Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

 

Accueil ] Remonter ] Contactez-nous ] Sommaire ] Recherche ]

Livre blanc sur le financement de l'Pls add contentconomie - 5Pls add contentme partie
Colloques  Oeuvre lPls add contentgislative TPls add contentmoignages Discours Discours_PB Biographie ThPls add contentses

 

  

CHAPITRE III

 

 

LE FINANCEMENT DU COMMERCE ExtPls add contentrieur

 

Le financement du commerce extPls add contentrieur est probablement de tous ceux dans lesquels l'Pls add contenttat intervient, celui dont les procPls add contentdures, Pls add content l'Pls add contenttPls add content de 1984, apparaissaient les plus complexes, les plus foisonnantes et les plus inadaptPls add contentes.

Le coPls add contentt budgPls add contenttaire des procPls add contentdures d'aide prPls add contentsentait par ailleurs la caractPls add contentristique d'Pls add contenttre Pls add content la fois considPls add contentrable et non maPls add contenttrisPls add content ; cette situation Pls add contenttait la consPls add contentquence de l'insuffisance du suivi budgPls add contenttaire qui avait conduit Pls add content des dPls add contentrapages particuliPls add contentrement lourds et qui, constatPls add contents des annPls add contentes aprPls add contents la dPls add contentcision d'engagement des dPls add contentpenses, ne pouvaient plus Pls add contenttre corrigPls add contents.

De ce fait, l'effort de l'Pls add contenttat malgrPls add content son importance ne pouvait Pls add contenttre mis au service d'une stratPls add contentgie claire de soutien Pls add content l'exportation, les objectifs ne pouvant Pls add contenttre suffisamment hiPls add contentrarchisPls add contents.

A partir d'un constat sans indulgence des procPls add contentdures de financement du commerce extPls add contentrieur, les rPls add contentformes intervenues au cours des 18 derniers mois se sont articulPls add contentes autour de deux principes :

  • amPls add contentliorer la gestion et dPls add contentvelopper les procPls add contentdures budgPls add contenttaires ;

  • promouvoir le rPls add contentle des mPls add contentcanismes de marchPls add content.

 

  LE CONSTAT

Le financement du commerce extPls add contentrieur prPls add contentsentait traditionnellement en France les caractPls add contentristiques suivantes :

  • les procPls add contentdures Pls add contenttaient complexes et figPls add contentes ;

  • le soutien de l'Pls add contenttat Pls add contenttait coPls add contentteux ;

  • le dispositif d'aide n'Pls add contenttait gPls add contentrPls add content ni en prPls add contentvision, ni en exPls add contentcution ;

  • enfin, les hiPls add contentrarchies ne transparaissaient pas clairement.

 

Des procPls add contentdures complexes et figPls add contentes

La variPls add contenttPls add content des procPls add contentdures est, dans une certaine mesure, la traduction de la multiplicitPls add content des objectifs suivis par tout dispositif de soutien au commerce extPls add contentrieur ; il s'agit en effet, Pls add content la fois :

  • de garantir l'exportateur contre les risques de dPls add contentfaillance des dPls add contentbiteurs : avant la livraison des matPls add contentriels ou des Pls add contentquipements ou l'achPls add contentvement d'un chantier, le marchPls add content peut Pls add contenttre interrompu ; aprPls add contents, le remboursement du crPls add contentdit peut souffrir de dPls add contentlais ou ne pas intervenir;

  • d'aider l'exportateur Pls add content gagner un contrat, en lui permettant d'avoir accPls add contents Pls add content des financements aux conditions avantageuses qu'il peut proposer Pls add content ses clients ;

  • de prPls add contentmunir l'exportateur contre dIffPls add contentrents risques qui peuvent advenir durant la vie d'un contrat : risques de change pour les exportations libellPls add contentes dans des devises Pls add contenttrangPls add contentres, risque de dPls add contentrapage des prix pendant la pPls add contentriode de fabrication d'Pls add contentquipements dont le prix de vente Pls add content l'exportation a Pls add contenttPls add content fixPls add content Pls add content l'avance.

Toutefois, si la multiplicitPls add content des objectifs poursuivis est une caractPls add contentristique commune Pls add content l'ensemble des dispositifs nationaux de soutien au commerce extPls add contentrieur dans les grands pays industrialisPls add contents, le systPls add contentme franPls add contentais se singularisait par les traits suivants : une couverture des risques particuliPls add contentrement Pls add contenttendue, des procPls add contentdures foisonnantes, des financements enchevPls add contenttrPls add contents faisant intervenir Pls add content la fois les banques, la Banque franPls add contentaise du commerce extPls add contentrieur, la COFACE et la Banque de France.

Complexes, les procPls add contentdures de financement du commerce extPls add contentrieur apparaissaient Pls add contentgalement figPls add contentes :

  • les crPls add contentdits Pls add content l'exportation, dont le dPls add contentveloppement s'Pls add contenttait rPls add contentalisPls add content en pPls add contentriode de taux d'intPls add contentrPls add contentt Pls add contentlevPls add contents, demeuraient consentis exclusivement Pls add content taux fixe, alors que le mouvement gPls add contentnPls add contentral de dPls add contentsinflation ePls add contentt justifiPls add content que leur soient substituPls add contents des concours Pls add content taux variables ;

  • de mPls add contentme, le refinancement de ces crPls add contentdits Pls add contenttait restPls add content sous la responsabilitPls add content exclusive d'organismes publics, dispensateurs de subventions et pourvoyeurs de ressources longues, alors que le marchPls add content est aujourd'hui en mesure de rPls add contentpondre pour une large part Pls add content ces deux exigences de compPls add contenttitivitPls add content ;

  • par ailleurs, les garanties spPls add contentcifiques, mises en place dans le passPls add content en raison de l'absence de mPls add contentcanisme de marchPls add content susceptibles d'offrir des services Pls add contentquivalents (garantie de change) ou en raison de la persistance d'un diffPls add contentrentiel d'inflation Pls add contentlevPls add content avec nos principaux concurrents (garantie du risque Pls add contentconomique) ne correspondaient plus guPls add contentre aux besoins ;

  • enfin, la gestion des garanties dPls add contentlivrPls add contentes par la compagnie franPls add contentaise d'assurance pour le commerce extPls add contentrieur (COFACE) se trouvait confrontPls add contente Pls add content la multiplication des sinistres politiques de grande ampleur, nPls add contents pour l'essentiel de la crise de l'endettement des pays du Tiers Monde qui sont nos principaux dPls add contentbiteurs.

En d'autres termes, les procPls add contentdures de financement du commerce extPls add contentrieur enregistraient un dPls add contentcalage de plus en plus important par rapport aux caractPls add contentristiques de l'environnement Pls add contentconomique et financier des annPls add contentes 80.

 

Un soutien de l'Pls add contenttat coPls add contentteux

Les divers mPls add contentcanismes de soutien du commerce extPls add contentrieur se traduisaient par des coPls add contentts immPls add contentdiats ou potentiels trPls add contents considPls add contentrables pour les finances publiques :

  • le montant des bonifications d'intPls add contentrPls add contentt versPls add contentes aux banques qui financent des exportations de biens dPls add contentPls add contentquipement et qui sont Pls add contentgales Pls add content la diffPls add contentrence entre les taux de marchPls add content en France et les taux du consensus de lPls add contentOCDE (accord international fixant les taux minima des crPls add contentdits Pls add content l'exportation), reste trPls add contents Pls add contentlevPls add content en dPls add contentpit de la baisse des taux dPls add contentintPls add contentrPls add contentt : ceci est la traduction du poids des crPls add contentdits anciens qui furent octroyPls add contents Pls add content une Pls add contentpoque oPls add content les taux internes Pls add contenttaient trPls add contents supPls add contentrieurs aux taux du consensus. Le montant des bonifications est par ailleurs toujours Pls add content la merci dPls add contentune nouvelle flambPls add contente des taux d'intPls add contentrPls add contentt dans le monde qui ne serait pas immPls add contentdiatement compensPls add contente par un relPls add contentvement des taux du consensus ;

  • le dPls add contentveloppement accPls add contentlPls add contentrPls add content des garanties de change dPls add contentlivrPls add contentes par la COFACE, liPls add content Pls add content un usage croissant du dollar dans les exportations de biens dPls add contentPls add contentquipement, faisait Pls add contentgalement peser sur les finances publiques de lourdes menaces pour l'avenir : en effet, si la hausse du dollar a permis d'enregistrer, au cours des annPls add contentes rPls add contentcentes, des gains de change considPls add contentrables, lPls add contentapprPls add contentciation du franc, vis-Pls add content-vis de la devise amPls add contentricaine, risquait de se traduire, Pls add content terme rapprochPls add content, par des pertes non moins importantes que le budget de IPls add contentPls add contenttat devra compenser dans les comptes de la COFACE ;

  • enfin, la gPls add contentnPls add contentralisation des sinistres indemnisPls add contents par la COFACE, suite aux dPls add contentfauts de paiement de dPls add contentbiteurs devenus insolvables et dont les dettes doivent Pls add contenttre rPls add contentPls add contentchelonnPls add contentes (ou Pls add contentconsolidPls add contentesPls add content) menace en permanence l'Pls add contentquilibre financier de l'assurance crPls add contentdit.

