et du G7, je pourrais parler aussi des problPls add contentmes de lPls add contentendettement international, de lPls add contentintPls add contentgration croissante des pays en cours dPls add contentindustrialisation, de lPls add contentouverture des marchPls add contents entre les pays industriels. Les Etats-Unis nPls add contentPls add contenttaient pas toujours un partenaire facile pour nous Pls add content lPls add contentPls add contentpoque mais, grPls add contentce au dialogue, nous avons rPls add contentussi Pls add content mieux nous comprendre de part et dPls add contentautre. Et Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a oeuvrPls add content par sa personnalitPls add content ouverte et pragmatique, par son Pls add contentvaluation claire de la situation, pour permettre de rPls add contentsoudre tous ces problPls add contentmes, et pas seulement en tant quPls add contentexpert des questions monPls add contenttaires ou financiPls add contentres ou commerciales.

 

Je conclurai en disant que nombreux sont les citoyens franPls add contentais, allemands, europPls add contentens ou mPls add contentme dans le monde qui nPls add contentoublieront pas lPls add contentoeuvre de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy et qui lui garderont leur reconnaissance. Pour ma part, je dois dire que le souvenir de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, c'est le souvenir dPls add contentune grande personnalitPls add content, dPls add contentun grand FranPls add contentais, dPls add contentun grand EuropPls add contenten. JPls add contentajouterai aussi que cPls add contentPls add contenttait un homme sympathique, un homme agrPls add contentable et aimable. Je ne lPls add contentoublierai jamais.

 

Merci.

 

 

Olivier Rousselle

Je remercie M. Tietmeyer. Je salue lPls add contentarrivPls add contente de M. Jacques Delors, ancien PrPls add contentsident de la Commission des CommunautPls add contents europPls add contentennes, et de M. Sapin, ancien ministre des Finances. Nous reprendrons nos travaux Pls add content 14h30, par une intervention de M. Nigel Lawson, qui fut Chancelier de lPls add contentEchiquier britannique et qui a Pls add contenttPls add content Pls add content cet Pls add contentgard un interlocuteur privilPls add contentgiPls add content de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Puis une intervention de M. Utsumi, qui a Pls add contenttPls add content vice-ministre des Finances du Japon, qui a bien connu Pls add contentgalement Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, suivie par celle de M. Berrada, ancien ministre des Finances du Maroc.

 

Nous aurons ensuite un dPls add contentbat de politique Pls add contentconomique intPls add contentrieure, animPls add content par FranPls add contentoise Crouigneau, rPls add contentdactrice en chef aux Echos, avec M. Edmond AlphandPls add contentry, ancien ministre des Finances de M. Balladur, M. Michel Sapin et M. Jean-Claude Trichet, Gouverneur de la Banque de France.

Enfin, M. Jacques Delors a bien voulu accepter de clore nos travaux aux alentours de 17 heures.

 

 

Intervention de M. Nigel Lawson, ancien Chancelier de lPls add contentEchiquier britannique.

 

 

Madame BPls add contentrPls add contentgovoy, Excellences, Mesdames et Messieurs,

 

 

CPls add contentest la nature mPls add contentme de la politique qui fait que la carriPls add contentre de ceux qui sPls add contenty consacrent finit presque toujours dans la tristesse et la dPls add contentsillusion. En partie peut-Pls add contenttre parce que quand tout va bien, on ne veut pas se retirer. La carriPls add contentre de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy sPls add contentest achevPls add contente dans la tristesse suprPls add contentme. Mais tous les souvenirs que jPls add contentai de lui sont heureux. JPls add contentai fait sa connaissance en 1984, quand il est devenu ministre des Finances pour la premiPls add contentre fois ; jPls add contentavais Pls add contenttPls add content nommPls add content Chancelier lPls add contentannPls add contente prPls add contentcPls add contentdente. Nous nous sommes tout de suite bien entendus.

 

Quand un ministre des Finances fait bien son travail, il sPls add contentaperPls add contentoit vite quPls add contentil a peu dPls add contentamis parmi ses collPls add contentgues du gouvernement, notamment parmi ceux qui veulent toujours dPls add contentpenser plus, cPls add contentest-Pls add content-dire presque tous. Ensuite, il naPls add contentt un sentiment de camaraderie assez remarquable entre ministres des Finances des pays dPls add contentveloppPls add contents, ils sont tous dans le mPls add contentme bateau et ils y trouvent de vrais amis politiques ; cPls add contentest un club, le club des sans-amis. Mais avec Pierre, cPls add contentPls add contenttait beaucoup plus que cela. DPls add contentabord, il Pls add contenttait lPls add contentun des rares survivants en activitPls add content dPls add contentune gPls add contentnPls add contentration qui avait fait ses classes dans la RPls add contentsistance. Il en gardait une qualitPls add content de sentiment envers la Grande-Bretagne qui, je le regrette, nPls add contentest pas universelle. Mais surtout, nous avons tout de suite perPls add contentu nos affinitPls add contents personnelles, malgrPls add content les divergences de nos formations et de nos convictions politiques. Des divergences bien sPls add contentr, qui nPls add contentPls add contenttaient pas aussi grandes dPls add contentailleurs quPls add contentelles auraient pu lPls add contentPls add contenttre.

 

Plus que quiconque au Parti Socialiste, peut-Pls add contenttre Pls add content lPls add contentexception du PrPls add contentsident Mitterrand lui-mPls add contentme, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy illustrait le retournement spectaculaire de la politique Pls add contentconomique de la France pendant la premiPls add contentre moitiPls add content des annPls add contentes 80. Je me rappelle bien la premiPls add contentre discussion que jPls add contenteus avec lui ; il mPls add contentavait dit, avec beaucoup de fiertPls add content, quPls add contentau ministPls add contentre des Affaires Sociales il avait rPls add contentussi Pls add content Pls add contentquilibrer le budget de la SPls add contentcuritPls add content Sociale, lourdement dPls add contentficitaire jusquPls add contentalors. A lPls add contentPls add contentpoque, ce nPls add contentest pas ce que je pensais entendre de la bouche dPls add contentun socialiste franPls add contentais. Son pragmatisme raisonnable nPls add contentest peut-Pls add contenttre pas Pls add contenttrange : en fait, il ne faisait pas partie de lPls add contentPls add contentlite dirigeante, ce qui est plus que rare dans dPls add contentaussi hautes fonctions. JPls add contentai toujours Pls add contenttPls add content frappPls add content par la faPls add contenton dont mon pays et le vPls add contenttre ont dPls add contentcidPls add content, aprPls add contents la guerre, dPls add contentaller dans des directions totalement opposPls add contentes. En France, il a Pls add contenttPls add content expressPls add contentment dPls add contentcidPls add content de crPls add contenter une classe dirigeante, notamment par le biais de lPls add contentENA, profondPls add contentment respectueuse du service public. En Grande-Bretagne, nous avons eu longtemps un systPls add contentme analogue, peut-Pls add contenttre moins franchement intellectuel, dont les deux piliers Pls add contenttaient les universitPls add contents dPls add contentOxford et de Cambridge, confortPls add contentes par un certain nombre de clubs et dPls add contentassociations. Mais aprPls add contents la guerre, lPls add contentelitism Pls add contenttait devenu un gros mot en Grande-Bretagne : il fallait en finir. Je suis persuadPls add content que lPls add contentapproche franPls add contentaise Pls add contenttait globalement plus sensPls add contente, et vos Pls add contentlites vous ont rendu de bons services. Mais elle a aussi ses inconvPls add contentnients : cPls add contentest intPls add contentressant de noter que dirigisme et Pls add contenttatisme figurent parmi les quelques mots franPls add contentais utilisPls add contents couramment en anglais, parce quPls add contentil nPls add contenty a pas dPls add contentPls add contentquivalent satisfaisant. CPls add contentest facile, en France, de croire que les Pls add contentnarques ont toujours raison. Et cPls add contentest facile aussi pour le fossPls add content de sPls add contentPls add contentlargir entre gouvernants et gouvernPls add contents.

 

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, comme je lPls add contentai dit, ne faisait pas partie de lPls add contentPls add contentlite gouvernante. Peut-Pls add contenttre cela lui a-t-il permis de maPls add contenttriser plus facilement la grande libPls add contentralisation financiPls add contentre Pls add content laquelle il a prPls add contentsidPls add content. CPls add contentPls add contenttait un bon collPls add contentgue et un bon ami. Nos chemins se croisaient souvent, non seulement dans le cadre europPls add contenten, aux rPls add contentunions des ministres de lPls add contentEconomie et des Finances, mais aussi au G5 puis au G7, quPls add contentil suivait avec plaisir, mPls add contentme si ce nPls add contentPls add contenttait pas ce qui lPls add contentintPls add contentressait le plus. Et, bien sPls add contentr, il a participPls add content au plus connu de ces sommets, celui qui eut lieu Pls add content l'hPls add contenttel Plaza de New York, au mois de septembre 1985. JPls add contenty Pls add contenttais aussi et je dois dire, mPls add contentme si ce nPls add contentest pas Pls add content la mode, que jPls add contenten garde comme M. Takeshita et M. Tietmeyer ce matin, le souvenir dPls add contentune rPls add contentussite. Une certaine stabilitPls add content des taux de change est souhaitable pour soutenir le systPls add contentme de libertPls add content des Pls add contentchanges mondiaux et la confiance des entreprises. Et la coopPls add contentration financiPls add contentre internationale, si elle est intelligente et pas trop ambitieuse, peut y contribuer.

 

Sur le plan politique, Pls add contentvidemment, jPls add contentai vu avec plaisir la victoire de la droite aux Pls add contentlections de 1986 et la formation dPls add contentun gouvernement ayant des conceptions bien plus proches des miennes, notamment en matiPls add contentre de privatisation. Mais sur le plan personnel, jPls add contentai eu la tristesse de perdre mon cher collPls add contentgue Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy et je lui ai Pls add contentcrit pour le lui dire. Il mPls add contenta rPls add contentpondu, je cite : Pls add content Nous avons dPls add contentmontrPls add content lPls add contentun et lPls add contentautre quPls add contentil Pls add contenttait possible aux responsables des Finances de nos deux pays de coopPls add contentrer efficacement, bien que leurs conceptions politiques fussent diffPls add contentrentes.Pls add content

 

Enfin, il a retrouvPls add content son portefeuille plus vite que je ne le pensais, puisque la gauche a remportPls add content les Pls add contentlections de 1988. Nous nous sommes revus quelques semaines plus tard Pls add content lPls add contentEcofin de juin 1988, en Allemagne, pour dPls add contentcider la question de lPls add contentabolition du contrPls add contentle des changes dans lPls add contentensemble de la CommunautPls add content, dont jPls add contentPls add contenttais partisan depuis longtemps. Cela avait Pls add contenttPls add content nPls add contentgociPls add content et pratiquement dPls add contentcidPls add content lors de prPls add contentcPls add contentdentes rPls add contentunions Ecofin, quand la droite Pls add contenttait au pouvoir et que mon ami Edouard Balladur Pls add contenttait ministre des Finances. Je me demandais comment les choses allaient se passer avec le retour de la gauche. Visiblement, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait assez mPls add contentcontent de devoir signer sur le champ une mesure de libPls add contentralisation et de dPls add contentrPls add contentglementation dPls add contentune telle portPls add contente. Il sPls add contentest alors battu pour la lier Pls add content la mise en place dPls add contentune retenue Pls add content la source Pls add content lPls add contentPls add contentchelle europPls add contentenne. Quand je lui ai dit quPls add contentil nPls add contentPls add contenttait pas question que le Royaume-Uni l'accepte et que ce nouvel impPls add contentt ne pouvait que lPls add contentser la CommunautPls add content et faire fuir les capitaux vers la Suisse ou ailleurs, il a fait appel Pls add content moi Pls add content titre personnel : Pls add content Si jPls add contentaccepte votre proposition de libPls add contentralisation du contrPls add contentle des changes, me dit-il, vous ne pouvez pas faire moins en retour que d'accepter ma proposition de retenue Pls add content la source.Pls add content

 

Je lui ai expliquPls add content que, pour une fois, il nPls add contentavait pas compris. Si je voulais cette libPls add contentralisation, cPls add contentest que jPls add contentPls add contenttais convaincu quPls add contentelle Pls add contenttait bonne pour lPls add contentEurope. Mais si Paris continuait Pls add content sPls add contentabriter derriPls add contentre un rPls add contentseau de contrPls add contentles, les intPls add contentrPls add contentts de la place de Londres ne seraient pas lPls add contentsPls add contents, au contraire ; cPls add contentPls add contenttait donc lPls add contentimpasse. Quand la discussion a repris, sa position sPls add contentPls add contenttait modifiPls add contente subtilement mais grandement : il proposait quPls add contenten Pls add contentchange de son accord, nous acceptions tous non plus une retenue Pls add content la source mais lPls add contentPls add contenttude dPls add contentune retenue. Je lui ai dit que jPls add contentavais toujours du plaisir Pls add content Pls add contenttudier quelque chose mPls add contentme si, dans ce cas prPls add contentcis, je ne me voyais guPls add contentre changer dPls add contentavis. Sur cette base, nous nous sommes mis dPls add contentaccord.

 

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy nPls add contentPls add contenttait pas aux affaires en avril 1987, quand jPls add contentai lancPls add content une initiative internationale en faveur des pays que je qualifiais comme "les plus pauvres dPls add contententre les pauvres", effroyablement endettPls add contents. Au retour des socialistes, en mai 1988, il nPls add contenty avait pas encore dPls add contentaccord, quand le PrPls add contentsident Mitterrand, tout dPls add contentun coup, a rendu publique une initiative parallPls add contentle, tendant au mPls add contentme objectif. Nous sommes donc arrivPls add contents au sommet du G7 de Toronto, en juin 1988, avec deux propositions diffPls add contentrentes, les autres pays, Pls add content commencer par les AmPls add contentricains, se mPls add contentfiant de lPls add contentune comme de lPls add contentautre. Au lieu de sPls add contentengager dans une discussion stPls add contentrile sur les mPls add contentrites des deux propositions de base, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a tout de suite vu la marche Pls add content suivre pour bPls add contenttir une synthPls add contentse, remarquablement assistPls add content par Jean-Claude Trichet, Pls add content lPls add contentPls add contentpoque Directeur du TrPls add contentsor et PrPls add contentsident du Club de Paris.

 

S'agissant de l'Europe, aprPls add contents quelques hPls add contentsitations, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy est devenu un ardent partisan du TraitPls add content de Maastricht et de la monnaie unique. Je nPls add contenteus pas vraiment lPls add contentoccasion d'en parler avec lui, puisque le rapport Delors ne fut publiPls add content que six mois avant ma dPls add contentmission, et bien avant Maastricht. Mais je me souviens avoir pensPls add content quPls add contentil nPls add contentavait pas pleinement senti combien lPls add contentautonomie, lPls add contentindPls add contentpendance et la souverainetPls add content de la France, hors du plan monPls add contenttaire et des institutions qui incarnent ces valeurs, seraient mises Pls add content mal par cette initiative. DPls add contentailleurs, permettez-moi de le dire, je ne crois pas que ses successeurs lPls add contentaient encore parfaitement rPls add contentalisPls add content.

 

Quand jPls add contentai dPls add contentmissionnPls add content, en octobre 1989, Pierre mPls add contenta envoyPls add content une lettre particuliPls add contentrement chaleureuse. Il y Pls add contentcrivait ces lignes, sur lesquelles je voudrais conclure, parce que mPls add contentme si elles mPls add contentPls add contenttaient destinPls add contentes, je crois quPls add contenten fait elles parlaient bien de lui :

"Vous ne biaisez pas avec vos convictions, Pls add contentcrit-il, et je sais que la volontPls add content dPls add contentaffronter les rPls add contentalitPls add contents, avec pragmatisme et sans artifice, vous anime".

 

Pls add contenta, cPls add contentPls add contenttait Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

 

 

 

La parole est maintenant Pls add content M. Utsumi, ancien vice-ministre des Finances du Japon

 

Intervention de M. Utsumi, ancien vice-ministre des Finances du Japon

 

 

Monsieur le PrPls add contentsident, Messieurs les Premiers Ministres, Messieurs les Ministres, Messieurs les Gouverneurs, Mesdames, Messieurs,

 

 

Je voudrais commencer par vous parler de lPls add contentPls add contentpisode auquel se rPls add contentfPls add contentre le message de Monsieur Hashimoto, cPls add contentest-Pls add content-dire ce qui sPls add contentest passPls add content Pls add content la rPls add contentunion du G7 Pls add content Bercy le 7 avril 1990.

 

A lPls add contentPls add contentpoque, le Japon faisait face Pls add content une triple baisse des cours du yen, de la Bourse, et des emprunts obligataires. Si on ne remPls add contentdiait pas Pls add content cette situation, il aurait Pls add contenttPls add content difficile dPls add contentespPls add contentrer une croissance de lPls add contentPls add contentconomie japonaise soutenue par la demande intPls add contentrieure. Et la consPls add contentquence aurait Pls add contenttPls add content la menace dPls add contentun rebond de lPls add contentexcPls add contentdent de la balance des paiements. Mon Ministre, Monsieur Hashimoto, et moi-mPls add contentme pensions quPls add contentil Pls add contenttait primordial que la dPls add contentprPls add contentciation du yen puisse sPls add contentarrPls add contentter lPls add content car il Pls add contenttait dPls add contentjPls add content prPls add contents des 160 yens pour un dollar. Pour ce faire, il Pls add contenttait donc indispensable que la volontPls add content du G7, sous une forme ou sous une autre, fPls add contentt clairement indiquPls add contente. DPls add contentautre part, le Parlement du Japon Pls add contenttait en pleine session budgPls add contenttaire, ce qui signifiait quPls add contentune absence du Ministre des Finances pouvait retarder le vote du budget, ce qui aurait eu aussi des rPls add contentpercussions nPls add contentgatives sur la conjoncture Pls add contentconomique. Aussi Monsieur Hashimoto a-t-il dPls add content sPls add contentimposer un aller-retour de fou, en partant le 6 avril en fin dPls add contentaprPls add contents-midi, directement du parlement Pls add content lPls add contentaPls add contentroport, passant 17 heures dans lPls add contentavion pour arriver directement Pls add content la rPls add contentunion du G7 le lendemain matin Pls add content Paris, et repartant le soir mPls add contentme pour Tokyo. Mais il Pls add contenttait dPls add contentcidPls add content Pls add content faire lPls add contentimpossible pour que le G7 envoie une indication, quelle quPls add contentelle soit, comme quoi la dPls add contentprPls add contentciation du yen devait Pls add contenttre corrigPls add contente.

 

CPls add contentPls add contenttait pour Monsieur Hashimoto un grand pari, et en mPls add contentme temps, une dPls add contentcision qui Pls add contenttait accompagnPls add contente dPls add contentun risque politique. Car tout dPls add contentabord, au sein du G7, Pls add content lPls add contentPls add contentpoque, il n'y avait pas beaucoup de sympathie Pls add content l'Pls add contentgard du Japon. Le sentiment gPls add contentnPls add contentral Pls add contenttait plutPls add contentt de dire que cPls add contentPls add contenttait un problPls add contentme exclusivement japonais, et qui ne devait pas interfPls add contentrer nPls add contentgativement sur les autres pays. Par ailleurs, les marchPls add contents avaient lPls add contentoeil fixPls add content sur cette rPls add contentunion du G7, et les opPls add contentrateurs Pls add contenttaient prPls add contentts Pls add content vendre massivement le yen si aucune volontPls add content concernant le yen nPls add contentPls add contenttait exprimPls add contente. De plus, si le ministre des Finances Hashimoto s'Pls add contenttait dPls add contentplacPls add content, en dPls add contentpit dPls add contentun calendrier aussi chargPls add content, sans obtenir de rPls add contentsultat, sa position politique aurait Pls add contenttPls add content mise en difficultPls add content.