 

Un dispositif non gPls add contentrPls add content

Le secteur de l'exportation Pls add contenttait caractPls add contentrisPls add content par une insuffisance de la prPls add contentoccupation budgPls add contenttaire, en dPls add contentpit du coPls add contentt du dispositif d'aide pour les finances publiques. Dans de nombreux cas, les mPls add contentcanismes d'information n'existaient pas ; souvent, il n'Pls add contenttait pas possible de connaPls add contenttre le coPls add contentt pour le budget de l'Pls add contenttat ou pour la balance des paiements, de telle ou telle dPls add contentcision portant sur un grand contrat.

Cette situation n'Pls add contenttait pas acceptable, car la prise de dPls add contentcision ne pouvait Pls add contenttre fondPls add contente sur une analyse exhaustive des diffPls add contentrents paramPls add contenttres Pls add content prendre en compte.

 

Des hiPls add contentrarchies insuffisamment prPls add contentcisPls add contentes  

Le dispositif de financement du commerce extPls add contentrieur privilPls add contentgiait, dans la pratique, les grandes opPls add contentrations par rapport aux exportations petites et moyennes et les contrats de biens d'Pls add contentquipement par rapport au commerce courant.

Par ailleurs, notre commerce extPls add contentrieur restait largement orientPls add content, vers des marchPls add contents peu porteurs ou Pls add content la solvabilitPls add content douteuse.

Ces orientations ne correspondaient certes pas Pls add content des choix stratPls add contentgiques clairement affichPls add contents. En fait, l'absence de hiPls add contentrarchisation des prioritPls add contents caractPls add contentrisait notre dispositif de soutien, qui suivait, dans les faits, Pls add contentla ligne de plus grande pentePls add content.

Complexe, vieilli, coPls add contentteux et de plus en plus inefficace, le dispositif de soutien aux exportations devait Pls add contenttre simplifiPls add content, modernisPls add content, mieux encadrPls add content sur le plan budgPls add contenttaire et dynamisPls add content.

Rendues possibles par la dPls add contentcrue des taux d'intPls add contentrPls add contentt, par la dPls add contentcPls add contentlPls add contentration de l'inflation et par l'Pls add contentmergence de nouveaux instruments de marchPls add content comme par la bonne tenue du franc sur les marchPls add contents des changes, les rPls add contentformes du financement du Commerce ExtPls add contentrieur, ont Pls add contenttPls add content conduites avec le souci constant de rendre plus compPls add contenttitives les procPls add contentdures concernPls add contentes, sans dPls add contentperdition de services pour les exportateurs et Pls add content un coPls add contentt du service rendu trPls add contents proche de ce qu'il Pls add contenttait auparavant.

Ces rPls add contentformes ont Pls add contenttPls add content prPls add contentcPls add contentdPls add contentes de rapports d'experts : rapport de M. Esteva sur le coPls add contentt des aides aux grands contrats, rapport de M. Heilbronner sur la garantie du risque Pls add contentconomique, rapport de M. Huet sur le dispositif de soutien au commerce courant. Les conclusions de ces rapports ont largement inspirPls add content les rPls add contentformes dPls add contentcidPls add contentes.

 

AMPls add contentLIORER LA GESTION ET DPls add contentVELOPPER LES PROCPls add contentDURES BUDGPls add contentTAIRES

Les procPls add contentdures de soutien au commerce extPls add contentrieur Pls add contenttaient Pls add content la mi-1984 tellement nombreuses, foisonnantes et peu maPls add contenttrisPls add contentes, que la prioritPls add content absolue Pls add contenttait d'en reprendre un contrPls add contentle clair. A cet Pls add contentgard, la mise en place de procPls add contentdures budgPls add contenttaires aussi Pls add contentlPls add contentmentaires que l'Pls add contentlaboration de tableaux de bord, ou d'indicateurs permettant de connaPls add contenttre le coPls add contentt des dPls add contentcisions prises, peut Pls add contenttre considPls add contentrPls add contente comme une sorte de Pls add contentdegrPls add content zPls add contentroPls add content de la gestion : avant de s'engager dans des rPls add contentformes ambitieuses ou fines (cf. le dPls add contentveloppement des mPls add contentcanismes de marchPls add content), il Pls add contenttait indispensable que ces procPls add contentdures fassent l'objet d'un contrPls add contentle budgPls add contenttaire.

DiffPls add contentrentes mesures ont donc Pls add contenttPls add content prises en ce sens, certaines symboliques et d'autres plus substantielles, mais toutes destinPls add contentes Pls add content clarifier la gestion.

 

La surveillance des engagements budgPls add contenttaires

Dans le domaine de l'exportation, la dPls add contentcision stratPls add contentgique qui engage les finances publiques est la promesse de garantie dPls add contentlivrPls add contente par la commission des garanties et du crPls add contentdit au commerce extPls add contentrieur, instance crPls add contentPls add contente par la Loi du 5 juillet 1949. La promesse de garantie est pour l'exportateur l'assurance que son opPls add contentration, si elle est conclue, sera assurPls add contente par la COFACE et qu'elle sera financPls add contente grPls add contentce Pls add content un crPls add contentdit dans des conditions fixPls add contentes Pls add content l'avance.

Certes, les nPls add contentgociations commerciales n'aboutissent pas toujours entre l'exportateur et son client et les promesses de garantie ne se concrPls add contenttisent donc pas nPls add contentcessairement en dPls add contentlivrance de polices dPls add contentassurance et en mise en place de financements. La promesse, cependant, engage irrPls add contentvocablement l'Pls add contenttat qui ne peut s'y soustraire durant toute sa pPls add contentriode de validitPls add content. C'est dire l'importance des dPls add contentcisions prises par la commission des garanties pour la conduite des finances publiques.

Or, curieusement, la prPls add contentoccupation budgPls add contenttaire n'Pls add contenttait pas prise en compte explicitement dans ses dPls add contentlibPls add contentrations, comme devait le remarquer dans son rapport M. Esteva.

Deux mesures ont Pls add contenttPls add content prises, en dPls add contentcembre 1985, pour remPls add contentdier Pls add content cet Pls add contenttat de fait :

  • la plus symbolique a incontestablement Pls add contenttPls add content l'introduction de la direction du Budget Pls add content la commission des garanties : c'Pls add contenttait le tPls add contentmoignage que la composante budgPls add contenttaire ne pouvait Pls add contenttre absente de la dPls add contentcision en matiPls add contentre de couverture de risques ou de dPls add contentfinition de conditions de financements ;

  • par ailleurs, un tableau de bord des engagements pris dans le domaine du commerce extPls add contentrieur a Pls add contenttPls add content instituPls add content, de maniPls add contentre Pls add content suivre en temps rPls add contentel l'Pls add contentvolution du coPls add contentt pour les finances publiques des dPls add contentcisions prises.

 

La gestion des accords de consolidation des dettes publiques et garanties

Depuis quelques annPls add contentes, de nombreux Pls add contenttats ont connu des difficultPls add contents financiPls add contentres, momentanPls add contentes ou durables, pour rembourser les crPls add contentdits quPls add contentils nous devaient. La question fondamentale qui se pose pour chaque cas a donc Pls add contenttPls add content de savoir si ces retards de paiement Pls add contenttaient :

  • provisoires, auquel cas il convenait de procPls add contentder Pls add content un Pls add contenttalement du remboursement dont on peut penser qu'il sera, malgrPls add content tout, effectif Pls add content une date ultPls add contentrieure ;

  • ou dPls add contentfinitifs, auquel cas il convenait de comptabiliser la perte immPls add contentdiatement.

La tentation est naturellement grande, pour des raisons budgPls add contenttaires, de ne pas enregistrer comme dPls add contentfinitives certaines pertes ; il convient nPls add contentanmoins, pour des raisons de vPls add contentritPls add content des comptes, de ne pas cPls add contentder Pls add content cette tentation. C'est le sens des rPls add contentformes mises en oeuvre qui ont toutes eu un objet de clartPls add content et d'authenticitPls add content des comptes.

 

Les techniques de consolidation de dettes

 

Les accords de consolidation de dettes sont des accords intergouvernementaux par lesquels un Pls add contenttat crPls add contentancier consent Pls add content un pays dPls add contentbiteur momentanPls add contentment insolvable des dPls add contentlais pour rembourser les prPls add contentts du TrPls add contentsor ou les crPls add contentdits garantis qui lui ont Pls add contenttPls add content accordPls add contents.

Les conditions gPls add contentnPls add contentrales de ces accords (champ d'application, quotitPls add content de la consolidation, dPls add contentlais de remboursement) sont nPls add contentgociPls add contentes avec le pays dPls add contentbiteur par l'ensemble des pays crPls add contentanciers, rPls add contentunis dans une enceinte informelle appelPls add contente Pls add contentClub de ParisPls add content et prPls add contentsidPls add contente par la direction du TrPls add contentsor. Chaque pays crPls add contentancier signe ensuite un accord bilatPls add contentral avec le dPls add contentbiteur.

La technique du refinancement appliquPls add contente en France est un mPls add contentcanisme par lequel la Banque de France accorde un prPls add contentt Pls add content l'Pls add contenttat dPls add contentbiteur dPls add contentfaillant afin de lui permettre de procPls add contentder au rPls add contentglement de ses dettes impayPls add contentes. Ce prPls add contentt, accordPls add content par la Banque de France pour des raisons de signature, est en rPls add contentalitPls add content refinancPls add content par la BFCE.

 

ApprPls add contentciations et rPls add contentformes :

Ce dispositif prPls add contentsentait Pls add content l'expPls add contentrience deux types d'inconvPls add contentnients :

  • le principal tenait Pls add content l'absence de clartPls add content budgPls add contenttaire, qui rPls add contentsultait de l'articulation des rPls add contentles respectifs de la Banque de France, de la BFCE, de la COFACE et de l'Etat. Le mPls add contentcanisme de refinancement efface en effet toute trace de sinistre dans les comptes de la COFACE ; l'Pls add contenttat, qui solde les comptes de la COFACE, n'a donc pas Pls add content supporter la charge des crPls add contentances impayPls add contentes. En revanche, la BFCE, qui s'est procurPls add contente les ressources correspondant au prPls add contentt de refinancement avec la garantie de l'Pls add contenttat, inscrit Pls add content son bilan l'ensemble des Pls add contentchPls add contentances consolidPls add contentes. Tant que la probabilitPls add content de rPls add contentcupPls add contentration des Pls add contentchPls add contentances consolidPls add contentes est forte, ce dispositif de portage par la BFCE est lPls add contentgitime. Si, en revanche, comme l'expPls add contentrience le dPls add contentmontre, la proportion des crPls add contentances trPls add contents probable- ment irrPls add contentcouvrables a tendance Pls add content croPls add contenttre (de plus en plus de pays demandent la consolidation d'Pls add contentchPls add contentances dPls add contentjPls add content consolidPls add contentes), alors les limites d'un mPls add contentcanisme qui dPls add contentcharge la COFACE et l'Pls add contenttat de pertes pratiquement certaines apparaissent clairement;

  • le deuxiPls add contentme inconvPls add contentnient relevait du partage du risque entre l'Pls add contenttat et l'assurPls add content : dans le systPls add contentme en vigueur depuis 1981, dPls add contents lors que les crPls add contentances sont refinancPls add contentes par la BFCE, l'assurPls add content ne supporte plus le poids de la quotitPls add content non garantie par la COFACE, c'est-Pls add content-dire du pourcentage des Pls add contentchPls add contentances traditionnellement laissPls add content Pls add content sa charge. Il en rPls add contentsultait une dPls add contentresponsabilisation de l'exportateur, qui n'Pls add contenttait incitPls add content ni Pls add content prPls add contentvenir ni Pls add content guPls add contentrir les sinistres.

Deux mesures ont Pls add contenttPls add content prises pour corriger ces anomalies :

  • d'une part, il a Pls add contenttPls add content dPls add contentcidPls add content d'exclure du bPls add contentnPls add contentfice du refinancement par la BFCE les crPls add contentances considPls add contentrPls add contentes comme les plus menacPls add contentes et dont la probabilitPls add content de rPls add contentcupPls add contentration est trPls add contents faible. Celles-ci seront dPls add contentsormais rPls add contentPls add contentchelonnPls add contentes par la COFACE et donc supportPls add contentes intPls add contentgralement par le budget de l'Pls add contenttat. Des critPls add contentres objectifs ont Pls add contenttPls add content dPls add contentfinis pour tracer la frontiPls add contentre la plus vraisemblable entre crPls add contentances rPls add contentcupPls add contentrables et crPls add contentances dPls add contentfinitivement sinistrPls add contentes ;

  • d'autre part, la quotitPls add content non garantie a Pls add contentgalement Pls add contenttPls add content exclue de l'assiette du refinancement. Les assurPls add contents conserveront ainsi Pls add content leur charge la quotitPls add content non garantie et seront, par consPls add contentquent, davantage intPls add contentressPls add contents aux risques.

Au total, les mesures prises ont donc visPls add content la vPls add contentritPls add content des comptes budgPls add contenttaires par l'imputation immPls add contentdiate de charges considPls add contentrPls add contentes comme inPls add contentvitables Pls add content terme.

 

La garantie du risque Pls add contentconomique

Initialement crPls add contentPls add contente pour garantir les exportateurs contre des Pls add contentvolutions de prix imprPls add contentvues, la procPls add contentdure dite de garantie du risque Pls add contentconomique Pls add contenttait devenue, au grPls add content de l'Pls add contentvolution de l'inflation :

  • soit une procPls add contentdure massivement subventionnelle ;

  • soit sans aucun effet, mPls add contentme de simple assurance.

Autrement dit, cette procPls add contentdure avait subi le sort d'un grand nombre d'autres procPls add contentdures en faveur de l'exportation : elle n'Pls add contenttait plus maPls add contenttrisPls add contente du fait de l'Pls add contentvolution souvent erratique des divers paramPls add contenttres.

Les rPls add contentformes entreprises ont visPls add content :

  • Pls add content dPls add contentfinir une doctrine d'utilisation ;

  • Pls add content assurer une rPls add contentvision pPls add contentriodique des diffPls add contentrents paramPls add contenttres pour garantir que cette doctrine d'utilisation se traduise bien dans les faits ;

  • Pls add content dPls add contentfinir les Pls add contentlPls add contentments d'un contrPls add contentle budgPls add contenttaire.

 

La nature de la procPls add contentdure :

La garantie du risque Pls add contentconomique est une procPls add contentdure publique visant Pls add content couvrir les exportateurs, dans le cas de grands contrats Pls add content l'exportation, contre le risque de hausse imprPls add contentvue et anormale de leurs coPls add contentts de production pendant la pPls add contentriode d'exPls add contentcution du contrat. Le but est de leur permettre de proposer Pls add content leurs clients Pls add contenttrangers des prix fermes et de se placer ainsi Pls add content Pls add contentgalitPls add content avec leurs concurrents dans la compPls add contenttition internationale.

La garantie ne couvre pas, bien entendu, toute la hausse des prix : elle n'indemnise de la hausse des prix qu'au-delPls add content d'un niveau de franchise qui est censPls add content correspondre Pls add content l'inflation normale que l'exportateur doit pouvoir prPls add contentvoir et inclure dans ses prix, sous forme de provisions ou de clauses de rPls add contentvision.

La fixation du niveau de cette franchise est l'Pls add contentlPls add contentment dPls add contentterminant de l'Pls add contentconomie de la garantie du risque Pls add contentconomique. Pour un niveau de prime donnPls add content, l'Pls add contentquilibre budgPls add contenttaire de la gestion de ce mPls add contentcanisme d'assurance en dPls add contentpend en effet. Si la franchise est fixPls add contente Pls add content un niveau trPls add contents Pls add contentlevPls add content, la probabilitPls add content que la garantie joue est faible ; en revanche, si elle est trPls add contents basse, la garantie joue frPls add contentquemment et sa gestion devient dPls add contentficitaire.

Or, le niveau de la franchise Pls add contenttait fixPls add content de maniPls add contentre relativement arbitraire, sans prise en considPls add contentration de son coPls add contentt budgPls add contenttaire potentiel.