 

Le 7 avril, la rPls add contentunion du G7 a commencPls add content comme prPls add contentvu. Une grande majoritPls add content sPls add contentPls add contenttait montrPls add contente rPls add contentservPls add contente pour annoncer un communiquPls add content, et encore plus pour y inclure un commentaire sur le yen. Le sentiment gPls add contentnPls add contentral Pls add contenttait de dire que si le yen Pls add contenttait faible, cela Pls add contenttait la consPls add contentquence de lPls add contentinstabilitPls add content politique et de la politique monPls add contenttaire japonaises ; ces deux causes ayant leur source au Japon, il revenait Pls add content ce dernier dPls add contenty faire face seul. A ce moment, les seuls qui aient compris notre position et qui aient montrPls add content de la compassion furent le ministre BPls add contentrPls add contentgovoy et Monsieur Jean-Claude Trichet, Pls add content lPls add contentPls add contentpoque Directeur du TrPls add contentsor. Et cPls add contentest Pls add content travers la confPls add contentrence que prPls add contentsidait Monsieur BPls add contentrPls add contentgovoy que, trPls add contents habilement, et de faPls add contenton trPls add contents naturelle, lPls add contentatmosphPls add contentre gPls add contentnPls add contentrale a pu Pls add contenttre modifiPls add contente par la tactique du prPls add contentsident posant des questions intentionnPls add contentes au ministre japonais et Monsieur Hashimoto rPls add contentpondant par des explications convaincantes. Et finalement, le paragraphe suivant a pu Pls add contenttre insPls add contentrPls add content dans le communiquPls add content final. Je voudrais vous le citer, en anglais dans le texte :

"The Ministers and Governors discussed developments in global financial markets, especially the decline of the yen against other currencies, and its undesirable consequences for the global adjustment process, and agreed to keep these developments under review. They reaffirmed their commitment to economic policy coordination including cooperation in exchange markets."

 

Et ce paragraphe a eu comme effet de mettre fin Pls add content la tendance Pls add content la baisse du yen et, plus tard, une tendance correctrice sPls add contentest amorcPls add contente.

 

Lorsque nous nous retournons aujourdPls add contenthui sur ce qui sPls add contentest passPls add content, il me semble que lPls add contentaction du ministre BPls add contentrPls add contentgovoy fut basPls add contente sur sa conviction que les marchPls add contents n'ont pas toujours raison, quPls add contentil arrive quPls add contentils fassent des erreurs, et quPls add contentune action concertPls add contente du G7 Pls add contenttait parfois nPls add contentcessaire. De surcroPls add contentt, je pense quPls add contentil sPls add contentagissait aussi du "coeur chaleureux qui ne peut ignorer les personnes en difficultPls add content" auquel fait allusion le message du Premier Ministre Hashimoto.

 

La pPls add contentriode de Monsieur BPls add contentrPls add contentgovoy en tant que ministre des Finances fut caractPls add contentrisPls add contente par de nombreuses situations oPls add content il y eut une rPls add contentelle coopPls add contentration franco-japonaise, telles que la solution de la dette des pays Pls add content revenu intermPls add contentdiaire ou les nPls add contentgociations pour lPls add contentPls add contenttablissement de la Banque EuropPls add contentenne pour la Reconstruction et le DPls add contentveloppement. JPls add contentai toujours pensPls add content que ce genre de sujet Pls add contenttait propice Pls add content une coopPls add contentration franco-japonaise trPls add contents proche pour, en quelque sorte, faire contrepoids Pls add content la superpuissance Pls add contentconomique des Etats-Unis.

 

Mon premier exemple porte sur le problPls add contentme de la dette. En automne 1988, le ministPls add contentre des Finances japonais avait annoncPls add content le plan dit Miyazawa, afin de rPls add contentsoudre le problPls add contentme de la dette cumulPls add contente des pays Pls add content revenu intermPls add contentdiaire, dont les grandes lignes portaient sur les points suivants :

 

Les pays endettPls add contents se mettent dPls add contentaccord avec le Fonds MonPls add contenttaire International sur un plan Pls add content moyen terme de reconstruction de lPls add contentPls add contentconomie afin de pouvoir bPls add contentnPls add contentficier de la FacilitPls add content Elargie de Fonds, et le mettent en place.

Afin de soutenir ce plan, les banques privPls add contentes mettent en place un schPls add contentma de rPls add contentduction du service de la dette.

Les institutions financiPls add contentres publiques telles que le F.M.I. ou la Banque Mondiale injectent Pls add content ces pays de lPls add contentargent frais. Dans ce cadre, la Banque dPls add contentExport-Import du Japon (Eximbank) octroie Pls add contentgalement des prPls add contentts non liPls add contents sous forme de financement parallPls add contentle ou de cofinancement avec ces institutions internationales.

 

Le ministre des Finances BPls add contentrPls add contentgovoy a immPls add contentdiatement exprimPls add content son accord sur les propositions de ce plan et a fait montre d'une attitude positive pour examiner la mise en place Pls add contentventuelle dPls add contentun tel dispositif. Cependant, les Etats-Unis, pour une raison encore inconnue aujourdPls add contenthui, se sont totalement opposPls add contents au plan Miyazawa, et il s'est donc trouvPls add content bloquPls add content.

 

Quasi simultanPls add contentment au plan Miyazawa, le PrPls add contentsident Mitterrand avait Pls add contentgalement prPls add contentsentPls add content une proposition concrPls add contentte Pls add content la rPls add contentunion plPls add contentniPls add contentre des Nations-Unies, afin de rPls add contentsoudre le problPls add contentme de la dette des pays Pls add content revenu intermPls add contentdiaire.

 

Par ailleurs, le ministre des Finances BPls add contentrPls add contentgovoy avait, de faPls add contenton tout Pls add content fait officieuse, pris lPls add contentinitiative de proposer au MinistPls add contentre des Finances japonais de coopPls add contentrer en vue de la formulation dPls add contentun plan franco-japonais. Et cPls add contentest en tant que reprPls add contentsentant personnel du ministre BPls add contentrPls add contentgovoy que Claude Rubinowicz fut envoyPls add content Pls add content deux reprises au Japon, et que nous y avons discutPls add content de faPls add contenton intensive afin dPls add contentapprofondir notre comprPls add contenthension mutuelle des problPls add contentmes de la dette, ainsi que nos approches concrPls add contenttes, afin dPls add contentPls add contenttablir les fondements d'une initiative commune franco-japonaise.

 

JPls add contentignore si les Etats-Unis se sont doutPls add contents dPls add contentun tel mouvement. Mais cPls add contentest un fait quPls add contenten fPls add contentvrier 1989, le sous-secrPls add contenttaire du TrPls add contentsor amPls add contentricain nous a rendu visite au Japon pour nous indiquer que le SecrPls add contenttaire Brady souhaitait le soutien et la coopPls add contentration du Japon pour le lancement dPls add contentun Plan Brady sur la dette. Il se mit Pls add content expliquer les dPls add contenttails de son plan. Or, Pls add content ma surprise totale, son contenu ressemblait fortement au Plan Miyazawa, auquel ils s'Pls add contenttaient si vigoureusement opposPls add contents, ou Pls add content lPls add contentInitiative Mitterrand. Cependant, nous nous devions d'accueillir positivement le fait que les Etats-Unis se soient dPls add contentsormais sPls add contentrieusement impliquPls add contents dans la solution du problPls add contentme de la dette, quel qu'ait Pls add contenttPls add content leur cheminement prPls add contentalable. JPls add contentai donc proposPls add content certaines amPls add contentliorations Pls add content la partie amPls add contentricaine, qui les a acceptPls add contentes. Sur ce, les Etats-Unis nous ont demandPls add content que le ministre des Finances Murayama puisse exprimer son soutien au Plan Brady immPls add contentdiatement aprPls add contents sa publication. Je leur ai rPls add contentpondu de la faPls add contenton suivante : "Ce plan serait difficilement rPls add contentalisable sans le soutien de lPls add contentEurope. Et en Europe, il serait important que la France, qui porte un intPls add contentrPls add contentt particuliPls add contentrement important Pls add content ce sujet et qui a elle-mPls add contentme lancPls add content une initiative, puisse soutenir et promouvoir ce plan aux cPls add contenttPls add contents des Etats-Unis et du Japon". Cet argument a convaincu les Etats-Unis, et le sous-secrPls add contenttaire Mulford a immPls add contentdiatement exposPls add content le contenu du Plan Brady Pls add content Monsieur Trichet. JPls add contentavais par ailleurs appelPls add content Monsieur Rubinowicz pour le tenir au courant.

 

Lorsque Monsieur Brady a annoncPls add content son Plan Pls add content Washington, les deux pays qui lPls add contentont immPls add contentdiatement soutenu furent la France et le Japon. Le plan a Pls add contenttPls add content mis en place, et comme vous le savez tous et toutes, il a largement contribuPls add content Pls add content amPls add contentliorer la situation des pays surendettPls add contents.

 

Mon deuxiPls add contentme exemple porte sur la coopPls add contentration franco-japonaise au moment de lPls add contentPls add contenttablissement de la B.E.R.D. DPls add contents le dPls add contentbut des nPls add contentgociations au Centre KlPls add contentber, les Etats-Unis avaient exprimPls add content leur intention de ne pas adhPls add contentrer Pls add content la nouvelle institution si la Russie en devenait membre. Le Japon, tout en prPls add contentservant sa position diplomatique en sPls add contentalignant sur les AmPls add contentricains en session plPls add contentniPls add contentre, a de fait soutenu officieusement la position franPls add contentaise en session des reprPls add contentsentants du G7, en exprimant clairement que le Japon deviendrait membre en dPls add contentpit de la prPls add contentsence russe. Il est Pls add contentvident que cette position rPls add contentsultait d'un mandat imparti par mon ministre, preuve dPls add contentune puissante volontPls add content du ministre Hashimoto de soutenir et de coopPls add contentrer avec son collPls add contentgue ministre BPls add contentrPls add contentgovoy dans cette situation dPls add contentlicate.

 

En 1992, jPls add contentavais rendu visite au ministre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content Bercy. Des rumeurs circulaient dPls add contentjPls add content comme quoi il serait prochainement nommPls add content Premier Ministre. Aussi lui ai-je fait part du fait que ses amis Takeshita et Hashimoto espPls add contentraient que leur "rPls add contentve" puisse devenir rPls add contentalitPls add content trPls add contents rapidement. Le ministre mPls add contentavait rPls add contentpondu en souriant : "Ce nPls add contentest pas un rPls add contentve M. Utsumi, mais un cauchemar."

 

Encore aujourd'hui, jPls add contentespPls add contentre que cette fin tragique nPls add contentest quPls add contentun simple cauchemar dont je pourrais sortir afin de pouvoir profiter de sa personnalitPls add content si chaleureuse...

 

 

Intervention de M. Mohamed Berrada, Ambassadeur du Maroc, ancien Ministre des Finances du Maroc

 

 

Mes chers amis,

 

Je voudrais tout dPls add contentabord fPls add contentliciter lPls add contentAssociation des anciens membres du Cabinet de M. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy dPls add contentavoir pris lPls add contentinitiative dPls add contentorganiser ce colloque, et je suis heureux Pls add content mon tour dPls add contentapporter ma modeste contribution Pls add content la rPls add contentflexion sur la politique Pls add contentconomique qui a Pls add contenttPls add content menPls add contente par Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy en tant que ministre de lPls add contentEconomie et des Finances et Premier ministre.

 

JPls add contentai connu Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy lorsquPls add contentil Pls add contenttait ministre de lPls add contentEconomie et des Finances, en 1988. Moi-mPls add contentme jPls add contentassumais la mPls add contentme responsabilitPls add content au sein du gouvernement marocain, de 1986 Pls add content 1993. Et nous nous sommes rencontrPls add contents Pls add content plusieurs reprises, aussi bien au Maroc quPls add contenten France dans un cadre bilatPls add contentral mais Pls add contentgalement Pls add content Washington, dans le cadre des rPls add contentunions du printemps et de septembre du Fonds MonPls add contenttaire International et de la Banque mondiale.

 

Entre nous sPls add contentest dPls add contentveloppPls add contente trPls add contents rapidement une sorte de complicitPls add content, dPls add contentamitiPls add content, je dirais de solidaritPls add content secrPls add contentte qui, mPls add contentme si elle n'est pas toujours exprimPls add contente, est ressentie par chacun de nous. Cette complicitPls add content est due aux liens naturels de solidaritPls add content crPls add contentPls add contents par notre fonction. Nous faisons partie dPls add contentun corps qui doit naturellement veiller Pls add content lPls add contentPls add contentquilibre des finances publiques et affronter des pressions permanentes de lPls add contentenvironnement, oPls add content souvent ce sont nos propres amis du gouvernement qui constituent le fer de lance le plus douloureux. Nous appartenons au clan des "incompris", au clan des "hommes seuls" au sein duquel nous devrions exprimer plus souvent notre solidaritPls add content, de notre vivant, et non pas, malheureusement, Pls add content titre posthume. Nous parlions souvent de ces pressions, que nous subissions de la part de cet environnement, et il me disait souvent que "lPls add contenton veut absolument me dPls add contentmontrer que 2 + 2 = 5", pour montrer quPls add contentil y a souvent une incohPls add contentrence dans les demandes sur le plan budgPls add contenttaire bien sPls add contentr, mais aussi sur dPls add contentautres plans.

 

Mais cette complicitPls add content Pls add contenttait due aussi aux qualitPls add contents humaines de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, Pls add content sa spontanPls add contentitPls add content, Pls add content sa simplicitPls add content. Il avait le sens du contact humain. On sentait manifestement que cet homme Pls add contenttait fait pour donner, pour aider, et qu'il savait Pls add contentcouter. Et je crois que, grPls add contentce Pls add content cette qualitPls add content d'Pls add contentcoute, il a pu maPls add contenttriser trPls add contents rapidement les problPls add contentmes Pls add contentconomiques et financiers, en se faisant aider par toute lPls add contentPls add contentquipe qui se trouvait Pls add content Bercy. Mais il avait besoin aussi quPls add contenton lPls add contentPls add contentcoute et quPls add contenton le comprenne.

 

Evidemment, il Pls add contenttait tiers-mondiste et prPls add contentoccupPls add content par consPls add contentquent par les problPls add contentmes de dPls add contentveloppement entre les diffPls add contentrents continents. Mais jamais je nPls add contentai ressenti dans nos rapports une mentalitPls add content dPls add contentassistant-assistPls add content. Nos discussions se sont toujours dPls add contentroulPls add contentes dans un esprit de respect des qualitPls add contents ou des capacitPls add contents intellectuelles de chacun.

 

Je pense que beaucoup de ministres des Finances qui lPls add contentont connu Pls add content cette Pls add contentpoque avaient des sentiments analogues. Je nPls add contentoublierai jamais la sPls add contentance du ComitPls add content de DPls add contentveloppement de la Banque mondiale Pls add content Washington du dPls add contentbut de mai 1993. Nous Pls add contenttions une quarantaine de ministres des Finances rPls add contentunis lorsque la nouvelle de la mort de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a circulPls add content. Beaucoup dPls add contententre nous sont sortis dans le couloir, pour discuter entre eux, pour tPls add contentlPls add contentphoner. Partout, la mPls add contentme expression de dPls add contentsarroi et dPls add contentincomprPls add contenthension pouvait se lire sur les visages. Tout le monde connaissait Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy et connaissait ses qualitPls add contents.

 

Permettez-moi de prPls add contentsenter ma contribution au dPls add contentbat Pls add contentconomique de ce jour Pls add content travers deux sPls add contentries de tPls add contentmoignages :

 

Pls add content le premier est liPls add content Pls add content ses contributions au G7, au ComitPls add content intPls add contentrimaire, mais surtout au ComitPls add content de DPls add contentveloppement, oPls add content nous Pls add contenttions toujours cPls add contentte Pls add content cPls add contentte, car nous Pls add contenttions placPls add contents par ordre alphabPls add contenttique : Pls add content ce moment-lPls add content, il y avait Brady, BPls add contentrPls add contentgovoy, Berrada, et donc pendant un certain nombre dPls add contentannPls add contentes on a vPls add contentcu ensemble et, quand on est cPls add contentte Pls add content cPls add contentte, on Pls add contentchange ses idPls add contentes et ses impressions Pls add content travers les diffPls add contentrentes dPls add contentclarations des uns et des autres ;

 

Pls add content le second concerne sa perception des relations internationales Nord-Sud et, en particulier, des relations entre la France et le Maroc Pls add content comme modPls add contentle, comme exemple Pls add content et ceci Pls add content travers les discussions que j'eus Pls add content mener avec lui lorsque, chaque annPls add contente ou deux fois par an, nous Pls add contenttions amenPls add contents Pls add content nPls add contentgocier les accords financiers bilatPls add contentraux.

 

JPls add contentai le sentiment que, dans lPls add contentensemble, ses interventions dans les rPls add contentunions internationales tournaient autour de trois idPls add contentes clefs qui me semblent essentielles. VoilPls add content ce que disait Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy :

 

Il Pls add contenttait nPls add contentcessaire Pls add content Pls add content ce moment lPls add content, en 1989, tout le monde voulait absolument que lPls add contentPls add contentconomie mondiale reprenne le plus vite possible le chemin de la croissance Pls add content que trois conditions fussent remplies : dPls add contentabord, plus de rigueur dans la conduite des politiques budgPls add contenttaires et monPls add contenttaires, ensuite plus de coordination dans la dPls add contentfinition des politiques Pls add contentconomiques et particuliPls add contentrement au niveau des pays industrialisPls add contents et, en troisiPls add contentme lieu, plus de solidaritPls add content dans les relations internationales. Et cPls add contentPls add contenttait en remplissant ces trois conditions quPls add contenton pouvait faire repartir lPls add contentPls add contentconomie mondiale.

 

Il ne se contentait pas de dPls add contentmontrer lPls add contentimportance de chacun de ces concepts pris isolPls add contentment ; cPls add contentPls add contenttait surtout la liaison indPls add contentfectible entre les trois, qui formait lPls add contentossature de sa dPls add contentmarche sur le plan conceptuel.

 

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, avec son esprit pragmatique, son esprit de terrain, avait trPls add contents vite compris quPls add contentune Pls add contentconomie ne pouvait pas vivre Pls add contentternellement avec un dPls add contentficit budgPls add contenttaire structurel. Sa prPls add contentoccupation majeure : la rPls add contentduction progressive du dPls add contentficit budgPls add contenttaire, Pls add contentlPls add contentment essentiel pour la reprise de la croissance et donc de la crPls add contentation dPls add contentemplois. Il nPls add contentaimait pas que la baisse du dPls add contentficit sPls add contenteffectue par une augmentation des impPls add contentts. DPls add contentailleurs, il nPls add contentaimait pas quPls add contenton manipule trop le systPls add contentme fiscal, quPls add contenton le change, quPls add contenton en modifie trop souvent les taux. Il Pls add contenttait prPls add contentoccupPls add content par la confiance des marchPls add contents financiers, qui avaient besoin de transparence dans la gestion des finances publiques et surtout de visibilitPls add content Pls add content moyen terme dans la politique Pls add contentconomique du gouvernement.

 

Rigueur budgPls add contenttaire, rigueur monPls add contenttaire, il les prPls add contentsentait souvent comme les deux faces de la mPls add contentme piPls add contentce de monnaie, il cherchait Pls add content les maintenir par un contrPls add contentle des dPls add contentpenses publiques beaucoup plus que par une augmentation des impPls add contentts, par une lutte contre ce quPls add contentil appelait souvent les "dPls add contentrapages" : il Pls add contenttait effrayPls add content par les "dPls add contentrapages" , des dPls add contentpenses imprPls add contentvues et non budgPls add contenttisPls add contentes, quPls add contenton venait lui coller dessus, une fois que la loi des Finances Pls add contenttait bouclPls add contente.

 

Evidemment, la rigueur budgPls add contenttaire conditionne la maPls add contenttrise de lPls add contentinflation, ainsi que la compPls add contenttitivitPls add content de lPls add contentPls add contentconomie et donc la stabilitPls add content de la politique monPls add contenttaire. CPls add contentest ici oPls add content intervient la notion de stabilitPls add content, et je suis dPls add contentaccord avec M. Michel Rocard lorsquPls add contentil disait quPls add contentil Pls add contenttait beaucoup plus prPls add contentoccupPls add content par la stabilitPls add content du franc que par la force de la monnaie. Evidemment, lorsquPls add contenton parle dPls add contentune monnaie forte, cela suppose quPls add contenton va rentrer dans un processus de dPls add contentsPls add contentquilibre croissant, parce quPls add contentPls add content chaque fois quPls add contentune monnaie devient plus forte que dPls add contentautres, il y a immPls add contentdiatement des prises de position de lPls add contentautre cPls add contenttPls add content et par lPls add content mPls add contentme on rentre dans un processus cumulatif de dPls add contentstabilisation. Ce qui Pls add contenttait recherchPls add content en permanence, cPls add contentPls add contenttait cette notion dPls add contentPls add contentquilibre et de stabilitPls add content. CPls add contentPls add contenttait en quelque sorte un prPls add contentcurseur de la monnaie unique europPls add contentenne, en introduisant implicitement cette notion de critPls add contentres de convergence.