C'est pourquoi une enquPls add contentte sur le niveau auquel il conviendrait de fixer la franchise pour que le rPls add contentgime soit Pls add contentquilibrPls add content a Pls add contenttPls add content demandPls add contente Pls add content M. Heilbronner, inspecteur gPls add contentnPls add contentral des finances, en 1985. Elle a fait apparaPls add contenttre que la franchise avait Pls add contenttPls add content nettement infPls add contentrieure Pls add content l'inflation de 1971 Pls add content 1976, que l'Pls add contentcart s'Pls add contenttait rPls add contentduit de 1976 Pls add content 1982 et que, depuis lors, elle Pls add contenttait rPls add contentguliPls add contentrement supPls add contentrieure Pls add content l'inflation mondiale. La procPls add contentdure avait donc eu pendant la premiPls add contentre pPls add contentriode un caractPls add contentre nettement subventionnel, qui s'Pls add contenttait effritPls add content depuis 1976 et avait disparu depuis 1982.

Au total, c'est dans une certaine mesure le hasard des choses (Pls add contentvolution de l'inflation d'une part, inertie des dPls add contentcisions tendant Pls add content ajuster le niveau de la franchise d'autre part), qui expliquait le caractPls add contentre fortement subventionnel jusqu'en 1982 (dont le coPls add contentt budgPls add contenttaire a pesPls add content lourdement sur les budgets successifs et va encore peser sur le budget de 1986) puis la disparition de tout aspect subventionnel depuis cette date.

 

DPls add contentfinition d'une doctrine d'emploi

 

La franchise retenue doit Pls add contenttre non subventionnelle : le mPls add contentcanisme de la garantie du risque Pls add contentconomique est un mPls add contentcanisme d'assurance et non de subvention. Pour cela il convient d'ajuster rPls add contentguliPls add contentrement le niveau de cette franchise. U n indice est fixPls add content et sera revu tous les ans. Pour 1986, la franchise est fixPls add contente Pls add content 4,35% hors prime.

L'instrument est donc maintenu, mais son caractPls add contentre d'assurance est renforcPls add content (neutralitPls add content budgPls add contenttaire).

 

Gestion de la procPls add contentdure

 

Par ailleurs, la lourdeur des mPls add contentcanismes purement administratifs de la procPls add contentdure de la garantie du risque Pls add contentconomique avait conduit Pls add content l'accumulation de retards de paiement aux entreprises, estimPls add contents Pls add content 4 Pls add content 6 Mds F. Une telle situation Pls add contenttait profondPls add contentment anormale : il n'Pls add contenttait pas admissible que l'Pls add contenttat ne paie pas strictement les dettes qu'il avait contractPls add contentes auprPls add contents des entreprises ; ces retards faisaient peser une lourde menace sur les budgets Pls add content venir. Aussi, Pls add content la suite d'un autre rapport de l'inspection gPls add contentnPls add contentrale des finances, il a Pls add contenttPls add content dPls add contentcidPls add content, pour les nouvelles polices de garantie du risque Pls add contentconomique, de procPls add contentder Pls add content une simplification drastique du systPls add contentme (forfaitisation des indemnisations, contrPls add contentle a posteriori et non a priori, etc.).

Ces mesures mises en oeuvre Pls add content la fin 1984, ont commencPls add content Pls add content porter leurs fruits. On peut estimer que les retards de paiement aux entreprises intPls add contentressPls add contentes auront disparu dPls add contents 1987.

 

Mesures diverses de rPls add contentPls add contentquilibrage de l'assurance-crPls add contentdit  

Le mPls add contentcanisme de l'assurance-crPls add contentdit Pls add contenttait Pls add contentgalement caractPls add contentrisPls add content par la confusion existant entre l'assurance et la subvention. Trop souvent devenaient subventionnelles des procPls add contentdures qui avaient Pls add contenttPls add content conPls add contentues Pls add content l'origine dans un but d'assurance. Inversement, des procPls add contentdures de soutien public aux exportations s'Pls add contentteignaient faute d'ajustement des diffPls add contentrents paramPls add contenttres constitutifs.

Ici encore, il convenait de clarifier les choses : les procPls add contentdures d'assurance devaient Pls add contenttre rPls add contentPls add contentquilibrPls add contentes par le relPls add contentvement des primes et une rPls add contentduction de quotitPls add content garantie. Les mesures suivantes ont Pls add contenttPls add content prises Pls add content cet effet.

 

Les primes dPls add contentassurance-crPls add contentdit ont Pls add contenttPls add content relevPls add contentes

La croissance des sinistres, leur faible couverture par les primes (30 Pls add content 40 % selon les annPls add contentes) et le mouvement gPls add contentnPls add contentral de hausse des tarifs de l'assurance-crPls add contentdit constatPls add content chez nos partenaires, ont justifiPls add content un relPls add contentvement de 15 % du barPls add contentme gPls add contentnPls add contentral des primes d'assurance-crPls add contentdit en aoPls add contentt 1985. La mesure, applicable aux nouvelles polices, a Pls add contenttPls add content modulPls add contente afin de tenir compte des diffPls add contentrences de risque selon la catPls add contentgorie de pays : les primes sur les pays Pls add content la solvabilitPls add content douteuse ont ainsi Pls add contenttPls add content augmentPls add contentes plus fortement, de maniPls add contentre Pls add content inciter les exportateurs Pls add content redPls add contentployer leurs efforts de prospection vers les marchPls add contents plus prometteurs et plus sPls add contentrs.

 

Le rPls add contentgime des quotitPls add contents garanties du secteur du bPls add contenttiment et des travaux publics a parallPls add contentlement Pls add contenttPls add content rPls add contentformPls add content  

Le secteur du BTP prPls add contentsente en effet deux particularitPls add contents au regard des mPls add contentcanismes de l'assurance-crPls add contentdit :

  • les sinistres y sont trPls add contents importants, ainsi, la part de ce secteur dans les indemnitPls add contents versPls add contentes en 1983 et 1984 au titre de la garantie du risque de fabrication a reprPls add contentsentPls add content plus de 85 % du total des indemnitPls add contents tous secteurs confondus ;

  • en dPls add contentpit de cela, le rPls add contentgime des primes applicable aux contrats de BTP est traditionnellement plus favorable que celui de droit commun.

Les dPls add contentcisions prises ont consistPls add content :

  • Pls add content moduler la quotitPls add content du contrat couverte par la garantie en fonction de la part rapatriable lorsque celle-ci est comprise entre 20 et 50 % (la part rapatriable d'un contrat est la part de ce contrat qui revient Pls add content des entreprises franPls add contentaises, par opposition aux dPls add contentpenses locales et Pls add content la part importPls add contente) ;

  • Pls add content rPls add contentduire proportionnellement Pls add content cette modulation les primes perPls add contentues ; Pls add content autoriser, Pls add content titre exceptionnel, l'exportateur Pls add content souscrire une co-assurance complPls add contentmentaire Pls add content celle de la COFACE auprPls add contents d'autres assureurs, et ce, jusqu'Pls add content une couverture de 90% du contrat.

 

DPls add contentVELOPPER LA CONCURRENCE ET LE RPls add contentLE DES MPls add contentCANISMES DE MARCHPls add content

Les procPls add contentdures de financement du commerce extPls add contentrieur reposaient exclusivement sur des mPls add contentcanismes administrPls add contents. Le marchPls add content jouait un rPls add contentle des plus limitPls add contents :

  • la couverture des risques Pls add contenttait assurPls add contente par des garanties dont l'Pls add contentquilibre, en dernier ressort, Pls add contenttait supportPls add content par l'Etat ;

  • les taux des prPls add contentts Pls add contenttaient fixPls add contents sans rPls add contentfPls add contentrence aux conditions du marchPls add content ;

  • le contrPls add contentle des changes limitait les possibilitPls add contents d'implantation des entreprises franPls add contentaises Pls add content l'Pls add contenttranger ;

  • la concurrence Pls add contenttait peu dPls add contentveloppPls add contente ;

  • la BFCE jouissait dans certains domaines d'une situation de monopole.

Le dPls add contentveloppement de la concurrence et du rPls add contentle des mPls add contentcanismes de marchPls add content rPls add contentpondait donc, au-delPls add content de la prPls add contentoccupation budgPls add contenttaire, Pls add content une nPls add contentcessitPls add content trPls add contents profonde: donner aux entreprises franPls add contentaises exportatrices l'opportunitPls add content d'accPls add contentder aux financements et aux techniques de couverture des risques les plus performants pour lutter efficacement dans la compPls add contenttition internationale.

 

La gestion des garanties de change  

Lorsqu'un exportateur qui libelle ses factures en monnaies Pls add contenttrangPls add contentres souhaite Pls add contentviter de prendre un risque de change, il a la possibilitPls add content de recourir Pls add content trois types de mPls add contentcanismes :

  • un mPls add contentcanisme d'assurance, gPls add contentrPls add content par la COFACE ;

  • une couverture Pls add content terme sur le marchPls add content ;

  • la recherche d'une contrepartie directe Pls add content son risque de change par accord (dit de face Pls add content face) avec une entreprise courant le risque inverse.

Dans le cas des garanties gPls add contentrPls add contentes par la COFACE, le risque de change est assumPls add content intPls add contentgralement par l'assureur. A la mi-1985, la COFACE gPls add contentrait pour le compte de l'Etat un portefeuille de garanties de change d'un montant considPls add contentrable (plus de 20 Mds de F.).

Les rPls add contentformes engagPls add contentes ont visPls add content Pls add content favoriser le recours aux instruments de couverture des risques fournis par le marchPls add content, instruments qui se sont multipliPls add contents et sophistiquPls add contents au cours des derniPls add contentres annPls add contentes. Cette orientation a Pls add contenttPls add content appliquPls add contente directement Pls add content la gestion du risque de change de la COFACE ; elle est allPls add contente de pair avec une autre rPls add contentforme qui a visPls add content Pls add content faciliter les opPls add contentrations de face Pls add content face.

 

La gestion du risque de change de la COFACE  

Les crPls add contentances Pls add content l'exportation garanties par la COFACE sont pour une part importante libellPls add contentes en dollars. Cette situation a permis Pls add content la compagnie de rPls add contentaliser, Pls add content la suite de l'apprPls add contentciation trPls add contents importante de cette devise, des gains de changes importants.

Mais l'ampleur des fluctuations du dollar fait peser en permanence sur les comptes de la COFACE et donc sur le budget de l'Pls add contenttat des risques trPls add contents importants, que la baisse de la devise amPls add contentricaine Pls add content partir du dPls add contentbut de l'annPls add contente 1985 prPls add contentcipitait.

La rPls add contentforme a donc consistPls add content Pls add content substituer Pls add content la prise en charge passive par le budget de l'Pls add contenttat du risque de change de la COFACE telle qu'elle Pls add contenttait pratiquPls add contente jusqu'alors, une gestion active de ce risque chaque fois que les instruments de marchPls add content permettaient de dPls add contentgager la COFACE des alPls add contentas du change.

En pratique, il a Pls add contenttPls add content dPls add contentcidPls add content :

  • pour les contrats anciens, que la COFACE vendrait Pls add content bref dPls add contentlai son stock de garanties de change. L'arbitrage par la COFACE de la quasi totalitPls add content de son risque au cours des quatre derniers mois de 1985 a permis ainsi de sPls add contentcuriser prPls add contents de 2 Mds de dollars d'Pls add contentchPls add contentances ;

  • pour les contrats nouveaux, que serait dPls add contentveloppPls add contente l'utilisation des techniques de marchPls add content (ventes Pls add content terme, options sur devises), afin que la COFACE adosse au maximum les garanties de change qu'elle dPls add contentlivre, assurant ainsi par construction la neutralitPls add content budgPls add contenttaire de la procPls add contentdure. Reposant sur une analyse probabiliste, la nouvelle tarification des garanties de change rPls add contentsultant de cet adossement au marchPls add content n'a pas entraPls add contentnPls add content de surcoPls add contentt pour l'usager, Pls add content Pls add contentgalitPls add content de service rendu. Au contraire, elle a autorisPls add content plus de souplesse dans l'utilisation des garanties (sortie du systPls add contentme, remboursement partiel de la prime en cas de non succPls add contents).

Au terme de cette rPls add contentforme, la gestion du risque de change de la COFACE a Pls add contenttPls add content radicalement transformPls add contente : les exportateurs n'y ont rien perdu, le budget de l'Pls add contenttat s'est allPls add contentgPls add content d'un risque majeur; la COFACE, qui a dPls add contentveloppPls add content une expertise nouvelle, contribue Pls add content animer le marchPls add content des options sur lequel elle est devenue, en peu de temps, le premier intervenant.

 

Le face Pls add content face

Dans le cadre d'opPls add contentrations en devises, de montant Pls add contentlevPls add content et comportant des Pls add contentchPls add contentances Pls add contentloignPls add contentes, les ventes Pls add content terme ne sont pas toujours possibles. La BFCE a Pls add contenttPls add content invitPls add contente Pls add content intervenir dans ces cas-lPls add content de rechercher des contreparties endettPls add contentes en devIses et de facIlIter la rPls add contentalisation dPls add contentopPls add contentrations de face Pls add content face.

 

Le rPls add contentgime des crPls add contentdits Pls add content l'exportation

Les mPls add contentcanismes rPls add contentgissant les crPls add contentdits Pls add content l'exportation en France sont traditionnellement complexes. Ils sont mis en oeuvre au plan interne en plusieurs Pls add contenttapes et de faPls add contenton non linPls add contentaire par une sPls add contentrie d'intervenants financiers et s'insPls add contentrent au plan international dans un accord (consensus de l'OCDE) qui en dPls add contentfinit les lignes directrices. :

Au plan interne, on distinguait schPls add contentmatiquement trois Pls add contenttapes successives dans la mise en oeuvre de ces crPls add contentdits avec des Pls add contentruptures de chargePls add content significatives entre les intervenants financiers :

  • la pPls add contentriode de fabrication, au cours de laquelle Pls add contenttaient accordPls add contents des crPls add contentdits de prPls add contentfinancement, Pls add content taux administrPls add contents et quelquefois subventionnPls add contents ;
  • la pPls add contentriode de crPls add contentdit Pls add content moyen terme (jusqu'Pls add content 7 ans), pour laquelle les banques avaient la facultPls add content de rPls add contentescompter auprPls add contents de la Banque de France une certaine quotitPls add content de crPls add contentdits Pls add content l'exportation (cette part, dite mobilisable, Pls add contenttait rPls add contentescomptPls add contente Pls add content un taux spPls add contentcial de 7,5 %) ;
  •  la pPls add contentriode de crPls add contentdit Pls add content long terme (au-delPls add content de 7 ans), durant laquelle la BFCE intervenait directement sur ressource obligataire et recevait une bonification.

Au plan international, le consensus de l'OCDE est un accord qui dPls add contentfinit les lignes directrices relatives aux conditions de base des crPls add contentdits Pls add content l'exportation : durPls add contente, acomptes et surtout taux d'intPls add contentrPls add contentt minima des crPls add contentdits quand ceux-ci bPls add contentnPls add contentficient d'une aide financiPls add contentre publique. Ces taux varient selon les dPls add contentlais de remboursement et le pays destinataire; les pays sont pour cela classPls add contents en trois catPls add contentgories : pays relativement riches (catPls add contentgorie I) ; pays intermPls add contentdiaires (catPls add contentgorie Il) ; pays relativement pauvres ( catPls add contentgorie III).

La matrice des taux du consensus est, depuis le 15 janvier 1986, la suivante :

DurPls add contente de remboursement

 

 

2 Pls add content 5 ans

5 Pls add content 8 ans Pls add content

8 ans Pls add content Pls add content 10 ans

CatPls add contentgorie I

CatPls add contentgorie II

CatPls add contentgorie III

10,95 %

9,65 %

8,80 %

11,20 %

10,15 %

8,80 %

Sans Objet

Sans Objet

8,80 %

 

Ces mPls add contentcanismes prPls add contentsentaient de nombreux inconvPls add contentnients :

  • leur complexitPls add content, tout d'abord, qui rPls add contentsultait de l'enchevPls add contenttrement des interventions des diffPls add contentrents organismes ;

  • l'existence de bonifications qui n'Pls add contenttaient plus justifiPls add contentes par le niveau des taux d'intPls add contentrPls add contentt internes ;

  • le caractPls add contentre automatique des refinancements ;

  • l'absence de concurrence entre Pls add contenttablissements de crPls add contentdit.

Plusieurs facteurs ont permis d'engager une profonde rPls add contentvision des mPls add contentcanismes de financement des crPls add contentdits Pls add content l'exportation : la baisse des taux de marchPls add content en France, le rapprochement rPls add contentgulier des taux de la matrice du consensus et des taux d'intPls add contentrPls add contentt internes, le dPls add contentveloppement des compartiments Pls add content moyen et long terme des marchPls add contents monPls add contenttaire et financier.