 

Il considPls add contentrait que si la croissance de lPls add contentPls add contentconomie mondiale tardait Pls add content venir, cPls add contentPls add contenttait parce que les Pls add contentconomies industrielles ne faisaient pas les sacrifices (les sacrifices politiques car malheureusement beaucoup de pays Pls add content cette Pls add contentpoque Pls add contenttaient beaucoup plus prPls add contentoccupPls add contents par les problPls add contentmes Pls add contentlectoraux internes et donc dPls add contentrapaient sur le plan budgPls add contenttaire et nPls add contentarrivaient pas Pls add content rPls add contentduire leurs dPls add contentficits publics), les sacrifices nPls add contentcessaires donc pour rPls add contentduire leurs dPls add contentficits, entraPls add contentnant par lPls add content mPls add contentme une ponction importante sur les liquiditPls add contents internationales et donc une augmentation des taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt, qui se rPls add contentpercutaient sur les problPls add contentmes de croissance, Pls add content la fois des pays en voie de dPls add contentveloppement mais surtout des pays de lPls add contentEst, qui venaient prPls add contentcisPls add contentment de passer Pls add content lPls add contentPls add contentconomie de marchPls add content.

 

Pour lui, cette absence de coordination des politiques Pls add contentconomiques des pays industrialisPls add contents Pls add contenttait la cause principale des dPls add contentsordres Pls add contentconomiques et monPls add contenttaires de lPls add contentPls add contentpoque, aggravPls add contents par un esprit dPls add contentPls add contentgoPls add contentsme national du "chacun pour soi".

 

Il pensait que cette coordination nPls add contentcessaire devait se faire dans un esprit de solidaritPls add content : solidaritPls add content interne en matiPls add contentre de redistribution des revenus au profit des catPls add contentgories les plus pauvres, mais aussi solidaritPls add content internationale Pls add content lPls add contentPls add contentgard des pays pauvres et en particulier de lPls add contentAfrique. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a Pls add contenttPls add content extrPls add contentmement sensible Pls add content ce qui se passait, particuliPls add contentrement au niveau des pays dPls add contentAfrique noire, au sud du Sahara, oPls add content il craignait le danger vers lequel on allait si on ne trouvait pas de solution.

 

Sur ce plan, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a Pls add contenttPls add content lPls add contentinitiateur auprPls add contents de ses partenaires du Club de Paris de nouveaux mPls add contentcanismes d'allPls add contentgement de la dette publique des pays pauvres du Sud du Sahara, comprenant une partie substantielle dPls add contentannulation de la dette publique.

 

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a menPls add content aussi, au niveau de ces instances internationales, une campagne pour la conclusion des accords de lPls add contentUruguay Round conclu, comme vous le savez, Pls add content Marrakech fin 1993. Les annPls add contentes 1991-1992 ont donc Pls add contenttPls add content des annPls add contentes dPls add contentcisives oPls add content, dans toutes les rPls add contentunions internationales, il fallait que certains poussent Pls add content la conclusion de ces accords pour la libPls add contentralisation et la libertPls add content des Pls add contentchanges.

 

Rigueur budgPls add contenttaire, rigueur monPls add contenttaire, libPls add contentralisation des Pls add contentchanges, coordination des politiques Pls add contentconomiques, solidaritPls add content internationale, nous Pls add contenttions tous les deux dPls add contentaccord sur ces principes et sur leur rPls add contentle dans la reprise de la croissance Pls add contentconomique mondiale.

 

Je me plaisais souvent, dans mes interventions, Pls add content dPls add contentmontrer les incohPls add contentrences de la politique Pls add contentconomique menPls add contente par les pays industrialisPls add contents. D'une part, ces derniers, par le biais du Fonds MonPls add contenttaire International (puisque nous savons que derriPls add contentre le F.M.I., ce sont les pays industrialisPls add contents), conseillent aux pays endettPls add contents de mener une politique dPls add contentajustement structurel, dont les ressorts essentiels sont la rPls add contentduction des dPls add contentficits publics, la libPls add contentralisation des prix, la suppression des subventions, la libPls add contentralisation des Pls add contentchanges, et d'autre part, nombre de ces pays industrialisPls add contents ne respectent pas eux-mPls add contentmes ces principes qui font lPls add contentossature de la politique Pls add contentconomique libPls add contentrale. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, Pls add content chaque fois que je dPls add contentmontrais cette incohPls add contentrence acquiesPls add contentait. Il Pls add contenttait dPls add contentaccord avec moi.

 

Sur le plan bilatPls add contentral entre le Maroc et la France, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a toujours exprimPls add content la solidaritPls add content franPls add contentaise Pls add content lPls add contentPls add contentgard de mon pays. Je voudrais faire ressortir trPls add contents rapidement trois tPls add contentmoignages qui me paraissent essentiels :

1) d'abord, il a tenu Pls add content ce que cette solidaritPls add content historique entre le Maroc et la France Pls add contentvolue, ceci en 1991-92. ConPls add contentue au dPls add contentpart sous une forme dPls add contentassistance au dPls add contentveloppement, il a contribuPls add content Pls add content jeter les bases dPls add contentune solidaritPls add content basPls add contente cette fois sur le partenariat, impliquant un certain Pls add contentquilibre dans les rapports.

Au cours d'une visite officielle au Maroc, en novembre 1992, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, alors Premier Ministre, a fait Pls add contenttat de sa vision des relations entre le Maroc et la France. Le Maroc, je le cite, Pls add content a menPls add content un programme dPls add contentajustement structurel depuis 1983, qui a donnPls add content des rPls add contentsultats largement positifs. Les indicateurs macro-Pls add contentconomiques se sont amPls add contentliorPls add contents, le dPls add contentficit du TrPls add contentsor a largement baissPls add content, le dPls add contentficit courant Pls add contentgalement, lPls add contentinflation a beaucoup baissPls add content, les rPls add contentserves de changes se sont reconstituPls add contentesPls add content , etc...Puis il a ajoutPls add content : Pls add content Je dois dire que, depuis que le Maroc a rPls add contentussi son programme dPls add contentajustement et, par consPls add contentquent, a modifiPls add content la nature de ses relations avec le Fonds MonPls add contenttaire International, mais surtout n'a plus recours au rPls add contentPls add contentchelonnement, la nature des relations entre le Maroc et la France doit changer.Pls add content

 

Dans mes relations avec le Club de Paris et le Club de Londres, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a jouPls add content un rPls add contentle considPls add contentrable. A chaque fois que je venais nPls add contentgocier avec le Club de Paris ou le Club de Londres, je passais le voir, jPls add contentPls add contentchangeais des points de vue avec lui et, souvent, il prenait le tPls add contentlPls add contentphone et parlait directement avec certains banquiers pour expliquer que le Maroc avait fait des efforts et quPls add contenton devait aider dPls add contentabord les pays qui faisaient des efforts, pour allPls add contentger le fardeau de leur dette qui constitue un handicap considPls add contentrable pour leur capacitPls add content de croissance.

 

Il sPls add contentagit, disait Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, maintenant que le Maroc a terminPls add content le processus de rPls add contentPls add contentchelonnement et commence Pls add content recouvrer sa crPls add contentdibilitPls add content internationale, de franchir une nouvelle Pls add contenttape, dPls add contentassurer le dPls add contentveloppement mais surtout, de rPls add contentPls add contentquilibrer la stratPls add contentgie Pls add contentconomique pour rPls add contentpondre Pls add content des prPls add contentoccupations de caractPls add contentre social : il faut dPls add contentvelopper les infrastructures, encourager les investisseurs privPls add contents, les investisseurs Pls add contenttrangers et en particulier les investisseurs franPls add contentais, en mettant en place des lignes de crPls add contentdits spPls add contentcifiques avec des financements de type capital-risque, pour dPls add contentvelopper lPls add contentesprit dPls add contententreprise et le systPls add contentme de partenariat.

VoilPls add content la premiPls add contentre observation importante.

 

2) le deuxiPls add contentme tPls add contentmoignage concerne sa conception du problPls add contentme de lPls add contentimmigration. Et lPls add content, je vais me contenter de vous lire simplement une dPls add contentclaration quPls add contentil avait faite au moment oPls add content il quittait le Maroc fin 1992, en ce qui concerne le problPls add contentme du phPls add contentnomPls add contentne migratoire qui, comme vous le savez, constitue un problPls add contentme dPls add contentactualitPls add content. CPls add contentest toute la question que les hommes politiques de la fin de ce siPls add contentcle doivent se poser :

Pls add content CPls add contentest en donnant aux pays qui ont une dPls add contentmographie galopante les moyens de se dPls add contentvelopper et de donner sur place du travail Pls add content leurs ressortissants, quPls add contenton limitera lPls add contentimmigration sauvage. Il faut assurer, et nous avons des responsabilitPls add contents, dit-il, il faut assurer le dPls add contentveloppement, pas seulement du Maroc mais des autres pays, pour que les enfants du Maroc trouvent sur place le travail dont ils ont besoin. CPls add contentest bien mieux pour tout le monde, cPls add contentest un facteur de stabilitPls add content Pls add content moyen terme. Sinon, on le voit bien dans un pays comme la France, je le disais tout Pls add content lPls add contentheure au Premier Ministre marocain, nous sommes obligPls add contents dPls add contentPls add contenttre attentifs aux manifestations racistes que je rPls add contentprouve et que je condamne trPls add contents fortement. Je disais dPls add contentailleurs que je nPls add contentPls add contenttais pas le seul, il nPls add contenty a pas simplement la majoritPls add content prPls add contentsidentielle mais il y a aussi dans lPls add contentopposition dPls add contentmocratique des voix qui se sont Pls add contentlevPls add contentes contre ces manifestations racistes et antisPls add contentmites. Donc, notre devoir est de tenir les deux bouts de la chaPls add contentne, d'Pls add contenttre comprPls add contenthensifs devant le flux, ancien, de lPls add contentimmigration, de dire Pls add content ceux qui sont chez nous quPls add contentils ont les mPls add contentmes droits et les mPls add contentmes devoirs, mais en mPls add contentme temps, d'assurer le dPls add contentveloppement des pays Pls add content je parle aujourdPls add contenthui du Maroc Pls add content de telle sorte que sur place, on puisse trouver du travail. Evidemment, comme vous le savez, au Maroc, 50 % de la population vit de lPls add contentagriculture et, par consPls add contentquent, ce nPls add contentest pas en fermant nos frontiPls add contentres aux produits agricoles de ces pays que lPls add contenton va permettre de leur trouver du travail.Pls add content

 

LPls add content aussi, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait extrPls add contentmement sensible Pls add content ces problPls add contentmes des Pls add contentchanges au niveau des produits agricoles.

 

Je voudrais terminer par une note plus politique. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait un ami du Maroc et de son Roi depuis trPls add contents longtemps. Il se plaisait Pls add content relater les relations franco-marocaines depuis lPls add contentindPls add contentpendance, pPls add contentriode quPls add contentil avait bien connue en tant que militant, et il rPls add contentpPls add contenttait souvent que FranPls add contentois Mitterrand avait quittPls add content le gouvernement de M. Laniel quand le Roi Mohamed V a Pls add contenttPls add content dPls add contentposPls add content pour montrer sa solidaritPls add content avec le Maroc.

Homme de juste milieu, homme de terrain, cPls add contentest-Pls add content-dire proche des rPls add contentalitPls add contents et dPls add contentune grande sincPls add contentritPls add content humaine, il Pls add contenttait trPls add contents respectPls add content et trPls add contents Pls add contentcoutPls add content dans tous les milieux marocains. Il ne se gPls add contentnait pas dPls add contentexprimer des critiques contre certains abus, au niveau des droits de lPls add contenthomme par exemple . Mais il reconnaissait les choses positives quand elles avaient lieu. Et il reconnaissait par exemple, toujours dans cette mPls add contentme confPls add contentrence de presse, que Pls add content lPls add contentPls add contentvolution du Maroc a Pls add contenttPls add content continue vers un Etat de droit qui va vers plus de libertPls add content. Quand je compare, disait-il, ce qui sPls add contentest passPls add content sur plusieurs continents, et dans plusieurs pays qui se qualifiaient gPls add contentnPls add contentralement d'autogestionnaires, qui voulaient inventer, disons, un nouveau modPls add contentle social et politique, et que jPls add contentobserve de brusques retours en arriPls add contentre, je me dis que le processus continu qui a Pls add contenttPls add content conduit par le Maroc, par son souverain, par sa classe politique, eh bien, il va dans la bonne direction. Ce que je redouterais, cPls add contentest un retour en arriPls add contentre, ce que je constate avec plaisir, cPls add contentest que cela va dans la bonne direction, que cela va de lPls add contentavant. Donc, cPls add contentest trPls add contents positif.Pls add content

 

VoilPls add content les quelques tPls add contentmoignages que je voulais vous livrer aujourdPls add contenthui. Il mPls add contentappelait "lPls add contentami" quand il me rencontrait et non pas M. Berrada. CPls add contentest ainsi que jPls add contentai voulu rendre hommage aujourdPls add contenthui Pls add content mon ami. Premier ministre, je le voyais Pls add contentvidemment beaucoup moins. Mais lorsque la nouvelle de sa mort est survenue au cours de la rPls add contentunion de notre ComitPls add content de DPls add contentveloppement de ce mois de mai 1993, jPls add contentai changPls add content spontanPls add contentment mon itinPls add contentraire et, le lendemain, au lieu de rentrer au Maroc, je suis venu Pls add content Paris Pls add content lPls add contenthPls add contentpital de Val-de-GrPls add contentce, pour lui exprimer mon amitiPls add content et ma solidaritPls add content, et Pls add content vous, Madame, pour vous exprimer la solidaritPls add content du peuple marocain et du Roi du Maroc, pour un homme qui a toujours contribuPls add content au renforcement de la paix entre les peuples.

 

 

Olivier Rousselle

Je remercie beaucoup les orateurs qui viennent de s'exprimer. Je vais demander Pls add content FranPls add contentoise Crouigneau de nous rejoindre pour introduire le dPls add contentbat sur "Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy au coeur de la politique Pls add contentconomique", qui va nous ramener Pls add content un dPls add contentbat plus franco-franPls add contentais et appeler les principaux orateurs de cette partie : M. AlphandPls add contentry, qui a Pls add contenttPls add content ministre des Finances sous le gouvernement de M. Balladur, M. Sapin, ancien ministre des Finances de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, et Jean-Claude Trichet, Gouverneur de la Banque de France.

 

Mais auparavant, je souhaiterais vous lire la lettre que nous avons rePls add contentue de M. Jacques de LarosiPls add contentre.

Lecture du message de M. Jacques de LarosiPls add contentre, PrPls add contentsident de la Banque EuropPls add contentenne pour la Reconstruction et le DPls add contentveloppement

Le 22 mars 1996,

 

 

JPls add contentai bien rePls add contentu votre lettre du 29 fPls add contentvrier par laquelle vous mPls add contentinvitez Pls add content participer Pls add content un colloque sur le thPls add contentme "Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy : une politique Pls add contentconomique".

 

JPls add contentaurais Pls add contenttPls add content trPls add contents intPls add contentressPls add content de participer Pls add content cette manifestation. Vous savez combien M. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait attachPls add content Pls add content la stabilitPls add content du franc et cela dans une pPls add contentriode extrPls add contentmement difficile sur les marchPls add contents financiers internationaux. En tant que Gouverneur de la Banque de France, jPls add contentai eu lPls add contenthonneur de travailler de maniPls add contentre trPls add contents proche et trPls add contents confiante avec M. BPls add contentrPls add contentgovoy et jPls add contentaurais donc Pls add contenttPls add content Pls add content la fois honorPls add content et heureux sur le plan personnel dPls add contentassocier mon tPls add contentmoignage Pls add content celui des personnalitPls add contents que vous avez invitPls add contentes.

 

Malheureusement, le 25 avril est un jour de Conseil ExPls add contentcutif, session que je suis dPls add contentautant plus obligPls add content de prPls add contentsider quPls add contentelle sera la premiPls add contentre consPls add contentcutive Pls add content notre assemblPls add contente annuelle dPls add contentactionnaires.

 

CPls add contentest donc avec un grand regret que je dois donner aujourdPls add contenthui une rPls add contentponse nPls add contentgative. Mais je serais heureux que mon tPls add contentmoignage figure au procPls add contents-verbal de vos dPls add contentbats et je vous serais obligPls add content de bien vouloir dire aux membres de lPls add contentAssociation Pls add content quel point je mPls add contentassocie par la pensPls add contente Pls add content la cPls add contentrPls add contentmonie que vous organisez.

 

Je vous prie de croire, Monsieur le PrPls add contentsident, Pls add content lPls add contentassurance de mes sentiments les meilleurs et bien amicaux.

 

 

Jacques de LarosiPls add contentre

 

 

Intervention de Mme FranPls add contentoise Crouigneau, rPls add contentdacteur en chef au journal "Les Echos"

Merci. Je crois que nous allons aborder maintenant la derniPls add contentre table ronde de cette journPls add contente et je pense quPls add contentau travers des interventions que vous venez dPls add contententendre, vous avez pu prendre la mesure des alPls add contentas de la coopPls add contentration internationale au grPls add content des conflits ou des convergences dPls add contentintPls add contentrPls add contentts de chaque pays. DPls add contentsormais, globalisation Pls add contentconomique oblige, cela fait partie vraiment du centre des dPls add contentbats Pls add contentconomiques de chaque pays. Or, au coeur des dPls add contentbats Pls add contentconomiques, et cPls add contentest le thPls add contentme de la confPls add contentrence de ce soir, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy lPls add contentPls add contenttait sans conteste et lPls add contentest encore aujourdPls add contenthui. Il continue de symboliser ce tournant, je dirais presque cette rupture constructive dans lPls add contenthistoire Pls add contentconomique de la France. Ceux qui vont intervenir lors de cette table ronde peuvent tous en tPls add contentmoigner pour y avoir contribuPls add content ou pour perpPls add contenttuer cet esprit, chacun Pls add content sa faPls add contenton. CPls add contentest bien Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy qui, aprPls add contents avoir admis lui-mPls add contentme la nPls add contentcessitPls add content de ce type de politique, sPls add contentest attachPls add content avec toute la dPls add contenttermination quPls add contenton lui connaissait Pls add content chasser les vieux dPls add contentmons des dPls add contentvaluations Pls add content rPls add contentpPls add contenttition et Pls add content rendre Pls add content la France une rPls add contentelle crPls add contentdibilitPls add content en tant que telle mais aussi en Europe et sur la scPls add contentne internationale.

 

CPls add contentest lui qui a fait admettre que la course au franc fort, quPls add contenton a rebaptisPls add content depuis de faPls add contenton peut-Pls add contenttre plus sereine le franc stable, ne tenait pas dPls add contentune quPls add contentte vaine mais rPls add contentpondait Pls add content une nPls add contentcessitPls add content vitale. Il nPls add contenta cessPls add content de le rPls add contentpPls add contentter et, avec lui, ses successeurs Pls add content Bercy et Pls add content Matignon. La dPls add contentsinflation compPls add contenttitive Pls add content et jPls add contentavoue ne plus moi-mPls add contentme savoir trPls add contents bien Pls add content qui donner la paternitPls add content de cette expression, Pls add content Jean-Claude Trichet ou Pls add content Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content, cPls add contentest sauvegarder le pouvoir dPls add contentachat des FranPls add contentais, reconquPls add contentrir une compPls add contenttitivitPls add content Pls add content lPls add contentextPls add contentrieur du pays et, Pls add content terme, crPls add contenter des emplois.

 

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy y voyait la faPls add contenton de mettre en oeuvre une Pls add contentconomie de marchPls add content qui soit solidaire. Cette politique a trouvPls add content ses limites avec la montPls add contente du chPls add contentmage, mais ce nPls add contentest pas le moment dPls add contentaborder sur le fond ce type de problPls add contentme aujourdPls add contenthui. Il nPls add contentempPls add contentche que sa politique de levPls add contente des contrPls add contentles, de dPls add contentrPls add contentglementation financiPls add contentre et de rigueur a permis Pls add content la France dPls add contentPls add contenttre plus crPls add contentdible dans les discussions sur lPls add contentU.E.M. et a ouvert la voie Pls add content lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque de France, quPls add contentincarne aujourdPls add contenthui Jean-Claude Trichet. Ce dernier a fait Pls add content son tour admettre la rPls add contentalitPls add content de cette indPls add contentpendance aux gouvernements franPls add contentais successifs, comme Pls add content ses partenaires du G7. Au point de pouvoir annoncer aujourdPls add contenthui une baisse des taux dont on espPls add contentre que les marchPls add contents apprPls add contentcieront la subtilitPls add content... dans la timiditPls add content peut-Pls add contenttre ; il nous en parlera sans doute tout Pls add content lPls add contentheure.