Les rPls add contentformes engagPls add contentes ont donc consistPls add content Pls add content :

  • favoriser la concurrence entre Pls add contenttablissements bancaires par le dPls add contentveloppement des crPls add contentdits en garantie pure,

  • unifier les modes de refinancement en supprimant les concours automatiques des intervenants traditionnels (Banque de France, BFCE),

  • supprimer les bonifications systPls add contentmatiques quand le marchPls add content permettait d'offrir des taux d'intPls add contentrPls add contentt aussi compPls add contenttitifs que par le passPls add content (prPls add contentfinancement, moyen terme )

 

Le dPls add contentveloppement de la garantie pure ( catPls add contentgorie I)  

Il s'est agi de dPls add contentvelopper les crPls add contentdits garantis par la COFACE mais non bonifiPls add contents par l'Pls add contenttat (crPls add contentdits en garantie pure).

Pour les pays de la catPls add contentgorie I du consensus, le systPls add contentme bancaire est dPls add contentsormais, compte tenu de la baisse des taux d'intPls add contentrPls add contentt en France, en mesure de proposer des crPls add contentdits Pls add content l'exportation Pls add content des conditions de marchPls add content plus attrayantes que celles de l'accord de l'OCDE. Le maintien d'un guichet administrPls add content de financement des exportations pour cette catPls add contentgorie de pays ne se justifiait plus.

Il a donc Pls add contenttPls add content dPls add contentcidPls add content, le 24 dPls add contentcembre 1985, de supprimer l'intervention de la Banque de France et de la BFCE dans le refinancement des crPls add contentdits Pls add content l'exportation. Les banques distribueront les crPls add contentdits pour les pays de la catPls add contentgorie I sans soutien de l'Pls add contenttat, en garantie pure, la COFACE se bornant Pls add content assurer le banquier contre le risque d'insolvabilitPls add content du dPls add contentbiteur.

Cette rPls add contentforme devrait permettre la libre nPls add contentgociation des taux des crPls add contentdits entre les exportateurs et leurs banquiers ; la concurrence pourra notamment porter sur le niveau des marges, fixPls add content forfaitairement Pls add content 1 % dans le cadre des crPls add contentdits bonifiPls add contents.

Toutefois, dans le cas oPls add content de tels financements en garantie pure ne pourraient Pls add contenttre mis en place par les banques, les exportateurs pourront se retourner vers la BFCE, qui est habilitPls add contente Pls add content financer intPls add contentgralement, pour le compte de l'Pls add contenttat, les opPls add contentrations refusPls add contentes par le systPls add contentme bancaire. Ces opPls add contentrations bPls add contentnPls add contentficieront alors des conditions de crPls add contentdit du consensus.

Le succPls add contents de cette rPls add contentforme sera facilitPls add content par le relPls add contentvement de la quotitPls add content garantie de ces crPls add contentdits Pls add content 95 %, niveau jusqu'alors rPls add contentservPls add content aux crPls add contentdits aidPls add contents par l'Pls add contenttat.

 

La suppression du refinancement par la Banque de France pour les crPls add contentdits Pls add content moyen terme (catPls add contentgories II et III)

Le refinancement par la Banque de France des crPls add contentdits Pls add content moyen terme prPls add contentsentait trois inconvPls add contentnients principaux : il compliquait le systPls add contentme de financement de l'exportation en faisant intervenir l'Institut d'Pls add contentmission aux cPls add contenttPls add contents des banques et de la BFCE ; il faisait supporter Pls add content la Banque centrale des charges qui relPls add contentvent clairement du budget de l'Pls add contenttat ; enfin, il constituait un obstacle Pls add content l'Pls add contentvolution des techniques d'intervention de la Banque de France vers une politique de marchPls add content ouvert, dans laquelle la rPls add contentgulation du marchPls add content se fait Pls add content des conditions non automatiques et par un refinancement de titres nPls add contentgociables.

C'est pourquoi il a Pls add contenttPls add content dPls add contentcidPls add content, le 29 janvier 1986 :

  • -de supprimer l'intervention de la Banque de France sous forme d'escompte Pls add content taux privilPls add contentgiPls add content de la part mobilisable des crPls add contentdits acheteurs ou fournisseurs ;

  • de lui substituer un systPls add contentme de stabilisation/bonification de taux au niveau de ceux du consensus, gPls add contentrPls add content par la Banque franPls add contentaise du commerce extPls add contentrieur pour le compte du TrPls add contentsor. Ce rPls add contentgime, qui fonctionne dPls add contentjPls add content pour les crPls add contentdits en devises, encouragera les adossements par les banques Pls add content des ressources longues ;

  • d'Pls add contenttendre ce mPls add contentcanisme Pls add content la pPls add contentriode des paiements progressifs (prPls add contentfinancement).

Ainsi, de la premiPls add contentre utilisation du crPls add contentdit (paiements progressifs) jusqu'Pls add content la derniPls add contentre Pls add contentchPls add contentance de la pPls add contentriode moyen terme (7annPls add contente), le mode de refinancement des crPls add contentdits Pls add content l'exportation est dPls add contentsormais unifiPls add content. La trPls add contentsorerie des opPls add contentrations est laissPls add contente intPls add contentgralement aux banques qui pourront s'adosser dPls add contents l'origine.

 

La suppression du monopole de la BFCE en matiPls add contentre de garantie de bonne fin

De mPls add contentme que les crPls add contentdits Pls add content l'investissement industriel, les crPls add contentdits Pls add content l'exportation ont fait l'objet d'une dPls add contentmarche systPls add contentmatique de banalisation, notamment en ce qui concerne la BFCE.

Dans le cadre des crPls add contentdits fournisseurs, c'est-Pls add content-dire des crPls add contentdits consentis par les entreprises Pls add content leurs clients Pls add contenttrangers et mobilisPls add contents auprPls add contents des banques, la BFCE accordait aux banques sa garantie de bonne fin, afin de dPls add contentcharger ces derniPls add contentres de tous les risques pouvant survenir lors de ces opPls add contentrations (litiges juridiques, dPls add contentfaillance du fournisseur...). Ces risques, du fait de l'expPls add contentrience acquise, ayant considPls add contentrablement diminuPls add content, il a Pls add contenttPls add content dPls add contentcidPls add content de supprimer l'obligation faite aux banques de recourir Pls add content la garantie de bonne fin de la BFCE. Elles seront dPls add contentsormais libres de continuer de la demander, par voie d'abonnement annuel, ou de s'assurer par elles-mPls add contentmes.

 

La suppression de la bonification pour les prPls add contentfinancements

 

Le taux des prPls add contentfinancements Pls add content l'exportation, quelle que soit la forme juridique de ces crPls add contentdits (paiements progressifs dans le cadre des crPls add contentdits acheteurs, prPls add content-financements Pls add content taux stabilisPls add content dans le cadre des crPls add contentdits fournisseurs), a Pls add contenttPls add content alignPls add content sur le taux de base bancaire. Le mPls add contentcanisme a ainsi Pls add contenttPls add content totalement dPls add contentbonifiPls add content et permet aux exportateurs d'offrir Pls add content leurs clients, pour certaines catPls add contentgories de crPls add contentdits, des conditions infPls add contentrieures Pls add content celles du consensus.

 

La mise en concurrence des banques franPls add contentaises et Pls add contenttrangPls add contentres dans la distribution des crPls add contentdits en devises

Les acheteurs Pls add contenttrangers qui empruntent pour financer leurs importations peuvent prPls add contentfPls add contentrer s'endetter en monnaies autres que le franc.

Or, les statuts de la COFACE ne l'autorisaient pas Pls add content garantir les banques Pls add contenttrangPls add contentres non rPls add contentsidentes, alors qu'intervenant dans leur propre monnaie, celles-ci peuvent parfois mobiliser des ressources Pls add content moindre coPls add contentt au bPls add contentnPls add contentfice de leurs clients.

Pour permettre aux exportateurs franPls add contentais d'offrir dans tous les cas les financements les plus compPls add contenttitifs Pls add content leurs acheteurs, il a Pls add contenttPls add content dPls add contentcidPls add content de modifier les statuts de la COFACE afin qu'il lui soit dPls add contentsormais possible d'accorder sa garantie Pls add content des Pls add contenttablissements de crPls add contentdit non-rPls add contentsidents. Cette modification a Pls add contenttPls add content rPls add contentalisPls add contente par le dPls add contentcret du 13 dPls add contentcembre 1985.