 

Cette Pls add contentvolution de la Banque de France, Michel Sapin lPls add contenta suivie de prPls add contents, avant et aprPls add contents lPls add contentindPls add contentpendance ; il la suit toujours attentivement, peut-Pls add contenttre avec l'oeil un peu plus critique de lPls add contentobservateur extPls add contentrieur. Et puis cette indPls add contentpendance, la paternitPls add content en revient aussi Pls add content Edmond AlphandPls add contentry qui en avait fait inscrire le principe dPls add contents 1986 dans le programme de lPls add contentactuelle majoritPls add content, en dPls add contentpit Pls add content lPls add contentPls add contentpoque de bien des rPls add contentticences, principe quPls add contentil a su transformer en rPls add contentalitPls add content depuis lors.

 

Tous trois connaissaient bien les interrogations, le courage et la dPls add contenttermination de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Ils illustrent ce consensus transpartisan qui a gagnPls add content la France sur la nPls add contentcessitPls add content de bPls add contenttir une Europe forte, cet Pls add contentlPls add contentment de paix et de prospPls add contentritPls add content autour dPls add contentune France solide et si possible sans complexe dont rPls add contentvait Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, et dPls add contentune Allemagne puissante ancrPls add contente Pls add content lPls add contentOuest.

 

Leur prPls add contentsence Pls add content tous trois nous permettra, jPls add contenten suis certaine, de dPls add contentpasser le simple rappel de ce que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a su apporter Pls add content la modernisation de la France et Pls add content lPls add contentPls add contentlaboration du TraitPls add content de Maastricht. La mise en place de la monnaie unique, la rPls add contentforme des institutions, lPls add contentPls add contentlargissement de lPls add contentUnion, le problPls add contentme de lPls add contentemploi, sans parler mPls add contentme de la dPls add contentfense, autant de dPls add contentfis sur lesquels les Quinze ont continuPls add content dPls add contentavancer depuis des annPls add contentes, parfois laborieusement. Mais je suis sPls add contentre que la petite musique bPls add contentrPls add contentgovienne continue de se faire entendre et, pour sPls add contenten persuader, je passe la parole Pls add content Edmond AlphandPls add contentry.

 

 

Intervention de M. Edmond AlphandPls add contentry, ancien ministre de lPls add contentEconomie

 

Messieurs les Premiers Ministres, Monsieur le PrPls add contentsident, Monsieur le Gouverneur,

Mesdames, Messieurs,

 

CPls add contentest sans doute au titre de successeur de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, dans une partie de ses attributions Pls add content Bercy, que jPls add contentai lPls add contenthonneur de participer Pls add content vos travaux. Car jPls add contentimagine difficilement ceux qui ont participPls add content au Cabinet de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy rechercher la prPls add contentsence dPls add contentun de ses anciens adversaires politiques, comme en tPls add contentmoignent dPls add contentailleurs les nombreuses joutes budgPls add contenttaires et lPls add contentgislatives que jPls add contentavais engagPls add contentes avec lui, tant Pls add content lPls add contentAssemblPls add contente nationale que dans les dPls add contentbats Pls add contentconomiques. Et Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait un homme politique, Pls add content combien engagPls add content et convaincu, au sens fort et noble du terme. Mais le combat politique nPls add contentinterdit pas, heureusement Pls add content nous en avons des preuves multiples chaque jour, et ce fut mon cas avec Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content, des relations personnelles faites de respect, dPls add contentamitiPls add content, voire dPls add contentadmiration.

 

Aussi, lorsque jPls add contentai appris subitement les circonstances tragiques qui devaient conduire Pls add content sa disparition, de retour dPls add contentune rPls add contentunion du G7, je me suis immPls add contentdiatement rendu Pls add content lPls add contenthPls add contentpital du Val-de-GrPls add contentce, et jPls add contenty ai croisPls add content, chacun le sait, le PrPls add contentsident de la RPls add contentpublique FranPls add contentois Mitterrand et le Premier Ministre Edouard Balladur, venus rendre hommage Pls add content lPls add contenthomme dPls add contentEtat dans le respect que la nation toute entiPls add contentre lui devait, au-delPls add content des clivages partisans. Ce nPls add contentest donc pas sur ce registre politique que je voudrais situer mon intervention dPls add contentaujourdPls add contenthui, pas davantage dPls add contentailleurs dans mes nouvelles fonctions de prPls add contentsident dPls add contentune grande entreprise publique quPls add contentest ElectricitPls add content de France. Encore que lPls add contentattachement que porte Pls add content lPls add contentun des siens la communautPls add content des Pls add contentlectriciens et des gaziers aurait pu le justifier. Car, vous le savez, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait issu de la promotion ouvriPls add contentre. A DPls add contentville-lPls add contents-Rouen, il commenPls add contenta sa carriPls add contentre, aprPls add contents une formation technique, comme cheminot. Puis, il la poursuivit comme agent des industries gaziPls add contentres. Militant syndicaliste, technicien de valeur, Pls add content force de travail et dPls add contentardeur, il gravit les Pls add contentchelons pour devenir cadre puis chargPls add content de mission en 1978, avant dPls add contententreprendre la brillante carriPls add contentre politique que chacun connaPls add contentt. Ce parcours est remarquable Pls add content plus dPls add contentun titre. La France, son service public et la maison que jPls add contentai rejointe, peuvent, je crois, sPls add contentenorgueillir de permettre Pls add content un ancien ouvrier dPls add contentacquPls add contentrir une haute formation de technicien, de franchir par son seul talent tous les Pls add contentchelons de la sociPls add contenttPls add content, en devenant dPls add contentabord cadre dirigeant dPls add contententreprise puis SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de la PrPls add contentsidence de la RPls add contentpublique, enfin ministre de haut niveau pendant six ans et Premier Ministre.

 

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait trPls add contents attachPls add content Pls add content son entreprise et aux valeurs du service public. Et les Pls add contentlectriciens et les gaziers rendaient bien leur affection Pls add content lPls add contentun des meilleurs dPls add contententre eux. Ils Pls add contenttaient fiers de sa rPls add contentussite, cPls add contentPls add contenttait aussi la leur. Nul doute que les origines professionnelles et les profondes racines de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy dans la communautPls add content des services publics ont puissamment contribuPls add content Pls add content faire adhPls add contentrer Pls add content la politique Pls add contentconomique et sociale quPls add contentil a conduite les milieux qui le considPls add contentraient comme lPls add contentun des leurs : la droiture de ses convictions nPls add contentPls add contenttait pas mise en question par ceux dont il se sentait proche.

 

Le devoir de rPls add contentserve Pls add content que vous comprendrez tous Pls add content imposPls add content par ma nouvelle fonction, et aussi la volontPls add content Pls add contentvidente de ne pas donner prise en pareille circonstance Pls add content des polPls add contentmiques, me conduisent donc Pls add content mPls add contentexprimer devant vous en tant qu'Pls add contentconomiste, mon mPls add contenttier de toujours.

 

La politique Pls add contentconomique de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy constitue un moment important de lPls add contenthistoire Pls add contentconomique et sociale de notre pays et je voudrais la situer dans cette perspective.

 

AprPls add contents la cPls add contentsure de 1974, lPls add contentPls add contentconomie franPls add contentaise est entrPls add contente dans une pPls add contentriode de troubles graves qui a suscitPls add content des interrogations sur les recettes traditionnelles de la politique Pls add contentconomique. Il sPls add contenten est suivi une pPls add contentriode marquPls add contente par de profondes controverses, politiques et sociales, tant sur le diagnostic Pls add content formuler que sur les remPls add contentdes Pls add content apporter. Les politiques qui ont Pls add contenttPls add content suivies sous le septennat de M. Giscard dPls add contentEstaing, si elles furent Pls add content beaucoup dPls add contentPls add contentgards courageuses et lucides, nPls add contentempPls add contentchPls add contentrent pas la montPls add contente progressive et irrPls add contentpressible du chPls add contentmage, un phPls add contentnomPls add contentne ressenti dPls add contentautant plus douloureusement par le pays que la France avait vPls add contentcu depuis la LibPls add contentration en situation de plein emploi. CPls add contentest donc sur le thPls add contentme de la crise et de lPls add contentemploi quPls add contenten 1981 fut Pls add contentlu le nouveau PrPls add contentsident de la RPls add contentpublique. Les 110 propositions furent progressivement mises en application puis, face aux dPls add contentficits et au dPls add contentcrochage du franc, ce fut le tournant de la rigueur en mars 1983. Mars 1983, cPls add contentest aussi le choix de lPls add contentEurope, qui porte en germe dix ans plus tard Maastricht et lPls add contentUnion monPls add contenttaire. Le SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de lPls add contentElysPls add contente Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy commence alors sa carriPls add contentre ministPls add contentrielle. Il est nommPls add content ministre des Affaires sociales puis ministre de lPls add contentEconomie et des Finances.

 

Alors, mesure aprPls add contents mesure, la politique dite de rigueur, demandPls add contente sous le gouvernement de M. Mauroy par M. Jacques Delors, se met en place. Lutte contre les dPls add contentficits, dPls add contentsindexation des salaires, rPls add contenthabilitation de lPls add contententreprise et des marchPls add contents financiers. Cette politique eut, il faut le dire aussi, des aspects douloureux. Les restructurations industrielles de la sidPls add contentrurgie, du charbon, de la construction navale, la montPls add contente du chPls add contentmage et la progression du phPls add contentnomPls add contentne de lPls add contentexclusion. On imagine quels durent Pls add contenttre les dPls add contentchirements de conscience de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy dPls add contentavoir Pls add content conduire cette politique rPls add contentaliste et inPls add contentvitable. Mais nPls add contentest-ce pas le lot de tout homme dPls add contentEtat dPls add contentenvergure ?

 

Le tournant de la dPls add contentsinflation compPls add contenttitive a constituPls add content pour la France un changement historique auquel son nom sera pour toujours attachPls add content. Ce fut un acquis qui nPls add contenta pas Pls add contenttPls add content remis en cause par le gouvernement de M. Jacques Chirac et par son ministre dPls add contentEtat M. Balladur, de 1986 Pls add content 1988, ni par aucun des gouvernements suivants.

 

De retour aux affaires dans les gouvernements de Michel Rocard et dPls add contentEdith Cresson, puis Pls add content la tPls add contentte du gouvernement, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy poursuit une politique dont les orientations europPls add contentennes et monPls add contenttaires correspondaient au cap qui avait Pls add contenttPls add content fixPls add content en 1983. Et je dois vous dire, pour Pls add contenttre honnPls add contentte, que jPls add contentai eu lPls add contentoccasion de formuler Pls add content cette Pls add contentpoque plusieurs rPls add contentserves ; et je pense en particulier Pls add content "la politique du ni-ni" ou au rythme de rPls add contentduction, Pls add content mes yeux insuffisant, des dPls add contentpenses publiques.

 

Cette tranche dPls add contenthistoire Pls add contentconomique de dix ans, allant de 1983 Pls add content 1993, marquPls add contente dans la plus grande partie de sa pPls add contentriode par la personnalitPls add content de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, comment, avec du recul, la caractPls add contentriser ?

 

DPls add contentabord sur le plan des idPls add contentes Pls add contentconomiques, cette pPls add contentriode est celle des ruptures. Rupture avec la croyance dans les vertus de lPls add contentinflation, et dans celle des dPls add contentvaluations rPls add contentguliPls add contentres du franc. Rupture avec la diabolisation, par une partie de la classe politique, de lPls add contentPls add contentconomie de marchPls add content, avec une conception parfois archaPls add contentque de la vie Pls add contentconomique internationale et du monde des affaires.

 

Cette pPls add contentriode, cPls add contentest un peu celle de la rPls add contentconciliation de lPls add contentopinion et des grandes forces politiques de droite comme de gauche avec quelques principes Pls add contentlPls add contentmentaires de gestion des Pls add contentconomies modernes, tels quPls add contentils Pls add contenttaient dPls add contentjPls add content admis dans la plupart des autres grands pays industrialisPls add contents. Feuilletez, pour vous en convaincre, les dPls add contentbats de lPls add contentAssemblPls add contente nationale de la fin des annPls add contentes 70 et comparez avec des discours dix ans plus tard, quel chemin parcouru ! Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a grandement contribuPls add content Pls add content cette maturation.

 

DPls add contentaucuns feront observer cependant quPls add contentau-delPls add content de ces Pls add contentvidentes ruptures, cette "dPls add contentcennie Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy" est aussi celle des hPls add contentsitations, dont le dogme du "ni-ni" est la meilleure illustration, et de son engagement socialiste, auquel il est toujours restPls add content fidPls add contentle. Tant et si bien que certains se hasarderont Pls add content qualifier cette politique de socialisme rPls add contentaliste, dPls add contentautres plus tPls add contentmPls add contentraires nPls add contentont pas hPls add contentsitPls add content Pls add content lPls add contentappeler le "Pinay de gauche", de "libPls add contentralisme entravPls add content". Je vous laisse Pls add contentvidemment le soin de choisir votre expression prPls add contentfPls add contentrPls add contente, me cantonnant quant Pls add content moi dans mon rPls add contentle dPls add contentPls add contentconomiste qui mPls add contentinterdit de pPls add contentnPls add contenttrer sur ce terrain Pls add content combien glissant.

 

Ce qui caractPls add contentrise ensuite cette dPls add contentcennie BPls add contentrPls add contentgovoy, cPls add contentest le choix des prioritPls add contents. Car il est clair que le choix de la construction europPls add contentenne a beaucoup pesPls add content, et Jacques Delors ne me contredira pas, sur les fondements de la nouvelle politique Pls add contentconomique. NPls add contentest-ce pas en grande partie le choix de lPls add contentEurope qui a interdit de sPls add contentPls add contentloigner de la politique de stabilitPls add content monPls add contenttaire et de stabilitPls add content des prix ? CPls add contentest aussi le choix de lPls add contentEurope qui a rendu indispensable le retournement en moins de deux ans de la politique budgPls add contenttaire. Le choix de cette prioritPls add content dans le contexte politique de lPls add contentPls add contentpoque nPls add contentPls add contenttait pas Pls add contentvident. Il sPls add contentest accompagnPls add content, semble-t-il, de bien des dPls add contentchirements. Ce choix est dPls add contentsormais un acquis stable et durable de notre vie politique. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy y a lPls add content encore beaucoup contribuPls add content.

 

Ce qui caractPls add contentrise enfin cette pPls add contentriode, et lPls add content lPls add contentobservation est banale, cPls add contentest le contraste Pls add contenttonnant, au regard des espPls add contentrances des uns et des prPls add contentvisions des autres, entre les rPls add contentsultats Pls add contentconomiques et les performances sociales. Une apparente contradiction quPls add contentil faudra bien un jour expliquer et cela, dPls add contentailleurs, va bien au-delPls add content de la pPls add contentriode considPls add contentrPls add contente. Car une bonne Pls add contentconomie va de pair avec une bonne situation sociale. Il faut rappeler tout de mPls add contentme quPls add contentune Pls add contentconomie qui fonctionne bien doit sPls add contentaccompagner sur le long terme du plein-emploi. Or on a fini par sPls add contenthabituer au fil des ans Pls add content des taux de sous-emploi durables et exceptionnellement Pls add contentlevPls add contents. Nous avons, progressivement, depuis bien longtemps, mis en place en France Pls add content et pas seulement en France Pls add content des dispositifs de blocage qui entravent le retour au plein emploi ; et je sais que cela a Pls add contenttPls add content un sujet de prPls add contentoccupation pour Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

 

Pour en terminer sur une note personnelle, quPls add contentil me soit permis dPls add contentPls add contentvoquer ici mon passage Pls add content Bercy, Pls add content partir de 1993. Et je me contenterai de ne parler que du seul dossier oPls add content la continuitPls add content avec la politique Pls add contentconomique antPls add contentrieure a Pls add contenttPls add content parfaite, et oPls add content lPls add contentaction du gouvernement auquel jPls add contentai appartenu a complPls add contenttPls add content lPls add contentoeuvre de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, je veux parler du dossier monPls add contenttaire. Je me sens dPls add contentautant plus Pls add content lPls add contentaise pour en parler devant cet auditoire quPls add contenten 1992, alors dPls add contentputPls add content dPls add contentopposition, jPls add contentavais publiquement apportPls add content avec dPls add contentautres Pls add content je pense Pls add content Raymond Barre Pls add content mon appui Pls add content la politique de dPls add contentfense du franc. Cette politique de stabilitPls add content monPls add contenttaire, nous lPls add contentavons poursuivie aprPls add contents mars 1993, et jPls add contentai mPls add contentme eu le privilPls add contentge de conduire la Banque de France jusquPls add contentPls add content lPls add contentindPls add contentpendance. Cette rPls add contentforme du statut de notre institut dPls add contentPls add contentmission, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy lPls add contenta-t-il voulue ? Je sais quPls add contentil lPls add contenta sPls add contentrieusement envisagPls add contente. Nous en avons souvent parlPls add content en tPls add contentte Pls add content tPls add contentte. Et je peux dire aujourdPls add contenthui, sans trahir de secrets dPls add contentEtat, quPls add contentil hPls add contentsitait, lui lPls add contenthomme dPls add contentEtat rPls add contentpublicain et sans doute peut-Pls add contenttre un peu jacobin, Pls add content faire perdre Pls add content lPls add contentEtat cette prPls add contentrogative. Michel Sapin ne me contredira pas, il nous donnera son opinion. Mais son engagement europPls add contenten le conduisait Pls add content admettre cette nPls add contentcessitPls add content car la France devait appliquer le TraitPls add content de Maastricht. Encore lPls add contentacceptait-il sous une condition : que se mette en place une sorte de gouvernement Pls add contentconomique europPls add contenten, je crois que le mot est de lui, qui fasse contrepoids Pls add content la future Banque centrale europPls add contentenne indPls add contentpendante.

 

LPls add contentindPls add contentpendance de la Banque de France, je lPls add contentai donc fait adopter par le Parlement, dans le cadre dPls add contentailleurs de dPls add contentbats politiques difficiles, beaucoup ici sPls add contenten souviennent. Je crois avoir ainsi contribuPls add content Pls add content parachever lPls add contentoeuvre monPls add contenttaire europPls add contentenne de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Vous comprendrez, Mesdames et Messieurs, que je souhaite conclure sur cette Pls add contentvocation mes rPls add contentflexions sur lPls add contentoeuvre dPls add contentun homme qui aimait la France et qui a aussi tant fait pour lPls add contentEurope.

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Edmond AlphandPls add contentry, merci. Et merci surtout dPls add contentavoir rappelPls add content cet Pls add contentlPls add contentment de continuitPls add content, en dPls add contentpit dPls add contenthPls add contentsitations qui Pls add contenttaient assez comprPls add contenthensibles et que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy nPls add contenta pas Pls add contenttPls add content le seul dPls add contentailleurs Pls add content partager, et que beaucoup ont rPls add contentussi Pls add content surmonter grPls add contentce Pls add content vous notamment, grPls add contentce Pls add content Jean-Claude Trichet, grPls add contentce aussi peut-Pls add contenttre Pls add content Michel Sapin, Pls add content qui je donne maintenant la parole.

 

 

Intervention de M. Michel Sapin, ancien Ministre de lPls add contentEconomie et des Finances.

 

Merci, mesdames et messieurs, madame BPls add contentrPls add contentgovoy, dPls add contentavoir invitPls add content le maire dPls add contentArgenton-sur-Creuse Pls add content participer Pls add content ce dPls add contentbat et Pls add content cette Pls add contentvocation dPls add contentun homme et dPls add contentune politique. JPls add contentai abordPls add content et prPls add contentparPls add content cette intervention en essayant de montrer avec dPls add contentautres que la personnalitPls add content, la politique et les dPls add contentbats qui ont entourPls add content la politique menPls add contente par Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy restent aujourdPls add contenthui profondPls add contentment dPls add contentactualitPls add content. SPls add contentil fallait sPls add contenten convaincre Pls add content et jPls add contentessaierai dPls add contentaborder cela sur des points trPls add contents concrets Pls add content, la campagne Pls add contentlectorale prPls add contentsidentielle que nous avons vPls add contentcue lPls add contentannPls add contente derniPls add contentre, ou les dPls add contentbats que nous pouvons connaPls add contenttre encore aujourdPls add contenthui, par exemple sur la SPls add contentcuritPls add content Sociale ou lPls add contentemploi, montrent que tout cela reste au coeur du dPls add contentbat Pls add contentconomique. Mais notre pays rencontre de telles difficultPls add contents dans le domaine Pls add contentconomique, que nous ne sommes plus seulement dans lPls add contentPls add contentconomie, nous sommes profondPls add contentment dans le dPls add contentbat politique.

 

Nous sommes toujours, en parlant de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, dans lPls add contentactualitPls add content. MPls add contentme si je nPls add contentai pas eu le plaisir et lPls add contenthonneur de connaPls add contenttre Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy trPls add contents longtemps Pls add content quand je dis le connaPls add contenttre...travailler avec lui, faire en sorte que du dialogue, de la discussion, de la confrontation puissent sortir un certain nombre de dPls add contentcisions nPls add contentcessaires Pls add content la conduite de lPls add contentEtat Pls add content jPls add contentai pu voir, et je crois que cPls add contentPls add contenttait une caractPls add contentristique profonde de lPls add contenthomme tout au cours de sa vie, que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait un homme de convictions mais pas un homme de certitudes. Et que plus il avait doutPls add content, plus il s'Pls add contenttait interrogPls add content sur la dPls add contentcision quPls add contentil convenait de prendre, plus il paraissait affirmer ce choix avec autoritPls add content, ce quPls add contenton a souvent retenu de la personne et de son aspect extPls add contentrieur. Cette autoritPls add content, cette conviction, elle Pls add contenttait toujours le fruit dPls add contentune incertitude, dPls add contentun questionnement, dPls add contentun doute, que jPls add contentai vu jusquPls add contentau bout de son action en tant que Premier Ministre resurgir sur un certain nombre de grands choix et de grands dPls add contentbats.

 

Il y avait donc dPls add contentbat Pls add contentconomique avec lPls add contentextPls add contentrieur, il y avait aussi dPls add contentbat Pls add contentconomique au sein de la pensPls add contente de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Et je voudrais lPls add contentillustrer Pls add content propos de trois sujets qui sont, bien entendu, encore aujourdPls add contenthui dPls add contentactualitPls add content.

 

Premier sujet, la question monPls add contenttaire, avec lPls add contentensemble de ses aspects connexes, c'est-Pls add content-dire la politique du franc stable, la politique de construction europPls add contentenne et de la monnaie unique, et lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque de France.

 

Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a acquis, dans les annPls add contentes 1983-84, une conviction : celle de la nPls add contentcessitPls add content de lPls add contentouverture de la France. Et la politique quPls add contentil a Pls add contentlaborPls add contente Pls add content lPls add contentPls add contentpoque, me semble-t-il, nPls add contentPls add contenttait pas seulement la correction de quelque chose qui aurait Pls add contenttPls add content fait avant (1981-82), cPls add contentPls add contenttait aussi la rPls add contentponse Pls add content quelque chose de nouveau, Pls add content une situation en train de naPls add contenttre, qui sPls add contentaffirmait avec dPls add contentautant plus de force, et qui Pls add contenttait ce quPls add contenton appelle aujourdPls add contenthui la globalisation, la mondialisation. Ce phPls add contentnomPls add contentne a dPls add contentbutPls add content dans les annPls add contentes 81-82-83, pour s'affirmer avec une puissance considPls add contentrable Pls add content partir des annPls add contentes 1984-85-86 et au-delPls add content. 1992 fut le premier moment de lPls add contentaffirmation de cette globalisation, dans le cadre dPls add contentune politique nationale et dPls add contentune politique europPls add contentenne.

 

Et donc, je voudrais insister sur ce point, ce nPls add contentest pas un Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy corrigeant la copie de quelques prPls add contentdPls add contentcesseurs, ceci est en fait un Pls add contentlPls add contentment accessoire, cPls add contentPls add contenttait Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy prenant conscience des enjeux du monde et essayant dPls add contentapporter et apportant la rPls add contentponse adPls add contentquate Pls add content ces nouveaux enjeux : premiPls add contentrement, la mondialisation Pls add contenttant lPls add content, on lPls add contentaccepte, on ouvre, on organise, on encadre et, deuxiPls add contentmement, on prend les moyens de faire face Pls add content cette mondialisation, en particulier par la politique de stabilitPls add content monPls add contenttaire.

 

Je suis toujours souriant devant le dPls add contentbat en termes de "franc fort" ou "franc stable". En fait, Pls add content force dPls add contentavoir employPls add content lPls add contentun ou lPls add contentautre terme, je me suis aperPls add contentu Pls add content et parfois il est bon dPls add contentavoir fait un peu de science des mots, dPls add contentanalyse lexicologique Pls add content que la grande diffPls add contentrence Pls add contenttait la suivante : le terme de "franc fort" ou de "franc faible", cPls add contentest un terme de marchPls add content parce que, pour les marchPls add contents, ou bien Pls add contenta monte ou bien Pls add contenta baisse, sinon Pls add contenta ne reprPls add contentsente strictement aucun intPls add contentrPls add contentt. Et cPls add contentest dPls add contentailleurs la rPls add contentalitPls add content des courbes, la lecture des tableaux que lPls add contenton peut voir sur tel ou tel Pls add contentcran. Le "franc stable", cPls add contentest une parole dPls add contenthomme dPls add contentEtat et dPls add contenthomme politique. Car lPls add contentEtat et la puissance publique sont lPls add content pour apporter de la stabilitPls add content, lPls add content oPls add content le mouvement naturel des choses Pls add content et je mettrai les marchPls add contents dans les choses Pls add content apporte naturellement de lPls add contentinstabilitPls add content. Et Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy avait parfaitement compris cela.

 

Et cPls add contentest ainsi que, me semble-t-il, il a conPls add contentu la nPls add contentcessitPls add content dPls add contentune politique de stabilitPls add content qui sPls add contentinscrive dans la construction europPls add contentenne, car le seul outil qui permette de garantir cette stabilitPls add content nPls add contentest plus la monnaie franPls add contentaise, mPls add contentme si on a corrigPls add content les choses de maniPls add contentre Pls add content ce quPls add contentelle tienne le coup, mais c'est une monnaie Pls add contentmanation dPls add contentune puissance publique supPls add contentrieure en termes gPls add contentographiques, en lPls add contentoccurrence la monnaie europPls add contentenne. La monnaie unique Pls add contenttait pour lui, de mPls add contentme que lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque de France, non pas un objectif en soi mais un outil pour apporter plus de stabilitPls add content dans un monde qui apparaissait plus agitPls add content. Et cPls add contentest la raison pour laquelle, sur la monnaie unique, sur laquelle Pls add content beaucoup ici sont mieux placPls add contents que moi pour le savoir Pls add content il a pu avoir des doutes, ces doutes constructifs dont je parlais au dPls add contentpart, puis la conviction ferme et la dPls add contentcision pour aboutir, il avait une vision pragmatique, qui est je crois le propre de son caractPls add contentre.

 

MPls add contentme chose sur lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque de France, qui nPls add contentPls add contenttait pas en soi un objectif, parce que dans telle ou telle conception des choses cela apparaPls add contenttrait idPls add contentologiquement nPls add contentcessaire, non, cPls add contentPls add contenttait simplement un Pls add contentlPls add contentment de la construction europPls add contentenne, cPls add contentPls add contenttait une adaptation de la France Pls add content ce processus nPls add contentcessaire de la construction europPls add contentenne et de la construction de la monnaie unique.

 

Tout cela, que je viens de dPls add contentcrire le plus rapidement possible alors que c'est bien plus compliquPls add content, cPls add contentest encore le dPls add contentbat quPls add contenton voit resurgir aujourdPls add contenthui. On lPls add contenta vu resurgir il y a quelques semaines au sein dPls add contentun parti que jPls add contentaime bien, on lPls add contenta vu resurgir dans le dPls add contentbat politique national il y a quelques mois Pls add content moins en ce moment car il resurgit plutPls add contentt quand les taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt sont hauts que lorsqu'ils sont bas Pls add contentmais cPls add contentest une vision purement conjoncturelle des choses.

 

DeuxiPls add contentme exemple que je voudrais prendre. Car tout cela, quPls add contenton caractPls add contentrise comme Pls add contenttant la politique de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content la dPls add contentsinflation compPls add contenttitive, la stabilitPls add content monPls add contenttaire, la rigueur budgPls add contenttaire Pls add content, tout cela nPls add contentPls add contenttait pas, dans son esprit, lPls add content encore, un objectif en soi. Il y avait des objectifs supPls add contentrieurs et, en particulier, la question de lPls add contentemploi. Et lPls add content, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, je lPls add contentai vPls add contentcu trPls add contents fortement dans les annPls add contentes 1992-93, se posait cette question, qui reste encore aujourdPls add contenthui posPls add contente : lPls add contentemploi est-il seulement la rPls add contentsultante dPls add contentune croissance meilleure ou supPls add contentrieure que lPls add contenton aura acquise grPls add contentce Pls add content une bonne politique Pls add contentconomique? Ou lPls add contentemploi est-il aussi le produit dPls add contentun certain nombre de rPls add contentformes de structure, dPls add contentadaptation de notre outil industriel, dPls add contentadaptation du temps de travail, dPls add contentadaptation de la vie de chacun dPls add contententre nous au travail, et de ce partage entre la formation, le travail, le loisir ? Et il avait lPls add content-dessus, je crois, au fur et Pls add content mesure que son expPls add contentrience augmentait, de plus en plus dPls add contentinterrogations, pensant effectivement avec raison quPls add contentil ne suffisait pas de retrouver la croissance ni de rechercher les meilleurs outils de politique Pls add contentconomique favorisant la croissance, pour obtenir en matiPls add contentre dPls add contentemploi les meilleurs rPls add contentsultats. Et nous en sommes encore aujourdPls add contenthui, en France et dans le reste de l'Europe Pls add content et Jacques Delors, dans ce domaine, avait fait des propositions trPls add contents importantes qui restent encore sur la table Pls add content, Pls add content rechercher des moyens de dPls add contentvelopper l'emploi autrement que par la seule croissance.

 

TroisiPls add contentme domaine que jPls add contentaborderai trPls add contents rapidement pour terminer parce quPls add contentil y tenait par-dessus tout : celui de la solidaritPls add content, celui de la SPls add contentcuritPls add content Sociale. Nul ne doit oublier quPls add contentil Pls add contenttait ministre de la SPls add contentcuritPls add content Sociale avant dPls add contentPls add contenttre ministre de lPls add contentEconomie et des Finances. Nul ne doit oublier quPls add contentil avait cette obsession, peut-Pls add contenttre aussi cette obsession de syndicaliste, dPls add contentun nPls add contentcessaire Pls add contentquilibre des comptes pour prPls add contentserver un outil quPls add contentil considPls add contentrait comme un acquis dPls add contentcisif de la culture franPls add contentaise, obtenu non pas dans la facilitPls add content mais souvent dans la difficultPls add content et dans le combat. Et il tenait par-dessus tout Pls add content prPls add contentserver cela ; et les derniers mois de son travail comme Premier Ministre ont beaucoup tournPls add content autour des moyens quPls add contentil fallait adopter pour pPls add contentrenniser, par la rPls add contentforme, notre SPls add contentcuritPls add content Sociale et du systPls add contentme de solidaritPls add content Pls add content la franPls add contentaise. Tout cela nPls add contentest-il pas encore aujourdPls add contenthui au coeur du dPls add contentbat entre la majoritPls add content et l'opposition, ou entre diffPls add contentrentes parties du corps social, les unes cherchant Pls add content dPls add contentfendre un certain nombre dPls add contentintPls add contentrPls add contentts Pls add contentventuellement lPls add contentgitimes, et dPls add contentautres lPls add contentintPls add contentrPls add contentt gPls add contentnPls add contentral?

 

VoilPls add content ce que je voulais dire en quelques mots sur cette prPls add contentoccupation. Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait un homme profondPls add contentment humain, cPls add contentest-Pls add content-dire qu'il avait en lui-mPls add contentme la qualitPls add content et la volontPls add content de dPls add contentbattre, aussi bien avec ses collaborateurs qu'avec ses ministres. Et s'il le faisait, c'est qu'il savait que le bon choix ne sortait pas de je ne sais trop quelle rPls add contentcitation, de je ne sais trop quel catPls add contentchisme, mais de la confrontation, du dPls add contentbat, et de la dPls add contentcision et de la rectitude dans lPls add contentapplication de cette dPls add contentcision. Et cPls add contentest en tous cas ce que, pour ma part et, je crois, pour celle de la plupart des "jeunes" qui ont travaillPls add content avec lui, ce que jPls add contentai retenu comme principal enseignement. Merci.

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Michel Sapin, merci. CPls add contentest vrai quPls add contenton a encore aujourdPls add contenthui besoin dPls add contenthommes de convictions ayant suffisamment de pragmatisme et dPls add contentouverture au dPls add contentbat pour faire avancer lPls add contentPls add contentconomie franPls add contentaise et des sujets qui sont extrPls add contentmement forts. Je vous rappelle, je ne le dirai pas mot Pls add content mot, que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy disait quPls add contentil fallait rPls add contentduire certains acquis sociaux pour mieux en sauvegarder lPls add contentessentiel. Et, lPls add content aussi, nous sommes au coeur du dPls add contentbat et de la polPls add contentmique actuelle. Je vais maintenant passer la parole Pls add content Jean-Claude Trichet. Cela dit, je ne suis pas tout-Pls add content-fait dPls add contentaccord avec vous parce que je pense que le Gouverneur de la Banque centrale nPls add contentest pas mPls add contentcontent quand le franc sPls add contentapprPls add contentcie. Avoir un franc stable est une chose intPls add contentressante, avoir un franc qui sPls add contentapprPls add contentcie lui offre des marges de manoeuvre qui lui permettent peut-Pls add contenttre dPls add contentavoir...

 

Jean-Claude Trichet

Pls add content Vous nPls add contentarriverez pas, Madame, Pls add content mettre une feuille de papier Pls add content cigarettes entre ce que vient de dire M. Sapin et ce que pense, je crois, la Banque de France...

 

Intervention de M. Jean-Claude Trichet, Gouverneur de la Banque de France

 

 

Madame, Messieurs les Premiers Ministres, Monsieur le PrPls add contentsident,

Mesdames, Messieurs,

 

Je voudrais dPls add contentabord vous dire que je suis Pls add contentmu, comme tous les orateurs prPls add contentcPls add contentdents, de prendre la parole. JPls add contentai bien connu M. BPls add contentrPls add contentgovoy pendant une partie de ma vie et jPls add contentai vu un homme dPls add contentEtat et un homme dPls add contentEtat courageux. JPls add contentai vu aussi, comme le disaient M. Michel Sapin Pls add content lPls add contentinstant et M. AlphandPls add contentry, jPls add contentai vu un homme aussi trPls add contents humain, trPls add contents sensible, trPls add contents dPls add contentlicat et je crois que cPls add contentest la raison pour laquelle il a crPls add contentPls add content autour de lui autant dPls add contentamitiPls add content.

 

Quatre souvenirs trPls add contents forts me reviennent. Lors du premier contact que j'eus avec lui lorsqu'il fut nommPls add content ministre des Finances Pls add content jPls add contentPls add contenttais alors directeur du TrPls add contentsor, nommPls add content par le gouvernement prPls add contentcPls add contentdent Pls add content, il mPls add contenta dit : Pls add content la tradition rPls add contentpublicaine, dans notre pays, est que l'administration soit neutre politiquement et quPls add contentelle soit loyale. Puis-je compter sur la loyautPls add content et la neutralitPls add content de mon Administration?Pls add content . Et je lui ai rPls add contentpondu : Pls add content CPls add contentest la tradition rPls add contentpublicaine franPls add contentaise, cPls add contentest celle que le Conseil dPls add contentEtat sPls add contentattache Pls add content prPls add contentserverPls add content .

 

Je parle devant le Chancelier de lPls add contentEchiquier, je crois lui avoir dit que cPls add contentest la tradition britannique aussi, et que la Grande-Bretagne et la France partagent cette trPls add contents grande tradition, rPls add contentpublicaine pour la France, monarchique Pls add content lPls add contentPls add contentvidence pour la Grande-Bretagne, de neutralitPls add content administrative. Et je lui ai donc garanti la loyautPls add content de son administration et lui ai demandPls add content si, en retour, il entendait lui-mPls add contentme que son administration lui dise tout ce quPls add contentelle pensait devoir lui dire, sans autocensure, par nPls add contentcessitPls add content encore une fois de dire ce quPls add contentelle pensait Pls add contenttre la vPls add contentritPls add content, tout en sachant que toute vPls add contentritPls add content pouvait apparaPls add contenttre comme nPls add contentPls add contenttant pas trPls add contents bonne Pls add content dire aux yeux du ministre responsable. Et il mPls add contenta dit : "Naturellement, vous direz toujours, votre administration dira toujours ce quPls add contentelle pense".

 

Et cPls add contentest sur cet Pls add contentchange que sPls add contentest construite une relation que je crois avoir Pls add contenttPls add content en effet trPls add contents forte, comme certains des orateurs lPls add contentont soulignPls add content, et qui est dPls add contentailleurs dans la tradition de notre pays. Je lui serai toujours reconnaissant dPls add contentavoir laissPls add content son administration lui dire ce quPls add contentelle pensait, de mPls add contentme quPls add contentil allait de soi que ses dPls add contentcisions Pls add contenttaient exPls add contentcutPls add contentes avec autant dPls add contentefficacitPls add content que possible. Je dois dire quPls add contentil avait rPls add contentussi Pls add content nouer avec ses directeurs dPls add contentadministration centrale Pls add content jPls add contentapporte mon tPls add contentmoignage mais beaucoup dPls add contentautres pourraient apporter le leur Pls add content une relation qui Pls add contenttait extrPls add contentmement forte, extrPls add contentmement confiante, extrPls add contentmement claire. Et aussi, je le dis devant Olivier Rousselle et HervPls add content Hannoun, son directeur de Cabinet, toute lPls add contentPls add contentquipe avait un niveau de relation qui me paraPls add contentt tout Pls add content fait exceptionnel et probablement entiPls add contentrement dPls add content au caractPls add contentre mPls add contentme de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

 

Mon deuxiPls add contentme souvenir est au coeur du sujet que vous nous avez proposPls add content, Madame : cPls add contentest Pls add contentvidemment son action sur le plan monPls add contenttaire. Cette action fut extrPls add contentmement claire et dPls add contentterminPls add contente. Comme le disaient Michel Sapin et Edmond AlphandPls add contentry, chacun Pls add content leur maniPls add contentre, qui furent lPls add contentun et lPls add contentautre responsables de la politique monPls add contenttaire de notre pays aprPls add contents lui, il nPls add contentPls add contenttait pas exempt de mPls add contentditations, de rPls add contentflexions stratPls add contentgiques, de prises en compte de lPls add contentensemble des arguments qui pouvaient Pls add contenttre mis en avant par les uns et par les autres ; ceci est Pls add contentvidemment absolument nPls add contentcessaire, me semble-t-il, pour un dPls add contentcideur, pour un homme dPls add contentEtat. Mais, en mPls add contentme temps, une fois que sa ligne Pls add contenttait choisie, il Pls add contenttait dPls add contentune assez formidable efficacitPls add content pour lPls add contentexpliquer. Je me souviens qu'Pls add content de nombreuses reprises Pls add content je pense quPls add contentHervPls add content Hannoun doit avoir le mPls add contentme souvenir que moi Pls add content il revenait de tournPls add contente en France en disant : "VoilPls add content les arguments que jPls add contentai utilisPls add contents pour expliquer la politique monPls add contenttaire et ils ont portPls add content, ils ont Pls add contenttPls add content reconnus comme Pls add contenttant pertinents, jPls add contentai fait applaudir la politique monPls add contenttaire".

 

Tout reposait et tout repose dPls add contentailleurs encore aujourdPls add contenthui dans ce domaine sur un coeur de raisonnement, dont il a Pls add contenttPls add content lPls add contentauteur, et qui consiste Pls add content penser Pls add content et ceci en effet paraPls add contentt vrai Pls add content beaucoup dPls add contententre nous Pls add content quPls add contentune ligne de sagesse monPls add contenttaire et la crPls add contentdibilitPls add content dans la monnaie qu'elle apporte, permettent en fin de compte dPls add contentoffrir Pls add content lPls add contentPls add contentconomie le meilleur des soutiens possibles. Il nPls add contenty a pas de doute sur cet objectif. Et si certains, parfois, ont mis en avant le fait que lPls add contenton pouvait avoir des doutes sur le point de savoir si cette politique monPls add contenttaire avait la meilleure efficacitPls add content possible du point de vue de la croissance et de la crPls add contentation dPls add contentemplois, je dois dire que jPls add contentai Pls add contenttPls add content moi-mPls add contentme profondPls add contentment rPls add contentconfortPls add content en comparant les crPls add contentations annuelles dPls add contentemplois pendant la pPls add contentriode dite dPls add contentinstabilitPls add content monPls add contenttaire Pls add content celles de la pPls add contentriode dite de stabilitPls add content monPls add contenttaire, pour voir que nous avions crPls add contentPls add content annuellement beaucoup plus dPls add contentemplois pendant la pPls add contentriode de stabilitPls add content monPls add contenttaire que pendant la pPls add contentriode dPls add contentinstabilitPls add content monPls add contenttaire. Le coeur de ce raisonnement dit de "dPls add contentsinflation compPls add contenttitive" est donc avPls add contentrPls add content par les chiffres.