 

Les assouplissements du contrPls add contentle des changes

Ces assouplissements ont visPls add content d'une part Pls add content rendre possible l'octroi de crPls add contentdits ou de dPls add contentlais de paiement sans la garantie de la COFACE, d'autre part Pls add content favoriser l'implantation d'entreprises franPls add contentaises Pls add content l'Pls add contenttranger.

Dans le cadre du contrPls add contentle des changes, les banques n'Pls add contenttaient autorisPls add contentes Pls add content accorder des crPls add contentdits Pls add content l'exportation Pls add content des acheteurs Pls add contenttrangers que si ces crPls add contentdits (crPls add contentdits acheteurs) Pls add contenttaient garantis par la COFACE. Cette rPls add contentgle ancienne avait notamment Pls add contenttPls add content instituPls add contente dans un but de contrPls add contentle administratif; elle Pls add contenttait devenue inutile dans beaucoup de cas. Elle a Pls add contenttPls add content abrogPls add contente Pls add content compter du 8 octobre 1985.

 La rPls add contentglementation des changes interdisait par ailleurs aux exportateurs de consentir des dPls add contentlais de paiement supPls add contentrieurs Pls add content 180 jours sans garantie de la COFACE ou dPls add contentrogation de la direction gPls add contentnPls add contentrale des douanes. Cette rPls add contentgle prPls add contentsentait des inconvPls add contentnients non nPls add contentgligeables pour les exportateurs, parce qu'elle limitait dans certains cas leurs marges de nPls add contentgociation, mais aussi parce qu'elle pouvait conduire des clients Pls add contenttrangers Pls add content considPls add contentrer qu'ils avaient une sorte de droit au bPls add contentnPls add contentfice du dPls add contentlai maximum autorisPls add content ; elle a Pls add contenttPls add content supprimPls add contente Pls add content compter du 8 octobre 1985. Des dPls add contentlais de paiement peuvent donc dPls add contentsormais Pls add contenttre octroyPls add contents par les fournisseurs franPls add contentais Pls add content leurs acheteurs Pls add contenttrangers sans exigence de garantie de la COFACE et sans limitation de durPls add contente, qu'ils soient libellPls add contents en francs ou en devises.

La rPls add contentglementation des changes imposait aux entreprises franPls add contentaise rPls add contentalisant des investissements directs Pls add content l'Pls add contenttranger d'en financer une partie en devises (75 % puis 50 %). Cette rPls add contentgle, qui conduisait les entreprises qui souhaitaient investir Pls add content l'Pls add contenttranger Pls add content se placer en risque de change, dPls add contentcourageait les initiatives. Elle a Pls add contenttPls add content supprimPls add contente Pls add content compter du 2 dPls add contentcembre 1985.

Il a de plus Pls add contenttPls add content dPls add contentcidPls add content de relever de 2 Pls add content 15 millions de francs le seuil en-dePls add contentPls add content duquel les investissements franPls add contentais Pls add content l'Pls add contenttranger peuvent Pls add contenttre rPls add contentalisPls add contents sans autorisation prPls add contentalable.

 

REFLEXIONS POUR L'AVENIR

   

Au-delPls add content de la modernisation du financement de l'Pls add contentconomie, les rPls add contentformes financiPls add contentres rPls add contentalisPls add contentes depuis 18 mois ont Pls add contenttPls add content l'occasion d'une rPls add contentflexion sur la pratique de la rPls add contentforme qui vaut bien au-delPls add content du domaine financier.

La modernisation n'a pas de terme. La derniPls add contentre mesure prise, derniPls add contentre par l'ordre chronologique, qui ouvre Pls add content la Banque de France la voie d'une politique de marchPls add content ouvert a pu Pls add contenttre considPls add contentrPls add contente comme le point d'orgue des rPls add contentformes financiPls add contentres. Un tel jugement, s'il devait Pls add contenttre portPls add content, rPls add contentvPls add contentlerait une mPls add contentconnaissance profonde du ressort fondamental de l'innovation et de la modernitPls add content.

L'innovation est d'abord un Pls add contenttat d'esprit, une dPls add contentmarche continue. Si une page de notre histoire financiPls add contentre vient d'Pls add contenttre tournPls add contente, la rPls add contentforme du financement de l'Pls add contentconomie doit se poursuivre pour aboutir Pls add content une pratique permanente de recherche, d'adaptation, de modernisation.

Tout au long des dix-huit mois Pls add contentcoulPls add contents, la rPls add contentalisation des rPls add contentformes financiPls add contentres s'est accompagnPls add contente d'un objectif permanent d'ordre pPls add contentdagogique : il s'agissait non seulement de faire voter des lois, de prendre des dPls add contentcrets, des arrPls add contenttPls add contents, des circulaires, mais aussi, et surtout, de modifier les comportements, de crPls add contenter un Pls add contenttat d'esprit, de lancer une dynamique.

C'est incontestablement le plus difficile. Mais, nous observons d'ores et dPls add contentjPls add content une modification en profondeur des comportements qui s'explique d'abord par une prise de conscience de plus en plus rPls add contentpandue : il y a, dans ces rPls add contentformes, une force logique telle, qu'au-delPls add content des critiques ponctuelles qui peuvent Pls add contenttre dressPls add contentes ici ou lPls add content, personne ne peut contester la dPls add contentmarche globale. Cette cohPls add contentrence a Pls add contenttPls add content le principal atout face aux rPls add contentsistances et aux hPls add contentsitations.

L'initiative de l'innovation doit se dPls add contentcentraliser. Les commentateurs anglo-saxons, au-delPls add content d'une apprPls add contentciation globale trPls add contents positive portPls add contente sur l'ensemble des rPls add contentformes financiPls add contentres, ont souvent soulignPls add content la diffPls add contentrence avec ce qui s'est passPls add content dans leurs pays : en France, l'initiative est venue de l'Pls add contenttat, chez eux elle a Pls add contenttPls add content le fait des agents Pls add contentconomiques eux-mPls add contentmes. Il est en effet paradoxal que ce soit l'Pls add contenttat qui propose et mPls add contentme parfois impose des innovations aux acteurs du marchPls add content financier. Il serait plus normal et plus souhaitable que les innovations proviennent de la place financiPls add contentre, lPls add contentPls add contenttat y apposant, lorsque cela est nPls add contentcessaire et a posteriori, son agrPls add contentment.

Le fait est pourtant lPls add content. Toutes les rPls add contentformes rPls add contentalisPls add contentes dans les derniers mois proviennent d'une initiative trPls add contents centralisPls add contente. Il n'y a d'ailleurs pas lieu nPls add contentcessairement de le regretter quelle qu'en soit la cause profonde: tradition culturelle, Pls add contentcolbertistePls add content par exemple, ou, plus simplement, excessive centralisation de notre pays. Peu importe, l'essentiel est que les rPls add contentformes aient Pls add contenttPls add content faites. C'Pls add contenttait sans doute aussi inPls add contentvitable dans la mesure oPls add content plusieurs de ces rPls add contentformes remettaient en cause le rPls add contentle financier traditionnel de l'Pls add contenttat: celui-ci se devait de changer pour qu'un autre fonctionnement devienne possible.

Il appartient aujourd'hui aux acteurs du marchPls add content de prendre la relPls add contentve. La dPls add contentcentralisation de l'innovation constituera le vPls add contentritable critPls add contentre de succPls add contents de la dPls add contentmarche engagPls add contente depuis dix huit mois.

Le temps est une donnPls add contente constitutive de la modernisation. Les rPls add contentformes engagPls add contentes sont porteuses d'une transformation fondamentale de notre systPls add contentme financier. Mais il faudra des mois et des annPls add contentes pour que le mouvement prenne sa pleine ampleur.

Les nouveaux instruments financiers n'ont - et de trPls add contents loin - pas pris leur vPls add contentritable essor: le marchPls add content hypothPls add contentcaire, qui n'a portPls add content que sur 5 Mds F en 1985, devrait atteindre 20 Mds F en 1986 et sans doute beaucoup plus en 1987 ; les Billets de TrPls add contentsorerie devraient occuper en 1986 une part encore trPls add contents limitPls add contente (20 Mds F) mais leur dPls add contentveloppement devrait Pls add contenttre considPls add contentrablement plus important par la suite ; les certificats de DPls add contentpPls add contentts reprPls add contentsentent seulement 25 Mds F car ils n'ont pas encore trouvPls add content leur usage comme instrument de refinancement bancaire, dans le cadre dPls add contentune politique de marchPls add content, usage qui est incontestablement leur vocation profonde.