Il nPls add contenten reste pas moins quPls add contentil nPls add contenty a pas dans lPls add contentPls add contentconomie que la politique monPls add contenttaire, fort heureusement. Il y a aussi la politique budgPls add contenttaire, il y a lPls add contentensemble des stratPls add contentgies, des rPls add contentformes structurelles qui peuvent permettre Pls add content une Pls add contentconomie dPls add contentPls add contenttre plus ou moins active, plus ou moins en croissance et plus ou moins crPls add contentatrice dPls add contentemplois. Ceci vient dPls add contentPls add contenttre dit par MM. AlphandPls add contentry et Sapin, je partage entiPls add contentrement leur sentiment et je note, avec une trPls add contents profonde satisfaction, le consensus Pls add content et jPls add contenty reviendrai Pls add content sur la politique monPls add contenttaire qui a crPls add content de maniPls add contentre considPls add contentrable au cours de la pPls add contentriode que nous passons sous revue.

 

Le troisiPls add contentme souvenir qui me vient rejoint celui de M. Utsumi. Je ne vais pas mPls add contentPls add contenttendre sur ce point ; Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, probablement parce quPls add contentil avait ces qualitPls add contents humaines qui ont Pls add contenttPls add content mentionnPls add contentes par M. Berrada, par M. Utsumi, par M. Lawson et par beaucoup dPls add contentautres, avait un rPls add contentseau dPls add contentamitiPls add contents internationales exceptionnel qu'il mettait au service de la politique Pls add contentconomique de notre pays, notamment dans le cadre du G7. Je pense en effet comme M. Utsumi Pls add content qui est dPls add contentailleurs meilleur tPls add contentmoin que moi en la matiPls add contentre Pls add content quPls add contentil fallait de lPls add contentaudace pour inviter Pls add content Bercy les ministres des Finances et les Gouverneurs du G7, avec un sujet horriblement difficile et, franchement, en ne sachant pas du tout Pls add content lPls add contentavance si ce sujet pouvait rPls add contentellement dPls add contentboucher. Il fallait Pls add contentgalement beaucoup de dextPls add contentritPls add content pour que cette rPls add contentunion se transformPls add contentt, comme vous lPls add contentavez soulignPls add content, cher Makoto (Utsumi), en un succPls add contents et en un des grands succPls add contents que nous avons pu observer sur le plan de la coopPls add contentration internationale au cours de ces derniPls add contentres annPls add contentes. Je revois encore le ministre Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy donner la parole aux uns et aux autres Pls add content Bercy, avec exactement le doigtPls add content et la dextPls add contentritPls add content qui ont Pls add contenttPls add content soulignPls add contents il y a un instant cet aprPls add contents-midi.

 

Un dernier souvenir me revient, qui est celui de lPls add contentEurope et de la participation du ministre franPls add contentais de lPls add contentEconomie et des Finances Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content la construction europPls add contentenne. CPls add contentest un fait quPls add contentil a lancPls add content le concept de gouvernement Pls add contentconomique et que, si le TraitPls add content de Maastricht comporte un certain nombre de dispositions qui sont particuliPls add contentrement importantes aujourdPls add contenthui et qui apparaissent mPls add contentme peut-Pls add contenttre comme Pls add contenttant au coeur de la question Pls add contentconomique europPls add contentenne, cPls add contentest parce quPls add contentil avait donnPls add content des orientations et des instructions qui Pls add contenttaient trPls add contents fortes en ce sens, alors mPls add contentme que beaucoup de nos partenaires paraissaient nPls add contenty Pls add contenttre pas aussi sensibles. Le coeur du raisonnement Pls add contenttait Pls add content et l'on rejoint d'ailleurs des propos tenus pendant le dPls add contentjeuner avec le Premier Ministre Michel Rocard et le Chancelier de lPls add contentEchiquier Pls add content qu'Pls add content partir du moment oPls add content nous avions une monnaie unique, nous devions avoir une bonne coordination, mieux, une trPls add contents bonne coopPls add contentration au niveau des politiques budgPls add contenttaires, et peut-Pls add contenttre mPls add contentme Pls add contentgalement au niveau des autres instruments de politique Pls add contentconomique, parce que sinon, le "policy mix", le mPls add contentlange, le dosage des politiques Pls add contentconomiques Pls add content selon la formule de Michel Sapin Pls add content au sein de lPls add contentEurope ne serait pas organisPls add content ; or, il Pls add contenttait impensable de laisser au hasard, dans la future Union europPls add contentenne, le dosage des politiques Pls add contentconomiques, et cPls add contentest la raison pour laquelle le TraitPls add content de Maastricht comporte lPls add contentensemble de ces dispositions Pls add contentventuellement contraignantes, prPls add contentvoyant le cas Pls add contentchPls add contentant des sanctions contre ceux qui poseraient des problPls add contentmes du point de vue de la coordination des politiques budgPls add contenttaires. Ceci est, je crois, un point absolument majeur et, le pacte de stabilitPls add content qui fait aujourdPls add contenthui lPls add contentobjet dPls add contentun consensus entre M. Arthuis le ministre franPls add contentais des Finances, M. Waigel le ministre allemand des Finances et, je dois le dire, tous leurs autres collPls add contentgues, cette idPls add contente du pacte de stabilitPls add content est dans la continuitPls add content directe du gouvernement Pls add contentconomique et peut prendre appui, peut sPls add contentancrer dans les dispositions du TraitPls add content qui ont prPls add contentvu cette nPls add contentcessaire coordination ainsi que les instruments appropriPls add contents, le cas Pls add contentchPls add contentant, pour sPls add contentassurer quPls add contentelle est effectivement opPls add contentrationnelle.

 

VoilPls add content les souvenirs qui me venaient. Dans tous les cas, naturellement, ce sont des concepts que lPls add contenton manie, ce sont des idPls add contentes trPls add contents fortes, ce sont des lignes stratPls add contentgiques, des lignes directrices : le franc stable, le franc fort, je vous avoue que pour moi ces termes sont synonymes ; franc fort, franc stable, franc solide, cela veut dire simplement un franc en qui notre propre peuple et les investisseurs nationaux et internationaux peuvent avoir confiance. SPls add contentils ont confiance, alors nous avons le meilleur instrument possible au service de notre pays.

 

Mais, si vous le voulez bien, je voudrais Pls add content la lumiPls add contentre du tPls add contentmoignage de lPls add contentaction de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, poursuivre par quelques rPls add contentflexions sur le franc et sur la Banque de France, puisque vous mPls add contenty avez invitPls add content, Madame.

 

La politique monPls add contenttaire franPls add contentaise de stabilitPls add content et de crPls add contentdibilitPls add content est issue dPls add contentun consensus multipartisan, et je crois que la prPls add contentsence de M. Sapin et de M. AlphandPls add contentry le prouve. Et si je remonte plus loin Pls add content M. Delors me le permettra Pls add content le tPls add contentmoin de la politique monPls add contenttaire a Pls add contenttPls add content passPls add content par M. Delors Pls add content M. BPls add contentrPls add contentgovoy, par M. BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add content M. Balladur, par M. Balladur Pls add content nouveau Pls add content M. BPls add contentrPls add contentgovoy, et ensuite Pls add content ceux qui sont autour de cette table. Et je trouve que cPls add contentest quand mPls add contentme assez remarquable que ce consensus ait pu unir de facto, dans la conduite de la politique monPls add contenttaire, les grandes sensibilitPls add contents politiques de notre pays. Comment ne pas voir dPls add contentailleurs que ceci correspond probablement Pls add content un axe stratPls add contentgique encore plus profondPls add contentment ancrPls add content politiquement puisque, au-delPls add content mPls add contentme des ministres des Finances que je viens de citer, la mPls add contentme ligne stratPls add contentgique Pls add contenttait Pls add contentvidemment assumPls add contente par FranPls add contentois Mitterrand, par ses Premiers Ministres Michel Rocard et Edith Cresson pour la sensibilitPls add content socialiste, par MM. ValPls add contentry Giscard dPls add contentEstaing et Raymond Barre pour la sensibilitPls add content libPls add contentrale, et enfin par Jacques Chirac, Edouard Balladur et Alain JuppPls add content.

 

Cette convergence de la stratPls add contentgie monPls add contenttaire, alors mPls add contentme que notre dPls add contentmocratie est restPls add contente extraordinairement active dans tous les autres domaines Pls add content ainsi que les ministres lPls add contentont rappelPls add content Pls add content me semble trPls add contents importante. Je pourrais remonter plus haut et je recommande la relecture des MPls add contentmoires dPls add contentespoir du GPls add contentnPls add contentral de Gaulle qui lui, dPls add contentailleurs, ne balanPls add contentait pas entre "franc fort" et "franc stable" mais devait Pls add contentcrire Pls add content peu prPls add contents : "JPls add contentai voulu que le franc fPls add contentt immuable". Ce qui montre que cette idPls add contente stratPls add contentgique est forte et consensuelle. CPls add contentest ce mPls add contentme consensus de facto qui je crois a conduit Pls add content confier, au nom dPls add contentun consensus multipartisan, Pls add content la Banque de France, au Conseil de la politique monPls add contenttaire, la garde de la monnaie. Et, cette garde de la monnaie, la Banque de France doit lPls add contentassurer pour le compte de tous les FranPls add contentais dans le cadre de ce consensus qui unit les grandes sensibilitPls add contents politiques de notre pays. Je dois vous dire que ce tPls add contentmoin, qui est passPls add content par les mains de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy et qui est arrivPls add content dans les nPls add contenttres, nous sommes conscients que cPls add contentest une immense responsabilitPls add content et que cette responsabilitPls add content comporte des devoirs trPls add contents lourds : devoir de sagesse, devoir de vigilance et aussi devoir dPls add contentexplication et de communication dans une grande dPls add contentmocratie dPls add contentopinion comme la nPls add contenttre.

 

Je voudrais confirmer ce que jPls add contentai observPls add content moi-mPls add contentme, Pls add content savoir que Pls add content et ceci a Pls add contenttPls add content dit par Michel Sapin Pls add content, si la sensibilitPls add content socialiste a peut-Pls add contenttre Pls add contenttPls add content la derniPls add contentre Pls add content se convertir Pls add content lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque de France alors quPls add contentelle avait, on lPls add contenta vu et avec quelle force, voulu la stabilitPls add content du franc, jPls add contentai Pls add contenttPls add content tPls add contentmoin du moment oPls add content le ministre Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a changPls add content sa ligne, au nom dPls add contentun argument europPls add contenten qui venait renforcer tous les autres. Je me souviens de lPls add contentPls add contentmotion quPls add contentil y a eu au sein des partenaires europPls add contentens lorsque le ministre franPls add contentais a dit : Pls add content JPls add contentai bien rPls add contentflPls add contentchi, finalement je considPls add contentre quPls add contentil est appropriPls add content que notre pays puisse accepter lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque de France dPls add contentabord, lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque centrale europPls add contentenne ensuitePls add content . Je pense que, au niveau des ministres des Finances, ceci fut un trPls add contents grand moment, un moment assez bouleversant et qui fut certainement dPls add contentcisif pour que puisse ensuite progresser le cheminement vers le TraitPls add content de Maastricht, TraitPls add content dont je vous rappelle quPls add contentil fut, pour pouvoir Pls add contenttre constitutionnel en France, prPls add contentcPls add contentdPls add content dPls add contentune modification multipartisane de la Constitution de la VPls add contentme RPls add contentpublique, puis votPls add content par notre peuple, et quPls add contentil comportait en effet lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque de France dPls add contentabord puis lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque centrale europPls add contentenne.

 

VoilPls add content ce que je voulais rappeler, et si vous le permettez, dire simplement en conclusion que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy aimait la France, et que cette derniPls add contentre a eu la chance d'avoir un homme d'Etat tel que lui aux affaires.

 

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Jean-Claude Trichet merci. Effectivement, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait un homme de convictions mais, aprPls add contents vous avoir entendu tous les trois, chacun Pls add content votre faPls add contenton, on sent des hommes de convictions qui ont aussi la passion de convaincre.

 

Bien, ce que jPls add contentaimerais maintenant, cPls add contentest ouvrir le dialogue avec la salle. Simplement, je signale que Nigel Lawson nous a fait le plaisir de rester parmi nous et pourra nous Pls add contentclairer sur la pPls add contentriode un peu exceptionnelle quPls add contentil a connue comme Chancelier de lPls add contentEchiquier, et sur les difficultPls add contents quPls add contentavait Madame Thatcher Pls add content envisager une Grande-Bretagne europPls add contentenne. Et aprPls add contents ce dPls add contentbat, Jacques Delors conclura cette journPls add contente Pls add content la mPls add contentmoire de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Y-a-t-il une premiPls add contentre question dans la salle ?

 

 

Intervenant :

Reynold Riemer, je suis membre du conseil d'administration de la Chambre de commerce amPls add contentricaine en France. J'ai Pls add contenttPls add content trPls add contents honorPls add content de pouvoir assister Pls add content cette sPls add contentance et trPls add contents Pls add contentmu par les tPls add contentmoignages des personnalitPls add contents trPls add contents Pls add contentminentes que jPls add contentai pu entendre. J'ose Pls add content peine ajouter un mot Pls add content tout ce qui a Pls add contenttPls add content dit par les Premiers Ministres, MM. les ministres et tous ceux prPls add contentsents. Je connaissais bien lPls add contentPls add contentconomie franPls add contentaise et les systPls add contentmes Pls add contentconomiques franPls add contentais des annPls add contentes 70, quand jPls add contentPls add contenttais adjoint au conseiller financier Pls add content lPls add contentAmbassade des Etats-Unis. JPls add contentai quittPls add content le pays pour revenir en 1987...

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Et vous nPls add contentavez plus rien reconnu.

 

Reynold Riemer

Oui, exactement. Le climat des affaires avait totalement changPls add content. Je l'avais remarquPls add content Pls add content travers ma participation Pls add content la Chambre de commerce et aussi parce que mon mPls add contenttier consiste Pls add content aider des entreprises Pls add contenttrangPls add contentres Pls add content sPls add contentPls add contenttablir en France, notamment par la croissance externe. Je me rends compte Pls add content quel point on doit remercier M. BPls add contentrPls add contentgovoy pour ce changement. Comme Jean-Daniel Tordjman le sait, notre Chambre avait fait rPls add contentaliser un sondage auprPls add contents des hommes dPls add contentaffaires amPls add contentricains en France qui a montrPls add content Pls add content quel point ils considPls add contentraient la France comme un pays dPls add contentaccueil chaleureux dans tous les sens du terme. Quand j'Pls add contenttais au ministPls add contentre, aprPls add contents avoir quittPls add content la France, jPls add contentai appris quelle estime mes patrons Pls add content M. Schultz au ministPls add contentre des Affaires EtrangPls add contentres, M. Baker et dPls add contentautres Pls add contentportaient au tout nouveau ministre des Finances M. BPls add contentrPls add contentgovoy, au milieu des annPls add contentes 80. Ce que par contre je ne savais pas jusquPls add contentPls add content aujourdPls add contenthui Pls add content je lPls add contentai appris de lPls add contentun de ses anciens collaborateurs Pls add content midi Pls add content, cPls add contentPls add contenttait Pls add content quel point lPls add contentappui moral, la comprPls add contenthension de la part de nos leaders amPls add contentricains, de la part de la presse amPls add contentricaine, ont renforcPls add content M. BPls add contentrPls add contentgovoy dans les efforts quPls add contentil a faits et que vous avez tous dPls add contentcrits aujourdPls add contenthui. De cela, je ne peux pas ne pas Pls add contenttre trPls add contents fier et jPls add contentinsiste pour le dire aujourdPls add contenthui.

Merci beaucoup.

 

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Peut-Pls add contenttre avant de passer la parole Pls add content quelquPls add contentun dans la salle, jPls add contentaimerais rebondir sur ce que vous venez dPls add contentindiquer pour me tourner vers Jean-Claude Trichet, qui revient de Washington oPls add content il a assistPls add content Pls add content un G7, pour lui demander s'il sent maintenant une plus grande crPls add contentdibilitPls add content sur la crPls add contentation de la monnaie unique, qui effectivement Pls add contenttait dans lPls add contentesprit de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, mais qui a mis du temps Pls add content sPls add contentinstaller dans celui des milieux financiers anglo-saxons. Je ne sais pas si Nigel Lawson veut Pls add contentgalement rPls add contentpondre Pls add content cette question : sent-il quelque chose de plus crPls add contentdible dans les milieux financiers britanniques ?

 

 

Jean-Claude Trichet

Je dois pouvoir, simplement dPls add contentun mot, vous dire quPls add contenteffectivement il me semble que, vue des Etats-Unis Pls add content et je parle sous le contrPls add contentle des AmPls add contentricains qui sont dans cette salle Pls add content et peut-Pls add contenttre dPls add contentune maniPls add contentre plus gPls add contentnPls add contentrale, vue du reste du monde non europPls add contenten, la crPls add contentdibilitPls add content de la marche vers la monnaie unique sPls add contentest considPls add contentrablement renforcPls add contente au cours de la pPls add contentriode rPls add contentcente. Je crois que cPls add contentest dPls add content Pls add content un certain nombre de facteurs, comme le succPls add contents du Sommet de Cannes, le succPls add contents du Sommet de Madrid, la trPls add contents bonne rPls add contentunion qui sPls add contentest tenue Pls add content VPls add contentrone tout rPls add contentcemment au niveau des ministres des Finances et des Gouverneurs. CPls add contentest dPls add content je crois aussi Pls add content ce qui apparaPls add contentt comme Pls add contenttant une trPls add contents grande dPls add contenttermination, au niveau des principaux leaders europPls add contentens, et je ne peux pas ne pas mentionner la dPls add contenttermination du PrPls add contentsident Jacques Chirac et celle du Chancelier Helmut Kohl et de beaucoup dPls add contentautres en Europe. Je crois enfin que cPls add contentest dPls add content aussi Pls add content des progrPls add contents visibles par les marchPls add contents et qui rendent la convergence Pls add content et notamment la convergence monPls add contenttaire Pls add content trPls add contents crPls add contentdible. Et donc cet ensemble de donnPls add contentes, Pls add content la fois politiques, Pls add contentconomiques et de marchPls add content, vont dans le sens dPls add contentune reconnaissance de la marche en avant comme Pls add contenttant beaucoup plus crPls add contentdible encore aujourdPls add contenthui quPls add contentelle ne pouvait lPls add contentPls add contenttre il y a six ou huit mois.

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Nigel Lawson, partagez-vous cette analyse? Et pensez-vous que la monnaie unique sera faite en temps et en heure et avec quels Etats?

 

Nigel Lawson

Peut-Pls add contenttre que cela sera possible, peut-Pls add contenttre pas. C'est une histoire de cinq ans, je pense. Mais dPls add contentautres questions sont beaucoup plus importantes. Sera-t-il possible de faire coexister en Europe des pays utilisant la monnaie unique et les autres? Je suis sPls add contentr que cela est Pls add contentconomiquement impossible.

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Vous voyez des in, des near-in et des out.

 

Nigel Lawson

CPls add contentest inPls add contentvitable oui. Il faut maPls add contenttriser cette situation difficile, sans rupture europPls add contentenne, cPls add contentest trPls add contents important. DeuxiPls add contentmement, quelles sont les conditions politiques et institutionnelles nPls add contentcessaires pour faire le succPls add contents de la monnaie unique? Quelle sera la constitution de lPls add contentEurope de lPls add contentavenir? VoilPls add content les questions qui se posent et dont jPls add contentattends la rPls add contentponse.

 

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Comme jPls add contentapprends quPls add contentEdmond AlphandPls add contentry va Pls add contenttre obligPls add content de nous quitter rapidement, jPls add contentaimerais bien lui poser une question qui mPls add contenta Pls add contenttPls add content posPls add contente Pls add content moi-mPls add contentme par une dPls add contentlPls add contentgation de fonctionnaires et dPls add contentPls add contentconomistes amPls add contentricains de passage Pls add content Paris. Ils avaient passPls add content une dizaine de jours en Europe et commenPls add contentaient Pls add content Pls add contenttre convaincus que la monnaie unique allait se faire, ce dont ils Pls add contenttaient eux-mPls add contentmes assez Pls add contenttonnPls add contents. Mais certains posaient la question : au bout du compte, Pls add content quoi cela va-t-il servir aux entreprises?

 

Edmond AlphandPls add contentry

Je crois que la meilleure rPls add contentponse quPls add contenton peut apporter Pls add content cette question, cPls add contentest tout simplement de sPls add contentinterroger a contrario sur ce que serait la vie des entreprises amPls add contentricaines sPls add contentil y avait une monnaie diffPls add contentrente dans chacun des Etats et sPls add contentil y avait des paritPls add contents monPls add contenttaires qui fluctuaient au grPls add content des marchPls add contents dans chacun des Etats amPls add contentricains. Il est Pls add contentvident que ce serait une rPls add contentgression formidable dans lPls add contentPls add contentconomie amPls add contentricaine. Or, en Europe, le fait dPls add contentavoir une monnaie unique est un formidable moyen pour rPls add contentduire les coPls add contentts de transaction, cPls add contentest un accompagnement indispensable Pls add content la crPls add contentation et Pls add content l'aboutissement du grand marchPls add content intPls add contentrieur. Je ne parle pas des consPls add contentquences au niveau des politiques macro-Pls add contentconomiques, ou mPls add contentme simplement politique.

 

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Y-a-t-il dPls add contentautres questions dans la salle?

 

JPls add contentaimerais poser une question Pls add content Michel Sapin, il nPls add contenty a aucune raison pour quPls add contentil Pls add contentchappe au jeu des questions-rPls add contentponses, puisqu'il est maintenant dans un rPls add contentle dPls add contentobservateur extPls add contentrieur : lPls add contentPls add contentvolution de la Banque de France et sa politique monPls add contenttaire vous semblent-elles totalement satisfaisantes?

 

 

Michel Sapin

Je vous rPls add contentpondrai de deux phrases. La premiPls add contentre cPls add contentest que je nPls add contentai pas eu le sentiment dPls add contentune Pls add contentvolution.

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Le regrettez-vous ?

 

Michel Sapin

Non, pas du tout, au contraire. Je nPls add contentai pas eu le sentiment dPls add contentune Pls add contentvolution et jPls add contentirai plus loin, je nPls add contentai pas eu le sentiment dPls add contentune Pls add contentvolution de la politique monPls add contenttaire de la France. Et donc, le tPls add contentmoin dont parlait Jean-Claude Trichet est effectivement le mPls add contentme entre des mains diffPls add contentrentes, mais la course est Pls add contentgalement aussi la mPls add contentme.

La deuxiPls add contentme chose, cPls add contentest que je ne suis pas simplement un observateur...

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Vous Pls add contenttes un acteur de la vie politique...

 

Michel Sapin

Non, non... Je ne veux pas parler de cela. Je suis le maire dPls add contentune commune trPls add contents endettPls add contente et jPls add contentai constatPls add content que depuis quelques mois, il Pls add contenttait plus facile de renPls add contentgocier sa dette. Donc, les taux vont plutPls add contentt dans le bon sens.

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Puis-je vous poser une derniPls add contentre question, Jean-Claude Trichet, et vous demander si le mouvement de baisse des taux d'aujourdPls add contenthui est de mPls add contentme nature que celui de la Bundesbank lPls add contentan dernier, cPls add contentest-Pls add content-dire un mouvement en deux temps ou par escalier, qui nous ouvrirait les perspectives dPls add contentautres baisses de taux ultPls add contentrieures?

 

Michel Sapin

Le maire Pls add contentcoute !

 

Jean-Claude Trichet

JPls add contentai envie de rappeler, si je le peux, comment M. Greenspan avait rPls add contentpondu Pls add content une question de ce genre. Il avait rPls add contentpondu trPls add contents longuement et puis le sPls add contentnateur qui lPls add contentinterrogeait lui a dit : Pls add content Si je comprends bien, M. le PrPls add contentsident, Pls add contenta veut dire que les taux vont donc baisserPls add content . Et Greenspan lui a rPls add contentpondu : Pls add content M. le sPls add contentnateur, si vous pensez avoir compris ce que je viens de vous dire, cPls add contentest que jPls add contentai dPls add content commettre une erreur quelque partPls add content .

 

FranPls add contentoise Crouigneau

Bien je crois que nous allons clore ce dPls add contentbat, en remerciant les participants de sPls add contentPls add contenttre prPls add contenttPls add contents Pls add content ce jeu des questions-rPls add contentponses, au travers desquelles on sentait bien tout de mPls add contentme lPls add contentesprit de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy passer.

Et maintenant je vais donner la parole Pls add content Jacques Delors qui va clore cette journPls add contente.

 

Intervention de M. Jacques Delors, ancien PrPls add contentsident de la Commission des CommunautPls add contents europPls add contentennes

 

ChPls add contentre Gilberte BPls add contentrPls add contentgovoy,

Messieurs les Ministres,

Mesdames, Messieurs,

 

Je ne vais pas vous proposer une conclusion au sens propre du terme, pour deux raisons : la premiPls add contentre, cPls add contentest que la richesse des contributions se suffit Pls add content elle-mPls add contentme et la seconde, cPls add contentest que ce ne serait pas trPls add contents correct de ma part de relancer une polPls add contentmique alors que personne ne pourra me rPls add contentpondre, tout au moins pas aujourdPls add contenthui. Pas davantage, et je voudrais le souligner, je ne reparlerai de lPls add contentascension sociale exceptionnelle de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, encore que pour dPls add contentautres personnes dont le parcours a Pls add contenttPls add content moins difficile, on en dise davantage. Je ne dirai pas non plus tout ce que reprPls add contentsentait pour Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy la fidPls add contentlitPls add content Pls add content ses convictions, Pls add content sa famille, Pls add content ses amis, qui dPls add contentailleurs le lui rendaient bien.

 

Non, je voudrais essayer de retracer ses convictions politiques, et de politique Pls add contentconomique et sociale, Pls add content travers sa personne telle quPls add contentelle sPls add contentest construite. Car il sPls add contentagit pour moi de reconstituer les Pls add contentlPls add contentments essentiels de sa doctrine, construite je le rPls add contentpPls add contentte Pls add content travers sa vie. Car, il le disait bien volontiers, une personne se construit au contact des autres et Pls add content lPls add contentPls add contentpreuve des faits. Le bon sens Pls add contenttait innPls add content chez lui et jPls add contenten ai Pls add contenttPls add content tPls add contentmoin pendant quarante ans, et le pragmatisme lui a Pls add contenttPls add content dictPls add content prPls add contentcisPls add contentment par lPls add contentPls add contentpreuve des faits auxquels il a Pls add contenttPls add content confrontPls add content, parce quPls add contentil Pls add contenttait dans un courant de pensPls add contente oPls add content la plus grande place Pls add contenttait pour les confrontations thPls add contentoriques et idPls add contentologiques, et cPls add contentest Pls add content travers cela quPls add contentil a pu devenir lPls add contenthomme dPls add contentEtat pragmatique que, pendant toute cette journPls add contente, des personnalitPls add contents se sont attachPls add contentes Pls add content illustrer.

 

Comment sPls add contentest-il construit pour en arriver Pls add content ce magnifique parcours? Je voudrais vous le proposer Pls add content travers le militant et le patriote tout dPls add contentabord, lPls add contenthomme de la rigueur Pls add content mais de la rigueur au service dPls add contentune certaine idPls add contente de la France Pls add content ensuite, et enfin dPls add contentun homme qui a toujours affirmPls add content avec Pls add contentclat, et sans doute avec beaucoup plus de succPls add contents que dPls add contentautres et notamment que moi, la primautPls add content du politique.

 

Le militant et le patriote tout dPls add contentabord. Sans mPls add contentattarder sur son parcours, celui-ci commence par la RPls add contentsistance et le mPls add contentne au syndicalisme. La RPls add contentsistance, Pls add contentcole de courage : en 1944, il entre dans les F.F.I., aprPls add contents des actions de RPls add contentsistance dPls add contents 1943. Et dans le syndicalisme il est non seulement au contact de rPls add contentalitPls add contents sociales que par sa condition mPls add contentme il connaissait, mais il est aussi dans une Pls add contentcole de citoyennetPls add content. AprPls add contents un passage Pls add content la C.G.T. Pls add content mais la C.G.T., comme vous le savez, connaPls add contentt une scission trPls add contents importante en 1947 Pls add content, il rejoint les rangs de Force OuvriPls add contentre. Et ensuite, il ira du syndicalisme Pls add content la politique.

 

CPls add contentPls add contenttait un itinPls add contentraire logique quand il vous lPls add contentexpliquait. Il pensait que c'Pls add contenttait seulement par la politique qu'il pourrait essayer de changer le monde. Il le fit dPls add contentabord au sein de la SFIO, dans la minoritPls add content, puis au Parti Socialiste autonome et enfin au Parti Socialiste unifiPls add content.

 

Mais si on veut comprendre sa pensPls add contente, comment elle sPls add contentest formPls add contente, il faut voir que pendant cette pPls add contentriode il a Pls add contenttPls add content tout dPls add contentabord Pls add content lPls add contentPls add contentcole du mendPls add contentsisme et quPls add contentil en a gardPls add content, me semble-t-il, trois traits essentiels : la croyance dans les possibilitPls add contents de la France Pls add content jPls add contenty reviendrai Pls add content propos des interrogations quPls add contentil a eut en 1983 Pls add content, la conscience des voies du progrPls add contents par la rPls add contentforme, et enfin le lien nPls add contentcessaire entre rigueur Pls add contentconomique et progrPls add contents social. Ces trois Pls add contentlPls add contentments furent conservPls add contents, lorsquPls add contentil entra ensuite au Parti Socialiste, en tant que proche collaborateur de FranPls add contentois Mitterrand. Et dPls add contentailleurs, dans ce compagnonnage avec Pierre MendPls add contents-France, il a retrouvPls add content ce quPls add contentil appelait lui-mPls add contentme le modPls add contentle de lPls add contenthomme dPls add contentEtat rPls add contentpublicain : le souci de lPls add contentintPls add contentrPls add contentt gPls add contentnPls add contentral et de lPls add contentefficacitPls add content au service du bien commun, un rapport nPls add contentcessaire Pls add content lPls add contentopinion publique, une conscience aiguPls add content de lPls add contentPls add contentvolution moderne du rapport entre pouvoir lPls add contentgislatif et pouvoir exPls add contentcutif.

 

Donc cette premiPls add contentre partie du parcours Pls add content je reviendrai Pls add content propos de la politique sur celle qui concerne sa collaboration avec FranPls add contentois Mitterrand Pls add content permet dPls add contentjPls add content de voir quelles Pls add contenttaient les assises de sa pensPls add contente. Et on connaPls add contentt Pls add contentgalement les positions trPls add contents fortes de Pierre MendPls add contents-France sur la monnaie et on aurait tort de croire que cPls add contentest en 1983 que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy a dPls add contentcouvert la monnaie. Je reprendrai lPls add content une thPls add contentse de Pierre MendPls add contents-France selon laquelle, je cite, Pls add content la rPls add contentgulation de la croissance Pls add content court et Pls add content moyen terme est rPls add contentalisPls add contente par la monnaie, qui permet dPls add contentajuster rPls add contentguliPls add contentrement lPls add contentoffre et la demande, le niveau des salaires et des prixPls add content . Cette thPls add contentse, Pls add contenttait peu partagPls add contente, il faut bien le dire, Pls add content gauche dans les annPls add contentes 50 Pls add content 70. On connaPls add contentt aussi les conceptions de Pierre MendPls add contents-France sur le systPls add contentme monPls add contenttaire international, et lPls add content non plus, il ne faut pas Pls add contenttre surpris que, lorsquPls add contentil a assumPls add content les responsabilitPls add contents de ministre des Finances, il ait Pls add contenttPls add content de plus en plus passionnPls add content par les relations Pls add contentconomiques et monPls add contenttaires internationales, ce dont dPls add contentPls add contentminentes personnalitPls add contents Pls add contenttrangPls add contentres ont trPls add contents bien parlPls add content.

 

Le serviteur de lPls add contentEtat aussi : je retiendrai son rPls add contentle interne et externe comme SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de la PrPls add contentsidence de la RPls add contentpublique. Je dis bien action intPls add contentrieure mais aussi action extPls add contentrieure. Il ne faut pas oublier quPls add contentil nPls add contenty avait pas eu dPls add contentalternance en France depuis de nombreuses annPls add contentes et que rares Pls add contenttaient les hommes dPls add contentexpPls add contentrience qui connaissaient les rouages du pouvoir et savaient comment sPls add contenten servir ; et, en tant que serviteur de lPls add contentEtat, je retiendrai aussi, lorsquPls add contentil devint Premier Ministre et sachant que le temps lui Pls add contenttait comptPls add content dPls add contentici aux Pls add contentlections lPls add contentgislatives de mars 1993, son angoisse de redonner prestige et dignitPls add content Pls add content la fonction gouvernementale.

 

Et, pour faire le tour de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, comme militant et patriote, je pense qu'il faut souligner Pls add content ce qui n'apparaPls add contentt pas suffisamment clairement dans la bibliographie en cours, La Guerre des deux roses, Le tournant de 1983 et d'autres Pls add content que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, comme Pierre MendPls add contents-France et FranPls add contentois Mitterrand, croyait en la France, avec luciditPls add content et conscience des rPls add contentformes Pls add content entreprendre. Il connaissait lPls add contentimportance de la monnaie ; cPls add contentest donc sous un autre angle quPls add contentil faut voir son interrogation de mars 1983, sur le maintien ou non du franc franPls add contentais dans le SystPls add contentme MonPls add contenttaire EuropPls add contenten.

 

Il se posait la question suivante, qui pour lui ne remettait en cause ni son patriotisme, ni sa croyance en la France : nPls add contentexistait-il pas une autre voie, marquPls add contente tout autant du sceau de lPls add contenteffort et qui aurait permis Pls add content la France de sPls add contenten sortir, de sPls add contentadapter Pls add content la nouvelle donne mondiale? A la fin, il accepta, il consentit mPls add contentme au tournant qui fut pris, mais je crois quPls add contentil le fit, pas simplement en considPls add contentrant la construction europPls add contentenne comme une contrainte, mais en considPls add contentrant aussi lPls add contentEurope comme un projet politique et en nPls add contentoubliant pas le second terme. Car, on entend trop souvent nos hommes politiques, en France et ailleurs, utiliser uniquement lPls add contentEurope comme contrainte pour faire accepter des mesures quPls add contentils jugent impopulaires. Et cette Europe comme projet politique, il en parlait souvent et jPls add contenten reparlerai un court instant en parlant de sa contribution Pls add content la rPls add contentdaction du TraitPls add content dit de Maastricht.

 

En second lieu, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait lPls add contenthomme de la rigueur mais au service dPls add contentune idPls add contente de la France. Les dPls add contentsordres causPls add contents par lPls add contentinflation, il les comprenait : pas uniquement au niveau de ceux causPls add contents aux diffPls add contentrents acteurs Pls add contentconomiques, pas simplement Pls add content cause des erreurs que lPls add contenton commettait en matiPls add contentre de stratPls add contentgie Pls add contentconomique, de calcul Pls add contentconomique, Pls add content cause de lPls add contentinflation, pas simplement Pls add content cause des facilitPls add contents sans lendemains, mais aussi parce que, trPls add contents proche de ceux qui avaient peu pour vivre, il savait que lPls add contentinflation, en dPls add contentpit de rPls add contentgles dPls add contentindexation, frappait Pls add contentgalement les plus dPls add contentmunis. Donc, non seulement il comprenait tous les aspects de ce dPls add contentsordre qu'est lPls add contentinflation, mais il savait lPls add contentexpliquer, inlassablement, avec des mots simples, avec bon sens.

 

Dans cette rigueur au service dPls add contentune idPls add contente de la France, il Pls add contenttait trPls add contents attachPls add content Pls add content redPls add contentfinir le rPls add contentle de lPls add contentEtat. Il nPls add contentaimait pas les formules employPls add contentes par les uns et les autres, il ne se reconnaissait pas dans ceux qui Pls add contenttaient nostalgiques dPls add contentun Etat interventionniste Pls add content lPls add contentexcPls add contents, ni non plus dans ceux qui parlaient dPls add contentEtat modeste : son discours du 8 avril 1992, lorsquPls add contentil prPls add contentsenta son gouvernement, le montre, car il a affirmPls add content avec force Pls add content et je ne cite que cette phrase Pls add content que Pls add content la France ne peut se permettre de vivre avec un Etat faiblePls add content . Et je suis conscient que si le temps lui en avait Pls add contenttPls add content laissPls add content, il aurait largement contribuPls add content Pls add content une redPls add contentfinition dPls add contentun Etat plus musclPls add content, ayant moins de graisse mais, au nom de la primautPls add content du politique, assumant pleinement son rPls add contentle.

 

Il savait Pls add content et souvent sa participation aux arbitrages politiques au sein du gouvernement le montrait Pls add content que lPls add contentPls add contentconomie et les acteurs Pls add contentconomiques avaient besoin de stabilitPls add content et de visibilitPls add content. DPls add contentoPls add content son refus, son agacement devant les coups de pouce perpPls add contenttuels que lui proposait tel ou tel ministre ; lPls add content, le bon sens rejoignait, me semble-t-il, ce quPls add contentil y a de meilleur dans la comprPls add contenthension de ce que peut Pls add contenttre une politique Pls add contentconomique de lPls add contentEtat pour faciliter le fonctionnement de lPls add contentPls add contentconomie de marchPls add content, les anticipations des acteurs et mPls add contentme la nPls add contentgociation sociale.

 

TroisiPls add contentmement, la rigueur dans la gestion des comptes publics : il y fut toujours attachPls add content. Comme ministre des Affaires sociales, de 1982 Pls add content 1984, je parle du plan dPls add contentassainissement de la SPls add contentcuritPls add content Sociale, un plan pas comme les autres qui peut Pls add contenttre aujourdPls add contenthui mis en comparaison avec ce qui est proposPls add content, car il y avait dPls add contentjPls add content lPls add content un effort considPls add contentrable de rationalisation de la gestion des hPls add contentpitaux.

 

A ce stade de lPls add contentanalyse des contributions de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy, lPls add contentamitiPls add content ne doit pas mPls add contentempPls add contentcher de rappeler un dPls add contentsaccord : le ministre des Finances que jPls add contentPls add contenttais Pls add content lPls add contentPls add contentpoque avait proposPls add content une formule de CSG, Pls add content laquelle Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy sPls add contentopposa avec succPls add contents. Il eut moins de chance avec Michel Rocard, mais il est vrai que celui-ci Pls add contenttait Premier Ministre et pas simplement ministre des Finances!

 

Comme ministre de lPls add contentEconomie et des Finances ensuite, il sPls add contentattacha Pls add content diminuer le montant des prPls add contentlPls add contentvements obligatoires Pls add content pas autant quPls add contentil l'aurait voulu : ceux-ci reculPls add contentrent tout de mPls add contentme de 44, 6% en 1984 Pls add content 43,7% en 1993. Mais le choc de la rPls add contentcession en 1992 le prit de court ou le dPls add contentsarma comme tout le monde. Et dPls add contentailleurs, on pourrait dPls add contentbattre Pls add content ce sera pour un autre colloque Pls add content des causes internes et externes de cette rPls add contentcession des Pls add contentconomies de lPls add contentPls add contentpoque, dont le caractPls add contentre le plus curieux, cPls add contentest quPls add contentelle a surtout frappPls add content les pays dits vertueux, cPls add contentest-Pls add content-dire ceux qui sPls add contentattachaient Pls add content lutter contre lPls add contentinflation et Pls add content rPls add contentduire leurs dPls add contentficits budgPls add contenttaires. Il y a lPls add content un vaste sujet de rPls add contentflexion qui fait appel Pls add content des causes extPls add contentrieures, aux rapports monPls add contenttaires, aux consPls add contentquences certaines et nPls add contentgatives dans une deuxiPls add contentme phase de lPls add contentunification allemande ; bref, tout cela fait que, de 131 milliards de francs en 1991, le dPls add contentficit passa en 1992 Pls add content 222 milliards de francs. Il y aurait aussi beaucoup Pls add content dire sur ces fameux stabilisateurs Pls add contentconomiques. Nous sommes, me semble-t-il, dans un nouveau paradigme Pls add contentconomique oPls add content il est faux de croire que lPls add contentaugmentation de la dPls add contentpense budgPls add contenttaire peut dans tous les cas nourrir la croissance Pls add contentconomique, et lPls add contentexemple de plusieurs pays le montre bien.