D'autres rPls add contentformes dPls add contentcidPls add contentes dans leur principe n'ont mPls add contentme pas commencPls add content Pls add content Pls add contenttre mises en oeuvre : le MATIF, Pls add contentlPls add contentment essentiel de la rPls add contentgulation du marchPls add content puisqu'il introduit l'Pls add contentlPls add contentment temps dans le marchPls add content des capitaux, devrait commencer Pls add content fonctionner mi-fPls add contentvrier 1986; il en va de mPls add contentme pour les sociPls add contenttPls add contents de contrepartie. Enfin, la rPls add contentnovation des modalitPls add contents de gestion de la dette publique qui constituera un Pls add contentlPls add contentment majeur dans le fonctionnement du marchPls add content, ne produira ses pleins effets que dans le courant de l'annPls add contente 1986.

La place financiPls add contentre de Paris avait accumulPls add content du retard ; elle est aujourd'hui parmi les plus avancPls add contentes du continent europPls add contenten. LPls add contentannPls add contente 1986 et sans doute aussi lPls add contentannPls add contente 1987 seront consacrPls add contentes Pls add content la mise en oeuvre pratique des rPls add contentformes rPls add contentalisPls add contentes depuis dix huit mois. Leur rPls add contentussite dPls add contentpendra de la dPls add contenttermination Pls add content poursuivre dans la voie tracPls add contente et de la volontPls add content d'aller de lPls add contentavant. Elle sera aussi fonction de la rigueur avec laquelle la politique Pls add contentconomique sera conduite, et notamment de la poursuite de la dPls add contentsinflation sur laquelle reposent l'assainissement et la reprise durable de notre Pls add contentconomie.

 

Hit Counter

按揭計算機| 買樓| 上車盤| 搵樓| 屋苑| 樓盤| 地產| 租樓| 租盤| 二手樓| 新盤| 一手樓| 豪宅| 校網| 放盤| 樓價| 成交| 居屋| 貝沙灣| 美孚新邨| 嘉湖山莊| 太古城| 日出康城| 九龍站 | 沙田第一城| 西半山 樓盤| 樓市走勢| 青衣| 西貢 樓盤| 荃灣 樓盤| Grand Austin出售的樓盤| 西半山| 西貢| 荃灣| 貝沙灣租盤| 貝沙灣樓盤| 美孚新邨租盤 | 美孚新邨樓盤| 嘉湖山莊租盤 | 嘉湖山莊樓盤 | 太古城租盤 | 太古城樓盤 | 九龍站租盤| 九龍站樓盤| 日出康城租盤 | 日出康城樓盤 | 沙田第一城租盤| 沙田第一城樓盤 | 西半山租盤| 西貢租樓| 西貢租盤 | 青衣租樓| 青衣租盤 | 荃灣租樓| 荃灣租盤 |

雪茄网购| 雪茄| 哈瓦那雪茄| 雪茄价格| 雪茄烟网购| 雪茄专卖店| 雪茄怎么抽| 雪茄烟| 雪茄吧| 陈年雪茄| 大卫杜夫雪茄| 保利华雪茄| 古巴雪茄品牌| 古巴雪茄| 古巴雪茄多少钱一只| 古巴雪茄专卖网| 烟斗烟丝| 烟丝| 小雪茄| 金特罗雪茄| 帕特加斯d4 | 蒙特雪茄| 罗密欧朱丽叶雪茄| 网上哪里可以买雪茄| 限量版雪茄| 雪茄专卖| 雪茄专卖网| 雪茄哪里买| 买雪茄去哪个网站| 推荐一个卖雪茄的网站| 雪茄烟| 古巴雪茄价格| 雪茄海淘| 雪茄网|

噴畫| banner| banner 價錢| Backdrop| Backdrop 價錢| 易拉架| 易拉架 價錢| 橫額| 印刷| 橫額印刷| 印刷 報價| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 宣傳單張印刷| 展覽攤位| 書刊 印刷| Bannershop| Ebanner| Eprint| 印刷公司| 海報| 攤位| pvc板| 易拉架設計| 海報印刷| 展板| 禮封| 易拉架尺寸| foamboard| hk print| hong kong printing| Printing| 喜帖| 過膠| 信封| backdrop| print100| 咭片皇| 印館|

邮件营销| Email Marketing 電郵推廣| edm营销| edm| 营销软件| 推广软件| 邮件群发软件| 邮件群发| email marketing| direct marketing| email marketing software| email marketing service| email marketing tools| email mkt| remarketing| edm| edm marketing| email subscription| website subscription| email survey| email whitelist| sign up form| email subject line| subject line| email subject| best email subject lines| free email marketing| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| Aweber| 邮件主题怎么写| 邮件主题| 邮件模板| Maichimp| benchmark|

wms| vending machine| barcode scanner| QR code scanner| SME IT| it solution| rfid tag| rfid| rfid reader| it outsourcing| POS label| IRLS| IT Support| system integration| software development| inventory management system| label printing| digital labelling| barcode label| Self Service Kiosk| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| Denso| barcode| handheld| inventory management| warehouse management| stock taking| POS| Point of sale| Business service| Web Development| vending| app development| mobile app development| handheld device| terminal handheld| inventory management software| pos system| pos software| pos hardware| pos terminal| printer hong kong| receipt printer| thermal printer| thermal label printer| qr code scanner app| qr scanner app| online qr code scanner| qr code scanner online mobile| qr code scanner download| mdm| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management|

Tomtop| Online Einkaufen| online shop| Autozubehör| Bekleidung| Kopfhörer| badausstattung| Badmöbel| smartwatch günstig| Luftbefeuchter| lichtbox| Kosmetiktaschen| Make-Up Pinsel| Smartphones günstig| tablet günstig| Wanderstock| fahrrad maske| spielekonsole| spielkonsole| Geldbeutel| Gaming Kopfhörer|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric trike| electric mountain bike| electric bicycle| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| women's electric bike |

office| 地產代理| 辦公室| Property Agent| Hong Kong Office Rental| hong kong office| 物業投資| office building| Commercial Building| Grade A Office| 寫字樓| 商業大廈| 甲級寫字樓| 頂手| 租寫字樓| leasing| Rent Office| 地產新聞| office for sale| office building|

太古廣場| 海富中心| 中港城| 統一中心| 瑞安中心| 力寶中心| 信德中心| 新港中心| 中環中心| 合和中心| 康宏廣場| 星光行| 鷹君中心| 遠東金融中心| 港晶中心| 無限極廣場| 光大中心| 中遠大廈| 海港中心| 新世界大廈| 永安中心| 南洋中心| 永安集團大廈| 華潤大廈| 永安廣場| 朗豪坊| 時代廣場| 新世紀廣場| 太古城中心| 希慎廣場| 交易廣場| 創紀之城| 港威大廈| 企業廣場| 新文華中心| 置地廣場| 怡和大廈| 世貿中心| 太子大廈| 中信大廈| 禮頓中心| 中銀大廈| 銅鑼灣廣場| 環球大廈| 海濱廣場| 新鴻基中心| 萬宜大廈| Tower 535| 高銀金融國際中心| 海濱匯| 皇后大道中9號| 國際金融中心| 半島中心| 利園三期| 天文臺道8號| 信和廣場| 娛樂行| 南豐大廈| 帝國中心| 中環廣場| 美國銀行中心| 尖沙咀中心| 新東海商業中心| Chater House| Nexxus Building| One Island East| 中匯大廈| Fairmont House| 華懋廣場| 中建大廈| 北京道1號| 胡忠大廈| Central Plaza| The Centrium| LHT Tower| China Building| AIA Central| Crawford House| Exchange Tower| AIA Tower| World Wide House| One Kowloon| The Gateway | One Island South| Jardine House| Millennium City | Exchange Square| Times Square | Pacific Place| Admiralty Centre| United Centre| Lippo Centre| Shun Tak Centre| Silvercord| The Center| Mira Place| Ocean Centre| Cosco Tower| Harcourt House| Cheung Kong Center|

school| international school of hong kong| international school| school in Hong Kong| primary school| elementary school| private school| UK school| british school| extracurricular activity| Hong Kong education| primary education| top schools in Hong Kong| ESF| english schools foundation| Anfield school| american international school| Shrewsbury International School| Kellett School| singapore international school| Malvern College Hong Kong| Canadian international school| Victoria Kindergarten| Preparatory|