 

Bref, tout cela pour aboutir Pls add content ce qui Pls add contenttait le centre de sa politique : une monnaie forte ou stable, peu importe, comme pilier dPls add contentun pays qui veut se tenir debout. Non pas par vanitPls add content, non pas par suivisme du grand frPls add contentre allemand, mais simplement parce que son patriotisme lui disait quPls add contentun pays qui laisse aller sa monnaie ne peut pas gPls add contentrer ses propres affaires et nPls add contenta pas son mot Pls add content dire dans le monde. Il avait compris aussi quPls add contentune monnaie stable, cela ne se dPls add contentcrPls add contentte pas, cela ne se dirige pas, surtout avec la mondialisation. CPls add contentest pourquoi il a entrepris la libPls add contentration progressive des prix, il fit preuve de flexibilitPls add content dans la rigueur pour la politique du crPls add contentdit, il accepta, dans les conditions rappelPls add contentes par Nigel Lawson, la libPls add contentration des changes, que jPls add contentavais proposPls add contente dPls add contents 1986 comme accPls add contentlPls add contentrateur de la rPls add contentalisation du marchPls add content commun ; cette libPls add contentration des changes qui permit lPls add contentaccPls add contents des capitaux Pls add contenttrangers Pls add content nos marchPls add contents financiers. Et enfin, il contribua, et pas pour peu, Pls add content la modernisation de la Bourse.

 

Mais, de tout cela, je retiendrai une seule chose, puisquPls add contenten France le dPls add contentbat nPls add contentest pas clos : la mondialisation, pour le dire vite, est encore plus contraignante. Elle ne tolPls add contentre plus les pays qui laissent aller leur monnaie ou leurs dPls add contentficits budgPls add contenttaires.

 

Enfin, toute lPls add contentaction de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait marquPls add contente par la primautPls add content du politique. Et il pouvait dPls add contentautant plus en parler quPls add contentil Pls add contenttait riche dPls add contentune longue expPls add contentrience, acquise au Parti Socialiste de 1969 Pls add content 1975, oPls add content il devint responsable des relations extPls add contentrieures du Parti, ce qui, dans ce contexte, Pls add contenttait trPls add contents important car il sPls add contentagissait notamment des relations entre le Parti Socialiste et le Parti Communiste, ainsi qu'entre le Parti Socialiste et les organisations syndicales.

 

En 1974, il joua un rPls add contentle essentiel dans la venue de ce quPls add contenton appelle la "deuxiPls add contentme gauche" au Parti Socialiste. En 1979, cPls add contentest lui qui conclut le congrPls add contents, dPls add contentcisif au regard des historiens, de Metz, dPls add contentcisif pour savoir qui porterait les couleurs des socialistes aux Pls add contentlections de 1981 ; il joua d'ailleurs un rPls add contentle central au cours de la campagne Pls add contentlectorale. En mars 1983, il complPls add contentta sa panoplie dPls add contenthomme politique en devenant le maire de Nevers, mais ceci aprPls add contents avoir connu bien des Pls add contentchecs et des essais infructueux, ce qui nPls add contenta fait que renforcer sa volontPls add content et sa tPls add contentnacitPls add content. Et enfin, en 1988, cPls add contentest lui qui dirige la campagne prPls add contentsidentielle de FranPls add contentois Mitterrand.

 

Si jPls add contentai voulu rappeler, sans trop insister, ce parcours, cPls add contentest pour montrer combien, en plus des qualitPls add contents qui lui ont Pls add contenttPls add content reconnues dans le domaine des compPls add contenttences Pls add contentconomiques et monPls add contenttaires, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy Pls add contenttait sans doute lPls add contentune des personnalitPls add contents politiques les plus compPls add contenttentes et les plus riches de notre pays. A cet Pls add contentgard il ne pouvait pas, comme dPls add contentautres, ne pas Pls add contenttre sensible Pls add content la montPls add contente du chPls add contentmage. Mais il me semble quPls add contentil refusait le dilemme : la monnaie ou lPls add contentemploi. CPls add contentest encore un problPls add contentme actuel, puisque vous remarquerez que les adversaires, en France, de lPls add contentUnion Pls add contentconomique et monPls add contenttaire, disent que ceux qui prPls add contentconisent cette Union ont choisi la monnaie contre lPls add contentemploi. Ce nPls add contentest donc pas une polPls add contentmique qui est terminPls add contente. Mais il se prPls add contentoccupait de lPls add contentemploi. Pour les raisons que jPls add contentai dPls add contentjPls add content indiquPls add contentes, il se mPls add contentfiait dPls add contentun catalogue complexe dPls add contentaides Pls add content lPls add contentemploi. Il aurait prPls add contentfPls add contentrPls add content des mesures simples, celles qui auraient consistPls add content par exemple Pls add content baisser les charges sociales, au besoin en augmentant la TVA. Mais, concentrPls add content sur son propre travail, assailli Pls add content comme lPls add contenta dit ce matin un ministre des Finances Pls add content par les demandes des Premiers Ministres et des ministres, il ne pouvait pas Pls add contenttre Pls add content la fois au four et au moulin. En tout cas, ces Pls add contentvPls add contentnements lui avaient montrPls add content quPls add contentune rupture Pls add contenttait nPls add contentcessaire avec le modPls add contentle de croissance des annPls add contentes 60. Mais cela serait un autre dPls add contentbat qui nous ramPls add contentnerait Pls add content celui que jPls add contentai tentPls add content dPls add contentamorcer avec le Livre Blanc sur "Croissance, CompPls add contenttitivitPls add content et Emploi", mais qui ne progresse guPls add contentre, y compris dans la discussion.

 

Il avait une vision politique de lPls add contentEurope, il croyait Pls add content la primautPls add content du politique dans cette construction europPls add contentenne conPls add contentue comme un projet. DPls add contentoPls add content son idPls add contente, toujours aussi actuelle, de gouvernement Pls add contentconomique. Il ne voulait pas reprendre dPls add contentune main ce quPls add contentil avait pris de lPls add contentautre, et je dis cela Pls add content lPls add contentintention des amis allemands, puisque je lui ai empruntPls add content son idPls add contente de gouvernement Pls add contentconomique. Mes amis allemands, et parmi eux des personnalitPls add contents Pls add content qui on ne peut pas reprocher dPls add contentavoir du parti-pris, craignent que le gouvernement Pls add contentconomique soit pour les FranPls add contentais un moyen de revenir sur lPls add contentindPls add contentpendance de la Banque centrale. Pas du tout. Et il y a une maniPls add contentre trPls add contents simple de lPls add contentexpliquer Pls add content nos amis allemands : concevraient-ils qu'en face de la Bundesbank, il n'y ait non pas un Chancelier, non pas un ministre de lPls add contentEconomie, non pas un ministre des Finances mais le seul SecrPls add contenttaire GPls add contentnPls add contentral de la Chancellerie? Or cPls add contentest Pls add content cela que lPls add contenton nous conduit si lPls add contenton ne remPls add contentdie pas Pls add content cet Pls add contenttat des choses.

 

Alors les optimistes Pls add content et jPls add contentai constatPls add content que Jean-Claude Trichet figurait parmi ceux-ci Pls add contentindiquent que les dispositions du TraitPls add content, dispositions pour lesquelles lui et moi nous nous sommes battus, permettraient normalement Pls add content des ministres des Finances pensant Pls add content lPls add contentEurope, de rPls add contentflPls add contentchir sur les grandes orientations Pls add contentconomiques qui accompagneraient la politique monPls add contenttaire. Mais je ne suis pas sPls add contentr que ces dispositions soient suffisantes. En rPls add contentalitPls add content, il manque en pratique Pls add content je ne dis pas dans les dispositions du TraitPls add content Pls add content la possibilitPls add content de mettre en oeuvre une double dialectique : la dialectique entre lPls add contentPls add contentconomique et le monPls add contenttaire dPls add contentun cPls add contenttPls add content et, de lPls add contentautre cPls add contenttPls add content, la dialectique entre le politique et lPls add contentPls add contentconomico-monPls add contenttaire. Ce sont ces deux Pls add contentlPls add contentments qui, Pls add content mon sens Pls add content et en m'y rPls add contentfPls add contentrant trPls add contents briPls add contentvement, parce que je sais que Nigel Lawson voulait aller plus loin quand il posait ces questions politiques Pls add content restent en suspens pour lPls add contentUnion Pls add contentconomique et monPls add contenttaire. Personnellement, pas plus que M. Santer mon successeur, nous ne nous satisfaisons du Pacte de StabilitPls add content. Car la politique Pls add contentconomique ne peut pas Pls add contenttre ramenPls add contente Pls add content une bonne gestion monPls add contenttaire et Pls add content une bonne gestion budgPls add contenttaire. La politique Pls add contentconomique comprend beaucoup dPls add contentautres Pls add contentlPls add contentments : la politique du marchPls add content du travail, la politique des revenus et des prix, lPls add contentPls add contentducation, la formation professionnelle, lPls add contentamPls add contentnagement du territoire, la recherche, et bien dPls add contentautres Pls add contentlPls add contentments.

 

A vouloir se focaliser uniquement sur le budget et la monnaie, ce qui explique dPls add contentailleurs lPls add contentoubli du Livre Blanc auquel jPls add contentai fait rPls add contentfPls add contentrence, on risque de conduire lPls add contentUnion Pls add contentconomique et monPls add contenttaire devant une simple union monPls add contenttaire, qui rPls add contentsonnera des Pls add contentchos du dernier symposium de Davos, lequel je vous le rappelle sPls add contentest surpris du peu de conscience Pls add contentconomique de ceux qui demandent Pls add content Pls add contenttre payPls add contents au SMIC et qui risquent, en faisant cela, de mettre en branle toute lPls add contentPls add contentconomie. Veut-on cela ou une rPls add contentflexion pleine de bon sens, que Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy vous dirait mieux que moi, pour faire en sorte que lPls add contentUnion Pls add contentconomique et monPls add contenttaire soit un projet au service Pls add content la fois de lPls add contentunification de lPls add contentEurope et dPls add contentun dPls add contentveloppement durable crPls add contentateur dPls add contentemplois. Ce nPls add contentest d'ailleurs quPls add contentPls add content cette condition lPls add contentEurope pourra sPls add contentaffirmer sur le plan international.

 

Je crois ne pas avoir tirPls add content trop Pls add content lPls add contentexcPls add contents la position de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy en rappelant cette bataille quPls add contentil a menPls add contente lors de la ConfPls add contentrence intergouvernementale, pour ce "gouvernement Pls add contentconomique" ; et vous voyez que cela va loin et que le dPls add contentbat demeure encore ouvert. De la rPls add contentponse qui sera apportPls add contente Pls add content ces questions dPls add contentpendra, Pls add content mon avis, une large adhPls add contentsion des opinions publiques Pls add content la construction europPls add contentenne, et la viabilitPls add content de lPls add contentUnion Pls add contentconomique et monPls add contenttaire.

 

Enfin, dernier Pls add contentlPls add contentment du politique, Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy avait la conscience dPls add contentune continuitPls add content, au-delPls add content des alternances politiques. Et il lPls add contenta bien montrPls add content par la maniPls add contentre dont il a exercPls add content son rPls add contentle dPls add contentopposant pendant les annPls add contentes 1986 et 1987. Il savait que ce serait une dure et longue bataille que celle qui consistait Pls add content dPls add contentbarrasser un pays de ses tentations inflationnistes. Et la continuitPls add content a donc Pls add contenttPls add content lPls add content, mais aussi parce que, dans lPls add contentopposition, on a bien voulu distinguer ce qui Pls add contenttait un patrimoine commun et ce qui pouvait constituer des divergences, soit de philosophie politique, soit de moyens Pls add content entreprendre.

 

Et je conclurai par cela car, Mesdames et Messieurs, que ces incorrigibles Gaulois que sont les FranPls add contentais aient rPls add contentussi cette continuitPls add content doit en surprendre plus dPls add contentun. Et ceci veut dire que la France commencerait Pls add content comprendre que si elle doit Pls add contenttre riche de ses diversitPls add contents, elle peut lPls add contentPls add contenttre aussi de forts consensus sur des points dPls add contentintPls add contentrPls add contentt vital pour le pays. Et cPls add contentest sans doute aussi lPls add contentun des messages que lPls add contenton peut retirer de lPls add contentaction et de la pensPls add contente de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy.

 

Je vous remercie.

 

 

Olivier Rousselle

Je remercie Jacques Delors pour cette contribution trPls add contents importante et cet Pls add contentclairage sur lPls add contentaction de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy. Je voudrais remercier M. MattPls add contentoli, PrPls add contentsident du Conseil Economique et Social, pour son accueil dans ce Palais dPls add contentIPls add contentna, ainsi que tout le personnel du Conseil Economique et Social et de Regard International ; M. Didier Boulaud qui est dPls add contentputPls add content-maire de Nevers et qui nous a apportPls add content le soutien de sa ville, ainsi que tous les contributeurs Pls add content la rPls add contentussite de ce colloque ; lPls add contentensemble des orateurs : Michel Rocard, Alain Vernholes, Erik Izraelewicz, M. Takeshita, M. Utsumi et M. Hashimoto pour son message, M. Tietmeyer, M. Lawson, M. Sid Ahmed Ghozali, M. Berrada ; je veux remercier Pls add contentgalement les journalistes qui se sont exprimPls add contents, Mme Crouigneau, les ministres et anciens ministres : M. AlphandPls add contentry, M. Sapin ; les gouverneurs : M. Tietmeyer et M. Jean-Claude Trichet ; Jacques Delors, bien sPls add contentr. Je crois Pls add contentgalement que lPls add contentexpPls add contentrience dPls add contentaujourdPls add contenthui exprime une volontPls add content de rompre un silence, un silence assourdissant autour de Pierre BPls add contentrPls add contentgovoy depuis sa disparition tragique. Cette tentative de briser la glace autour dPls add contentun acte qui est toujours difficile Pls add content commenter ou Pls add content expliquer, correspond Pls add content ce que Pierre Mauroy nous incitait Pls add content faire, c'est-Pls add content-dire rendre hommage Pls add content un ami disparu, dont la chaleur et lPls add contentattention nous manquent. Puisque cette chaleur et cette attention nous manquent, avec vous, grPls add contentce Pls add content vous, nous recommencerons. Merci.

 


Hit Counter

按揭計算機| 買樓| 上車盤| 搵樓| 屋苑| 樓盤| 地產| 租樓| 租盤| 二手樓| 新盤| 一手樓| 豪宅| 校網| 放盤| 樓價| 成交| 居屋| 貝沙灣| 美孚新邨| 嘉湖山莊| 太古城| 日出康城| 九龍站 | 沙田第一城| 西半山 樓盤| 樓市走勢| 青衣| 西貢 樓盤| 荃灣 樓盤| Grand Austin出售的樓盤| 西半山| 西貢| 荃灣| 貝沙灣租盤| 貝沙灣樓盤| 美孚新邨租盤 | 美孚新邨樓盤| 嘉湖山莊租盤 | 嘉湖山莊樓盤 | 太古城租盤 | 太古城樓盤 | 九龍站租盤| 九龍站樓盤| 日出康城租盤 | 日出康城樓盤 | 沙田第一城租盤| 沙田第一城樓盤 | 西半山租盤| 西貢租樓| 西貢租盤 | 青衣租樓| 青衣租盤 | 荃灣租樓| 荃灣租盤 |

推荐一个卖雪茄的网站| 雪茄网购| 雪茄哪里买| 雪茄| 哈瓦那雪茄| 雪茄网| 雪茄专卖| 雪茄价格| 雪茄烟网购| 雪茄专卖网| 雪茄专卖店| 网上哪里可以买雪茄| 买雪茄去哪个网站| 雪茄怎么抽| 雪茄烟| 雪茄吧| 陈年雪茄| 限量版雪茄| 大卫杜夫雪茄| 保利华雪茄| 古巴雪茄品牌| 古巴雪茄价格| 古巴雪茄| 古巴雪茄多少钱一只| 古巴雪茄专卖网| 烟斗烟丝| 烟丝| 小雪茄| 金特罗雪茄| 帕特加斯d4 | 蒙特雪茄| 罗密欧朱丽叶雪茄|

噴畫| banner| banner 價錢| Backdrop| Backdrop 價錢| 易拉架| 易拉架 價錢| 橫額| 印刷| 橫額印刷| 印刷 報價| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 宣傳單張印刷| 展覽攤位| 書刊 印刷| Bannershop| Ebanner| Eprint| 印刷公司| 海報| 攤位| pvc板| 易拉架設計| 海報印刷| 展板| 禮封| 易拉架尺寸| foamboard| hk print| hong kong printing| Printing| 喜帖| 過膠| 信封| backdrop| print100| 咭片皇| 印館|

邮件营销| Email Marketing 電郵推廣| edm营销| 邮件群发软件| 邮件群发| edm| 营销软件| 推广软件| email marketing| direct marketing| email marketing software| email marketing service| email marketing tools| email mkt| remarketing| edm| edm marketing| email subscription| website subscription| email survey| email whitelist| sign up form| email subject line| subject line| email subject| best email subject lines| free email marketing| Mailchimp|

wms| vending machine| barcode scanner| QR code scanner| SME IT| it solution| rfid tag| rfid| rfid reader| it outsourcing| POS label| IRLS| IT Support| system integration| software development| inventory management system| label printing| digital labelling| barcode label| Self Service Kiosk| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| Denso| barcode| handheld| inventory management| warehouse management| stock taking| POS| Point of sale| Business service| Web Development| vending| app development| mobile app development| handheld device| terminal handheld| inventory management software| pos system| pos software| pos hardware| pos terminal| printer hong kong| receipt printer| thermal printer| thermal label printer| qr code scanner app| qr scanner app| online qr code scanner| qr code scanner online mobile| qr code scanner download| mdm| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management|

Tomtop| Online Einkaufen| online shop| Autozubehör| Bekleidung| Kopfhörer| badausstattung| Badmöbel| smartwatch günstig| Luftbefeuchter| lichtbox| Kosmetiktaschen| Make-Up Pinsel| Smartphones günstig| tablet günstig| Wanderstock| fahrrad maske| spielekonsole| spielkonsole| Geldbeutel| Gaming Kopfhörer|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric trike| electric mountain bike| electric bicycle| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| women's electric bike |

office| 地產代理| 辦公室| Property Agent| Hong Kong Office Rental| hong kong office| 物業投資| office building| Commercial Building| Grade A Office| 寫字樓| 商業大廈| 甲級寫字樓| 頂手| 租寫字樓| leasing| Rent Office| 地產新聞| office for sale|

太古廣場| 海富中心| 中港城| 統一中心| 瑞安中心| 力寶中心| 信德中心| 新港中心| 中環中心| 合和中心| 康宏廣場| 星光行| 鷹君中心| 遠東金融中心| 港晶中心| 無限極廣場| 光大中心| 中遠大廈| 海港中心| 新世界大廈| 永安中心| 南洋中心| 永安集團大廈| 華潤大廈| 永安廣場| 朗豪坊| 時代廣場| 新世紀廣場| 太古城中心| 希慎廣場| 交易廣場| 創紀之城| 港威大廈| 企業廣場| 新文華中心| 置地廣場| 怡和大廈| 世貿中心| 太子大廈| 中信大廈| 禮頓中心| 中銀大廈| 銅鑼灣廣場| 環球大廈| 海濱廣場| 新鴻基中心| 萬宜大廈| Tower 535| 高銀金融國際中心| 海濱匯| 皇后大道中9號| 國際金融中心| 半島中心| 利園三期| 天文臺道8號| 信和廣場| 娛樂行| 南豐大廈| 帝國中心| 中環廣場| 美國銀行中心| 尖沙咀中心| 新東海商業中心| Chater House| Nexxus Building| One Island East| 中匯大廈| Fairmont House| 華懋廣場| 中建大廈| 北京道1號| 胡忠大廈| Central Plaza| The Centrium| LHT Tower| China Building| AIA Central| Crawford House| Exchange Tower| AIA Tower| World Wide House| One Kowloon| The Gateway | One Island South| Jardine House| Millennium City | Exchange Square| Times Square | Pacific Place| Admiralty Centre| United Centre| Lippo Centre| Shun Tak Centre| Silvercord| The Center| Mira Place| Ocean Centre| Cosco Tower| Harcourt House| Cheung Kong Center|

school| international school of hong kong| international school| school in Hong Kong| primary school| elementary school| private school| UK school| british school| extracurricular activity| Hong Kong education| primary education| top schools in Hong Kong| ESF| english schools foundation| Anfield school| american international school| Shrewsbury International School| Kellett School| singapore international school| Malvern College Hong Kong| Canadian international school| Victoria Kindergarten| Preparatory|